Pr Alpha Condé plébiscité président: L’ordre divin est… rétabli !

29/10/2020



Ç’a y est ! On a pu retrouver la lune là où l’on la cherchait. Mieux, on n’est pas mandénka qui le veut. Car, au Mandén, ce que l’on dit, c’est justement ce que l’on fait. Parce que l’on est issu d’un empire à vocation communication. Parmi 12 candidats à l’élection présidentielle guinéenne, le Pr. Alpha Condé a été plébiscité par plus de la majorité absolue du vaillant peuple mandingue de Guinée. Avec, tenez-vous bien, plus de 59%. Ce sont des résultats provisoires fournis par la CENI. Il reste désormais à la cour constitutionnelle de les confirmer.

Ainsi, l’on pourrait dire que l’ordre divin est rétabli. C’est-à-dire, rendre à César ce qui appartient à César.
Puisque c’est les grands suffrages qui élisent un candidat. Ce n’est pas le contraire. Le peuple de la Guinée du 28 Septembre 1958 a fini par dire son dernier et son ultime choix. C’est Alpha Condé ! pas un autre.Selon l’opinion publique de la Guinée indépendante, les visions socio-politiques des deux candidats sont différemment diversifiées. Pour Alpha Condé, c’est le développement tout azimut au profit de tout le peuple. Des barrages hydroélectriques, des centres de santé, des établissements hôteliers et scolaires, des routes,.. On peut en oublier !

Pour Cellou Dalein, c’est la fuite des capitaux guinéens programmée vers d’autres cieux. C’est le bradage de nos patrimoines aux intérêts étrangers.C’est aussi le retour de la Guinée dans le portefeuille de la France. C’est ceci, c’est cela.

Dès lors qu’il a été déclaré, dans un passé récent, meilleur investisseur étranger au Sénégal. Un pays qui reste le bastion de l’opposition guinéenne. Heureusement que le peuple de ce pays reste l’ami du vaillant peuple de Guinée depuis le début de sa lutte politique contre l’ex-pays colonisateur, la France.

S’auto-proclamer président de la république de Guinée n’est pas dans l’histoire de la Guinée. C’est peut-être pour ceux-là qui pensent que la Guinée du 28 Septembre est la Guinée-Bissau. Où l’on peut commettre de telles bévues et rester tranquille.

Quoi qu’on dise, la République de Guinée indépendante et souveraine dispose une justice, des lois. Où l’on peut tolérer tout ce qui est bévue au compte d’un certain consensus. Mais ce consensus, c’était hier sous l’ancienne constitution. Où les condamnés d’infractions politiques étaient supposés libérés au profit du consensus établi entre la mouvance et l’opposition.

En présence de la communauté internationale, la république de Guinée indépendante épouse désormais une constitution digne de nom, une 4ème république, une assemblée responsable et un premier président de la 4ème république. C’est justement ce que le peuple responsable de Guinée recherchait.Que son pays ne soit pas la sous-préfecture d’une quelconque nation impérialiste.

Mais ce n’est pas tout. Il faudrait que l’amendement de la constitution parvienne à redéfinir celui-là qui peut postuler candidat à une présidentielle au risque de ne pas permettre que l’esclave riche arrive à commander son maître. Qu’un détenteur de biens mal acquis arrive également à gouverner le pays. Qu’un apatride vainqueur à la présidentielle parvienne à hypothéquer notre indépendance et faire retourner la Guinée dans le portefeuille d’une nation d’Outre-tombe.

En conclusion, la date du samedi 24 octobre 2020 devient pour l’opposition guinéenne une date noire. Puisqu’elle rate pour jamais sa dernière candidature à une élection présidentielle en Guinée.

Donc, l’on pourrait envisager sans le risque de s’aventurer que l’ordre divin est désormais rétabli. En renvoyant chacun, berger et Tontigui, dans leurs occupations habituelles : ‘’paître les bœufs et assumer la chefferie’’.

Sotigui Kaba

AJOUTER UN COMMENTAIRE

Votre message a été envoyé.
Nous vous recontacterons très rapidement.




Tags

Types de contenus









Facebook



Twitter







Menu

Contact Us

Votre message a t envoy!
Merci pour votre intrt.