Gambie : Camapagne pour juger Jammet
Gambie : Lancement d’une campagne pour juger Yahya Jammeh

Partenaires

Africatime

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Mediaguinee

www.guineematin.com

34 visiteurs connectés

24 Octobre 2017 - 12h23
 RECHERCHER 

L’ivresse du Sergent Dida : Quand la réalité nourrit la fiction (Olivier Rogez, grand reporter à RFI)

2017/10/24

Aujourd'hui en Guinée Olivier Rogez, grand reporter à RFI a sorti son premier roman, "L'ivresse du Sergent Dida". Une fiction dont le personnage principal n’est pas sans rappeler le capitaine Moussa Dadis Camara, qui dirigea la Guinée en 2009.

Un pays africain, un despote mourant, un jeune militaire avide de pouvoir. Voilà les ingrédients du cocktail explosif concocté par Olivier Rogez. Pour son premier roman, le grand reporter de RFI utilise la fiction pour mieux dépeindre une réalité qu’il a eu maintes fois l’occasion d’appréhender pendant dix-neuf ans au service Afrique de la radio internationale.

Par un concours de circonstances, le sergent Dida, militaire désargenté, est amené à gérer les affaires lucratives mais louches d’un colonel véreux. Cette promotion devient le marchepied inattendu qui le hissera au sommet de l’État. Sans être nommée, la Guinée sert de décor à l’incroyable ascension de Dida, dont le personnage n’est pas sans rappeler le volcanique capitaine Moussa Dadis Camara, qui dirigea le pays en 2009.


Si Olivier Rogez a su dépeindre avec justesse le besoin de reconnaissance, le déterminisme social et l’obséquiosité envers les puissants, la description de l’exercice du pouvoir à travers le portrait d’un homme isolé et tourmenté par le doute conserve un goût d’inachevé.


JA

 
 Ajouter un commentaire
Audits à la Féguifoot: le Comité de normalisation rattrapé par une affaire de près de deux milliards

2017/10/24

Aujourd'hui en Guinée Depuis la publication du rapport des audits de la Fédération Guinéenne de football, à chaque jour qui passe, on ‘assiste à des révélations ça et là. Deux camps s’affrontent, le plus souvent par médias interposés. Dans cette bataille « médiatique », le comité de normalisation s’est invité dans la danse suite à des révélations de l’ancien président de la FGF.

A en croire les propos du président Mamadou Antonio Souaré, toutes les procédures engagées sur ces audits avant pendant et après se passent dans les règles de l’art et sous le contrôle de la FIFA.

Super V, ancien Président de la feguifoot, rejette en bloc ce rapport d’audit qui l’incrimine avec deux autres anciens membres de l’institution, Ibrahima Blasco Barry et le pool financier Morthon Soumah.

Pourquoi le Comité de Normalisation est rattrapé par une affaire d’argent ?

Au lendemain de son élection à la tête de la Feguifoot le 28 février 2017, Antonio Souaré, lors d’une rencontre avec la presse a dit :’’j’ai trouvé sur le compte de la fédération guinéenne de football, (200.000 FG) deux cent mille francs guinéens seulement’’.

De son coté, Salifou Camara Super V a dit le contraire lors de son passage sur Espace FM dans l’émission les ‘Grandes Gueules’’.’’En quittant la présidence de la Feguifoot, j’ai laissé deux milliards de Francs guinéens sur le compte de la Feguifoot’’.

L’on se rappel, après la crise au sein de la feguifoot, Super V avait cédé son fauteuil au président du Comité de Normalisation, Mohamed Lamine Nabé. On constate une grande différence entre ces deux montants. Ce sont au total un milliards neuf cent millions huit cent mille francs guinéens qui sont sans traces après le départ du CONOR (comité de normalisation).

Le Comité de Normalisation n’avait pas donné des explications après les élections remportées par l’actuel président qui pourraient démontrer l’utilisation de ce montant.

Moussa SOUMAH ( Univertsport.net)

 
Milice politique privée : Questions au président Alpha CONDÉ, et à son ami intime, Malick SANKHON

2017/10/23

Aujourd'hui en Guinée Le Samedi 14 Octobre 2017, dans une réunion à Conakry du parti du Président Alpha CONDÉ, son ami intime et, accessoirement Directeur Général de la C.N.S.S., monsieur Malick SANKHON déclare, sous des applaudissements ceci : «… Je prends à témoignage le parti : quiconque désormais s’amusera à venir à la Caisse pour troubler la quiétude des travailleurs, c’est moi qui le dis, je vous jure, tu ne sortiras par indemne. Qui que tu sois. Depuis hier (vendredi) j’ai reconstitué 2500 à 3000 jeunes dans Conakry. Quiconque s’amuse à nous provoquer, je vous jure, on lui marchera dessus…. ». Il précise un peu plus tard que ce nombre sera porté à 10.000 (de façon progressive).

En quelque pays que ce soit, la décision prise par un ami intime du président de la République, de créer une MILICE POLITIQUE PRIVÉE, poserait un problème FONDAMENTAL, de nature POLITIQUE et INSTITUTIONNELLE. Bien sûr, à CONAKRY aussi, des notabilités politiques et journalistiques ne sont pas restées indifférentes à cette déclaration inouïe. Des condamnations nombreuses, parfois vaniteuses s’en sont suivies. De vagues indignations formelles ont été exprimées. L’intention ainsi proclamée n’est pas en soi irrecevable. Mais elle aurait gagné à être moins personnelle, moins vaniteuse, moins partisane (au sens politicien), et donc plus CRÉDIBLE. C’est là tout le problème de quelques nouveaux aspirants au pouvoir dans notre pays. Certains exhortent leur parti à se saisir du problème afin de démontrer au pays leur qualité de « vrais opposants ». D’autres se contentent d’exprimer leur réprobation vertueuse. Tout cela est utile à la prise de conscience que si cet « ami présidentiel » n’est pas bloqué dans son élan destructeur, alors le pays ne pourra pas éviter le pire.

Quoi qu’il en soit, la création d’une MILICE POLITIQUE PRIVÉE par un Citoyen, de surcroît ami intime du président de la République, n’est pas jugée tolérable par nos concitoyens. A leurs yeux, elle apparait comme exceptionnellement inquiétante. Ça l’est. C’est un constat dont il faut se réjouir. Car ici, il s’agit bien d’un ACTE, et non pas d’une banale intention, exprimée par un excentrique opposant. Il fait la pluie et le beau temps en Guinée, dispose des ressources de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale à sa convenance. Il est particulièrement généreux avec son TUTEUR de président, surtout en période électorale, mais malheureusement avec l’argent de pauvres cotisants salariés. La « générosité » n’est pas condamnable, à condition qu’elle ne soit pas un « Robinson Crusoé » à l’envers, c’est-à-dire celui qui dépouille les pauvres au profit des Riches et des Puissants, tout en se servant au passage. Or c’est exactement ce que fait l’Ami du Président Alpha CONDÉ.

La MILICE dont il est question déjà créée, probablement à partir de ce qu’étaient les « Chevaliers Blancs » de sinistre mémoire, du même Malick SANKHON. Il serait donc souhaitable que cette GRAVISSIME affaire de milice privée présidentielle soit mise à l’abri des petites RUSES politiciennes partisanes. Car cet ACTE en apparence anodin de l’ami du président, questionne, subrepticement trois institutions fondamentales de notre pays, tout en pointant les fragilisant : les Institutions MILITAIRE, JUDICIAIRE et PRÉSIDENTIELLE.

Une fragilisation politique indéniable de la GUINÉE.

Par sa très grande proximité avec le président de la république, le patron de la toute « nouvelle » milice politique privée, et accessoirement Directeur Général de la C.N.S.S., n’est pas une personne quelconque dans le système de pouvoir à CONAKRY. Au plan politique, il n’est pas réputé faire des déclarations à l’emporte-pièce. Il est vraisemblablement le BRAS ARMÉ (au plan strictement personnel) du président en face duquel l’armée de la République, la nôtre, celle de la Nation toute entière, doit elle-même s’interroger sur la signification cachée d’une pareille entreprise. Rencontrant presque journellement le président, il brasse des milliards de la C.N.S.S., sur lesquels aucun contrôle n’est exercé. Le contexte sociopolitique du pays est très troublé. Tous les jours ou presque, il y a des manifestations de mécontentement ici et là. Des exactions cruelles sont infligées aux populations de BOKÉ, LOLA, KÉROUANÉ, MAMOU….. Aucune région de notre pays n’y échappe. Le Président ne cache même plus sa volonté de se bâtir un pouvoir à vie sur notre pays, malgré l’hostilité de plus en plus visible des citoyens, et contre toute vraisemblance constitutionnelle. Il effectue de plus en plus de voyages quasi-clandestins en Italie. Or on ne lui connait pas d’attirance particulière immodérée pour l’Italie, ou pour une Italienne qui justifierait ces furtifs déplacements. Ce pays est parsemé de réseaux pas toujours recommandables sur lesquels les pouvoirs publics officiels n’ont quasiment pas de contrôle efficace. Il s’agit de réseaux pas ou peu regardants et tout à fait compréhensifs pour les trafics d’armes et blanchiment d’argent de provenance plus que douteuse, surtout quand la provenance est africaine. De ce point de vue, le surgissement en si peu de temps d’hôtels de luxe à Conakry sans qu’on sache exactement l’origine des capitaux, ni comment ils y sont arrivés, devrait interpeller tous les GUINÉENS qui n’ont pas renoncé à la TERRE de leurs ANCÊTRES. Personnellement, je n’y renoncerais jamais. Pour être précis, j’émets l’hypothèse tout à fait crédible que la MILICE déjà créée par M. Malick SANKHON, ami personnel du président Alpha CONDÉ, ne serait pas mécontente de recevoir quelques armes et munitions. Car une milice armée, à la merci des DÉSIRS présidentiels, favorisent incontestablement toutes les manipulations institutionnelles à venir. On peut donc dire, au regard de cet ACTE gravissime, que le Président et son AMI, Malick SANKHON ont déjà réussi à créer une NOUVELLE DONNE POLITIQUE, jamais connue dans un pays en paix en Afrique de l’Ouest : une armée privée présidentielle financée sur fonds publics. Malheureusement, les hommes dits « politiques »de notre pays, n’ont pas l’air d’en mesurer les énormes risques. Peut-être même que l’Armée Républicaine, la nôtre, se croit-elle à l’abri de ce qui est en train de se tramer avec la déclaration de l’Ami présidentiel.

Le dévoiement visible de certaines institutions est illustré ici par la quasi-privatisation de la C.N.S.S. au profit de son Directeur et de son AMI, le président de la République.

Le Directeur Général de la C.N.S.S. et ami personnel du président, Monsieur Malick SANKHON, justifie la création, ou plus exactement la réactivation de sa MILICE POLITIQUE PRIVÉE par la nécessité de protéger son institution, c’est-à-dire la C.N.S.S. Et pour le faire, il aurait besoin d’une milice d’environ 3000 éléments, dont l’effectif pourrait à terme atteindre 10.000 membres. L’attachement de M. SANKHON à la sécurité de « son » institution est admirable. Mais de là à recruter 2500 à 3000 miliciens (armés ?) pour la protection de son personnel et de son institution, il y a un petit mystère : A supposer, avec beaucoup d’exagération que l’effectif total du personnel de la C.N.S.S. soit de 3000. Il y aurait donc un milicien pour protéger un salarié. Qui paye cette milice ? Les ressources proviennent d’où ? De qui ? Chaque employé de la C.N.S.S. a- t-il demandé une protection personnelle individualisée ? Qui menace cette institution ?

L’injustifiable silence prolongé du président, suivi du maintien de son AMI à la tête d’une institution essentielle (Sécurité Sociale) alors que pareille déclaration devrait déclencher des foudres sur la tête de son AMI Malick SANKHON, et une action judiciaire vigoureuse, appelle au moins deux remarques :

Première Remarque : la tentative à peine dissimulée de discréditer politiquement une grande majorité du R.P.G. qui par patriotisme, n’est plus disposé à avaliser les petites contorsions institutionnelles que le Président Alpha Condé s’apprêterait à faire. En déclarant à partir du siège du R.P.G. et dans sa conférence hebdomadaire, qu’il a déjà créé une MILICE POLITIQUE PRIVÉE, tout en se proclamant membre de ce parti, M. SANKHON insinue que le R.P.G, dans sa totalité adhèrerait au fait d’avoir créé ou de créer une milice politique privée. Or de source sûre, cela est loin très loin de la vérité. Bien au contraire, l’immense majorité de ce parti est hostile à toute idée de milice politique privée. J’ajoute que monsieur Alpha Condé n’est pas propriétaire du R.P.G. comme il a réussi à le faire croire. Il n’est qu’un de ceux qui ont créé le R.P.G.

Deuxième remarque : A y regarder de près, personnellement j’en arrive à l’idée que Monsieur Alpha CONDÉ a insidieusement installé dans notre pays un Etat apparent avec Ministres, Administrations totalement déconsidérés…. Et un autre Etat, celui-là parallèle, ou informel, si vous préférez, mais décidant du sort de douze millions de Guinéens. Deux personnes sont placées à la tête de l’Etat INFORMEL : Malick SANKHON pour les opérations de barbouze, et Tibou KAMARA pour toutes les autres opérations tortueuses, peu avouables. Il est le « Chef » de ce gouvernement informel. Il donne des ordres aux Ministres apparents, les convoque, suggère leur limogeage. D’ailleurs il juge globalement incompétent tout le gouvernement apparent (voir interview à GUINÉE7). En pointillé, il semble avoir déjà désigné à Monsieur Alpha CONDÉ, les Ministres à renvoyer et ceux à garder ou embaucher.

Il y a quelque chose d’inavouable, mais mystérieux qui lie Monsieur Alpha CONDÉ à Tibou KAMARA, et réciproquement. J’y reviendrai plus tard.

NB : Dans l’interview accordée à GUINÉE7, il y a un peu plus d’une semaine, M. Tibou KAMARA y énonce beaucoup d’incohérence et de contre-vérité. Puisqu’il a accès en libre-service à tous les moyens d’expression publics et privés, sans contradicteur, il délivre sans gêne, ses fariboles habituelles. Dans les jours à venir, j’entends mettre son nez dans ses incohérences.

Mamadou Billo SY SAVANÉ

 
 Ajouter un commentaire
Communiqué : La situation est totalement sous contrôle au Camp Alpha Yaya Diallo

2017/10/23

Aujourd'hui en Guinée Conakry, le 22 Octobre 2017 – Suite à l’incendie d’origine électrique survenu dans la nuit du samedi 21 Octobre 2017 au dimanche 22 Octobre 2017 au Camp Alpha Yaya Diallo de Conakry, le Ministre d’Etat, Ministre de la Défense Nationale, Mohamed Diané, s’est rendu sur les lieux pour les premiers constats en compagnie de la hiérarchie militaire.

Le Gouvernement remercie la promptitude des forces de défense et de sécurité ainsi que les services de la protection civile qui a permis de maitriser les flammes limitant ainsi les dégâts matériels.

Aussi, le Gouvernement tient à rassurer la population que toutes les dispositions sécuritaires ont été prises et l’invite au calme et à la sérénité. A date, la situation est totalement sous contrôle.

La Cellule de Communication du Gouvernement

 
 Ajouter un commentaire
Le président en exercice de l'Union africaine condamne l'attentat perpétré en Somalie

2017/10/21

Aujourd'hui en Guinée Le président guinéen Alpha Condé, président en exercice de l'Union africaine (UA) pour l'année 2017, a condamné l'attentat perpétré samedi dernier à Mogadiscio, capitale somalienne, ayant fait de nombreuses victimes.

Dans un message adressé mardi au président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed, M. Condé s'est dit consterné par la triste nouvelle de l'attentat au camion piégé dans le quartier le plus animé de Mogadiscio.

"En cette douloureuse circonstance je voudrais au nom du peuple de Guinée et à mon nom personnelle vous adresser vous et au peuple somalien et singulièrement aux familles des victimes mes condoléances les plus attristées", a-t-il déclaré.

Par la même occasion, il a exprimé sa solidarité et son soutien au peuple somalien face à ce qu'il a qualifié d'acte "barbare".

L'attentat de Mogadiscio attribué à Al-Shebab a fait au moins 276 morts et d'importants dégâts matériels.


Xinhua

 
 Ajouter un commentaire
Le RPG-arc-en-ciel sonne la mobilisation : Comme un air de pré-campagne électorale

2017/10/20

Aujourd'hui en Guinée Au siège du Rpg-arc-en-ciel, les assemblées générales hebdomadaires ont revêtu un air de pré-campagne électorale, dans la perspective des locales prévues pour le 4 février 2018 par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Ainsi, samedi dernier, lors de la réunion hebdomadaire, l’un des responsables du parti au pouvoir, Lansana Komara, a invité les militants à se mobiliser pour la victoire lors des élections à venir.

« La date des élections est fixée pour le 04 février 2018. Faisons en sorte qu’elle soit respectée, et ce respect dépendra non seulement de la CENI mais de nous tous. Donc, le travail important pour ces élections, c’est le choix des candidats sur les listes électorales », a indiqué Lansana Komara, à l’entame de son intervention lors de cette assemblée générale.

Concernant les critères de sélection des candidats, Lansana Komara a cité entre autres ‘’l’engagement pour la cause du parti, la popularité du candidat, la probité morale et la crédibilité du candidat.’’

Il s’agit aussi et surtout de refléter les idéaux du parti, selon Komara, qui pour finir a annoncé un début de campagne porte-à-porte pour sensibiliser davantage les populations, à adhérer à la cause du RPG arc-en-ciel.

De son côté, l’ancien ministre des Transports, Ahmed Tidiane Traoré, qui était présent à cette réunion du parti au pouvoir, a invité pour sa part les militants ‘’à l’unité, à la compréhension et à la cohésion entre les membres et au sein des structures du parti.’’

« Nous devons rassembler les autres. Nous vous invitons à la réflexion et à l’unité, donnons-nous la main, tous, hommes et femmes, marchez dans la même direction derrière le Pr Alpha Condé », a-t-il recommandé.

Le RPG arc-en-ciel a dépêché récemment des émissaires dans les préfectures intérieures, pour battre le rappel des troupes. Même si les détracteurs du parti y voient une manœuvre pour faire passer la pilule du 3ème mandat, que certains proches du président ont commencé à véhiculer dans l’opinion.

Le parti multiplie les déclarations en faveur d’un raz de marée électoral, à l’issue des joutes électorales à venir, notamment les communales et les législatives.

Des cadres du RPG, dont Bantama Sow et Alpha Ibrahima Kéira vont jusqu’à dire que c’est leur parti qui va se succéder à lui-même lors de la présidentielle de 2020. En vouant au passage l’opposition aux gémonies.

Ces discours musclés prouvent à suffisance que le RPG arc-en-ciel n’est pas dans une dynamique démocratique. Et maints observateurs déplorent que ce genre de discours ne parvienne à galvauder l’image de cette formation politique, qui était pourtant à l’avant-garde dans la lutte pour l’alternance en Guinée.

Mariama Dalanda DIALLO (L’Indépendant)


 
 Ajouter un commentaire
LA GUINÉE OPTE POUR PARIS POUR ABRITER SA LEVÉE DE FONDS

2017/10/20

Aujourd'hui en Guinée La Guinée Conakry met les petits plats dans les grands à l’approche du 16 et 17 novembre date où sera organisé un Groupe consultatif visant à financer les plans de développement du pays. Une levée de fonds qui aura lieu à Paris et compte sur le soutien d’une grande partie des institutions financières internationales, avec le FMI et la Banque mondiale en tête de file.

Le gouvernement guinéen s'apprête à organiser une levée de fonds les 16 et 17 novembre prochain à Paris. Une initiative qui compte sur le soutien d'institutions comme la Banque mondiale, la Banque africaine de développement, la Banque islamique de développement, la Banque arabe pour le développement économique en Afrique ou encore le PNUD. Ces institutions internationales se sont ainsi constituées en «Groupe consultatif» en compagnie de la République de Guinée.

Ce groupement compte rassembler plus de 300 participants à la levée de fonds. Une assemblée qui sera constituée de représentants de pays amis de Conakry, d'agences de coopération, d'institutions financières internationales et du secteur privé. L'objectif pour le gouvernement guinéen est de rassembler un maximum de bailleurs de fonds autour de son Plan national de développement économique et social (PNDES) 2016-2020, mais aussi sécuriser le financement de 50 projets «structurants» inscrits dans le Programme national d'investissement (PNI).

Budget total, 13 milliards d'euros

Pour Conakry, ces feuilles de route devraient offrir à l'économie guinéenne «des fondamentaux solides pour projeter le pays vers l'émergence en 2040, à travers un plan de diversification économique et de développement». Le PNDES, dont le budget est fixé à 13 milliards d'euros, s'articule autour de 4 piliers : la promotion de la bonne gouvernance, la transformation économique durable et inclusive, le développement du capital humain et la durabilité, notamment en termes de gestion du capital naturel. Les financements extérieurs attendus lors du groupe consultatif devraient cibler en priorité les secteurs de l'énergie, l'agriculture, les mines, l'urbanisme, l'aménagement du territoire, les transports ou encore l'éducation.

Le gouvernement guinéen compte ainsi capter le gros des financements du PNDES lors des travaux du groupe consultatif, en témoigne la présence confirmée du président Alpha Condé. D'ailleurs, une délégation ministérielle s'est déplacée à Washington du 9 au 15 octobre à l'occasion des assemblées annuelles du FMI et de la Banque mondiale, pour préparer en amont la levée de fonds parisienne. Cette visite a également permis au FMI et aux autorités guinéennes de s'accorder sur les grandes lignes du nouveau programme de l'institution financière, qui sera présenté prochainement au conseil d'administration du FMI.

 
 Ajouter un commentaire
Guinée : DES DIRIGEANTS DE LA FEGUIFOOT ACCUSÉS DE MALVERSATION FINANCIÈRE

2017/10/16

Aujourd'hui en Guinée Des dirigeants de l'actuelle fédération guinéenne de football (Féguiffot) sont accusés de malversation financière des fonds destinés à la promotion et au développement du football guinéen.

Selon les résultats d'un audit commandité par l'actuelle équipe dirigeante de la Féguifoot et la FIFA, les montants qui ont détournés par lesdits responsables au cours de leur gestion sont estimés à plus de 20 milliards de francs guinéens (GNF, deux millions de dollars).

A présent, trois noms sont cités dans le rapport d'audit et sont considérés comme des auteurs de malversation financière due à la mauvaise gestion des fonds alloués au secteur du sport en Guinée.

Les noms cités sont Salifou Camara alias "Super V", président sortant de la Féguiffot, son secrétaire général d'alors Blasco Barry et le comptable.

La période concernée par l'audit mené par un cabinet d'audit basé en France s'étend sur l'intervalle de trois ans de gestion, soit de 2013 à 2015.

A l'occasion de la publication des résultats de l'audit, l'actuel président de la Fédération guinéenne de football Antonio Souaré a dit que la procédure qui vient d'être déclenchée n'est contre personne, mais plutôt contre la mauvaise gestion et pour la sainteté du football guinéen à la base.

"Il y a des millions de dollars et d'euros qui se sont volatilisés. Nous avons reçu l'ordre de la FIFA et de la CAF (Confédération africaine de football) d'engager des procédures judiciaires contre les personnes incriminées", a dit M. Souaré dans la presse locale, avant d'ajouter : "nous voulons un football sain. Les instances du football mondiale nous avaient dit que l'institution était gérée par un clan".

Selon le président de la Féguifoot, l'étape suivante sera la prise d'une décision conservatoire pour la suspension des responsables incriminés dans le rapport d'audit et qui sont actuellement en fonction dans la Féguifoot.

Pour l'instant, le gouvernement guinéen n'a pas réagi officiellement à la publication du rapport d'audit commandité par la FIFA.

Xinhua

 
 Ajouter un commentaire
La CEDEAO réitère son engagement à accompagner le processus électoral en Guinée

2017/10/14

Aujourd'hui en Guinée La CEDEAO réitère son engagement à accompagner le processus électoral en Guinée et le développement socioéconomique du pays, a déclaré jeudi la représente résidente du bureau de la CEDEAO en Guinée, Alapini Liliane.

Lors d'une conférence de presse à Conakry, la représente résidente de la CEDEAO en Guinée a présenté des activités de la vision 2020 de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), en Guinée et dans toute la sous-région ouest-africaine.

Pour elle, le rôle de la CEDEAO dans la sous-région est primordial surtout dans la recherche du développement socio-économique, de la paix, de la stabilité politique et de la résolution des conflits dans les Etats membres.

En Guinée, l'institution sous-régionale a joué un rôle capital ces dernières années avec l'organisation des élections présidentielles de 2010, des élections législatives en 2013, ainsi que des élections présidentielles en 2015, pour le compte du deuxième mandat du président guinéen Alpha Condé.

Par ailleurs, Mme Liliane a précisé que pour les élections locales en cours de préparation dans le pays, la CEDEAO reste toujours déterminée à accompagner la Guinée pour le bon déroulement du processus dans la paix et dans la transparence afin de consolider les acquis démocratiques du pays.

Le bureau de la CEDEAO en Guinée, en partenariat avec d'autres institutions nationales et internationales a piloté plusieurs projets de développement, tel le projet d'interconnexion électrique entre la Guinée, la Côte d'Ivoire, le Liberia et la Sierra Leone, le projet régional CEDEAO-Union Européenne sur les armes légères et de petits calibres, le projet FAO-CEDEAO pour le renforcement des capacités pour la mise en oeuvre de la politique agricole régionale (ECOWAP).

De même, la représentante de la CEDEAO a cité d'autres projets et programmes de développement relatifs aux secteurs de la sécurité, de la surveillance des maladies en Afrique de l'Ouest et du programme d'amélioration de la compétitivité des entreprises ouest-africaines.

"Au-delà de ces acquis, en juin 2007", la conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de la CEDEAO a adopté une vision pour l'Afrique de l'Ouest qui transformerait la région " d'une CEDEAO des Etats en une CEDEAO des peuples ", a-t-elle déclaré.

Cette vision 2020 de la CEDEAO, estime la représentante en Guinée, projette une région de paix, et de prospérité découlant des engagements de développement à long terme pris par l'ensemble de la communauté régionale.

Pour y parvenir, la vision de la CEDEAO est décrite comme une région sans frontière où la population a accès aux abondantes ressources et est capable de les exploiter par la création d'opportunités, une région intégrée dans laquelle la population jouit de la liberté de circulation, de l'accès à une éducation de qualité et à la santé, d'une région gouvernée conformément aux principes de démocratie, d'Etat de droit et de bonne gouvernance.

Au terme de son intervention, la représentante de la CEDEAO a rappelé la déclaration de la vision 2020 de son institution, qui consiste à "créer une région sans frontière, paisible, prospère et cohérente, bâtie sur la bonne gouvernance et où les populations ont la capacité d'accéder et d'exploiter ses énormes ressources par la création d'opportunités, de développement durable et de préservation de l'environnement".

Xinhua 13/10/17)

 
 Ajouter un commentaire
Compte rendu de la session du conseil des ministre du jeudi 12 octobre 2017

2017/10/13

Aujourd'hui en Guinée Conakry, le 12 Octobre 2017 – Sous la présidence de son excellence Monsieur le Président de la République, le Conseil des ministres a tenu sa session ordinaire ce jeudi 12 octobre 2017 de 10 heures à 12 heures, avec l’ordre du jour suivant :

1.Message de son Excellence Monsieur le Président de la République,

2.Compte rendu des sessions ordinaires du Conseil Interministériel des 26 septembre, 3 et 10 octobre 2017.

3.Décisions

4.Divers.

Au titre du premier point de l’ordre du jour, S.E. Monsieur le Président de la République a demandé au Ministre de la ville et de l’aménagement du territoire d’organiser une réunion de travail avec la Direction du patrimoine bâti public en vue de récupérer les bâtiments publics occupés illégalement.

Le Chef de l’Etat a demandé à Madame le Ministre des travaux publics d’accélérer le reprofilage des routes et la construction des ouvrages de franchissement pour améliorer la mobilité interurbaine dans le cadre du programme d’urgence élaboré par le gouvernement.

Le Président de la République a demandé au Ministre en charge des transports de prendre les dispositions urgentes pour la mise en circulation des 50 bus et de veiller à la régularité du train de transport urbain de Conakry.

Le chef de l’Etat a demandé d’accélérer la distribution des engrais destinés aux cultures maraîchères.

Au titre du deuxième point de l’ordre du jour, Monsieur le Premier Ministre a fait le compte rendu des deux sessions ordinaires du Conseil Interministériel comme suit :

Au titre des communications :

Le Ministre d’Etat, garde des sceaux, Ministre de la justice a fait une Communication relative aux préparatifs de l’organisation de la 45ème Réunion du Conseil des Ministres de l’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA), prévue du 23 au 24 novembre 2017 à Conakry.

Le Ministre a indiqué que la 45ème session ordinaire du Conseil des Ministres de la Justice et des Finances de l’OHADA, correspondant à la seconde réunion des Ministres au titre de la présidence guinéenne de l’Organisation.

Il a précisé que les documents suivants seront soumis à adoption au cours de ce conseil, ce sont :

– L’Acte uniforme révisé relatif au Droit de l’Arbitrage ;

– Le Règlement d’arbitrage de la Cour Commune de Justice et d’Arbitrage (CCJA) ;

– L’Acte uniforme relatif à la Médiation. Ce nouvel Acte uniforme sera le 10ème dont se dotera l’Organisation.

– Le projet de budget 2018 de l’organisation

Il a indiqué que l’adoption de ces textes normatifs dans notre pays marquera le nom de la Guinée dans la vie et l’histoire de l’OHADA. Car, on dira pour toujours, l’Acte uniforme de Conakry.

Le conseil a invité le Ministre à faire la situation des cotisations de la Guinée au titre de l’année 2017 et de tout mettre en œuvre pour que cette rencontre enregistre le succès escompté.

Madame le Ministre de l’Economie et des Finances a fait une communication relative à l’état d’avancement des travaux du comité d’apurement de la dette intérieure (CODI) et les propositions de stratégie d’apurement dans le cadre du désintéressement des créanciers de l’Etat pour les créances auditées, validées et négociées.

Le Ministre a précisé que la stratégie comporte les phases administratives, opérationnelles et financières, les propositions d’apurement et les décotes retenues.

En ce qui concerne les étapes administratives, elles consistent en des rencontres physiques des créanciers avec l’auditeur afin d’examiner les pièces et de faire l’évaluation contradictoire de la créance en vue de l’établissement d’un projet de protocole d’accord transactionnel.

Quant aux étapes opérationnelles et financières, elles portent sur les vérifications relatives à l’effectivité et la réalité de certaines dépenses en demandant, aux services dépensiers d’attester l’existence réelle de certains biens ; les paiements déjà été effectués et le caractère libératoire de cette dépense auprès des services du Trésor pour une certaine catégorie de financements.

S’agissant de la proposition de stratégie d’apurement, les principes directeurs arrêtés portent sur le processus de désengagement réservé en priorité aux titres validés sans réserve à l’issue des retraitements, rencontres et décotes appliquées et le désintéressement se fera en priorité sur la base du montant des créances.

Le conseil a demandé au Ministre en charge des finances d’associer le Ministère de la justice et l’agent judiciaire de l’Etat à la détermination des créances liées aux décisions judiciaires. Le conseil a en outre demandé au Ministre de prendre en compte le fait que les dettes de l’Etat, jusqu’en 1996 avaient été auditées et réglées à l’exception d’une seule créance.

Il a ensuite demandé la mise en place d’une commission pour approfondir l’analyse des résultats des audits.

Le conseil a également demandé au Ministre de l’Economie et des Finances d’exiger le remboursement, par les entreprises qui ont reçu des paiements et qui n’ont pas fait le travail ou rendu le service équivalent, conformément aux textes en vigueur.

Le Ministre du Budget a fait une communication relative à l’instauration des vignettes d’identification des contribuables fiscaux.

Il a rappelé qu’en application des recommandations du Forum International des finances publiques de Guinée, édition 2016, son Département entend accroître le niveau de sécurité des recettes issues de la collecte des impôts, tout en protégeant les contribuables des abus de réclamations et doublons de paiements.

Le Ministre a soutenu que la politique d’introduction de vignettes fiscales destinées aux contribuables en contrepartie du paiement de leurs impôts conduira aux avantages suivants :

– Sécurisation des recettes ;

– Protection des contribuables ;

– Mise en place d’une base de données fiable des contribuables ;

– Facilitation du contrôle fiscal ;

– Incitation au paiement d’impôt ;

– Facilitation des paiements d’impôt.

Il a précisé que les personnes ciblées sont les assujettis exerçant leurs activités dans les cinq (5) communes de Conakry estimées en 2016, et qui réalisent un chiffre d’affaire annuel inférieur à 150 millions GNF.

Le Ministre a informé que les paiements seront effectués dans les guichets bancaires installés dans les centres des impôts des communes et du gouvernorat de la ville de Conakry. Les vignettes seront délivrées puis collées devant l’établissement professionnel contre présentation du reçu de versement suite au paiement.

Le conseil demande au ministre de faire une large sensibilisation des contribuables et veiller à la formation des agents impliqués dans le mécanisme de l’introduction des vignettes.

Au titre des comte rendus :

Le Ministre de la Jeunesse a fait un compte rendu relatif au rapport d’étape sur le niveau d’avancement du processus de mise en place du Conseil National de la Jeunesse de Guinée (CNJ-GUINNEE).

Il a rappelé que conformément aux instructions du conseil des ministres du 06 avril 2017, le ministère de la jeunesse a démarré l’exécution de la phase préparatoire du processus de mise en place de la structure faitière des organisations de jeunesse, le 10 avril 2017.

Le Ministre a informé que depuis cette date, d’importantes activités ont été réalisées dont entre autres :

– La finalisation de la rédaction des avant-projets des textes juridiques (statut, règlement intérieur) ;

– La tenue des ateliers régionaux et préfectoraux de présentation, d’explication, d’amendement et d’appropriation des textes juridiques validés lors de l’atelier national de validation définitive tenu en septembre 2017 à l’occasion de la célébration du 27èmeanniversaire de la journée nationale de la jeunesse guinéenne.

Le Ministre a informé que les prochaines étapes porteront sur la multiplication et la diffusion des documents finaux au niveau de tous les acteurs concernés.

Le conseil a apprécié l’état de progression du processus de mise en place du Conseil National de la Jeunesse de Guinée.

Il demande au Ministre de la jeunesse, en relation avec le Ministre de l’administration du territoire de procéder à l’inventaire exhaustif des associations et Organisations Non Gouvernementales de jeunes agréées en République de Guinée.

Au titre des divers :

Le Ministre d’Etat chargé de la Sécurité et de la Protection Civile a informé le conseil du démarrage du plan d’urgence de sécurité routière ce jeudi 12 octobre 2017.

Le Ministre du Commerce a informé que la Guinée a adhéré au Conseil International Consultatif de l’Anacarde (CICC) le 29 septembre 2017 à Abidjan.

Le Ministre des Sports, de la Culture et du Patrimoine Historique a informé de la tenue des Journées nationales de concertation sur la politique culturelle nationale, les 18 et 19 octobre 2017, à Conakry.

Le Secrétaire Général aux Affaires Religieuses a informé de l’arrivée du dernier convoi des pèlerins Guinéens du Hadj 2017.

Le conseil a été informé du lancement de l’exposition de la maquette du projet portant plan directeur d’aménagement de Kaloum et des Iles de Los, dans le cadre du Grand-Conakry vision 2040, au palais du peuple, ce jour 12 octobre 2017. Cette maquette y sera exposée jusqu’au 22 octobre 2017 pour permettre aux citoyens de visiter.

Avant de lever la séance ; le président de la République a donné de larges informations sur la situation nationale, Africaine et internationale.

Le Conseil des Ministres

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

 
 Ajouter un commentaire
Affaire des écoutes: Le parquet national financier réclame un procès pour Sarkozy

2017/10/7

Aujourd'hui en Guinée Le PNF requiert le renvoi devant un tribunal correctionnel de l'ancien président dans l'affaire des écoutes.Le PNF requiert le renvoi devant un tribunal correctionnel de l'ancien président dans l'affaire des écoutes. Selon Le Parisien, le parquet réclame un procès contre l'ancien chef de l'État pour "corruption, trafic d'influence et recel de violation du secret professionnel".

Le parquet national financier (PNF) requiert le renvoi devant un tribunal correctionnel de l'ancien président Nicolas Sarkozy ainsi que de son avocat et d'un ex-magistrat dans l'affaire dite des écoutes, a révélé vendredi le quotidien Le Parisien.

Selon le journal, le parquet réclame un procès contre l'ancien chef de l'État pour "corruption, trafic d'influence et recel de violation du secret professionnel". Il demande également le renvoi de son avocat Thierry Herzog et de l'avocat général, désormais à la retraite, Gilbert Azibert, également mis en examen dans ce dossier ouvert il y a plus de trois ans.

Par LEXPRESS.fr avec AFP

 
 Ajouter un commentaire
Alpha Condé honoré à Bruxelles : Il reçoit un prix ‘‘pour son engagement historique et son leadership en faveur de l’Afrique’’

2017/10/7

Aujourd'hui en Guinée Bruxelles– La Guinée, par l’intermédiaire du Président Alpha Condé, Président en exercice de l’Union Africaine, vient d’être honorée à Bruxelles. En effet, c’est au cours d’une cérémonie solennelle au Rebranding Africa Forum 2017 que le Chef de l’Etat, représenté pour l’occasion par le Premier Ministre Mamady Youla, a été gratifié pour son engagement historique et son leadership en faveur de notre continent.

Pour le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Mamady Youla, ce prix récompense la vision et le leadership d’un homme qui croit fermement en une Afrique -certes diverse- mais unie et bien décidée à faire entendre sa voix sur les défis et enjeux de notre époque : intégration économique, sécurité, lutte contre la pauvreté, migration, etc.

La cellule de communication du Gouvernement

 
 Ajouter un commentaire
En Guinée, le gouvernement tente de rassurer sur la vente de bauxite à la Chine

2017/10/7

Aujourd'hui en Guinée (Dw-World 06/10/17)L'accord entre la Chine et la Guinée passe mal auprès de la population. Pékin va financer la construction d'infrastructures en échange de six milliards de tonne de bauxite sur 20 ans. Pour désamorcer les critiques, le gouvernement a s’est lancé dans une tournée visant à expliquer le bien fondé de cet accord.

Pékin va financer un programme de constructions d'infrastructures routières pour une valeur de 20 milliards de dollars. En échange de quoi la Guinée s'est engagée à livrer aux Chinois, six milliards de tonne de bauxite sur 20 ans.

Que prévoit l'accord cadre?

L’accord signé le 6 septembre dernier doit être exécuté en trois phases. La première phase prévoit la construction du tronçon routier Coyah-Dabola sur la route nationale numéro 1, la réhabilitation des voiries urbaines de Conakry, la construction de quatre universités et un projet d’assainissement de la capitale.

Parmi les projets prévus figurent une raffinerie d’alumine de China Power Investment Corp et deux mines de bauxite pour Chinalco et China Henan International Cooperation Group, ces trois projets étant situés près de la ville de Boffa.

Le ministre guinéen des Mines et de la géologie, Abdoulaye Magassouba, a expliqué que les travaux ont déjà commencé sur le terrain.

"Les sociétés sont identifiées. Il s’agit du projet bauxite alumine de Chinalco dans la zone de Boffa, du projet de China Henan et du projet CPIC. Ces projets vont progressivement entrer en production", a déclaré Abdoulaye Magassouba.

"L'un d’entre eux a déjà commencé à produire, il s'agit de China Henan. Les productions ciblées en terme de bauxite sont connues : 12 millions de tonnes par an pour Chinalco, une dizaine de millions pour China Henan et une quinzaine de millions pour CPIC."

"Tout revient aux Chinois"

Les Guinéens ne sont pas convaincus et certains dénoncent cet accord avec la Chine, comme Mamady Sitan Keita, consultant en questions économiques. Il estime que cet accord est "incohérent" et ne profite pas à la Guinée.

"Combien la Guinée gagne dans cet accord par an ?", demande-t-il. "Les études de faisabilité révélerons cela mais entretemps le gouvernement affirme que c’est l’accord du siècle. Un accord du siècle pour lequel on ne sait pas ce qu'on vas gagner. Ça n’est pas cohérent."

La société civile guinéenne suit de prêt les controverses liées à cet accord. Remettant en cause le volet emploi local de ce projet, Aboudrahamane Sanoh, le président de la Plateforme des citoyens unis pour le développement affirme que tout revient aux Chinois.

"Toute la main d’œuvre et la création de la valeur ajoutée se fait chez eux", affirme Aboudrahamane Sanoh. "Les opportunités d’emplois qu’ils créent ici se limitent à des petits boulots tels que des manœuvres, avec des ressources très limitées comme nous nous savons qu'ils ont l'habitude de faire."

Les mois prochains, la Guinée devrait identifier de nouveaux projets dans le domaine agricole et les soumettre aux techniciens chinois pour validation. Chaque année, une enveloppe d'un milliard de dollars sera disponible pour la Guinée.

Contrat douteux sur fonds de crise politique

Par ailleurs, des milliers de Guinéens ont manifesté leur colère dans la rue hier malgré une interdiction de la police. La manifestation qui se voulait pacifique a été convoquée par le leader de l'opposition Cellou Dalein Diallo.

 
 Ajouter un commentaire
COMMUNIQUE DU MINISTERE DE LA VILLE ET DE L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE

2017/10/6

Aujourd'hui en Guinée Conakry, le 5 Octobre 2017 - Il nous revient de rappeler que par communiqué n°01 du 14 Septembre 2017, les occupants des voiries urbaines par des baraques, des véhicules et des garages, etc.., ont été invités à les libérer au plus tard le 30 Septembre 2017.

Un délai supplémentaire expirant au plus tard le 15 Octobre 2017, leur est accordé pour s’exécuter.

Passé ce délai, des dispositions rigoureuses seront prises à l’encontre des contrevenants, sans préjudices des poursuites judiciaires.

Nous comptons sur l’esprit civique de chacun et de tous.

Les autorités à tous les niveaux sont invitées à faciliter l’application du présent communiqué.

LE MINISTÈRE DE LA VILLE ET DE L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

 
 Ajouter un commentaire
Pour la nouvelle génération : Un lourd tribut payé par le RPG

2017/10/5

Aujourd'hui en Guinée Après la mésaventure du meeting forcé du stade de Coléah le 17 mai 1991, les militants et sympathisants du RPG n’auront aucun répit jusqu’à la mort de Lansana Conté. Déterminés qu’ils sont à en découdre avec le régime en place, ils sont battus, molestés, humiliés jamais comme l’âne ne fut. Le pouvoir et l’opposition n’ont de cesse de s’observer en chien de faïence, l’administration territoriale a tout loisir de multiplier les abus.

Après la répression des manifestantes du marché de Madina, l’année 1993 confirme très tôt le mauvais présage qui hantait l’opposition. Un nouvel épisode s’ouvre avec la seconde traque de ses militants.

C’est ainsi que le 18 janvier 1993 à 11h 45mn, des militants du RPG, mobilisés pour accueillir leur leader essuient des coups de pierres et de gourdins dans la localité de Maférinyah.
Bilan de cette première confrontation : les vitres des véhicules du convoi du professeur Alpha Condé sont brisées, la plantation d’Elhadj Sidiki Camara et 38 millions de nos francs sont calcinés. En réponse, Bâ Mamadou de l’UNR organisera ‘’l’expédition punitive’’ sur les lieux.

Symptomatique de la réalité de terrain, le cas de Maférenyah fut fort malheureusement loin d’être isolé.

Car en Haute Guinée notamment, les militants du RPG traversent de moments très rudes. Poussée jusqu’à ses derniers retranchements, l’opposition que Jean Marie Doré a entre temps qualifié de la plus bête d’Afrique tente vainement d’organiser la résistance afin d’exister.

En attendant, son parti aura été celui qui été la plus frappé par les agissements de l’administration Conté aidée par les forces de l’ordre. De mémoire de journaliste, il est difficile de faire le bilan d’une telle lutte tant par la monstruosité des événements que par la l’ardeur de la lutte.

Au total on dénombre 33 militants tués à bout portant par les forces de l’ordre, 1.715 blessés, 2.000 personnes emprisonnées y compris Alpha Condé lui-même.

Autres faits gravés dans la mémoire des militants du RPG, c’est sans doute, la fermeture le 08 juin 1997, du stade de N’Zérékoré par le capitaine Coumbassa, alors chef du détachement parachutiste basé dans la région.

Auparavant, un officier de police du nom de Aboubacar Sylla avait réussi à s’infiltrer parmi les militants du RPG avec un pistolet colt 45 au chargeur plein, qui était assied juste en face du leader du RPG, professeur Alpha Condé qui s’apprêtait à livrer son discours aux nombreux militants venus l’écouter.

Désarmé et mis hors d’état de nuire, Aboubacar Sylla sera confié à un certain Diakité, commandant du peloton de N’zérékoré. On ne reparlera plus de l’affaire. Officiellement du moins.

Toujours est-il que le 09 juin 1997, de Lainé à 55 km de N’Zérékoré, jusqu'au carrefour de Baro à Kankan, soit 18heures d’une folle course, le cortège du Président du RPG s’immobilise enfin. On a échappé belle !

Sanou Kerfalla Cisse
Journaliste

 
 Ajouter un commentaire
Coopération : Un tête-à-tête entre le vice-président ivoirien et le premier ministre guinéen à Paris

2017/10/5

Aujourd'hui en Guinée Paris, le 4 Octobre 2017 – En marge du 17e Forum Economique International sur l’Afrique organisé par l’OCDE, et en compagnie du Ministre d’Etat, Conseiller à la Présidence de la République, Bah Ousmane, du Ministre en charge du secteur privé, Boubacar Barry, de l’Ambassadeur de Guinée en France, Amara Camara et Chantal Colle, nous avons eu une audience avec le Vice-président Daniel Kablan Duncan de la République de Côte d’Ivoire.

A l’entame de leur entretien, le Vice-président ivoirien, Daniel Kablan Duncan, a introduit la rencontre par la remise d’une gratification au Premier Ministre Youla à l’intention du Président Alpha Condé. Un geste symbolique en guise de témoignage renouvelé des liens forts qui unissent nos deux nations en général et les deux présidents en particulier.





Plus loin, Daniel Kablan Duncan et Mamady Youla ont, tour à tour, manifesté l’impérieuse nécessité de renforcer la coopération entre « pays du sud », de façon générale et la coopération bilatérale entre la Guinée et la Côte d’Ivoire, en particulier. Une collaboration qui serait davantage axée sur la construction d’infrastructures, sur l’énergie et l’intégration économique avec en filigrane la progression dans les échanges.

Pour les deux hommes, le chemin est d’ores et déjà balisé et des exemples viennent attester de l’excellence de leurs relations bilatérales: la récente participation de la Guinée comme pays invité d’honneur au Forum du patronat ivoirien qui s’est tenu la semaine dernière en est un symbole. Une occasion qui a été mise à profit par nos secteurs privés respectifs de converger vers le développement de champions nationaux, régionaux ou continentaux allant à la conquête du marché africain voire mieux. Une position chère aux deux Chefs d’Etat Condé et Ouattara.

Pour terminer, le Premier Ministre Mamady Youla, après avoir, une nouvelle fois, remercié le Vice-Président Duncan pour ce geste magnanime, et appuyé la proposition de création d’une commission mixte pour le suivi et l’application des décisions prises dans le cadre de leurs échanges bilatéraux. Ce qui constituerait assurément un pas supplémentaire vers la matérialisation de l’ambition de nos deux Présidents de faire de la Guinée et de la Côte d’Ivoire des États émergents.

La Cellule de Communication du Gouvernement



 
 Ajouter un commentaire
Fête nationale du 2 octobre : Le Président Pr Alpha Condé dépose une gerbe de fleurs à la place des martyrs

2017/10/3

Aujourd'hui en Guinée Conakry, le 2 octobre 2017-La Guinée célèbre ce lundi, le 59ème anniversaire de son accession à la souveraineté nationale, proclamée le 2 octobre 1958. Une cérémonie officielle s’est tenue, à cet effet, ce matin à la Place des martyrs à Kaloum, où le Président de la République, Pr Alpha Condé, a déposé une gerbe de fleurs à la mémoire des héros nationaux.

La dite cérémonie a regroupé du beau monde : des Présidents d’Institutions Républicaines, dont Hadja Rabiatou Serah Diallo, la Présidente du Conseil Economique et Social, des membres du Gouvernement, du Cabinet du Président de la République, du corps diplomatique, des témoins de l’indépendance, des officiers supérieurs des forces armées,...

A son arrivée sur les lieux, le Chef de l’Etat a, entre autres, revu les troupes, déposé la gerbe de fleurs, échangé quelques amabilités avec des officiels avant de repartir.

« Aujourd’hui, tout Guinéen, quelque soit son bord, doit méditer, se demander ce qu’il a fait hier pour le pays, ce qu’il doit faire aujourd’hui et demain », a déclaré à des journalistes, la Présidente du CES, Hadja Rabiatou Serah Diallo pour qui le 2 octobre est un grand jour pour les Guinéens.

« C’est beaucoup mais très jeune pour un pays, 59 ans », a estimé, de son côté le Ministre de l’Enseignement technique, de la Formation professionnelle, de l’Emploi et du Travail, Damatang Albert Camara. Et de poursuivre : « On se sent beaucoup plus investi de cette mission de faire émerger la Guinée sous la houlette du Président Alpha Condé ».

Ce lundi soir, dans son adresse à la Nation, le Président Pr Alpha Condé, en mettant l’accent sur la lutte menée par les devanciers, a interpelé ses compatriotes à être acteurs de la paix et de la cohésion sociale : « Chaque Guinéenne et chaque Guinéen doit être le gardien vigilent de cet héritage qu’il faut consolider pour que, de génération en génération, notre chère patrie demeure toujours un havre de paix, de cohésion sociale, de stabilité politique, de démocratie, de sécurité, de liberté et de prospérité ».

La Cellule de Communication du Conseil Economique et Social

 
 Ajouter un commentaire
Bureau de Presse de la Présidence de la république de Guinée: Précisions importantes

2017/10/3

Aujourd'hui en Guinée Mes respects chers amis et confrères. Depuis pratiquement sept ans nous avons collaboré de manière à ce que vous ayez les informations officielles de la Présidence de la République de Guinée. Depuis sept ans vous avez régulièrement relayé à travers vos organes les informations officielles de la Présidence de la République de Guinée provenant des adresses suivantes :

aboumaco2000@gmail.com;
aboumaco2000@yahoo.fr; abdoulaye.sankara@presidence.gov.gn;

Je vous en remercie. C’est justement l’occasion pour moi d’apprécier le professionnalisme dont vous avez fait montre au cours de ces 7 dernières années. Je voudrais vous signifier, jusqu’à preuve du contraire, et là je vous l’indiquerai, que les informations officielles de la Présidence sont transmises par les mails sus-dessus indiqués. Merci de ne pas considérer tout autre canal.

Confraternellement.

Abdoulaye Sankara

Directeur Adjoint du Bureau de Presse de la Présidence de la République de Guinée

Tél : (00224)656-89-78-03
(00224)655-74-52-93
(00224)621-02-83-64

mail : aboumaco2000@yahoo.fr
abdoulaye.sankara@presidence.gov.gn
https://twitter.com/aboumaco
http://www.facebook.com/*aboumaco*
http://www.hi5.com/aboumaco
skype : abdoulaye.sankaran
skyrock : aboumaco

 
 Ajouter un commentaire
59ème anniversaire de l’indépendance de la Guinée : Adresse à la Nation du chef de l'état

2017/10/2

Aujourd'hui en Guinée Guinéennes, Guinéens, Mes Chers Compatriotes,Nous célèbrerons demain 2 octobre 2017, le 59ème anniversaire de l’indépendance de notre pays après le vote historique du 28 septembre 1958 qui a révélé au monde entier le courage exceptionnel du peuple guinéen à prendre en main son destin national

L’accession de la Guinée à la souveraineté internationale évoque un moment d’histoire autour des valeurs fortes qui fondent la République et marque la fidélité de notre peuple à des aspirations légitimes à un monde plus uni, un monde de liberté, de paix et de partenariat équitable.

Célébrer cette journée commémorative, c’est surtout honorer le courage de nos devanciers qui, de par leur engagement et leur sacrifice, ont héroïquement combattu pour la liberté dont nous jouissons aujourd’hui. En ce jour solennel de rappel de leurs actions, je voudrais ici saluer leur mémoire et leur renouveler la reconnaissance de toute la Nation.

Aujourd’hui, chaque Guinéenne et chaque Guinéen doit être le gardien vigilant de cet héritage qu’il faut consolider pour que, de génération en génération, notre chère Patrie demeure toujours un havre de paix, de cohésion nationale, de stabilité politique, de démocratie, de sécurité, de liberté et de prospérité.

Guinéennes, Guinéens

Recevez, à l’occasion de la célébration de notre fête nationale mes vœux de bonne fête. J’exprime tout mon soutien à ceux qui sont éprouvés dans leur chair et dans leur âme. Puisse Dieu leur accorder la santé et la paix du cœur en ce jour anniversaire de l’accession de la Guinée à l’indépendance.

A nos frères vivant à l’Etranger, j’adresse aussi mes vœux de bonne fête. Je les encourage et les félicite pour leurs contributions précieuses aux efforts de développement de notre pays.

Ces vœux s’adressent également à tous nos partenaires au développement et à tous les amis Etrangers qui vivent chez nous, partagent nos joies et nos peines. Qu’ils veuillent bien recevoir ici la reconnaissance et l’hospitalité sans cesse renouvelées du peuple guinéen.

Je n’oublie pas nos braves et anciens combattants. Ils ont été à l’avant-garde de la marche de notre peuple vers l’indépendance et le progrès social.

Aux Forces de Défense et de Sécurité engagées dans les contingents de l’ONU, je voudrais leur dire bravo. Bravo pour leur comportement exemplaire qui honore notre pays et mes condoléances à toutes les familles des soldats tombés pour la défense de l’intégrité territoriale du Mali dans le cadre de la Minusma.

A vous, hommes politiques qui ajoutent du ferment à notre démocratie, je vous souhaite bonne fête de l’indépendance.

Toutefois, je voudrais ici attirer l’attention de tous sur le fait que notre pays ne pourra jamais être une oasis de paix, de démocratie, de tolérance religieuse et ethnique tant que nous mettrons en avant les considérations ethniques et religieuses. La quiétude actuelle qui prévaut en Guinée est un bel acquis que nous ne permettrons à personne de le détruire. Nous ne pouvons pas sacrifier notre principe d’une société d’harmonie ethnique et religieuse sur l’autel de la politique politicienne.

La démocratie multipartite n’est pas synonyme d’inimitié et de division. Elle offre plutôt un cadre idéal pour les échanges d’idées. Certains excès de la politique partisane peuvent être porteur de dangers elle laisse dans son sillage des clivages insurmontables et un manque de consensus sur les grands sujets nationaux. Appartenir à différentes organisations politiques ne saurait être une raison de ne pas travailler ensemble à la recherche de solutions à nos défis communs.

Je tiens à déclarer avec force que, pour moi, il est dangereux de réduire la vie politique dans notre pays à certaines dérives des politiques partisanes, ethniques ou religieuses. Je m’engage à continuer à faire tout ce qui est en mon pouvoir pour promouvoir une atmosphère de rapprochement politique afin d’éteindre toute tension qui pourrait menacer notre bien-être national et j’attends des leaders politiques de notre pays qu’ils en fassent autant.

L’avenir de la Guinée dépend de nous tous et je suis convaincu que nous pouvons faire face aux nombreux défis qui se posent à nous.

Guinéennes, Guinéens,

Le 59è anniversaire que nous célébrons aujourd’hui en tant que pays libre et indépendant n’a été rendu possible que parce que d’autres responsables politiques, avant nous, ont fait tout ce qu’il fallait pour nous libérer des soumissions du colonialisme et de toute forme d’impérialisme. Ce retour à l’histoire contemporaine de la Guinée est marqué par des événements dont nous devons constamment nous inspirer

Aussi, ne pourrais-je oublier de souhaiter joyeuse fête de l’indépendance aux jeunes, aux femmes, à nos braves paysans, à tous les agents de l’Administration publique ainsi qu’à tous les acteurs du secteur privé.

J’exhorte les uns et les autres à avoir toujours à l’esprit le sens du devoir au service de l’intérêt général.

Mes chers compatriotes,

Notre fête nationale intervient cette année, dans un contexte économique international particulièrement difficile, qui n’épargne aucun pays dans le Monde.

Néanmoins, mon Gouvernement a fourni des efforts pour accélérer le rythme de création de la richesse nationale, pour relever le taux de croissance économique et pour mieux faire face aux défis qui nous interpellent dans les domaines de l’éducation, de la santé, de l’emploi des jeunes et surtout des infrastructures qui nous manquent si cruellement.

C’est ainsi que dans le cadre de la construction de nos infrastructures, nous avons signé le 5 septembre 2017, avec la République Populaire de Chine, un Accord Cadre de financement de nos projets prioritaires pour une enveloppe de 20 milliards de dollars US couvrant une période de 20 ans (2017-2036). Ce financement est principalement adossé aux revenus futurs de projets miniers portés par les entreprises chinoises en Guinée.

Le principe de ce partenariat est basé sur l’approvisionnement à long terme de la Chine en matières premières et produits miniers en échange de la mise à disposition de la Guinée de financements et de technologies visant à favoriser le développement des infrastructures et l’industrialisation du pays.

Les projets d’infrastructures sont financés sur la base d’études démontrant leur faisabilité, ainsi que sur la base des bénéfices économiques et sociaux. Le premier lot de financement porte sur un montant total d’environ 1,3 Milliards de dollars et concerne :

les voiries de Conakry, la reconstruction de la route nationale 1 (tronçon Coyah-Mamou-Dabola), la ligne de transmission électrique Linsan-Fomi, la réhabilitation et l’extension d’une université régionale, l’extension du port de Conakry.

Le barrage hydroélectrique de Souapiti, en négociation avancée sous forme de partenariat public privé pour 1,5 milliards de dollars, n’est pas inclus dans les financements couverts par l’Accord Cadre. Tout comme les projets d’extension de l’hôpital Sino Guinéen, de construction du siège du Parlement, et d’appui au programme de changement climatique qui sont l’objet d’un don d’environ 100 millions de dollars.

Guinéennes, Guinéens

Le serment que j’ai fait envers le peuple guinéen m’oblige à attirer l’attention sur le fait que l’essor économique ne se fera que par notre engagement à poursuivre les réformes déjà engagées et à mieux produire afin d’accroître la richesse, seul gage pour dépasser les difficultés conjoncturelles et structurelles dans le but d’éradiquer la pauvreté à laquelle notre peuple reste toujours confronté. Ce sont là des défis que nous devons relever.

Dans le cadre de ces défis, nous œuvrons chaque jour à l’assainissement de nos finances publiques dont le processus est en cours à la satisfaction de la communauté internationale et des Institutions de Bretton Woods, qui nous accompagnent dans notre stratégie de réduction de la pauvreté. Ainsi comme l’a reconnu une récente mission du FMI, l’inflation moyenne est restée modérée à 8,2% en 2016. Celle-ci reflète une augmentation mesurée des prix des produits alimentaires, une stabilité du taux de change et une politique monétaire prudente avec des efforts de consolidation budgétaire. Cela a permis de réduire le déficit budgétaire de base en 2016 à 0.7 % du PIB sous l’effet conjugué d’une augmentation des revenus et d’une réduction des dépenses.

Par ailleurs, les importations ont fortement augmenté, grâce aux nouveaux projets d’investissements dans le secteur minier qui ont été financées par un large afflux d’investissements directs étrangers. Les exportations se sont accrues, tirées par les produits agricoles, la bauxite et l’or.

Les perspectives de croissance de notre économie restent favorables. Pour 2017, la croissance continue à être robuste à 6,7 %, grâce à la poursuite de la bonne performance du secteur minier, à l’accélération des activités de construction dans l’hôtellerie et l’énergie, ainsi qu’à de bonnes performances agricole.

Tout est défi dans ce pays et je citerais la disponibilité et l’accessibilité aux infrastructures économiques notamment l’énergie pour les entreprises et les ménages. Dans le même ordre d’idées, se situe le renforcement des réseaux aérien, routier, ferroviaire, et maritime indispensables dans un pays de transit et de services comme le nôtre.

Valoriser les pôles de développement est un autre défi car cela prend en compte l’agriculture, l’agro-industrie, les travaux publics, l’artisanat, le tourisme, la culture et le commerce, etc.

Bien évidemment, mon Gouvernement s’est attelé à assainir l’environnement des affaires en vue de créer un climat propice au développement du secteur privé, à la promotion du partenariat public-privé.

Guinéennes, Guinéens

Je voudrais, avant de terminer, témoigner ma reconnaissance au peuple guinéen pour son soutien quotidien dans le cadre de mes charges au niveau de l’Union Africaine en qualité de Président de cette institution. Ces charges prouvent à suffisance que la Guinée est de retour sur la scène internationale.

Enfin, à l’occasion de notre fête nationale, j’ai décidé de gracier ceux des détenus de nos prisons qui en remplissent les conditions. Je voudrais ici les inviter à renoncer à l’avenir aux comportements qui les mettent en conflit avec la loi.

Vive la République ! Et que Dieu bénisse la Guinée

 
 Ajouter un commentaire
Guinée : Asmaou Diallo et le 28 septembre 2009… son fils, sa bataille

2017/9/30

Aujourd'hui en Guinée L'aîné de ses cinq enfants a été tué le 28 septembre 2009. Depuis, Asmaou Diallo se bat pour que justice soit faite. L'inculpation de Dadis, l'ancien chef de la junte, n'est pour elle qu'un début. «Mon fils a été tué le 28 septembre 2009. On nous a rendu son corps le 2 octobre. C’était un vendredi. » Lorsqu’elle raconte cette journée, Asmaou Diallo, 55 ans, n’oublie jamais aucun détail. Les images, les dates, les derniers mots adressés à son aîné, son corps difficilement identifiable… D’une voix encore étranglée par le chagrin, elle raconte que des familles ont préféré abandonner leurs proches plutôt que de les toucher tant leurs corps étaient en mauvais état. « D’autres n’ont même pas pu les reconnaître. »

Ali, son fils, avait 33 ans. Professeur d’histoire, il avait décidé de manifester contre la candidature à la présidentielle du chef de la junte militaire, Moussa Dadis Camara, arrivé au pouvoir neuf mois plus tôt. Ce jour-là, accompagné de quelques amis, il se rend au stade du 28-Septembre. Aucun d’entre eux n’est armé. En quelques heures, la situation dégénère, les forces de sécurité tirent sur la foule. Bilan : 157 morts, des dizaines de femmes violées et mutilées, et des centaines de blessés. Parmi les victimes, Ali.

« Une semaine après l’enterrement, on m’a appelée pour me demander si j’étais prête à me battre pour que les auteurs de ce massacre soient punis. J’ai dit oui. Depuis ce jour, cette lutte est devenue ma vie », raconte-t-elle. Dans la foulée, elle fonde, avec d’autres, l’Association des victimes, parents et amis du 28 septembre (Avipa), qu’elle dirige depuis. Commence alors un long travail d’identification, d’audition et d’aide aux victimes. L’Avipa n’a pas le soutien des autorités, mais reçoit très vite celui de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme et de l’Union européenne.

Soins médicaux, aide psychologique, soutien scolaire aux enfants de victimes… Les besoins sont immenses. « De nombreuses femmes violées ont par exemple été répudiées et ont désormais tous leurs enfants à charge, explique Asmaou Diallo. Nous avons pu former 160 d’entre elles afin qu’elles soient plus autonomes économiquement. Mais il y a tellement de dégâts collatéraux qu’on ne peut pas tout gérer. C’est pour cela que nous nous battons pour qu’il y ait un procès. Il faut que l’on obtienne des réparations pour ces familles. »

Six ans plus tard, Asmaou Diallo se veut optimiste : « Depuis l’arrivée de Cheick Sacko au ministère de la Justice [en janvier 2014], nous soufflons un peu. Des actes concrets ont été posés. » Ces derniers mois, plusieurs officiers de l’armée ont été inculpés, dont Mamadou Toto Camara et Claude Pivi. Début juillet, le dossier a connu une accélération inattendue avec l’inculpation de Dadis Camara pour « complicité d’assassinats, séquestrations, viols, coups et blessures » – l’intéressé, en exil au Burkina, reconnaît « une responsabilité morale », mais rejette tous les chefs d’accusation qui pèsent contre lui. Cette inculpation, Asmaou Diallo s’en réjouit mais ne veut pas s’en contenter. Elle n’est qu’un début. « Nous demandons que tous les membres du Conseil national pour la démocratie et le développement [nom officiel de la junte] soient entendus par la justice et que les inculpés soient mis en congé jusqu’à ce que justice soit faite. Et si la Guinée n’arrive pas à organiser un procès, ce que nous regretterions profondément, la Cour pénale internationale s’en chargera. »

Peu lui importe si, au pays, beaucoup en ont un peu marre de la voir ressasser cet épisode « qu’il faut oublier » parce qu’il « ternit l’image de la Guinée ».

« Certains me disent d’abandonner, mais je n’en ai pas le courage », dit-elle. Le 22 avril, lorsqu’elle a été nommée pour le prestigieux prix Martin-Ennals 2015 (l’équivalent du Nobel des droits de l’homme), tout le pays s’est réjoui avec elle. Mais Asmaou Diallo insiste : ce prix, s’il lui est remis le 6 octobre à Genève, « ce sera d’abord la reconnaissance d’un combat collectif ». Et, ajoute-t-elle presque gênée, « un honneur ».


JA

 
 Ajouter un commentaire
Guinée- FMI
Guinée : Un accord avec le FMI en attendant les fonds
Au tour de Bathily de parler
« ma société ADS n’a jamais bénéficié d’un marché de gré à gré ni en Guinée, ni ailleurs »
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
Genève : KPC rend hommage à sa femme
Genève : KPC rend un hommage mérité à son épouse Safiatou
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Guinée- FMI  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients