Préfecture de Kissidougou
Paul Moussa Diawara inaugure le stade

Partenaires

Africatime

Africvisionguinée

Akhadan

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Les amazones

Mediaguinee

www.Guineematin.com

23 visiteurs connectés

20 Janvier 2017 - 9h49

Digbeu Cravate chez Siaka Barry

2017/1/16

Aujourd'hui en Guinée Dans le cadre du cinquantenaire du cinéma guinéen et de la sortie du long métrage intitulé "Fecebouk" de la réalisatrice guinéenne Momy Chérif, j'ai reçu aujourd'hui en audience le célèbre comédien ivoirien Digbeu Cravate, introduit par mon grand-frère l'honorable Baidy Aribot....

Au menu : Formation des jeunes comédiens guinéens et promotion des oeuvres cinématographiques guinéennes sur les grandes chaines internationales !!! D'autres grands noms du Cinéma africain sont attendus dans quelques heures à Conakry !!!

Siaka Barry
Ministre de la culture, des sports et du patrimoine historique

 
Les jeunes de Gbessia et un collectif de comédiens allongent la liste des soutiens à Antonio Souaré

2017/1/16

Aujourd'hui en Guinée Après mûre réflexion, les membres de l'Association des jeunes de Gbessia pour le développement du sport et du Collectif de comédiens se sont mis ensemble pour apporter leur part de soutien à la candidature d’Antonio Souaré à la présidence de la Fédération guinéenne de football le 28 février prochain.

La semaine dernière, ils ont été voir de visu les investissements réalisés par leur idole à Dubréka. Quand ils ont eu accès aux lieux, ils parcouru de long en large les paquetages ultra-modernes, et touché du doigt les aménagements et équipements sportifs du Centre sportif et de loisirs de Yorokoguia.

Quand ils ont fait le tour du centre, ils n’ont pas manqué de souligner que leur déplacement de Conakry pour le plateau de Yorokogui a encore une fois renforcé leur choix et leur engagement à manifester partout dans la capitale leur soutien en faveur du candidat Antonio Souaré. Leur conclusion, la voici : « Même si la tâche qui l'attend au sommet de la Féguifoot est ardue, notre candidat de par ce qu'il a prouvé jusqu'à maintenant, reste un rempart qui servira de détonateur qui accéléra la mise en route de notre football qu’il a arraché méthodiquement des improvisations de rue pour les académie et centres de formation ». C’est une évidence.

A la fin de leur visite, les jeunes de Gbessia et les comédiens ont eu droit à une rencontre avec leur idole. Tout s’est déroulé dans une ferveur extraordinaire marquée aussi par un message que le président Antonio Souaré a livré en présence des membres de son staff.

Il a d’abord remercié les jeunes pour leur initiative et exprimé sa volonté d'aller jusqu'au bout de cette entreprise qui est une affaire nationale, et qui permettra à notre football de relever la tête par une organisation rationnelle et la maîtrise de nos efforts communs non seulement pour l'amélioration de l'indice de notre football mais aussi et surtout pour une meilleure visibilité de notre pays sur l'échiquier continental et mondial.

Le président du HAC et président de la Ligue professionnelle de football, a déclaré en substance : « Ce centre où vous vous trouvez aujourd'hui est prioritairement pour les jeunes guinéens qui devront désormais se mettre au même niveau de préparation que les sportifs de la sous-région et du continent. Pour ma part, je ne ménagerai aucun effort pour que cet objectif soit atteint. Car, les années à venir seront déterminantes pour notre football qui aura fondamentalement besoin de se métamorphoser dans cette option. La formation, l'organisation et la planification seront notre crédo pour un meilleur devenir de notre football. »

C’est après cette rencontre qu’il a bien voulu accorder aux jeunes qu'Antonio Souaré a pris son avion pour le Gabon où se déroule actuellement la 31e édition de la biennale du football africain.

A Conakry, l’anecdote du weekend de soutien exprimé à Yorokogui par ces jeunes du quartier Gbessia de la banlieue de Conakry et les comédiens fait déjà se mettre la queue entre les pattes le camp d’en face qui s’inscrit à contre-courant de ce grand mouvement de la masse sportive.

Et tout indique que ce camp est en déconfiture avancée. Car, certains tenants ont commencé à comprendre que se mettre contre la candidature d’Antonio Souaré équivaudrait à être en porte-à-faux avec une réalité tangible qui a déjà créé un mouvement d’ensemble dans les quatre coins du pays afin de propulser le candidat Antonio au-devant de la scène du football guinéen le 28 février prochain.

Toutefois, comme l’enseigne Aristophane dans son œuvre littéraire ‘‘Les guêpes’’, chacun est libre de choisir le camp et la route qu’il veut d’ici le 28 février. Alors, citation : « que chacun fasse donc le métier qu’il sait faire » pour le triomphe du candidat de son choix !

Pour notre part, je cite encore Aristophane dans l’autre ouvrage de renom signé de ses mains ‘‘La paix’’, même si tu t’appelles Antonio Souaré le rédempteur du football guinéen, « jamais tu ne feras qu’un crabe marche droit ». Si vous connaissez le crabe, suivez mon regard !

Ibrahima Diallo
DG Radio Liberté FM

 
 Ajouter un commentaire
Jusqu’à preuve du contraire- Foot : Un président devrait dire ça … (Par Top Sylla)

2017/1/16

Aujourd'hui en Guinée Annoncé pour le 28 février prochain, le congrès électif de la fédération guinéenne de football – FGF – nourrit déjà les passions les plus folles. C’est l’un des sujets favoris dans les conversations. Tout le monde y va de son analyse et de son pronostic. Le moins curieux n’étant pas cette grande agitation dans la rue, ces émissions de séduction – ou de dénigrement, c’est selon – dans certaines radios privées, ces affiches exhibant des minois avec des slogans accrocheurs.

Alors que l’élection du président de la fédération guinéenne de football ne se fait pas au suffrage universel, comme par exemple pour le président de la République. Ou encore par le vote du public, tel qu’on le voit parfois dans les concours de beauté. Seuls les membres statutaires ont le droit de l’élire.

Par conséquent, l’avis de tous ces gens qui bandent aujourd’hui les muscles dans la rue, ou les cordes vocales dans les radios et ailleurs ne compte que pour des prunes. Quant aux candidats, pour le moment il y en a un au moins qui s’est déjà placé dans les starting-blocks : l’ancien président de la FGF, Salifou Camara « Super V ». Réélu en 2015 avant d’être emporté, lui et toute son équipe, par une fronde, il entend bien prendre sa « revanche ».

Pas évident, s’il croise sur le chemin un certain Antonio Souaré. Pour le moment celui qui passe pour le crésus du football guinéen se fait désirer. Des gens réclament à cor et à cris sa candidature, et lui fait semblant de ne pas être tellement emballé. Mais personne n’est dupe. Depuis l’histoire de ces femmes qui se seraient réunies à Faranah pour supplier le général Conté d’aller à un troisième mandat, on a eu le temps de connaitre la chanson. Plus que le ou les autres candidats qui s’aligneront sur la ligne de départ, il y a un homme que la perspective d’une victoire de Souaré préoccupe avant tout.

Aboubacar Sampil n’est pourtant pas intéressé par la présidence de la FGF. A la tête de l’Association sportive du Kaloum (ASK), les dés sont déjà pipés à ses yeux du fait des nombreuses casquettes arborées par Antonio Souaré. A la fois président du Horoya (le club rival de l’ASK) et président de la Ligue guinéenne de football professionnel (LGFP) qui organise le championnat.

« Avec un Antonio Souaré président du Horoya et de la Ligue guinéenne de football professionnel la concurrence est déloyale. S’il devenait président de la fédération guinéenne de football, on devrait alors supprimer carrément le championnat et décréter le Horoya « champion naturel et inamovible » ».

C’est en ces termes qu’il a exprimé son « désarroi » face à des journalistes. Avant d’énumérer une liste non exhaustive de faits pour illustrer ses propos : « En tant que président du Horoya il s’est permis de prendre par exemple, en plein championnat, deux joueurs de l’AS Kaloum pour les envoyer à un stage avec son club. Et le seul recours qu’on a c’est la Ligue dirigée par le même président du même Horoya ! Autre exemple, c’est au siège du Horoya que l’on a remis aux arbitres leurs équipements. C’est tout dire sur la neutralité de la plupart d’entre eux ».

L’on se doit d’être admiratif devant le parcours fabuleux de l’ancien disc-jockey deL’Hexagone (non loin du carrefour de Hamdallaye), comme ce serait faire preuve de mauvaise foi que d’occulter ses grands investissements en faveur de son club à Yorokoguia (Dubreka). Pour autant, son double manteau de premier responsable de la LGFP (qui organise le championnat) et de président du club qui collectionne les doublés (championnat et coupe nationale), fait désordre. Le conflit d’intérêt est sans équivoque.

D’où le sentiment d’injustice que ressentent certains rivaux du Horoya et le parfum de corruption qu’exhale la L1. Cela, surtout quand on rivalise avec le Horoya sur le terrain, un président de club devrait (se)dire ça. Jusqu’à preuve du contraire.

top sylla

Top Sylla

 
L’ASK de Bouba Sampil écope d’une sanction disciplinaire et pécuniaire

2017/1/15

Aujourd'hui en Guinée Conakry- L’Association Sportive du Kaloum (ASK) a écopé d’une sanction disciplinaire et pécuniaire, vendredi, 13 janvier 2017, de la part de la Ligue Guinéenne de Football Professionnel (LGFP), rapporte l’AGP.

Pour la petite histoire, c’est lors du classico entre le Horoya AC et l’ASK, disputé le 10 janvier 2017, que les supporters de Kaloum sont sortis de leurs gongs après l’égalisation du Horoya dans la foulée, à travers des jets de projectiles, provoquant ainsi l’interruption du match pour quelques minutes avant qu’il ne reprenne son cours normal. Score finale (1-1).

Face à cette situation, la LGFP a sanctionné l’ASK pour d’abord jouer son prochain match (contre Gangan le 15 janvier) à huis clos, mais également sommé de s’acquitter d’une amende de deux millions de francs guinéens.



AGP

 
Ministère de la Culture, des sports et du Patrimoine historique : Le Décret qui libère

2017/1/14

Aujourd'hui en Guinée Fini le bicéphalisme au sein du département en charge de la culture et les sports. Par un décret lu sur les antennes de la Radio Télévision guinéenne le vendredi, 06 janvier courant, le président de la république a doté ledit département d'un Cabinet qui accompagne Monsieur Siaka Barry dans sa mission de faire de la culture et les sports la locomotive du rayonnement de la Guinée sur la scène internationale.

Faut- il rappeler que ce sont deux ministères qui ont fusionné pour former l'actuel département dirigé par ce jeune cadre dont le mérite est salué partout au point qu'une plate-forme de medias l'a reconnu meilleur ministre de l'année. Distinction obtenue pourtant dans d'énormes embuches faites de la cohue issue de la retrouvaille de deux mondes dont la moindre des impressions est du genre « je t'aime, moi non plus ».

Les ambigüités de ce remariage se sont exprimées dans les guerres de couloirs où chacun se demandait comment garder son poste dans une concurrence inouïe aidée par les enfantillages secrets du sacré, mêlant obscurantisme des charlatans et résignation au sort du destin. L'attente a été certes longue pour les tenants de la première option car chaque jour qui passe est synonyme de peur de l'échec repoussée au lendemain.

C'est dans cette atmosphère de fuite en avant permanente que le moment est venu de décider livrant quoi qu'on dise le sort que le destin réserve aux uns et aux autres.

Si le Département est connu pour disposer d'un ministre intelligent et un Secrétaire général compétent, il ajoute à la curiosité des observateurs la consécration de certains technocrates qui font l'unanimité.

La meilleure chance de ce Cabinet est qu'il dispose d'un Bureau de Stratégie et de Développement qui, plus qu'un laboratoire où s'élabore l'écume des préoccupations essentielles, constitue une véritable couveuse des mécanismes à résultats. Il sert de socle absolu pour éviter la divagation des opportunités, le manque à gagner dû à la perversion des énergies, la politique de colmatage des brèches et la désorientation fruit des fuites en avant chroniques propres à l'administration bureaucratique traditionnelle.

Il est vrai qu'un Bureau de Stratégie et de Développement d'un secteur de l'administration publique n'est pas un ministère dans un ministère mais il en est l'épicentre d'où part la régulation, la concomitance et la conformité des actions avec les objectifs assignés au secteur. Mettre en pratique les nouvelles pratiques de l'administration efficiente moderne est un des volets des multiples attributions du BSD qui se veut actuel au service d'une gouvernance réelle axée sur les résultats.

C'est peut-être pour optimiser les chances de succès des secteurs de la culture et des sports (connus pour leur sensibilité dans un pays qui jadis les prenait comme un simple foutoir dépensier et improductif) que la présidence de la République a compris la justesse de nommer à la tête du Bureau de Stratégie et de Développement un expert de la CEDEAO et l'Union africaine.

Thierno Sadou BAH était bien annoncé à la tête de la Direction Nationale de la Culture mais le Ministre Siaka Barry en parfaite intelligence avec son principal collaborateur, le Secrétaire Général Fodéba Isto KEIRA a compris la nécessité d'utiliser rationnellement ses atouts.

Désormais, rien ne sera plus comme dans les pratiques anciennes, celles qui s'appellent faire-semblant ou semblant de faire, l'illusion des taches accomplies dans la sourdine voire la duperie des rapports fictifs.

Une nouvelle chance se dessine au Ministère en charge de la culture et des sports pourvue que l'équipe appelée à défendre son honneur se mobilise non pas pour les petits avantages liés aux fonctions des dirigeants mais à se dire que si ça marche, c'est d'abord mon honneur qui s'embellie.

Mouctar Diallo

 
Décès : Le cinéaste guinéen Cheick Fantamady Camara ne tournera plus

2017/1/12

Aujourd'hui en Guinée Les obsèques du réalisateur guinéen Cheick Fantamady Camara, mort le 7 janvier au matin à l’âge de 57 ans après avoir longtemps combattu la maladie, auront lieu lundi 16 janvier, à Paris, au cimetière du Père Lachaise, où un dernier hommage lui sera rendu au crématorium à partir de 13h15.

Le plus connu des cinéastes guinéens contemporains avait réussi à se faire un nom parmi les grands du cinéma africain en 2007 avec son premier long métrage Il va pleuvoir sur Conakry, prix du public au Fespaco cette année-là. Il dénonçait dans ce film l’obscurantisme, les traditions surannées, le patriarcat et le cynisme des hommes politiques en racontant les mésaventures d’un jeune caricaturiste travaillant à l’insu de sa famille dans un journal d’opposition – et qui refusait de prendre la succession de son père, imam de la grande mosquée de Conakry.


Animiste revendiqué

Cheih Fantamady Camara avait mis de nombreuses années, ensuite, à trouver les moyens de tourner son second long métrage, Morbayassa, le serment de Kouba, présenté lors du Fespaco 2015, avec dans le rôle principal la chanteuse Fatoumata Diawara. Belle histoire que celle de cette jeune femme ayant été forcée d’abandonner sa fille au Mali et partant à sa recherche en France, où elle a été adopté.


Se revendiquant animiste, pour être fidèle à ses ancêtres et à son pays, volontiers souriant et toujours aimable, Camara disait souvent : « Le cinéma n’a jamais changé quelqu’un, mais il aide à réfléchir. » Et affirmait que sa préférence allait au cinéma « à la fois divertissant et engagé ». Il l’avait prouvé par l’exemple. Malgré toutes les difficultés à surmonter pour pouvoir tourner en Afrique, il entendait bien poursuivre dans cette voie comme il nous l’avait assuré, il y a deux ans, en évoquant de nouveaux projets de films. Qui, hélas, ne verront jamais le jour.



JA

 
Canal Olympia à Conakry : Le gros mensonge de Vivendi aux guinéens

2017/1/11

Aujourd'hui en Guinée Ce 10 janvier 2017, le groupe Vivendi de l’homme d’affaires Vincent Bolloré a invité le président Alpha Condé à inaugurer le Canal Olympia de Kaloum à Conakry. Une salle moderne de 300 places dédiée au cinéma, aux spectacles entre autres. Le Canal Olympia de Kaloum, selon Corinne Bach, Présidente de Canal Olympia et Vice-présidente de Vivendi Village, le Canal Olympia, ‘‘marque le coup d’envoi du déploiement du réseau Canal Olympia sur toute l’Afrique. Douala sortira le 17 janvier, Niamey le 1er février, Ouagadougou le 24 février’’ ! Et c’est là où se trouve le gros mensonge de la représentante de Vivendi qui, apparemment a oublié que son patron, Vincent Bolloré, a inauguré en juin dernier, le 1er Canal Olympia en Afrique, à Yaoundé.

A l’époque, Corinne Bach, dans une interview avec Ecofin que nous reprenons-ci dessous, disait : ‘‘Nous souhaitons déployer plusieurs dizaines de salles dans les pays de l’Afrique subsaharienne. Le Cameroun est notre premier pays. Nous avançons aussi sur la Guinée, le Bénin, le Togo, le Sénégal et bien d’autres pays.’’

Alors question : pourquoi faire croire à Alpha Condé que son pays est le chouchou du groupe Bolloré qui commencerait toutes ses innovations en Afrique par la Guinée ? Parce qu’il s’agit bien de vendre cette idée qui pourrait bien faire dire au président guinéen que ses relations sont particulières avec Vincent Bolloré qui dispose d’une grande concession au port de Conakry. Une autre question en lien avec la première : partout où Vivendi ouvrira Canal Olympia, va-t-on encore clamer haut et fort que c’est le premier du genre, pour s’accorder les faveurs du pouvoir ? Et puis, il faut cesser de nous prendre pour des demeurés qui ne savent même pas ce qui se passe tout près d’eux…

Agence Ecofin : C’est quoi le concept de salle de cinéma-spectacles « Canal Olympia ?

Corinne Bach : Canal Olympia est une salle de cinéma et de spectacles. C’est une salle polyvalente qui va accueillir à la fois la projection cinématographique mais aussi permettre de produire des artistes, des spectacles, de par sa scène intérieure et sa scène extérieure. Le concepteur est très novateur, puisqu’il allie à la fois une salle de cinéma et une scène extérieure pour faire des concerts avec plusieurs milliers de personnes. La première salle est ouverte au Cameroun. Elle offre une salle de 300 places.

AE : Lorsqu’on parle de « Canal Olympia », quel est le lien entre ce nouveau projet et les autres entités du groupe Vivendi, notamment Canal+ ?

C.B : Canal Olympia associe effectivement 2 marques très fortes du groupe Vivendi. Il y a le groupe Canal+ qui est présent en Afrique depuis plus de 20 ans et qui, aujourd’hui, a plus de 2 millions d’abonnés à son service de télévision. Sa notoriété est très forte dans la télévision et le cinéma en Afrique. Il y a l’Olympia, la mythique salle de spectacles appartenant aussi à Vivendi. Celle-ci est davantage tournée vers la musique. En associant ces 2 marques, on a voulu créer une salle qui va combiner en fait le cinéma et la musique. Nous avons commencé par le Cameroun.

AE : Après le Cameroun, le projet va s’étendre en Afrique, au Sud du Sahara. Combien de salles seront construites ?

C.B : Nous souhaitons déployer plusieurs dizaines de salles dans les pays de l’Afrique subsaharienne. Le Cameroun est notre premier pays. Nous avançons aussi sur la Guinée, le Benin, le Togo, le Sénégal et bien d’autres pays.

AE : En construisant la première salle au Cameroun, quelle place accordez-vous au pays dans le cadre de ce projet ?

C.B : Le Cameroun est unique. C’est déjà le premier territoire du projet. Avant de lancer l’ensemble des salles sur le continent, nous avons souhaité en faire une qui soit notre salle concept. Le Cameroun, par sa créativité, sa richesse culturelle et l’implantation de Canal+, est un territoire idéal pour construire notre première salle. Nous avons terminé une salle. Pour nous c’est le premier bijou. Il y a en aura bien d’autres dans ce pays. Nous allons le répliquer partout, notamment à Douala. On avance. Il faut qu’on trouve des sites d’implantation. Les villes sont assez denses et ce n’est pas toujours facile de trouver des espaces suffisamment importants. Pour que les gens puissent y venir, il faut que la salle soit proche d’eux. L’enjeu est de trouver des sites suffisamment grands pour accueillir la salle, et qui soient accessibles. On va regarder à Douala et Yaoundé. Ça viendra au fur et à mesure de la disponibilité des emplacements.

AE : Combien a coûté cette première salle « Canal Olympia » ?

C.B : Je ne peux pas m’exprimer là-dessus.

AE : Le groupe Vivendi a-t-il identifié un marché culturel suffisamment important en Afrique pour porter ce projet de salles de cinéma-spectacles ?

C.B : La genèse de ce projet vient de 2 constats faits par Vivendi. D’une part, l’Afrique est une opportunité à saisir de manière générale. La richesse culturelle est grande : on a des artistes, on a beaucoup de créativité. La culture, le divertissement et le loisir sont très importants pour le public. D’autre part, le groupe Vivendi, avec ses actifs dans la télévision, le cinéma, la musique, a tous les atouts pour faire des choses incroyables. Donc, voilà aussi pourquoi nous avons décidé d’investir de manière massive en Afrique sur ces salles de cinéma et de spectacles.

AE : Comment vont fonctionner ces salles ?

C.B : La première salle est déjà totalement fonctionnelle, tant dans sa partie cinéma que dans sa partie extérieure. Nous allons l’ouvrir prochainement et nous sommes en discussion très avancée avec le recteur de l’université de Yaoundé I pour définir le mode d’exploitation et la programmation cinéma.

AE : Quelle place sera accordée à la diffusion des contenus africains à travers ces salles de cinéma et spectacles ?

C.B : Oui. C’est prévu. Il y aura, à la fois, des équipes qui viendront du groupe Vivendi : musiciens, artistes, cinéastes. Mais on veut aussi travailler avec le système des producteurs locaux, d’artistes de cinéma. Nous avons déjà des liens avec le festival Ecrans Noirs. On n’a pas encore arrêté que la programmation de ce festival sera diffusée dans la salle Canal Olympia. Toujours est-il que nous allons travailler avec la richesse culturelle locale.

AE : Dans cette salle pilote du Cameroun, qu’est qu’il y aura, hormis la projection des films ?

C.B : Il y aura des concerts de musique. On imagine l’enregistrement des émissions télé, faire des concours de talents, faire des shows humoristiques, des stand-up, des projections diverses et variées, des projections de films de catalogues, des avant-premières. Après, cette salle est tellement polyvalente qu’on pourra y tenir des conférences. Il y a des idées avec l’université de Yaoundé I. C’est une salle très moderne et innovante. A l’intérieur, le matériel est numérique. Cette salle est totalement écologique car elle est alimentée en énergie solaire. C’est une première mondiale. Nous sommes en train de monter un réseau mondial de salles de cinéma et de spectacles entièrement vertes.

AE : Pour Vincent Bolloré et le groupe Vivendi, l’investissement dans la culture en Afrique constitue-t-il du business ou de la communication sur l’image ?

C.B : Il y a un business dans la culture, le cinéma et le spectacle en Afrique. Le groupe Vivendi investit énormément dans ce domaine-là. On a lancé la chaîne Tv A+ qui est produite par l’Afrique et pour les Africains. Nous sommes également en train de nous déployer dans la musique en installant des bureaux d’Universal Music, notamment en Côte d’Ivoire. Il y a aussi Dailymotion qui est la plateforme vidéo. Tout ça n’est pas fait par hasard. C’est parce qu’on croit vraiment qu’il y a un business dans la culture, le cinéma et le spectacle en Afrique.

AE : Vous croyez-vous capables de créer des habitudes chez les consommateurs ?

C.B : Ah ! Ce sera un défi. Mais nous sommes prêts à le relever. Nous allons essayer d’être au niveau, pour que les gens viennent dans ces salles et prennent du plaisir en famille, avec leurs amis ; et surtout viennent régulièrement. Ce que nous avons à cœur de faire, c’est de trouver une programmation qui va enchanter le public. La programmation de films africains et internationaux.

AE : Tenez-vous compte du pouvoir d’achat des Africains ?

C.B : Oui. Les prix seront très abordables.
L'inauguration de Canal Olympia de Yaoundé

Agence Ecofin

 
‘‘Maintenant que Antonio est président du COCAN, il ne devrait plus être candidat à la FEGUIFOOT’’

2017/1/11

Aujourd'hui en Guinée La nomination des membres du comité de pilotage du Comité d’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations en Guinée en 2023 (COCAN 2023), le 3 janvier dernier par décret présidentiel continue d’alimenter la chronique dans la cité. C’est dans cette optique que l’historien et journaliste sportif, le doyen Elhadj Amadou Diouldé a réagi au micro de notre reporter, sur le choix des membres du comité de pilotage du COCAN, constitué quasiment d’hommes d’affaires, dont le président est Mamadou Antonio Souaré, Ingénieur télécom, PDG de GBM, le vice-président Général Mathurin Bangoura, Gouverneur de la ville de Conakry, et le deuxième vice-président, Kerfala Person Camara, PDG de Guicopress…Quand on sait que M. Antonio Souaré, particulièrement lorgne aussi la présidence de la FEGUIFOOT, certains observateurs émettent déjà des réserves sur ce cumul de fonctions qui ne pourrait que conduire à des conflits d’intérêt, l’homme étant président du Horoya AC, entre autre.

Pour Amadou Diouldé Diallo, « le cumul qui ne se fait pas ailleurs exposerait le pays à la risée du monde. » Sur la composition du comité de pilotage du COCAN, le chroniqueur sportif met le pied dans le plat en disant : « Alpha Condé comme à son habitude, a nommé des hommes d’affaires à la mode, et des cadres ayant des faveurs appuyées par le réseau de copains tapis au ministère des Sports, de la culture et du patrimoine historique, et une député Docteur Dialikatou, connue et reconnue pour sa transhumance politique. »

Pour le doyen Diouldé, il s’agit là « des spectateurs nommés à la place des acteurs que sont le ballon d’or Souleymane Chérif, Petit Sory, Papa Camara et autres Thiam Ousmane Tolo, des grands journalistes comme Gaoussou Diaby et Cheick Fantamady Condé, et le grand dirigeant Docteur Baba Sakho. »

Pour finir, il lance : « maintenant que Antonio Souaré est président du COCAN, il ne devrait plus être candidat à la FEGUIFOOT. »

Mais à écouter le président du COCAN, qui s’est confié à nos confrères de la radio espace FM, le lendemain de sa nomination, ‘’ailleurs ce sont les présidents des Fédérations de football qui présideraient les comités de pilotage des organisations des CAN’’, selon Antonio Souaré. Ce qui voudrait dire que M. Souaré est bien prêt à briguer le poste de président de la Fédération Guinéenne de football.

le démocrate

 
Officiel : Une Coupe du Monde à 48 équipes à partir de 2026

2017/1/11

Aujourd'hui en Guinée Le Conseil de la FIFA a voté à l’unanimité l’entrée en vigueur d’une Coupe du Monde à 48 équipes à partir de 2026. Elle sera divisée en 16 groupes de 3. La Coupe du monde de football regroupera 48 équipes à partir du Mondial 2026. Le Conseil de la FIFA, le gouvernement du football mondial, a voté à l’unanimité pour un Mondial à 48 (16 groupes de 3) à partir de 2026, indique la Fédération internationale de football sur son compte Twitter.

Depuis sa première édition en 1930 en Uruguay, avec 13 sélections, le Mondial a beaucoup évolué, au rythme du développement de la société de consommation et de communication. En 1982 en Espagne, le Mondial est ainsi passé de 16 à 24 équipes puis à 32 en 1998 en France. Le Mondial 2022 au Qatar sera le dernier disputé par 32 nations.


Avec 7sur7

 
Pr Alpha Condé et son Premier ministre inaugurent Canal Olympia à Kaloum

2017/1/10

Aujourd'hui en Guinée Blue Zone le 10 janvier 2017: Le président Alpha Condé et son Premier ministre Mamady Youla inaugurent la salle de cinéma et de spectacles Canal Olympia de la Blue Zone de Kaloum. La salle de cinéma et de spectacles a une capacité de 300 places , il y a aussi un second podium aux normes standard en plein air pour une capacité de plus de 5000 spectateurs. Félicitations du Pr Alpha Condé.

Focus

 
Un carnaval géant supplie Antonio d'être candidat à la présidence de la feguifoot:Le rédempteur du football guinéen va t-il accepter ?

2017/1/9

Aujourd'hui en Guinée Une marée humaine dans les rues de Conakry pour exiger la candidature de Antonio Souaré à la présidence de la feguifoot.Cette marche a été organisé ce lundi 9Janvier 2017 par la coordination des clubs du pays et des membres statutaires.

Avec pour itinéraire stade du 28septembre-port autonome-Palais sekhoutoureya-avenue de la république route du Niger et siège de la feguifoot.

Munis de bougies,torches,lampes synonyme de lumière et de clarté en scandant des slogans et arborant des tee-shirts et banderoles à l'effigie d'Antonio Souaré sur lesquelles on pouvait lire[Antonio le sauveur du football guinéen,la solution pour le football Guinéen ça sera toi le président de la feguifoot}

Partout,d'interminables expression de soutien pour le renouveau du football guinéen dont Antonio est le rédempteur.

C'est surtout ou marché du Niger que les acclamations atteindrons leur apothéose.
Des marchands,des marchandes des vendeurs de lubrifiants aux abords de la route sortiront pour se mêler à cette caravane,en priant le ciel pour que la victoire d'Antonio Souaré, à la prochaine soit une victoire écrasante et pour cela tous les membres statutaires du pays exigent d'Antonio d'accepter d'être leur candidat pour sauver le football guinéen.

En plus de tous les sacrifices que l'homme fait pour ce sport c'est sur cette demande seulement qu'il fera l'unanimité pour rehausser le niveau de notre football qui a tant souffert.
Le OUI d'Antonio à cette demande du peuple doit être un OUI intangible,un OUI sacrée en attendant le jugement de l'histoire,qui retiendra ce déferlement populaire et impressionnant qui n'aura jamais vu sur l'itinéraire emprunté,provoquant par endroits des bouchons Indescriptible dans Kaloum on point de rendre parfois la circulation difficile.

C'est aussi cela la rançon de la gloire pour Antonio Souaré qui ne reculera plus en aucune circonstance.

Le rédempteur va t'il accéder à la demande des membres statutaires et des férus de cuir rond ?on le saura dans les jours à venir.

Ibrahima Diallo
DG Radio liberté Fm

 
Paul Pogba dédicace son maillot à Antonio Souaré

2017/1/8

Aujourd'hui en Guinée Le milieu et meneur de jeu de la Juventus de Turin et de l'équipe de France, le franco- guinéen, Paul Pogba a offert son maillot turinois specialement dédicacé à Antonio Souaré PD Guinée-Games et Président du Horoya.

Témoignant de sa reconnaissance et de son remerciement aux efforts immenses et patriotiques que déploie le patron d'entreprises pour le développement socioeconomique de la Guinée, en général, et pour l'épanouissement de sa jeunesse et la promotion de son sport, en particulier. Le célèbre footballeur a chargé sa maman, madame Yeo Mathias, de procéder à cette remise effectuée à Paris en fin décembre 2014.

Antonio Souaré a présenté, lundi 05 janvier 2015, ce maillot à ses collaborateurs à la faveur d'une retraite de travail au chantier de l'un des plus grands centres sportifs au sud du Sahara à York oui à (Dubreka) à 50 kilomètres de Conakry.


A.C

 
 Ajouter un commentaire
Sampil tacle Antonio : ‘‘Depuis qu’il est président de la Ligue, le public sportif va moins dans les stades’’

2017/1/6

Aujourd'hui en Guinée Dans une interview accordée à notre rédaction le 2 janvier, Aboubacar Dinah Sampil, Vice-président de la Ligue guinéenne de football professionnel (LGFP) et président de l’AS Kaloum, s’en est pris ouvertement à Antonio Souaré, président de la LGFP et du Horoya AC qui, selon ses propos, a pris le football guinéen en otage. Dans cette interview, il parle également du mauvais fonctionnement de la LGFP et de son soutien à Salifou Camara ‘’Super V’’.

Des rumeurs persistantes font état de la volonté du Président de la Ligue guinéenne de football (LGFP), de vous évincer de votre poste de Vice-président. Qu’est-ce que cela vous inspire comme réaction ?

Aboubacar Sampil : D’après mes informations, un plan machiavélique est en train d’être monté pour organiser le plus rapidement possible des élections au niveau de la Ligue professionnelle, à travers le Comité de Normalisation, dans le seul but de m’évincer. Ce n’est pas au Comité de Normalisation d’organiser des élections au niveau de la Ligue professionnelle. On dit souvent que je ne participe pas aux réunions. Mais il faut savoir qu’aucune réunion n’a été convoquée normalement au niveau de la LGFP depuis sa création. Tout se passe au niveau d’Antonio Souaré. J’apprends aussi comme deuxième hypothèse, qu’il veut me suspendre. Mais Antonio Souaré doit comprendre qu’il n’a pas la possibilité de me suspendre, ni organiser un semblant d’élection pour m’éliminer. S’il tente de le faire, je n’hésiterai pas une seule seconde à saisir la CAF, la FIFA et le TAS. Je ne me laisserai pas faire, car je suis prêt pour le combat qu’il veut engager.

Qu’est-ce qui explique cette situation, selon vous ?

En fait, Antonio Souaré a l’intention d’affaiblir l’AS Kaloum et ainsi tuer la concurrence au niveau du championnat national de Ligue 1, dans la mesure où seul ce club est capable de rivaliser avec le Horoya AC dont il est le président. Il dit partout qu’il va tuer l’AS Kaloum. Je dénonce avec vigueur cet état de fait, car dès qu’il y a une position dominante, il n’y a plus de concurrence. Aujourd’hui, le football guinéen est pris en otage par Antonio Souaré, mais peu de personnes osent le dire ouvertement. Au niveau de la Ligue guinéenne de football professionnel, tout est arrangé pour le Horoya AC au détriment de l’AS Kaloum. Il a la haine contre notre club. Mais l’AS Kaloum dont je suis le président est prête à affronter Antonio, car il y va de la survie du club. Il doit savoir que nous sommes prêts pour le combat. S’il a la maladresse de s’en prendre à moi, toute la Commune de Kaloum se lèvera contre lui. Je suis prêt à l’affronter non seulement sur le plan national, mais aussi sur le plan international. Si Antonio Souaré prend des décisions inappropriées, je suis prêt à saisir les grandes institutions qui gèrent le football, à savoir la CAF, la FIFA et le Tribunal arbitral du sport.

Selon vos propos, tout n’est pas rose au niveau de la Ligue guinéenne de football professionnel, alors que du côté de l’entourage d’Antonio Souaré, on parle d’un bilan élogieux. Qu’est-ce qui explique ce contraste ?

Aujourd’hui, pour la première fois dans ce pays, les clubs de Ligue 1 et Ligue 2 ont démarré leurs compétitions respectives sans subvention. Cela veut dire que tout ce débat était basé sur le mensonge. Si la même personne continue à parler et qu’on l’écoute, cela veut dire que nous sommes devenus fous. La Ligue guinéenne de football professionnel est la Ligue Horoya du football professionnel et vous le savez très bien. Aujourd’hui, au niveau du football guinéen, c’est la corruption. Depuis que la Ligue professionnelle a commencé ses activités, c’est la corruption qui prévaut. Nous avons vécu des périodes extrêmement difficiles dans ce pays. Il y a un arbitre qui a affiché son soutien au Horoya AC et qui est toujours choisi pour diriger les matches qui opposent l’AS Kaloum au Horoya AC. Nous avons demandé sa révocation, le Horoya a refusé parce c’est le président du Horoya AC qui est en même temps le président de la Ligue. A partir de là, comment voulez-vous que le football marche. Les corrompus sont les arbitres et le corrupteur est Antonio Souaré qui est le président de la Ligue et qui est à la base de tout cela. Il n’y a jamais eu ça dans le football guinéen. Sur un autre plan, le constat est très alarmant car depuis qu’Antonio Souaré est président de la Ligue, le public sportif va moins dans les stades.

Antonio Souaré serait sur le point d’annoncer sa candidature au poste de président de la Fédération guinéenne de football. J’imagine que vous ne partagez pas ce point de vue ?

Antonio veut être président du Horoya AC, de la Ligue guinéenne de football professionnel, de la Fédération guinéenne de football, du Comité d’organisation de la CAN 2023 (COCAN), voire peut-être président de la République. Ce n’est pas possible. Mais tout le monde ferme les yeux et le laisse faire. En réalité, il ne veut pas lui-même annoncer sa candidature. Il est en train d’instrumentaliser des jeunes pour créer des mouvements de soutien, afin de faire croire à l’opinion qu’il a été obligé par le peuple de se présenter comme candidat. Il a trouvé cette formule car il est rattrapé par ses propos. Comme vous le savez, il a clamé haut et fort depuis plusieurs années qu’il n’est pas intéressé par le poste de président de la Fédération guinéenne de football. Il sait que s’il se présente comme candidat, je deviens automatiquement président de la Ligue et de facto Vice-président de la Fédération guinéenne de football. Il est contre ce principe et c’est pourquoi il veut engager le bras de fer avec moi. Tout le monde sait aussi qu’après l’adoption des nouveaux Statuts de la Fédération, Antonio Souaré a organisé une rencontre à Yorokoguia avec les membres statutaires pour distribuer de l’argent. C’est de la corruption pure et simple. Le comble dans tout cela, c’est que le CONOR est sous ses pieds.

Vous avez affiché publiquement votre soutien à Salifou Camara ‘’Super V’’ depuis quelques semaines. Pensez-vous qu’il est l’homme de la situation ?

Pour moi, c’est le leader du football guinéen. C’est le seul qui peut rehausser le niveau du football guinéen dans l’impartialité. C’est le seul qui est neutre. Mais ce n’est pas parce qu’on le soutient qu’il va défendre l’AS Kaloum. Nous avons été défavorisés quelques fois quand il était président, mais c’est facile à comprendre que quand il y a un parti pris. Si je me suis investi dans le football, c’est en grande partie à cause du président Salifou, car c’est un professionnel. Si j’ai financé pendant trois ans le football guinéen à travers Nimba Mining, c’est à cause de lui. Mais s’il n’est pas là, moi je ne crois plus au football guinéen. De nos jours, j’investis moins dans l’AS Kaloum, parce que ce club est mis en minorité par un groupe d’individus qui croient que l’AS Kaloum doit disparaître. Aujourd’hui, à la Fédération guinéenne de football, il faut un homme qui est neutre et qui a la compétence pour diriger le football guinéen. Je crois et j’insiste dessus, si quelqu’un de Horoya vient à la tête de la Fédération, l’AS Kaloum ne sera pas d’accord et si quelqu’un de l’AS Kaloum vient à la Fédération, le Horoya ne sera pas d’accord. Je crois que pour favoriser le développement du football guinéen, il faut ramener Salifou Camara ‘’Super V’’ à la tête de la Fédération guinéenne de football. Pendant des années, la Fédération n’avait pas de siège digne de ce nom. C’est grâce à lui que le siège de la Fédération guinéenne de football a été construit. Il a commencé la construction de l’hôtel qui doit accueillir les sélections nationales, mais depuis qu’il est parti les travaux sont arrêtés. Tout le monde a pu constater que Salifou Camara est quelqu’un de compétent, qui a une ouverture sur le plan international et qui ne raconte pas de conneries, qui ne peut pas dire que les clubs vont avoir un milliard de Francs guinéens comme subvention.

Source: Guinée Sports

 
11ème journée du tournoi inter-quartier de football à Dixinn : Dixinn-Mosquée vs Hafia-Château d’Eau (2-0)

2017/1/5

Aujourd'hui en Guinée Conakry, 04 jan (AGP)- La 11ème et dernière journée des phases aller du tournoi de football inter-quartier de la commune de Dixinn a opposé Dixinn- Mosquée à Hafia-Château d’Eau, mardi, 03 janvier 2017, au Stade annexe du 28 Septembre à Conakry. L’équipe de Dixinn-Mosquée a eu raison de son homologue de Hafia-Château d’Eau sur le score de 2 buts à 0.

A noter, que les 2 buts de Dixinn-Mosquée ont été marqués par le numéro 11, Mody Maï Traoré. Le 1er a été inscrit au cours de la 1ère mi-temps et le second à la 2ème mi-temps.

A rappeler, que cette équipe de Dixinn-Mosquée est l’heureuse gagnante du dernier trophée du tournoi de football inter-quartier à Dixinn, obtenu il y a de cela 6 ans.

AGP

 
 Ajouter un commentaire
Le chef de l’Etat, Pr Alpha Condé nomme les membres du COCAN 2023

2017/1/3

Aujourd'hui en Guinée Conakry, 03 jan (AGP)- Le président de la République, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé a nommé, dans la soirée du lundi, 02 janvier 2017, les membres du Comité d’Organisation de la Coupe d’Afrique des Nations (COCAN) senior de football, prévu en 2023 en Guinée, rapporte l’AGP.


Publié sur les ondes de la Radiodiffusion Télévision Guinéenne (RTG), medias de service public, les cadres promus sont au nombre de six (06), présidé par le président de la Ligue Guinéenne de Football Professionnel (LGFP), Mamadou Antonio Souaré, le gouverneur de la Ville de Conakry, Général Mathurin Bangoura et le PDG de Guico-Press, Kerfalla KPC Camara.


Voici la liste des membres du COCAN :


1- Président : M. Mamadou Antonio Souaré, ingénieur Télécommunication, président de la LGFP ;


2- Vice-président : Général Mathurin Bangoura, gouverneur de la Ville de Conakry ;


3- Deuxième vice-président : M. Kerfalla KPC Camara, PDG Guico-press


4- Secrétaire permanant : M. Cheick Dem, administrateur civil, représentant de la FGF ;


5- Directeur des Operations : M. Aboubacar Molota Camara, représentant du Ministère des Sports ;


6- Directrice des Operations Adjoint : Madame Traoré Zalikatou Diallo, Député.


AGP

 
Masters : La Thaïlandaise offre à la République de Guinée cinq (05) bourses d’études

2017/1/1

Aujourd'hui en Guinée L’Agence Thaïlandaise de Coopération Internationale (TICA) offre à la République de Guinée, cinq (05) bourses d’études, niveau Master, au titre de l’année académique 2017-2018 Les programmes identifiés pour ces bourses sont les suivants :

1. L’Aquaculture ;

2. L’Economie-Finance ;

3. La Foresterie ;

4. La Microbiologie ;

5. La Télécommunication.

Les dossiers de candidature doivent comporter :

- deux (2) lettres de recommandation ou de référence (en Anglais) ;

- Trois (3) formulaires de candidature dûment remplis avec photos d’identité ;

- Trois (3) copies du diplôme de la licence ou équivalent (en anglais) ;

- Trois (3) copies des relevés de notes du dernier diplôme en Anglais ;

- la photocopie du passeport ;

- le Certificat ou l’Attestation d'aptitude en langue Anglaise.

Les candidats peuvent se procurer les formulaires au siège de l’Office National des Bourses Extérieures sis à Almamya, Commune de Kaloum.

La date limite du dépôt des dossiers à l’Office National des Bourses Extérieures (ONABE), est fixée au Vendredi 03 Février 2017, délai de rigueur.



Transmis par le Bureau de Presse de la Présidence

 
 Ajouter un commentaire
Centre Sportif et de Loisirs de Yorokoguia :Visite des membres statutaires

2016/12/30

Aujourd'hui en Guinée Après les missionnaires de la Fédération Internationale de Football Association ( FIFA ) et de la Confédération Africaine de Football ( CAF ), le mercredi 28 décembre 2016, ce sont les membres statutaires de la Fédération Guinéenne de Football conduits par le Président du Comité de Normalisation, Nabe et le secrétaire général, Ibrahima Barry Blasco qui ont été reçus ce jeudi 29 décembre par Antonio Souare, Président du Groupe Business Marketing au Centre Sportif et de loisirs de Yorokoguia à Dubreka. Ils ont aussi eu droit aux explications détaillées du Maître d'Ouvrage avant le partage du repas de famille footbalistique.

A.C

 
 Ajouter un commentaire
Carnet d’ un Zonard : 1 « Naïté enflamme la Toile », il n’en reste que des cendres de la Culture

2016/12/27

Aujourd'hui en Guinée M. le ministre, mon cher Naïté, dès notre première rencontre, tu m’avais tutoyé en me faisant toi-même l’expresso que tu m’avais offert. Ce geste correspondait à ce jeune monsieur « moderne » dont j’ai apprécié le « Le Mouna » première version, qui permettrait à une foule nombreuse d’appeler l’étranger à un coût incroyablement bas, et surtout avec un service impeccable assuré par de jeunes Guinéen(ne)s ; mais intérieurement je me disais, « il y a un Toubab » tapis dans l’ombre ou au moins « un Blanc pour nous » (Libano-syrien, dit Moussa de Côte d’Ivoire). Eh bien non, c’est bien un jeune Guinéen du nom de Moustapha Naïté qui est également fondateur du superbe Cyber Mouna, alors que l’autre sur le trottoir d’en face disparaissait, naturellement avec la « descente » du portable depuis la « Galaxy » où prospèrent les réseaux sociaux. Nous y voilà.

M. Idrissa Camara vous interpelle « On assiste à plus de buzz que de réalisations. On veut votre réussite mais parlant d’un tailleur, une machine, il n y a pas eu un impact assez important puisque le nombre était trop peu »
Moustapha Naite : Idrissa Camara, vous n’avez pas compris le projet d’incubation et d’apprentissage des Métiers de la Confection (un tailleur, une machine Avec le Centre d’Incubation et d’Apprentissage des Métiers de la Confection installé dans la maison des Jeunes de Taouyah, ce sera, in fine, 300 jeunes filles et garçons par an formés et accompagnés dans la mise en place de leur entreprise de confection…Je voudrais rappeler que le rôle du ministère doit être celui de créer les conditions (accompagnement, politique globale, vision moyen et long terme…) pour l’insertion socioéconomique et professionnelle…C’est ce que nous essayons de faire avec les moyens qui sont les nôtres même si nous travaillons aussi à imaginer des financement innovants pour des projets plus structurants. J’espère que cette réponse te satisfait… »

Voilà la langue bois, avec des sigles et des vœux. Mon cher Naïté, j’étais à Ckry du 23 octobre au 11 novembre. LA REALITE ONCRETE est que vous auriez (je mets cela au conditionnel puisque les locaux sont cadenassés, donc je n’ai pas vu, mais les témoins-victimes sont là-bas puisque vous m’avez même cité en rétorquant à leur interpellation..), donc vos avez préféré évacuer les « tamtams qui sont dépassés, dixit « Super Bobo» » venu en renfort de l’Emploi contre la Culture , en y installant quelques machines à coudre, après avoir contracté avec des formateurs (sénégalais) pour apprendre à des jeunes Guinéens la broderie, fait nettoyer les deux grands hangars où j’étais en partenariat avec deux formateurs qui avaient mis en résidence des enfants que nous, nous avions extraits à la prédélinquance en leur assurant les soins de santé, une formation dans les différentes disciplines artistiques, l’alphabétisation avec une ONG guinéenne ; il y a un Américain qui leur apprend à jouer de la flute pastorale en finançant son propre séjour en Guinée (un loyer de 5 millions de fg) ; moi je leur offrais depuis 2010, un repas « propre et riche en vitamines », puisque moi-même je ne mangeais que là-bas à midi, et l’Américain et un couple de jeunes Italiens venus avec un documentaire sur « l’immigration clandestine » y prenaient le même repas les jours où ils avaient leur plage de formation.

Je suis allé te voir pour te proposer de faire nettoyer ces entrepôts qui servaient de garage et de parcs à des jeunes « quadras » intouchables parce que militants de je ne sais quel Parti. En échange, j’offre à l’Etat, la formation d’animateurs et formateurs des 6 X 38 maisons des jeunes que tu es entrain de construire. Je l’ai fait en Côte d’Ivoire dans le cadre de la coopération franco-ivoirienne Au CAFAC (Centre d’Animation et de Formation à l’Action Culturelle. Institution à la naissance de laquelle j’ai participé et où j’ai pendant une décennie nous avons formé des jeunes qui aujourd’hui ne sont pas seulement dans l’encadrement du développement culturel, mais ont créé des dizaines de structures privées qui irriguent le « marché » de la création et des industries culturelles en Côte d’Ivoire.
Je te demandais aussi d’avoir ton appui pour que je récupère une parcelle spoliée par les mêmes agents véreux de l’Etat afin que je puisse mettre en résidence ces enfants à mes frais. Tu as fat un mot à l’attention de Batouta alors maire « non élu » qui a « séquestré » un ordre de mission relatif à la récupération de ce bout de terrain, ordre de son ministre de tutelle s’agissant de son pouvoir déconcentré relevant de l’Exécutif. Bref, il a dit niet.

Depuis, je n’ai pu te convaincre de relancer l’affaire ; tu étais surbooké, (élections obligent ?) C’était la veille du second mandat. Bref, voilà que les deux hangars sont peints par Indigo, avec des fenêtres en alu, les portes cadenassées, l’eau envahissant l’intérieur, les jeunes « apprenants » n’ayant toujours pas appris, les formateurs attendant, et ceux qui ont préfinancé ce ravalement avec les jolis mots « d’incubation », attendant que l’Etat mette la main à la poche. Donc, mes partenaires « répètent » ou cuisent sous le soleil de la cour, les futurs jeunes venus parfois du pays profond, attendent que les poules aient des dents. Donc la MJC est devenu MJ : la culture se trouve chassée, réduites en cendres et interdite de Tam tam à cause des réunions d’à côté à la mairie. Je précise que nos voisins du second hangar sont de jeunes acrobates de la vague géniale du « Circus Baobab ». Ce ne sot pas là des « critiques », mais des faits en béton. J’ai mis de côté toutes les « rumeurs » pour te demander : qu’est-il donc arrivé à ce jeune homme dynamique, plein de talents, d’idées biens liées à un PRAGMATISME qui semblait incassable ? Mais je positive ou rêve : ne pourrais-tu pas couper la papaye en deux : d’un côté L’EMPLOI (machines à coudre) de l’autre la CULTURE ? Tu avais deux immenses hangars pleins de jeunes qui avaient soif de culture, même dans le chômage. En lieu et place, tu n’as plus rien, ni emploi, ni culture, il ne reste plus que des sigles-slogans, comme tu les énumères ici, en les mâchonnant comme du chwingum, péché mignon des fonctionnaires commis par l’Etat pour « blaguer les artistes » depuis le coma de la « culture révolutionnaire ».
Au prochain twitt autour d’un « nespresso »,

Was-Salam,

Saïdou Nour Bokoum

 
Fédération Guinéenne de Football : La pression s'exerce sur Antonio Souaré

2016/12/25

Aujourd'hui en Guinée A quelques jours (28 décembre 2016 ) de l'Assemblée Générale extraordinaire d'examen des nouveaux statuts de la Fédération Guinéenne de Football, des personnalités sportives, groupes et mouvements en Guinée et à l'extérieur du pays intensifient le pressing sur le Président du Horoya Athletic Club, Antonio Souare, Président de la Ligue Guinéenne de Football Professionnel.

Tous oeuvrent afin que le PDG du Groupe Business Marketing prenne en main les destinées du football guinéen en acceptant d'être candidat à la Présidence de la future Fédération Guinéenne de Football.

L'ancienne star du football libérien, Master Georges Weah, aujourd'hui sénateur et candidat à la Présidence de la République de son pays, a personnellement fait le déplacement de Conakry, le mercredi dernier, et a encouragé le Président Antonio Souaré d'assumer les lourdes responsabilités que les pressions locales et internationales semblent l'obliger.

Ce dimanche 25 décembre, jour de Noël, de nombreux responsables de clubs de toute division, des membres des Ligues régionales de Football défilent à Yorokoguia pour exercer les mêmes pressions sur le fondateur de l'une des plus grandes académies de Football au sud du Sahara. Des jeunes mordus du cuir rond ont également fabriqué des affiches et banderoles à l'effigie du Président Antonio Souare pour l'obliger à répondre favorablement aux sollicitations dont il est l'objet.

Le Président du Horoya Athletic Club, Antonio Souaré, pour l'instant, se limite à remercier les uns et les autres pour la marque inestimable de confiance manifestée à son égard mais se réserve de tout engagement à date.

Le feuilleton est cependant engagé.

A suivre

Abdoulaye Condé

 
Remise d'un jet de maillot au ministre Siaka Barry

2016/12/14

Aujourd'hui en Guinée Le Footballeur guinéen Nabi Keita "Deko "est parmi les meilleurs Espoirs du football africain de l’année 2016.En prélude à l’édition 2016 des Glo-CAF Awards le milieu de terrain du Syli vient d'offrir un maillot au Ministre Siaka Barry en charge des Sports par le biais de son Mananger Malik Kebé.

L'événement se tiendra le 5 janvier 2017 à Abuja au Nigéria en marge de la remise du ballon d’or africain 2016, la CAF dévoilera le nom du « Meilleur Espoir de l’année 2016 ».

SB

 
 Ajouter un commentaire
Ambassade de Guinée au Maroc
Les raisons du différend entre l’Ambassadeur et ses collaborateurs
Au tour de Bathily de parler
« ma société ADS n’a jamais bénéficié d’un marché de gré à gré ni en Guinée, ni ailleurs »
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
D. nationale des Impôts
Prétendu détournement de 27 milliards GNF, la vérité a triomphé sur le mensonge
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Ambassade de Guinée au Maroc  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients