Passeports biométriques: Pourquoi ceux qui en veulent à l’ambassade de Guinée ont-ils tort ?

27/11/2018

C’est l’histoire d’une pétition illégitime dont le seul but, c’est de tenter d’écorner, à tort, l’image de l’ambassade de Guinée en France. Depuis quelques jours, des compatriotes, qui résideraient en France, ont lancé une pétition, via les réseaux sociaux, pour exiger de Conakry l’installation d’une machine censée produire, à Paris, les fameux passeports biométriques pour les concitoyens qui en ont besoin pour leurs démarches administratives, entre autres. Une démarche, du reste, qui aurait pu être légitime, si elle n’était, pas, malheureusement, tendancieuse. Pernicieuse. Et pour cause ? Les auteurs de la pétition attribuent, à tort, à l’ambassade de Guinée en France, la responsabilité de leur galère relative à l’obtention du passeport Guinéen sans avoir besoin de rallier Conakry.

Ambassade de Guinée à Paris : France

Pour la petite histoire, sous la houlette de l’ancien haut fonctionnaire de l’UNESCO, Amara Camara, l’ambassade s’est toujours battue, contre vents et marées, dans l’optique de permettre aux Guinéens de la France la possibilité de pouvoir faire et obtenir, à Paris, leurs passeports biométriques. » On ne peut pas et on ne doit surtout pas reprocher à l’ ambassade de n’avoir pas fait le nécessaire pour que nos compatriotes soient en possession de leurs documents sans qu’ils aient besoin d’aller en Guinée. Pour la biométrie, il faut la présence physique », déplore un poids lourd de la Société Civile guinéenne et figure de proue de l’opposition guinéenne sur le Vieux continent. Faut-il le rappeler, l’ambassadeur de la Guinée en France, en personne, a toujours fait de la satisfaction des exigences des compatriotes de l’Hexagone, son cheval de bataille. » Ce n’est pas à l’ambassade d’acheter la machine. Elle n’a pas ce pouvoir. Je pense qu’il ne faut pas l’en vouloir par mauvaise foi, parce qu’ on a juste envie de l’en vouloir. C’est injuste », recadre un autre compatriote de l’Hexagone qui milite dans l’opposition.

L’Ambassadeur Amara Camara à Paris

Nommé au poste d’ambassadeur de Guinée en France, courant mars 2011, l’ancien haut fonctionnaire de l’UNESCO, parvient, aussitôt, à recoller les morceaux, au sein de la communauté. Avant de rétablir l’ordre à l’ambassade, de mettre le personnel au service exclusif des Guinéens de France. Le natif de Kankan fait, depuis son arrivée à la tête de l’ambassade, l’unanimité au sein de la communauté. L’homme avait pris son bâton de pèlerin, dans les années 2012, 2013, 2014, pour sillonner les quatre coins de l’Hexagone à la rencontre de ses compatriotes de tous les horizons et de tous les bords politiques. De Laval à Caen, en passant par Marseille et son Vieux Port, Lilles, Nantes, excusez du peu, le patron du 51 rue de la Faisanderie sensibilise les Guinéens sur les préjudices que l’usage de faux documents administratifs pourrait causer à l’image et à la crédibilité de la Guinée. Amara Camara déclenche une guerre sans merci contre ces mauvaises pratiques. Parallèlement à cet éprouvant » combat », il lance de nouvelles reformes sur la gestion des ressources de l’ambassade. Histoire de sécuriser les recettes consulaires. Au même moment, l’ambassadeur se retrouve sur un autre front: celui qui consiste à faciliter aux Guinéens l’obtention, sur le sol européen, des nouveaux passeports biométriques . Une bataille qui continue d’obséder l’ancien haut fonctionnaire international guinéen.

Nous y reviendrons !

Par Mouctar Barry à Paris (France)


AJOUTER UN COMMENTAIRE

Votre message a été envoyé.
Nous vous recontacterons très rapidement.




Tags

Types de contenus









Facebook



Twitter







Menu

Contact Us

Votre message a t envoy!
Merci pour votre intrt.