Départ à la Maison Blanche
Stephen , l’éminence grise de Trump, quitte la Maison Blanche

Partenaires

Africatime

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Mediaguinee

www.guineematin.com

25 visiteurs connectés

19 Octobre 2017 - 6h36

Adama Barrow : « Yahya Jammeh savait que c’était fini »  [2016/12/4]

Aujourd'hui en Guinée Le nouveau président gambien, Adama Barrow, a reçu « Jeune Afrique » et plusieurs médias francophones (RFI, France 24, TV5) à son domicile de Banjul, samedi 3 décembre, au lendemain de son élection. Interview.

Quelles seront vos premières décisions, une fois que vous serez investi président en janvier ?

Ma première décision sera de mettre en place un cabinet, avec lequel je souhaite commencer à travailler. Celui-ci sera composé de membres des huit partis politiques qui forment la coalition de l’opposition. Nous allons travailler ensemble.

Redoutez-vous des troubles pendant la période de transition qui vous sépare de votre prise de fonctions ?

Je ne suis pas inquiet. Nous avons déjà parcouru un long chemin pour arriver ici. Je dis toujours à mes proches que nous progressons étape par étape. La plus importante d’entre elles a été franchie hier, mais je ne suis pas sous pression. Je suis confiant sur la suite des événements.

Savez-vous où se trouve Yahya Jammeh et savez-vous s’il compte rester en Gambie ?

C’est en tout cas ce qu’il m’a dit : il souhaite rester en Gambie et se retirer dans son village, pour s’occuper de sa ferme. Nous devons lui accorder le bénéfice du doute.

Vous n’y voyez pas d’inconvénient ?

Je n’ai de problème avec ça. Il est Gambien, il peut vivre en Gambie s’il le veut. Il est un citoyen ordinaire et désormais un ancien président, sa place est ici.

Il y a beaucoup de prisonniers politiques en prison. Quand allez-vous les libérer, et comment ?

Je ne peux pas vous dire précisément quand, mais ils seront libérés. Ce sont des personnes qui se sont battues pour leur pays : ils voulaient le changement et c’est pour cela qu’ils ont été mis en prison. Il doivent donc participer au changement que nous sommes en train de vivre.

Aviez-vous peur que Yahya Jammeh manipule cette élection présidentielle du 1er décembre ?

Je n’ai jamais eu peur. Être un président sortant est un grand avantage en Afrique, mais le niveau de soutien populaire que nous avions était très difficile à neutraliser. C’est pourquoi nous étions convaincus que l’impossible pouvait devenir possible.

Mais pensiez-vous qu’il accepterait le résultat du scrutin de la sorte ?

Je dis toujours aux journalistes que le pouvoir appartient au peuple. Ce ne sont pas des paroles en l’air. Quand le peuple s’exprime, il faut le respecter. Si vous ne le faites pas, il faut en assumer les conséquences. Jammeh est très malin. Il connaissait notre popularité, la détermination des gens et leur colère.

Les pressions diplomatique de certains pays occidentaux, comme les États-Unis ou la Grande-Bretagne, ont-elles aidé ?

Elles ont aidé, mais je ne pense pas que ce soit la principale raison de la reconnaissance de sa défaite. Il est là depuis 22 ans, il savait bien ce qui se tramait en Gambie. Les gens étaient prêts et n’avaient pas peur. Jammeh savait que c’était fini.

Étiez-vous au courant que votre échange téléphonique avec Jammeh serait retransmis à la télévision nationale ?

Non, je ne savais pas. Mais je n’aurais pas été contre, pour des questions de transparence.

Vous semblez même assez ouvert à l’idée de garder des relations avec lui. Vous avez notamment dit que vous pourriez lui demander des conseils…

Il est au pouvoir depuis plus de vingt ans. Si vous voulez connaître en détails les secteurs clés, vous êtes obligé de lui demander certaines choses. C’est inévitable. La réconciliation nationale est très importante. Beaucoup de gens ont voté pour lui. Il faut les prendre en compte et placer l’intérêt de la Gambie au-dessus de tout.

Je pense que Dieu m’a investi pour sauver la Gambie et initier un changement

Allez-vous engager des poursuites judiciaires contre Yahya Jammeh ?

Je l’ai dit plusieurs fois : nous n’avons de comptes à rendre à personne. Si nous avons des dossiers à juger, nous le ferons. Nous respecterons la Constitution et les droits de chacun, mais la loi s’appliquera à tous.

Que dites-vous aux nombreux jeunes Gambiens qui ont tenté ou souhaitent tenter le « backway », l’immigration clandestine en Europe ?

Les Gambiens tentent le « backway » parce qu’ils sont désespérés. Ils prennent donc des risques. Quand notre gouvernement sera en place, les choses commenceront à changer. Nous allons ramener l’espoir.

Avant d’être investi candidat de la coalition de l’opposition, vous avez signé un accord indiquant que si vous étiez élu, vous organiseriez au bout de trois ans de nouvelles élections auxquelles vous ne participeriez pas. Allez-vous respecter cet accord ?

Je vais le respecter. Je ne me considère pas comme un politicien. Je pense que Dieu m’a investi pour sauver la Gambie et initier un changement. Après ce changement, les politiciens prendront la relève. Mon parti continuera, mais je ne serai pas de la partie. Je suis businessman, je continuerai mes affaires.

Aviez-vous imaginé vous retrouvez dans cette position il a six mois ?

Jamais. C’est une grande surprise. Les gens m’approchent, me soutiennent. Aujourd’hui, je suis investi d’un devoir national auquel je dois répondre.

JA

 

 Ajouter un commentaire
 Lire les commentaires
 Imprimer la page

Ajouter un commentaire


Nom ou pseudo:

Commentaire:


Lutte anti-spam. Recopier le nombre ci-dessous avant d'envoyer votre formulaire.
image CaptCha  



Genève : KPC rend un hommage mérité à son épouse Safiatou
Prétendu détournement de 27 milliards GNF, la vérité a triomphé sur le mensonge
Kindia: La prison civile touchée par la Semaine de la Citoyenneté
Alpha Condé et les quarante voleurs
Deux américains et un africain
Les activités du Pr Alpha Condé
La manipulation machiavélique du Directeur Général pour masquer ses malversations financières
Témoignages-Hommage
A Mohamed François FALCON
Le dernier des ‘’Mohicans’’ guinéens tire sa révérence !
Le bruit court à nouveau à Conakry
Devoir de mémoire ( Déclaration )
Répond aux jeunes fédéraux de l’UFDG
Là où le bât blesse!
"Si Konaté a déposé la liste, la CPI va la transmettre à la Guinée "
Démonstration à Dakar
Pour le Conseil Général de l'OIE
Le grand bazar de l’année
Sékouba KONATE à la Haye : Arrêt sur images
Témoignage sur un homme d'exception, Siradiou Diallo
L'honorable Nantènen KONATE
A quand la libération des officiers supérieurs !
Qui est Mamady Camara, le nouvel ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la Guinée en Afrique du Sud ?
Les confessions intimes de Joe avant son suicide
Liste des candidats retenus par la CENI
Au Palais Bourbon à Paris
Siaka Kouyaté répond à M. Mouctar DIALLO
Arrêt sur images à Conakry
Du Collectif qui se propose de traduire Alpha Condé en justice
du Collectif qui se propose de traduire Alpha Condé en justice
Abdoulaye Keïta ou le système mafieux d’un médiocre coordonnateur
« Je n’ai pas de relations d’affaires avec le Président ni avec son fils »
Rio Tinto, Alcoa et Dadco disent à la Guinée d'aller se faire voir
Souvenons-nous de nos morts de Monrovia
Alpha Condé et son fils, feu Ben Sékou le disconvient
Cellou Dalein Diallo le confirme ici
Pr Alpha Condé sait que je suis un homme qui est direct!
A quoi sert le défilé des politiciens ?
Une administration publique à deux vitesses.
SOS Policiers Guinéens en Russie
Jusqu'à preuve du contraire …Wade, démocrate jusqu'au … lynchage !
Mali : La Chute de « ATT», ou la Chute de la CEDEAO ?
Les ’’opposants’’ veulent seulement organiser la pagaille en Guinée !
La parité en marche avec le Mouvement Pour la République
A propos d'un des prétextes des putschistes du 3 avril 1984 : ‘’Les normes’’
Le FMI accorde une aide de près de 200 millions de dollars à la Guinée : Les impressions du DGA - BGDA
Réponse à l’intervention du Ministre de l’Administration territoriale, M. Alhassane Condé
Guinée: De la politique de la chaise vide à la déclaration de guerre : L’Opposition ethno prépare son Djihad!
Les propos de Claude Guéant ou le bas degré de civilisation
Honorable Cheick Tidiane TRAORE: Ce que je crois
Se fondre dans le RPG Arc-en-ciel : Une idée que je réfute dixit Sékou Chérif Fadiga,Secrétaire à la communication de l'UPR
La réforme législative en Guinée, un impératif de l'Etat de droit


Alpha à Ouaga
Le Prési en exercice de l'UA sur les lieux de l'attaque
Au tour de Bathily de parler
« ma société ADS n’a jamais bénéficié d’un marché de gré à gré ni en Guinée, ni ailleurs »
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
Genève : KPC rend hommage à sa femme
Genève : KPC rend un hommage mérité à son épouse Safiatou
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Alpha à Ouaga  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients