Départ à la Maison Blanche
Stephen , l’éminence grise de Trump, quitte la Maison Blanche

Partenaires

Africatime

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Mediaguinee

www.guineematin.com

31 visiteurs connectés

19 Octobre 2017 - 15h32

Alpha Condé face à l’histoire
 [2012/8/30]

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY/ L'ancien Premier ministre de la transition guinéenne, par ailleurs leader de l'Union pour le Progrès de la Guinée, Jean Marie Doré, a provoqué un électrochoc dans l’opinion en déclarant, deux ans après les faits et son départ de la primature, qu’il connaissait les commanditaires et exécuteurs de l’empoisonnement sur l’esplanade du palais du peuple des militants du candidat de l’alliance Arc-en-ciel venus accueillir en ce dernier jour de la campagne celui qui a été élu, le7 novembre 2010, président de la République, Alpha Condé.

Le Président de l’UPG a l’habitude des déclarations fracassantes, mais, avec ses dernières révélations sur l’affaire de l’empoisonnement des guinéens au Palais du Peuple, Jean Marie Doré est cette fois-ci allé si loin qu’il met les pouvoirs publics dans l’obligation d’engager une procédure judiciaire contre lui. Surtout que ses nouveaux graves propos engagent un ancien premier ministre et non un leader de parti. Le Président Alpha Condé, premier magistrat de la Nation, est sous observation publique.
 
Il a fallu les douloureux évènements de Zoghota, qui ont suscité une condamnations générale partout dans le pays et ailleurs dans le monde , pour que l'une des plus hautes autorités de la transition guinéenne pour avoir été Premier ministre sort subitement de son droit de réserve pour dire à la face du monde que l'auteur de l'empoisonnement des militants de l’alliance Arc-en-ciel venus accueillir leur candidat sur l’esplanade du palais du peuple à Conakry à la veille du second tour de la dernière présidentielle, « n’est ni de l’UFDG, ni du RPG, encore moins de l’UFR... » et d’affirmer catégorique : « Je m’inscris en faux contre celui qui a dit que j’ai accusé les commerçants. Aucun commerçant, ni peulh, ni soussou, ni malinké, ni forestier n’était impliqué dans cette affaire, je connais l’auteur ».

Où était alors Jean Marie Doré au moment de l'empoisonnement des militants d'Alpha Condé ? Pourquoi en tant que Premier ministre de l’époque, n'avait-t-il pas engagé une procédure judiciaire contre les commanditaires et auteurs de cet acte criminel ?

Qu’attend aujourd’hui le nouveau Président de la République, Alpha Condé, pour se saisir de cet aveu de Jean Marie Doré et ordonné une enquête judiciaire ?

Jean Marie Doré, qui en son temps avait suspendu de ses fonctions de directrice de l’hôpital Ignace Deen, le Pr. Fatoumata Binta Diallo, en sait bien sur ce crime et doit des explications claires aux guinéens. Dans un communiqué signé de son nom, le premier ministre de la transition décidait « de relever la directrice de ses fonctions», et interdisait toute déclaration « jusqu'à ce qu'une analyse médicale approfondie, claire et nette ait établie la cause réelle des malaises, personne n'a le droit d'avancer une hypothèse publiquement ». Où sont les résultats de cette analyse médicale, monsieur le premier ministre de la transition ? Des réponses méritent d’être fournies.

En indexant à l’époque par cette décision de suspension la directrice de l'hôpital, qui est Peuhle, Jean Marie Doré a contribué activement à la chasse aux Peulhs à Siguiri et à Kouroussa et dans d'autres localités de la Haute Guinée, celle des malinkés à Labé, Pita et ailleurs au Foutah. Alors qu’il connaissait pertinemment l’auteur du drame et n’a pas pris ses responsabilités. L’ancien premier ministre devrait situer les guinéens sur les causes réelles de la mesure infligée à l’ancienne directrice de l’hôpital ? Le seul crime du professeur Fatoumata Binta Diallo aura finalement été d'avoir relativisé le danger de l'empoisonnement en disant clairement qu'il n'y avait pas de victime mortelle ? Ou s’est-elle que Jean Marie Doré voudrait indexer encore ? Que Jean-Marie Doré nous situe. Puisqu’à ce jour, seule le professeur Binta Diallo a fait les frais de ce crime. Suspendue par le premier ministre, Jean Marie Doré et limogée par le Président Alpha Condé après sa prise fonction, la pauvre dame, tout comme l’ensemble des guinéens, a droit à la vérité.

Jean Marie Doré devrait être poursuivi pour complicité de crimes pour avoir usé de son manteau de premier ministre et protéger les commanditaires et auteurs des actes répréhensibles qu’il affirme connaitre. En attendant, on peut bien affirmer que le premier confusionniste guinéen s'appelle Jean Marie Doré.

Il affirme tout de go aujourd'hui que « La transition était bicéphale. Le président de la transition avait autorité sur le Premier ministre. On disait que c’est moi qui commandait le pays, oui, mais ce n’est pas au pied de la lettre. Beaucoup de choses se sont faites pendant la transition dans le dos du Premier ministre ». Vrai ou faux, il est malhonnête de le dire aujourd’hui. Nul n’ignore que le Général Sékouba Konaté, quoique Président de la transition, n'a présidé le Conseil des Ministres qu’une seule fois.

Deux ans après ces violences ethniques électorales, Doré espère pouvoir endormir les consciences : « J’ai pris des décisions demandant la révocation du préfet de Siguiri. Mais j’ignore ce qu’est devenu ce projet. Je n’étais pas autorisé à signer, ( NDR : Pourquoi avez-vous alors relever la Directrice ) contrairement aux accords de Ouagadougou, je n’étais pas autorisé à contresigner un papier signé par le président de la transition. Cette partie n’a jamais été publiée en Guinée. Donc, je n’avais pas le pouvoir de contraindre le président à signer ou pas un décret. Mon devoir était de faire des propositions après avoir entendu le Conseil des ministres. Donc, l’affaire de Siguiri, je ne me suis plus mêlé jusqu’à sa conclusion »

Le chef de l'Etat, le Pr Alpha Condé, premier magistrat de la Nation, devrait prendre au mot l'ancien Premier ministre, Jean Marie Doré, et ordonner l’ouverture d’une procédure judiciaire pour que l’opinion nationale et internationale soit éclairée sur les commanditaires et exécutants de ce crime et que ces derniers soient traduits devant une cours d’assises. Evidemment, Jean Marie Doré, ancien premier au moment des faits et auteurs de ces graves déclarations devrait être identifié comme le premier prévenu. C’est en homme libre, sans aucune contrainte qu’il a publiquement fait ces révélations, il devrait donc assumer l’entière responsabilité de ses déclarations.

Connaissant les commanditaires et auteurs de l'empoisonnement des guinéens sur l'esplanade du Palais Peuple, Jean Marie Doré est tenu d’aller au bout et dévoiler leurs noms. Dans l'intérêt de la réconciliation nationale, qui peine à avancer malgré la création d’un comité provisoire sur la question, le président Alpha Condé n’a pas le droit de croiser les bras, se taire et faire comme si de rien n’était. L’histoire ne le lui pardonnera pas.

Pour revenir à Jean Marie Doré qui, malgré sa double casquette de juriste de formation et d’ancien dirigeant de premier plan du pays, piétine son droit de réserve, il semble oublier d’où il est venu. Mais, ses compatriotes, qui n'ont pas la mémoire courte, connaissent très bien le passé de ce politicien mégalomane et totalement malhonnête. Incapable, hier, d’honorer ses factures d’électricité, d’eau et même incapable d’acheter la taxe unique de son véhicule se livrant au tour des bureaux ministériels, il est devenu, en moins d’un an de primature, immensément riche : Domaines bâtis à Donka, à la Minière etc. ( valeur estimée à 11 millions de $ US ), siège flambant neuf pour son parti UPG à la Belle-vue, des dizaines d'hectares de plantations de café et d'hévéa en Guinée forestière, sans oublier l'important parc d’automobiles dont il dispose. C’est cet opposant qui criait plus fort que tout le monde sous le régime du Général Lansana Conté pour dénoncer les vols, les détournements, le pillage des ressources nationales. En peu de temps, n’a-t-il pas été pire ? Que Jean Marie Doré se regarde dans la glace, et fasse son propre examen de conscience.

Quoi qu’il en soit, la balle se trouve dans le camp du Président de la République, Alpha Condé pour aider les guinéens et le monde qui nous observe à faire la lumière sur l’empoisonnement de ses partisans lors de la campagne de la présidentielle de novembre 2010.
 
Aboubacar SAKHO
sakho2004@yahoo.fr

 

 Ajouter un commentaire
 Lire les commentaires
 Imprimer la page

Ajouter un commentaire


Nom ou pseudo:

Commentaire:


Lutte anti-spam. Recopier le nombre ci-dessous avant d'envoyer votre formulaire.
image CaptCha  



« ma société ADS n’a jamais bénéficié d’un marché de gré à gré ni en Guinée, ni ailleurs »
Ou en sommes-nous ?
Alsény SOUMAH: L’Ambassadeur de l’art culinaire guinéen aux USA
Vieille de 23 ans
Médias Privé
A la lettre ouverte de M. Amadou Kaba
Après Dakar
‘’Diallo Sadakadji’’ leader du MSD
C'est Kouyaté qui m’a convaincu d'accepter
Au lieu que « le Titanic Alpha ne coule... »
Les avantages et les dessous
Les remerciements de Dr Ousmane DORE
Ce repris de justice qui s'érige en donneur de leçons
Un menteur nommé M'bany SANGARE
Les condoléances du PEDN
Kouyaté et Bah Oury : Les adversaire du Président
SEM Fall à l'OCI et à la BID
Selon le département d'Etat US
Les premiers mots de Mandian Sidibé
Mamadou Sylla répond à Soriba Sorel
Minkael Barry
Après l’aveu, la sanction est-elle proportionnelle ?
« Je ne suis pas opposé aux soussou, aux malinké, aux peulhs ou à la forêt ».
L'opposition écrit au Premier Ministre
Les dérapages de Bantama
Sékouba Konaté attendu à Bruxelles
Général Sékouba Konaté ?
Dix huit condamnés, dix sept acquittés
Réussit son premier test au certificat d’aptitude .
Antonio Souaré sur le front international
Antonio Souaré réagit
A quoi joue Adjijatou Barry Baud ?
Pathé DIALLO décédé il ya de cela cinq ans
‘’Meilleure plume de la presse écrite’’
L’inacceptable immixtion du Burkinabè Alpha Barry
Le sulfureux Bictogo dans le passeport guinéen
Qu'est devenu le Général Mathurin ?
Dicours de Laurent Gbagbo
Samuel Eto'o accueilli en héros en Guinée
Vers le grand partenariat
La République de Guinée candidate
La nouvelle vie de Madame Henriette Conté
Pourquoi faut-il poursuivre les sieurs Sadio et Monenembo ?
Quand un calomniateur public s’érige en avocat du diable !
Convergence générationnelle pour une bonne relève politique
Hadja Fatou Bangoura en visite privée en Europe
Les raisons de la rage de Sidya contre Alpha
« Le contrat de l’opérateur Waymark a été signé avant l’entrée en fonction du Président Alpha Condé … »
Ce que souhaite le Pr. Alpha Condé
Le Général Sékouba nommé pour conduire les opérations militaires de reconquête du Nord- Mali
La face cachée de l'ancien Ministre du Contrôle Economique et des Audits
Est la fumée avant le feu ?
Baidy sort de sa réserve et accuse…
Baïdy Aribot, ancien ministre de la Jeunesse et président de l’AFAG
Revirement spectaculaire de l’opposition ?
Echec planifié de la Diplomatie :Le Secrétaire Général au cœur du scandale
Alpha Condé nomme son fils : Les risques d’un acte


Alpha à Ouaga
Le Prési en exercice de l'UA sur les lieux de l'attaque
Au tour de Bathily de parler
« ma société ADS n’a jamais bénéficié d’un marché de gré à gré ni en Guinée, ni ailleurs »
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
Genève : KPC rend hommage à sa femme
Genève : KPC rend un hommage mérité à son épouse Safiatou
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Alpha à Ouaga  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients