Tiken déconseille và Alpha Condé
Un 3ieme mandat : «  Ne tentez pas « 

Partenaires

Africatime

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Mediaguinee

www.guineematin.com

56 visiteurs connectés

24 Novembre 2017 - 14h31

« Je n’ai pas de relations d’affaires avec le Président ni avec son fils » [2013/3/31]

Aujourd'hui en Guinée On parle de plus en plus de lui. Il s’appelle Aboubacar Sampil, président de Nimba Holding et son nom fait le tour des medias l’accusant d’avoir des relations d’affaires avec le Président Alpha Condé et son fils. En près de 30 ans d’activités, il est à la tête aujourd’hui d’un important groupe présent dans des secteurs aussi variés que le sport, les mines, l’agriculture, les services et les médias. Récemment, sa reprise de l’Association sportive du Kaloum (ASK) a redonné un nouveau souffle au club historique de la capitale.

Pour la première fois,Aboubacar Sampil en parle dans un entretien exclusif.

 En plus de 20 ans d’activités économiques, vous avez bâti un groupe, Nimba Holding, aujourd’hui admis comme étant l’un des plus importants en Guinée. Comment y êtes-vous parvenu ?

C’est le fruit d’un long travail et d’une profonde conviction, celle qui consiste à penser que la création d’emplois et de richesses d’un pays repose d’abord sur un secteur privé fort.

Concernant l’ascension de mon groupe, il n’y a pas de miracle. J’ai investi progressivement dans différents secteurs. Certaines expériences ont été fructueuses, d’autres ont été négatives, mais c’est le lot de tout entrepreneur. Il y a toujours une prise de risque dans un investissement. Par ailleurs, on apprend toujours plus des erreurs que des réussites.

Au gré des investissements ou des missions de conseil pour montage de projet, j’ai donc renforcé mon expertise technique, développé mon réseau dans le secteur privé et augmenté les opportunités d’affaires.
J’ai également progressivement renforcé ma capacité à lever des fonds auprès des banques.

Aujourd’hui, je suis à une phase importante du développement de mes activités économiques. Outre certaines acquisitions, j’ai récemment restructuré mon groupe et rassemblé l’ensemble de mes entreprises au sein de Nimba Holding : Nimba Mining, Nimba Agriculture, Nimba Médias, Nimba Services et Nimba Sport. Cette nouvelle architecture correspond à la volonté de continuer à faire prospérer mes affaires en Guinée et dans la sous-région sur ces secteurs, mais aussi à accroître ma capacité à lever des fonds auprès des partenaires financeurs et
investisseurs.

C’est une vraie success story économique…

Pour juger de la réussite d’un groupe, il n’y a que deux critères possibles : le groupe crée-t-il des emplois, et a-t-il la confiance des financeurs ? Nimba Holding remplit cette double mission.


Aujourd’hui, le plus important est de continuer à investir pour tirer le secteur privé guinéen vers le haut. C’est le cap que je me suis fixé depuis plus de 20 ans : contribuer à l’émergence d’un secteur privé fort en Guinée. C’est la clé de l’emploi et de l’émergence du pays.

Quand avez-vous commencé vos activités minières ?

 J’ai débuté dans le secteur il y a 20 ans, en qualité de facilitateur pour des entreprises étrangères en Afrique de l'Ouest. J’ai ensuite développé progressivement mon expertise technique et financière, et renforcé ma connaissance du milieu et notamment des experts internationaux dans le secteur minier comme les géologues, les ingénieurs des mines, des consultants. En 2009, j’ai effectué mes premières acquisitions de licences et créé mes propres structures minières. Aujourd’hui, je déploie le groupe et développe mes activités dans la sous-région.

Certains vous accusent d’avoir profité de votre relation avec le Président Alpha Condé et son fils Alpha Mohamed Condé pour obtenir des contrats, ils financeraient même vos activités.

 Une telle affirmation est calomnieuse. J’ai comme des relations filiales avec le président de la République, et j’ai de très bons rapports avec son fils. D'ailleurs c'est le chef de l'Etat qui m'a présenté à son fils en 2009. Mais de là à prendre des raccourcis pour dire que je profite de ces relations pour faire prospérer mes affaires, c’est totalement absurde. Premièrement, comme vous avez dû le remarquer dans ma réponse précédente, j’ai eu mes premières acquisitions en 2009, donc bien avant l’élection du Pr. Alpha Condé.

D’ailleurs je n’ai jamais eu un contrat de marché public. Ce type de marchés ne m’intéresse absolument pas. J’ai bâti mes activités uniquement sur des marchés privés. Deuxièmement, mes financements proviennent soit des capitaux propres au groupe Nimba Holding, soit des fonds d’investissement ou grandes banques internationales. Donc je n’entretiens pas de relations d’affaires avec le président qui, ceux qui le connaissent en savent quelque chose, n’aime pas parler d’affaires, il préfère aborder des sujets politiques ou autres. Du fait même que je sois membre du conseil d’administration d’une société cotée en bourse, il m’est interdit de nouer des relations d’affaires avec des hommes politiques.

 Et le président Condé, dans quelles circonstances l’avez-vous connu ?

 Je l’ai connu en 2005 par l’entremise de feu l’entraineur El Kaba. A l’époque, le Club Olympique de Kakandé avait quelques difficultés, et il est venu en aide en tant que natif de la ville. Après la disparition du général Lansana Conté, on a renoué les contacts en 2009, et il m’a soutenu dans certaines épreuves. Ainsi, au moment des élections présidentielles c’est tout naturellement que je lui ai apporté mon soutien. Aujourd’hui encore je rencontre fréquemment le Président Alpha Condé et son fils sans que cela ne soit lié à une quelconque affaire de sous, de même que je rencontre aussi de temps en temps des leaders politiques avec qui j’ai des liens amicaux sans que cela n’affecte mon attachement et mon soutien au chef de l’Etat.
En Guinée comme ailleurs dans le monde, les acteurs politiques et économiques dialoguent et se côtoient. Mais le plus important pour un chef d’entreprise, est de conserver une indépendance totale vis-à-vis du pouvoir politique, et d’éviter à tout prix les conflits d’intérêts. C’est en tout cas la règle que je me suis toujours imposée.

On vous a pourtant vu au Forum Economique Mondial de Davos aux côtés de la délégation guinéenne…

 Il n’y a rien à cacher : je suis venu à Davos, à mes frais, pour y rencontrer des partenaires industriels et financiers. Vous savez, Davos est avant tout une formidable plateforme de convergences d’hommes d’affaires, et donc d’opportunités de nouveaux business. Par ailleurs, en 20 ans de carrière, j’ai eu le temps de cultiver des relations importantes dans le milieu des affaires international. Cela n’a rien à voir avec l’Etat.

On vous voit aussi dans des conférences minières à travers le monde….

 Il n’y a rien d’étonnant à cela, vu que le secteur minier c’est principalement mon domaine d’activité, aussi je suis membre du conseil d’administration d’une société cotée à la bourse de Londres.

Par le passé, vous avez dirigé le Pari mutuel urbain (PMU-Guinée). Tout ne s’est pas bien passé, globalement quel bilan en avez-vous tiré ?

C'était une expérience difficile. L'un des actionnaires était déterminé à fermer le PMU pour me mettre en difficulté. A l’époque, il avait réussi à monter un membre de la famille du Président Lansana Conté contre moi. Après la fermeture du PMU, je suis allé en arbitrage et j’ai gagné.

 Vous avez récemment repris l’AS Kaloum (ASK). Pourquoi ?

Je suis un grand amoureux du football et un fervent supporteur de l’ASK. C’est un club historique qui a un incroyable potentiel. L’ASK peut apporter beaucoup au football guinéen, et contribuer à valoriser nos talents sur la scène nationale comme internationale. La Guinée doit revenir au devant de la scène internationale.

Quelles sont vos ambitions pour ce club ?

 L’ASK doit redevenir un club d’élite, et se hisser vers le sommet dans les championnats africains. Le club n'a besoin que d'un coup de pouce pour briller sur le plan international.


Avec les cadres techniques et sportifs, nous avons fixé une feuille de route claire. Le premier objectif est de passer du statut de club amateur à celui de club semi-professionnel d'ici à deux ans. La seconde étape consistera à devenir professionnel en 2017. Quant à l’objectif sportif, c’est d’atteindre les quarts de finale de la Ligue des Champions Africaine en 2015, comme ce fut le cas en 1985.

C’est ambitieux comme objectif !

 Depuis janvier, le club a déjà enregistré une nette progression. En trois mois seulement, grâce à l'arrivée des professionnels et aux transferts, le club a quitté la dernière place du championnat national pour se hisser à la seconde. Aujourd'hui, nous sommes à 3 points seulement du leader du classement. Toute l’équipe est mobilisée pour continuer la dynamique enclenchée et pour aller plus loin encore.

Vous avez également investi dans les médias. Pourquoi ?

 Je suis convaincu que le secteur privé doit jouer un rôle actif dans le soutien au sport et à la culture, mais aussi aux médias. En plus du journal, il sera question prochainement de lancer Nimba TV et Nimba FM. Avoir accès à une information neutre, de qualité et qui traite des vraies préoccupations des Guinéens est essentiel pour le bon équilibre du pays. J’aimerais par exemple valoriser davantage l’entreprenariat des jeunes. Pour moi, c’est l’avenir de la Guinée.

 En tant qu’acteur économique, quel regard portez-vous sur la crise politique que traverse aujourd’hui la Guinée ?

 Comme une grande majorité de Guinéens, je pense que le pays doit sortir au plus vite de la crise et avancer. Qu’il y ait des divergences, c’est absolument naturel. Et c’est d’ailleurs extrêmement sain, à condition que ce soit constructif. Depuis 2010, la Guinée a réalisé d’importantes avancées. Le pays a une chance historique pour enfin émerger et améliorer les conditions de vie des Guinéens. C’est là l’essentiel.

Propos recueillis par Amadou Tham Camara

In Guineenews


 

 Ajouter un commentaire
 Lire les commentaires
 Imprimer la page

Ajouter un commentaire


Nom ou pseudo:

Commentaire:


Lutte anti-spam. Recopier le nombre ci-dessous avant d'envoyer votre formulaire.
image CaptCha  



Genève : KPC rend un hommage mérité à son épouse Safiatou
Prétendu détournement de 27 milliards GNF, la vérité a triomphé sur le mensonge
Adama Barrow : « Yahya Jammeh savait que c’était fini »
Kindia: La prison civile touchée par la Semaine de la Citoyenneté
Alpha Condé et les quarante voleurs
Deux américains et un africain
Les activités du Pr Alpha Condé
La manipulation machiavélique du Directeur Général pour masquer ses malversations financières
Témoignages-Hommage
A Mohamed François FALCON
Le dernier des ‘’Mohicans’’ guinéens tire sa révérence !
Le bruit court à nouveau à Conakry
Devoir de mémoire ( Déclaration )
Répond aux jeunes fédéraux de l’UFDG
Là où le bât blesse!
"Si Konaté a déposé la liste, la CPI va la transmettre à la Guinée "
Démonstration à Dakar
Pour le Conseil Général de l'OIE
Le grand bazar de l’année
Sékouba KONATE à la Haye : Arrêt sur images
Témoignage sur un homme d'exception, Siradiou Diallo
L'honorable Nantènen KONATE
A quand la libération des officiers supérieurs !
Qui est Mamady Camara, le nouvel ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la Guinée en Afrique du Sud ?
Les confessions intimes de Joe avant son suicide
Liste des candidats retenus par la CENI
Au Palais Bourbon à Paris
Siaka Kouyaté répond à M. Mouctar DIALLO
Arrêt sur images à Conakry
Du Collectif qui se propose de traduire Alpha Condé en justice
du Collectif qui se propose de traduire Alpha Condé en justice
Abdoulaye Keïta ou le système mafieux d’un médiocre coordonnateur
Rio Tinto, Alcoa et Dadco disent à la Guinée d'aller se faire voir
Souvenons-nous de nos morts de Monrovia
Alpha Condé et son fils, feu Ben Sékou le disconvient
Cellou Dalein Diallo le confirme ici
Pr Alpha Condé sait que je suis un homme qui est direct!
A quoi sert le défilé des politiciens ?
Une administration publique à deux vitesses.
SOS Policiers Guinéens en Russie
Jusqu'à preuve du contraire …Wade, démocrate jusqu'au … lynchage !
Mali : La Chute de « ATT», ou la Chute de la CEDEAO ?
Les ’’opposants’’ veulent seulement organiser la pagaille en Guinée !
La parité en marche avec le Mouvement Pour la République
A propos d'un des prétextes des putschistes du 3 avril 1984 : ‘’Les normes’’
Le FMI accorde une aide de près de 200 millions de dollars à la Guinée : Les impressions du DGA - BGDA
Réponse à l’intervention du Ministre de l’Administration territoriale, M. Alhassane Condé
Guinée: De la politique de la chaise vide à la déclaration de guerre : L’Opposition ethno prépare son Djihad!
Les propos de Claude Guéant ou le bas degré de civilisation
Honorable Cheick Tidiane TRAORE: Ce que je crois
Se fondre dans le RPG Arc-en-ciel : Une idée que je réfute dixit Sékou Chérif Fadiga,Secrétaire à la communication de l'UPR
La réforme législative en Guinée, un impératif de l'Etat de droit


Administration /Mouvance
Qui est qui ?
Au tour de Bathily de parler
« ma société ADS n’a jamais bénéficié d’un marché de gré à gré ni en Guinée, ni ailleurs »
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
Genève : KPC rend hommage à sa femme
Genève : KPC rend un hommage mérité à son épouse Safiatou
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Administration /Mouvance   ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients