DIRCAB Présidence de la République
Une compétence appréciée et félicitée par le Washington post

Partenaires

Africatime

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Mediaguinee

www.guineematin.com

30 visiteurs connectés

27 Mai 2017 - 9h01

A propos d'un des prétextes des putschistes du 3 avril 1984 : ‘’Les normes’’ [2012/3/5]

Aujourd'hui en Guinée INTRODUCTION

De 1958 à 1984, notre pays a subi la Guerre Néocoloniale la plus abjecte que jamais la France ait menée contre une de ses anciennes colonies. Une ‘’Guerre’’ tellement sale, aux conséquences tellement dramatiques, avec des effets traumatiques d’une gravité et d’une persistance telles,  que leur résorption me semble davantage relever, soit d’une éventuelle rédemption divine,  soit d’une immanence auto-régulatrice douloureuse. Mais, en aucune façon,  cette résorption ne relèvera  d’une quelconque capacité de nos ‘’Elites’’ actuelles, qui demeurent pantelantes et irresponsables face aux défis majeurs qui les interpellent maintenant !

Une nouvelle et insolite situation qui pousse à se demander comment une telle dégradation de notre qualité, naguère exemplaire en matière de vision historique,  a-t-elle été possible ? Une qualité que ni le règne anarchique de Soumaoro Kanté, ni la Traite Négrière et ni le Colonialisme blancs, n’avaient pu altérer.

Ce qu’il y a eu,  c’est que dans la première décennie des Indépendances Africaines (Noires), jusqu’en 1970 environ, des Cellules occultes de la Françafrique ont, méthodiquement, voire scientifiquement réalisé des prouesses dans la perversion psychologique de groupes entiers de ressortissants guinéens, contre les intérêts les plus évidents de leur propre pays. 


Ces ressortissants guinéens qui étaient établis :

Qui, en Côte-d’Ivoire, avec des communautés entières de migrants (majoritairement de Kankan),  pour entre autres, des raisons de négoces; d’ailleurs aussi, certes, mais en plus petits nombres ;

Qui, au Sénégal, avec de nombreux ouvriers agricoles des exploitations arachidières du Tambacounda, généralement appelés ‘’Navettanes’’ et originaires du Foutah Djallon, (pour la plupart) ;


NB : Ces flux sont historiques, et ne sont nullement dûs, ni au colonialisme seulement,  ni à l’indépendance des pays de notre Sous-région…  Leur origine véritable est sociale, culturelle, économique et plusieurs fois centenaire : Le colonialiste blanc savait parfaitement cela. Ses descendants de la Françafrique le savaient encore plus.  C’est pour cela justement,  qu’ils en ont fait une exploitation diabolique, comme s’il s’était agi ‘’d’exilés politiques’’ anti-PDG et anti-indépendance guinéenne. Or, il y a des sous-humains de chez nous qui ont marché à ça !


Qui, enfin au Gabon et en France, en nombres plus réduits, mais en ‘’cibles’’ plus prisées,  puisqu’il s’agissait ‘’d’étudiants’’, ou de ‘’tirailleurs dits sénégalais’’, tous plus ‘’évolués’’, avec, pour certains, un excellent niveau d’instruction.


Ce sont ces trois grandes catégories de Guinéens très vulnérables qui s’étaient fait prendre dans de véritables ‘’cages à cobayes’’ où ‘’on’’ les avait ‘’travaillés’’ au moyen de procédés pavloviens terriblement efficaces. ‘’On’’ les a, avec adresse, gavés de théories dévalorisantes orientées contre tous les grands courants émancipateurs qui favorisaient la libération de l’Afrique Noire, et aussi, et surtout, contre tout Patriote avisé de notre Race. Il s’agit de notre Histoire ici. Pas de nos sentiments personnels qui nous aveuglent trop souvent, et vicient nos jugements de façon désespérée.
Nos Guinéens ainsi manipulés n’ont même pas été capables de s’apercevoir par exemple que, leurs ‘’semblables’’ de certains pays-satellites de l’Hexagone, comme ceux du Gabon … ou du Togo … etc, étaient littéralement étouffés par des ‘’Structures’’, ou récupérés par des  ‘’officines’’ appropriées. C’était le Grand Art en la matière, et la France en avait les moyens. Tous les moyens. Nos ‘’Grues’’, une fois ‘’branchées’’ de la sorte, ne pouvaient plus s’apercevoir de l’hypocrisie de leurs diaboliques Mentors, qui les ‘’entretenaient’’ par exemple dans une mystique de ‘’déification’’ totalement stérile de certains Patriotes Noirs, pourtant soigneusement ‘’liquidés’’ par les mêmes Mentors.


‘’On’’ les a ainsi ‘’enflammées’’ (nos ‘’Grues’’ en question), au sujet d’un Lumumba assassiné,  ou d’un  NKrumah humilié, en même temps q’‘’on’’ les poussait à dénigrer longuement,  et à haïr farouchement un Sékou Touré.
Nos ‘’Grues’’ n’ont même pas eu conscience qu’avant d’être tué (et son cadavre déterré à dessein, et dissout sur ordre des Blancs dans un fût de soude caustique,  Lumumba vivant avait clairement montré à tous que son ‘’modèle’’,  c’était justement Sékou Touré. Ce même Sékou qui avait accueilli plus tard Nkrumah, venu se confier à lui, lorsque Houphouët l’avait fait reverser ! Des ‘’trucs’’ que ‘’Fokka’’ sur Rfi, d’un ton métallique, essaye de relativiser maintenant, dans des prêches corrupteurs et redondants, pour tenter, bêtement, de prendre notre Histoire à rebours, dans le but de ’’misérabiliser’’ Sékou Touré, le soutien de Mandela, chaque fois que ce dernier en avait eu besoin … Y compris  lorsqu’il  était en prison, et tant que AST avait été vivant.


Nos  ‘’Grues’’ de Ressortissants, la diabolique Françafrique pour notre plus grand malheur,  a réussi à en faire de véritables robots auto-calomniateurs, auto-détracteurs et, plus dramatiquement pour notre pays et pour notre Peuple, des casseurs-destructeurs de TOUT  ce que Sékou Touré et le PDG ont fait de bon et de positif pendant 30 ans (1954-1984). Pour en être finalement les négateurs les plus bornés, et les plus farouchement hostiles à leur évocation. Comme pour une ‘’Re-Création’’ de la Guinée, avec un AN  ZERO,  qui exclurait DIEU  LUI-MEME, contre LEQUEL des jaloux et des mesquins se rebellent sans cesse en voulant réduire coûte que coûte la Grandeur qu’IL a donnée à AST dont, en plus, ils déforment et dénaturent, tous les bienfaits et tous les hauts faits. Et je dis bien : par jalousie et par ingratitude. Choses que DIEU ne laisse pas impunies !


Dans un pays, face à tous les autres pays du Monde, et comme pour tous les autres pays normaux, c’est au sommet de toute Société que sont normalement et logiquement exprimées toute la Dignité et toute la Fierté nationales, qui sont forcément portées par toutes les Femmes et tous les Hommes de cette Société. Sauf en Guinée !


En effet, si sa vie durant, AST a honoré et magnifié notre pays et notre Société  dans toutes ses composantes les plus vives et les plus saines, suscitant  ainsi l’admiration, le respect et la considération de tout le monde pour la ‘’Guinée de Sékou Touré’’, sitôt survenue la mort du Père de notre Nation, on a pu entendre son successeur illégitime, Lansana Conté, déclarer par exemple, à haute et intelligible voix à la radio, qu’il préférait ‘’un Blanc à mille Guinéens’’.  Et, depuis lors, nous avons nous-mêmes, si longuement déclamé notre propre négativité et notre propre nullité, que plus aucun ennemi étranger, plus aucun ‘’non-guinéen’’, ne devrait même plus avoir besoin d’y ajouter quoi que ce soit. Même si on ne se limite seulement qu’à nos : ‘’CINQUANTE (50) ANS DE MISERE ET D’INDEPENDANCE POUR RIEN !’’, tant de fois proclamés par nos propres Présidents, comme le Capitaine Moussa Dadis Camara,  ou le Général Sékouba Konaté, qui le disait, lui, même à l’Etranger; ou par nos plus grands ‘’Cadres’’, qui  ne sont nullement demeurés en reste,  comme par exemple le très célèbre Cardinal Robert Sarah !…  Des propos qui s’ajoutent à l’effacement systématique, à l’abandon, ou au rejet de tous les acquis de la première République, et  à la mise en œuvre de programmes scolaires officiels de dénigrement, qui sont encore en vigueur dans nos Lycées ! Des propos et programmes, s’accompagnant tous de l’application d’une pernicieuse tactique ‘’d’amnésie’’ pour toute gloire dans notre Vécu. Cette terrible  campagne interne aurait franchement dû suffire à tous les Béchir Ben Yamed et autres Alain Fokka qui, à l’oral et par écrit, ne pourront jamais dire de notre première République et de notre Peuple ‘’d’alors’’ (celui qui a voté NON,  et qui a prouvé que sans la France on ne meurt pas), autant de mal que nos propres ‘’Elites’’. Nos Mansour et Ousmane (Kaba), etc, etc. Non ! Ils ne pourront jamais en dire autant, les Béchir et autres Fokka …, sauf à prouver que j’ai raison de dénoncer leur acharnement mercenaire au service d’une certaine France, qui préfère sûrement laisser ce genre de boulot à ce genre de types.


Oh ! Oui.  La Guinée de Sékou Touré a subi la guerre néocoloniale dans sa forme la plus abjecte. Et la France n’a aucun moyen d’en faire réparation vis-à-vis de notre Peuple maintenant. Moi, je comprends bien alors, que le concept de ‘’repentir’’ soit si choquant pour sa classe politique.


Quant à nos ‘’parents’’ leur complices, ils n’auront jamais le courage de s’en expliquer devant notre Peuple ! Voilà un peu pourquoi on n’a pas eu notre Conférence nationale. Pas encore en tout cas.


Avec le CMRN, on a préféré parler des ‘’Normes’’, comme un argument lors du Coup d’Etat de l’époque. Comme s’il n’y avait jamais eu les engagements colossaux de l’Etat en matière de développement rural, sincèrement et sans démagogie.


 La Guinée, c’est quand-même un cas : j’ai le sentiment que notre pays préfère de loin les bandits en ‘’cols  blancs’’ et les voyous de la politique aux honnêtes gens. Je suis sûr que si Sékou Touré avait été un  kleptocrate comme Mobutu, Houphouët ou Abacha, la France, par exemple, l’aurait respecté comme elle avait respecté ceux-là. Et je me demande si Lansana Conté n’a pas eu ce même raisonnement en arrivant au pouvoir. En effet, ayant vécu dans l’entourage immédiat du grand homme, le ‘’bon Soldat’’ qu’il était, ne pouvait pas manquer d’avoir bien observé son prédécesseur… qui recevait tout le monde chez lui et à sa table, et qui mettait à la disposition du Peuple tout ce qu’il trouvait de par le Monde, même ses biens propres : argent et propriétés, et dont la femme et les deux enfants vivaient modestement comme lui-même ! Il savait aussi quels étaient les bas-sentiments qui étaient cultivés contre lui, puisqu’il en était porteur lui-même, comme il en a si bien donné la preuve après …, parce que c’était comme une espèce de mode à l’époque,  au sein des élites. Et enfin, il  (le Général),  avait bien vu comment tous les efforts sincères de l’homme avaient été bafoués, méconnus et dévalorisés, après sa mort. C’est peut-être à cause de tout cela que Conté avait décidé, quant-à-lui, de tout prendre pour lui-même, pour ses femmes, pour ses enfants et pour ses amis. De considérer en quelque sorte, toute la Guinée, corps et biens, comme un gros cadeau que DIEU lui avait fait. Un cadeau dont il entendait profiter à fond, à n’importe quel prix. C’était en quelque sorte une réponse anticipée à l’ingratitude des gens de son pays. Avouez que c’est une logique qui se défend bien en Guinée, même si certains, comme moi, ne l’approuvent pas du tout. Il s’agit pourtant d’un fait constant que l’Histoire se gardera bien d’ignorer.

II- PARLONS DONC DES NORMES A PRESENT !


Je crois que je suis bien placé pour en parler. En effet, de 1969 à 1977, j’avais animé moi-même, ou dirigé des Collèges (2ème Cycle) et Lycées (3ème Cycle) ruraux, à Albadariah, à Banama, et à Bardou, trois Sous-préfectures (Arrondissements, à l’époque) de Kissidougou. Et plus tard, de 1977 à 1980, en qualité de Correspondant de Presse dans cette Région Administrative (Préfecture), j’en avais visité les 80 PRL, sans exception. Et c’est seulement une petite dizaine d’entre eux qui ne m’avaient pas hébergé pour une nuit au moins ! Ce que j’ai connu de la vie quotidienne des populations rurales de mon pays à cette époque, ne m’a été ni téléphoné, ni télexé, ni faxé, ni raconté par aucun moderne épistolier sur un site quelconque d’Internet : je l’ai vécu moi-même.


A partir de 1980, mon destin, favorisé par la Révolution guinéenne, m’a conduit au Cabinet restreint du Ministre des Transports de la Guinée, pour deux décennies, au cours desquelles j’ai eu l’avantage, rare, d’effectuer un nombre incalculable de voyages tant en Afrique, au Sud et au Nord du Sahara, qu’en Europe, et aux Etats-Unis d’Amérique. Au total, j’ai foulé le sol de trente (30) pays, et je suis allé en France 28 fois au moins ! Ainsi, par la force des choses, moi qui n’avais été formé qu’en tant qu’Enseignant pour servir dans les Centres d’Education Révolutionnaire (CER) du second et du troisième degrés, je me suis retrouvé, pas trop mal du reste, dans la peau d’un économiste des transports ! Mais, toutes les théories modernes que j’ai pu assimiler, tant dans les Réunions et séminaires de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), que dans des Institutions et Universités en France et aux USA, toutes ces théories dis-je, ne m’ont pas instruit aussi utilement que les sept à dix ans de ma vie à l’école de l’humilité, au sein des populations paysannes des pays Kouranko, Kissi, et Lélé. Et je ne regretterai rien autant que le sabotage conscient et délibéré,  que nos élites bornées, et le néocolonialisme français, ont fait de l’extraordinaire chance qui avait été offerte à ces pauvres populations, de s’affranchir de l’archaïsme et de la précarité, grâce au programme des Brigades Motorisées et Attelées de Production, et des Fermes Agro- pastorales d’Arrondissement (FAPA), que des maudits avaient aussitôt appelées ‘’Faux Pas’’. Tant pis ! Et pour nous tous.


A QUI LA COLLECTE DES NORMES DEVAIT-ELLE PROFITER ?


Dans les années soixante-dix,  j’avais pu observer comment de petits marchands oisifs, confortablement incrustés au sein de nos communautés villageoises, organisaient une forme d’exploitation rampante des paysans, qu’ils piégeaient pendant les périodes de soudure avec des systèmes de prêts usuraires. Continuellement assis dans des boutiques de vielles planches, ou de feuilles de tôles usées pour, soi-disant, vendre de la pacotille, ils prêtaient aux paysans de modiques sommes d’argent, contre les produits de leurs récoltes futures : sacs de riz, estagnons d’huile, paniers de colas ; et contre même les ovins et caprins de leurs petits élevages domestiques.


Le procédé était en passe de devenir une véritable entreprise maffieuse, avec ses prolongements au sein de l’Administration territoriale, dont certains éléments attendaient précisément la période de l’hivernage, pour commencer à réclamer l’impôt minimum, avec force méthodes d’intimidation. Alors,  le paysan malmené n’avait d’autre solution que d’aller se livrer aux marchands du village, qui lui remettaient, par exemple, les 200 Sylis de l’impôt, contre un sac de riz paddy à la récolte. C’était le tiers de sa valeur réelle, qui était de cinq à six cents sylis.


Ces tandems maffieux  n’hésitaient plus d’ailleurs à faire des innovations, tout en élargissant leurs cercles. C’est ainsi qu’on avait observé un autre système qui consistait à créer la pénurie de marchandises générales, pendant les périodes où les paysans disposaient d’un peu d’argent, après la vente de leurs récoltes. Ces mêmes marchandises, qui étaient importées et vendues par l’Etat à des prix homologués parfaitement à la portée de la bourse des populations à faibles revenus,  étaient ressorties en pleine période de soudure par les marchands complices de quelques agents du commerce d’Etat, pour être proposées aux paysans contre paiement en nature plus tard, à des prix qui n’étaient plus ceux qui avaient été fixés par l’Etat. C’était vicieux !


Je l’avais non seulement observé moi-même, mais aussi en tant qu’enseignant de brousse à l’époque, j’en avais été victime ! (Jeune Enseignant récemment marié à l’époque, je cultivais mon ½ ha de riz. Ce n’est pas la terre qui manquait, et elle était fertile).


Si ce phénomène d’escroquerie échappa à la vigilance de la Révolution, ce ne fût que pour que quelques saisons. Et c’est bien lui, et pour la protection du petit producteur laborieux de nos campagnes, qui fut à l’origine du déclenchement de la ‘’Guerre contre Cheytane’’ en 1975. Et c’est à cette même époque que des débats furent instaurés autour de la question des ‘’Normes’’. Le raisonnement du PDG fut simple !


Primo, le paysan ne peut avoir de l’argent qu’en vendant ses produits. Non seulement les spéculateurs, les usuriers et autres trafiquants (vraies sangsues pour le paysan), lui faisaient vendre ses récoltes en herbe dans les conditions déjà décrites, mais encore, pour les quantités qui échappaient à ce système d’escroquerie, le paysan lui-même, ingénument, en faisait un véritable bradage dans les marchés forains pendant la bonne saison. Tout cela le condamnait chaque année à subir une disette hivernale compromettante pour les récoltes suivantes. Il fallait briser ce cercle vicieux !


Secundo, puisqu’en tous les cas le paysan était obligé de vendre ses produits, même pour payer son impôt minimum, l’Etat avait demandé alors que cet impôt lui fût directement payé en produits , pour faire échapper le paysan à un circuit commercial totalement vicié, et qu’il ne pourrait jamais maîtriser tout seul.


Tertio, enfin le Gouvernement qui avait dû s’endetter pour la modernisation accélérée des activités rurales, devait faire face à des échéances de remboursement, dont il s’était toujours fait un point d’honneur d’assurer les paiements. Compte tenu de l’importance de ces paiements, l’Etat se trouvait dans l’obligation de minimiser les dépenses liées par ailleurs à l’importation en devises étrangères de denrées alimentaires, notamment le riz. Ainsi en plus des normes qui remplaçaient l’impôt minimum. Il avait aussi proposé chaque année, des matériaux de construction (ciment, tôles ; etc. …), des fusils de chasse, des bicyclettes, des tissus et de la quincaillerie, dans tous les PRL, pendant la bonne saison, contre une partie des produits que le paysan vendait librement dans les foires et marchés hebdomadaires.
Ce que j’en avais vu moi-même dans la Région Administrative de Kissidougou, c’est que tous les produits collectés ainsi, étaient stockés sur place et, pendant cinq ou six mois incluant la période de la pénurie alimentaire, ils servaient à assurer le ‘’ravitaillement’’ des populations des zones urbaines, semi-urbaines, et même de quelques Arrondissements ruraux plus arides que les autres. Les fonds issus de la vente de ces denrées servaient, pour partie aux budgets locaux, en ce qui concerne l’équivalent de l’impôt minimum, et pour partie au paiement des Entreprises Commerciales de l’Etat, propriétaires des marchandises qui avaient été mises à la disposition du monde rural.


Toutes ces opérations se faisaient dans le respect strict des prix homologués. Le Gouvernement considérait tout cela comme relevant d’une obligation quasiment sacrée. Car il ne faut jamais perdre de vue que notre pays vivait en état de guerre économique et politique, de la part d’une des premières puissances économiques et diplomatique du Monde : la France ! Si elle refuse de reconnaître cette vérité, et de faire les réparations qu’elle implique, cela ne s’inscrira que dans la logique d’une tradition parfaitement consacrée chez elle ! Elle avait bien nié ses responsabilités flagrantes dans le génocide anti-Tutsis et Hutus modérés du Rwanda. Non ?

Ici en Guinée  on a heureusement échappé à ce schéma macabre, qui a visé la Communauté Malinkée, en 1985, 1991, et 1994…, Mais surtout 1998-99 lorsqu’ on avait arrêté un Candidat en pleine campagne présidentielle,  pour pousser ses électeurs à la révolte, et pour se donner alors l’occasion de les écraser sans pitié … Et on avait vu arriver ici, au moment même de cette action qu’on ne peut comparer qu’à l’attentat contre l’avion d’Habyarimana, le Président Chirac de France, forcement content de ce genre de reculs’’précambriens’’resultants, pour nous , des actions destructrices de son pays contre le notre depuis 1958 !

Que Dieu juge entre nous, et la France, et tous ceux, et toutes celles qui ont pris part à toutes les méchancetés jamais faites à notre pays et à notre peuple. Et qu’IL clarifie TOUT à cet égard .Amine !


On connait, par exemple maintenant, qui et qui avait planifié le ‘’28 septembre 2009’’ de la HONTE dans notre capital.


 Dieu va clarifier tout cela !


IV- ON VA CONCLURE ASSEZ VITE.


Bref, un Guinéen, Ahmed Sékou TOURE, avait conçu et réalisé tous les programmes que nous savons, au seul bénéfice des masses laborieuses de notre pays. D’autres Guinéens les ont tous sabotés, en raison d’une étroitesse d’esprit qui leur faisait croire que leurs forfaitures nuiraient uniquement à A.S.T. ,  qui a été, lui, d’une intégrité absolue. N’est- ce pas vrai ? Pas de fortune, pas de complexe de supériorité envers personne. Pas de laisser-aller et pas de laisser-faire, ni en criminalité, ni en délinquance. Pas de drogue, pas de trafic d’êtres humains. Ni de débauche, ni d’impudeur débridées et scandaleuses. Pas d’impunité du tout, et sans discrimination aucune devant la Loi !


On n’en a pas voulu ? Très bien ! On s’est donné ce qu’on voulait,  et on ne sait plus quoi en faire.


Et le pire, c’est qu’on a honte de le reconnaître. Et pourtant…
Enfin, ne voilà-t-il pas des esprits extrêmement vicieux et pervers qui ont commencé à faire des commentaires à ma place et à mon nom sur le NET, allant jusqu’à me faire demander pardon pour tout ce que j’ai écrit jusqu’ici ?


Et bien, il est vrai que moi je ne suis qu’un citoyen Lambda, c’est sûr, mais je me veux un digne produit d’une Histoire plusieurs fois séculaire, et j’assume toujours ce que je dis. Comme AST ! Au lieu de reconnaitre nos Réalités, des gens s’évertuent à faire commerce d’une haine qui ne fait plus recette, malheureusement pour eux ! Par ce que ‘’LA’’ Vérité de notre Vécu sera dite .Inch’Allah !


Voilà donc, à la prochaine… Même si cela ne plaît pas. Et j’invite humblement le lecteur en général, et le jeune lecteur en particulier, à faire du recoupement, posément, par rapport à tout ce que je publie, pour se faire une opinion, en toute objectivité et en toute indépendance. Cela pourrait montrer un peu la complexité de notre Société ; une complexité monstrueuse que, tôt ou tard, notre pays devra obligatoirement vaincre pour s’en débarrasser définitivement, en remplaçant notre culture de mensonge apatride et éhonté de celle de la Vérité et du Nationalisme dynamique et positif.


Saviez-vous que, le Dimanche 05 Février 2012 à 11h 47, ‘’on’’ m’a envoyé une menace de mort contre moi-même et contre ma famille ? La chose est entre les mains de notre Police Nationale : mais quel argument hein ?


‘’On’’ n’aime pas que je fasse le TASBIH’ dans la dernière formulation que notre Prophète(SAW) nous a léguée !!!

Soub’hânallâhi wa biham’dihi, astakh’firoullâhi wa atoûbou ilaïhi.
Wassallallâhou alâ Seydinâ Muhammadine, wa alâ âlihi, wa sahabihî
wassallim


Voilà ! A la prochaine encore, s’il vous plaît
Avec la permission de Dieu


Soub’hânallâhi, wa biham’dihi, wastakh’firoullâhi wa atoûbou ilaïhi.
Wassallallâhou alâ Seydinâ Muhammadin, wa alâ âlihi, wa Sahabihi
Wassalim

Aly Bocar Cissé
Professeur et Administrateur Civil
A la retraite
Tél : 64-33-37-70/62-27-88-89
Email : cissedebma@yahoo.fr

 

 Ajouter un commentaire
 Lire les commentaires
 Imprimer la page

Ajouter un commentaire


Nom ou pseudo:

Commentaire:


Lutte anti-spam. Recopier le nombre ci-dessous avant d'envoyer votre formulaire.
image CaptCha  



Genève : KPC rend un hommage mérité à son épouse Safiatou
Prétendu détournement de 27 milliards GNF, la vérité a triomphé sur le mensonge
Adama Barrow : « Yahya Jammeh savait que c’était fini »
Kindia: La prison civile touchée par la Semaine de la Citoyenneté
Alpha Condé et les quarante voleurs
Deux américains et un africain
Les activités du Pr Alpha Condé
La manipulation machiavélique du Directeur Général pour masquer ses malversations financières
Témoignages-Hommage
A Mohamed François FALCON
Le dernier des ‘’Mohicans’’ guinéens tire sa révérence !
Le bruit court à nouveau à Conakry
Devoir de mémoire ( Déclaration )
Répond aux jeunes fédéraux de l’UFDG
Là où le bât blesse!
"Si Konaté a déposé la liste, la CPI va la transmettre à la Guinée "
Démonstration à Dakar
Pour le Conseil Général de l'OIE
Le grand bazar de l’année
Sékouba KONATE à la Haye : Arrêt sur images
Témoignage sur un homme d'exception, Siradiou Diallo
L'honorable Nantènen KONATE
A quand la libération des officiers supérieurs !
Qui est Mamady Camara, le nouvel ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la Guinée en Afrique du Sud ?
Les confessions intimes de Joe avant son suicide
Liste des candidats retenus par la CENI
Au Palais Bourbon à Paris
Siaka Kouyaté répond à M. Mouctar DIALLO
Arrêt sur images à Conakry
Du Collectif qui se propose de traduire Alpha Condé en justice
du Collectif qui se propose de traduire Alpha Condé en justice
Abdoulaye Keïta ou le système mafieux d’un médiocre coordonnateur
« Je n’ai pas de relations d’affaires avec le Président ni avec son fils »
Rio Tinto, Alcoa et Dadco disent à la Guinée d'aller se faire voir
Souvenons-nous de nos morts de Monrovia
Alpha Condé et son fils, feu Ben Sékou le disconvient
Cellou Dalein Diallo le confirme ici
Pr Alpha Condé sait que je suis un homme qui est direct!
A quoi sert le défilé des politiciens ?
Une administration publique à deux vitesses.
SOS Policiers Guinéens en Russie
Jusqu'à preuve du contraire …Wade, démocrate jusqu'au … lynchage !
Mali : La Chute de « ATT», ou la Chute de la CEDEAO ?
Les ’’opposants’’ veulent seulement organiser la pagaille en Guinée !
La parité en marche avec le Mouvement Pour la République
Le FMI accorde une aide de près de 200 millions de dollars à la Guinée : Les impressions du DGA - BGDA
Réponse à l’intervention du Ministre de l’Administration territoriale, M. Alhassane Condé
Guinée: De la politique de la chaise vide à la déclaration de guerre : L’Opposition ethno prépare son Djihad!
Les propos de Claude Guéant ou le bas degré de civilisation
Honorable Cheick Tidiane TRAORE: Ce que je crois
Se fondre dans le RPG Arc-en-ciel : Une idée que je réfute dixit Sékou Chérif Fadiga,Secrétaire à la communication de l'UPR
La réforme législative en Guinée, un impératif de l'Etat de droit


Kerfalla CAMARA Kpc
Pourquoi les ennemis de KPC vont-ils lamentablement échouer
Au tour de Bathily de parler
« ma société ADS n’a jamais bénéficié d’un marché de gré à gré ni en Guinée, ni ailleurs »
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
Genève : KPC rend hommage à sa femme
Genève : KPC rend un hommage mérité à son épouse Safiatou
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Kerfalla CAMARA Kpc  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients