DIRCAB Présidence de la République
Une compétence appréciée et félicitée par le Washington post

Partenaires

Africatime

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Mediaguinee

www.guineematin.com

36 visiteurs connectés

19 Août 2017 - 4h47
 RECHERCHER 

L’Administration fiscale Guinéenne face à la crise

2017/8/18

Aujourd'hui en Guinée L’Administration fiscale Guinéenne face à la crise

Comment espérer accroître les recettes fiscales avec des agents de l’impôt non motivés ? Le nouveau Directeur National des Impôts sait bien qu’il est illusoire de s’attendre à une augmentation du taux de recouvrement avec des agents non motivés et abandonnés à leur triste sort.

En effet, comment comprendre que la Guinée enregistre des taux de croissance positifs avec une baisse des recettes fiscales, ce qui est un paradoxe. La démotivation et le détournement y sont certainement pour quelque chose mais aussi la grande partie de l’activité économique se trouve happée par le secteur informel. Ce qui réduit de plus en plus l’assiette fiscale et va à l’encontre de la politique affichée par le gouvernement et des objectifs assignés à la loi fiscale.

Dans un environnement longtemps caractérisé par une récession qui reprend tant bien que mal, les entreprises se battent pour survivre et une fiscalité trop lourde et complexe est de nature à générer des comportements de fuite, d’autant plus que l’administration fiscale dévoyée n’incite pas le contribuable à s’acquitter de ses obligations fiscales.

En revanche, la faiblesse de prélèvement fiscal en Guinée est causée par de graves inadaptations des règles fiscales à la réalité locale et le développement vertigineux du secteur informel. Lorsqu’on analyse les déterminants de la pression fiscale Guinéenne, de prime abord, on ne constate que les pillages du tissu économique en 1991 et 1993, auxquels s’ajoute la chute de la capacité contributive depuis la décennie 1990, peut expliquer les contre-performances dans ce domaine.

Par ailleurs, la cause déterminante de la faiblesse de la pression fiscale Guinéenne réside dans l’absence d’une politique fiscale crédible, cohérente et efficiente.

L’Administration fiscale face à la crise, doit engager toute suite des réformes fiscales qui devraient avoir pour finalité ultime d’accroître les recettes publiques pour permettre à l’Etat de remplir ses rôles traditionnels. Celles-ci devront en outre avoir pour finalité d’encourager les investissements productifs, lutter contre la fraude et sécuriser les opérateurs économiques.

Pour y arriver, le pays doit mettre en place un système fiscal simple, attractif et incitatif en ayant pour objectif de fiscaliser le secteur informel afin d’accroître significativement les recettes publiques par l’élargissement de l’assiette fiscale.

Dr Thierno Aliou BAHBALDE

 
Formation d’une cinquantaine de journalistes aux questions de fiscalité : Ouverture demain vendredi (Communiqué)

2017/8/17

Aujourd'hui en Guinée La structure Wassolon Agency Communication, informe l’ensemble des médias guinéens, que l’atelier de formation sur la fiscalité, qui avait été reportée d’une semaine, se tiendra bel et bien, les 18 et 19 août 2017, à l’Hôtel Blue Beach de Nongo.

A cet effet, les journalistes des organes de presse concernés par cette formation offerte par la Direction Nationale des Impôts, sont priés de s’y présenter ce vendredi dès 8h00.

Wassolon Agency Communication et la Direction Nationale des Impôts, savent compter sur l’engagement de tous à conférer la réussite due à une telle première.

Conakry, le 16 août 2017
Le Directeur Général
Aboubacar Diallo

 
 Ajouter un commentaire
MINISTÈRE DU COMMERCE : REPRÉSENTATIVITÉ DU LABEL GUINÉEN EN AMÉRIQUE, LA PRÉSIDENTE DE L’ASSOCIATION AFRICA FEMMES PERFORMANTES EN GUINÉE POUR PRÉPARER LA RENCONTRE DE MIAMI.

2017/8/10

Aujourd'hui en Guinée En prélude à la rencontre de l’Agoa à Miami (Etats-Unis) au mois de septembre prochain, la présidente de l’association Africa Femmes Performantes, séjourne en Guinée depuis quelques jours pour préparer cette rencontre à laquelle la Guinée va prendre part. Cette femme accompagnée par une forte délégation de femmes entrepreneuses a rencontré lundi 24 juillet 2017 le ministre du commerce pour solliciter l’apport de son département afin de mieux représenter le label guinéen à cette rencontre.

« Le ministère du commerce étant un acteur clé dans le cadre de l’Agoa, nous sommes venus échanger avec M. le ministre pour que les mécanismes soient mis en place afin que le label guinéen soit apprécié sur le marché américain » explique Mme Patricia Secké.

Cette association a également sollicité auprès du ministère du commerce l’accompagnement, en formation et en encadrement afin de pouvoir livrer de très bons produits sur le marché américain. En réponse, le chef de département du commerce s’est réjouit de la démarche entreprise par cette association. « Nous sommes très enchantés de travailler avec ce groupe de femmes pour faire en sorte que les femmes guinéennes puissent bénéficier de leurs expériences et aussi faire en sorte que l’Agoa soit une réalité au niveau de l’entreprenariat féminin » a déclaré Marc Yombouno ministre du commerce.

Poursuivant, monsieur le ministre a souhaité avoir des rencontres permanentes avec la représentation de cette association de femmes en Guinée en vue de créer une synergie d’action pour la promotion de l’entreprenenariat féminin et le leadership féminin aussi.

Au terme de la rencontre la présidente de l’association Africa Femmes performantes s’est dite satisfaite et rassurer de la réponse donnée par le ministre du commerce Marc Yombouno. Pour Mme Patricia Secké cette rencontre de Miami est aussi une façon de mettre des orbites sur la Guinée surtout que le pays va abriter le 8ème congrès international de la femme africaine et de la diaspora au mois de novembre 2017 prochain, sous le haut patronage du président de l’Union Africaine Professeur Alpha Condé.


CCG

 
 Ajouter un commentaire
Budget guinéen : au titre des traitements et salaires, il a été réalisé à fin mars 2017

2017/8/10

Aujourd'hui en Guinée
L’exécution à fin mars 2017 des dépenses publiques, y compris les dépenses financées sur ressources extérieures (FINEX), sur la base des paiements effectués, se chiffrent à 2 470,85 Mds dont 2 169,55 Mds sur ressources intérieures et 301,30 Mds sur financement extérieur. En se basant sur les prises en charge comptable, le niveau global d’exécution des dépenses a atteint 2 818,97 Mds.

Sur un objectif de 2 464,09 Mds hors amortissement de la dette au premier trimestre 2017, les dépenses publiques hors FINEX ont été payées à hauteur de 2 360,03 Mds soit 95,77%.

Les dépenses engagées se sont situées à 2 777,89 Mds contre un objectif trimestriel de 2 65,88 Mds soit 112,65%. Les dépenses liquidées ont atteint 1 927,37 Mds soit 69,38% des dépenses engagées de la période sur lesquelles les ordonnancements effectués s’élèvent à 1 876,97 Mds soit 97,38% contre une prise en charge comptable de 2 818,97 Mds. Le niveau constaté sur les prises en charge est justifié par des dépenses exécutées sans ordonnancement préalable.

L’analyse de l’exécution des dépenses de l’Etat par titre à fin mars 2017 s’articule autour des titres suivants :
Dépenses courantes
- Intérêts de la dette ;
- Personnel/Traitements et salaires ;
- Fonctionnement/Biens et Services ;
- Intervention/Subventions et transferts courants.
Dépenses en capital
- Investissement/Dépenses en capital ;
- Investissements financiers et transferts en capital.

Au 31 mars 2017, sur une prévision trimestrielle de 1 945,52 Mds, les dépenses courantes se sont établies sur base engagement à 2 324,21Mds (119,46%) contre des prises en charge comptable de 2 340,52 Mds et des paiements de l’ordre de 1 991,72 Mds (102,65%).

Sur un objectif de 234,94 Mds au premier trimestre 2017, il a été réalisé 190,91 Mds (81,26%). Cette exécution concerne les intérêts bailleurs intérieurs de 124,34 Mds (98,39%) et les intérêts bailleurs extérieurs hors PPTE pour 66,57 Mds (61,31%). Rapporté à la prévision annuelle de 1 156,10 Mds, le taux d’exécution est de 16,51%.

Au titre des traitements et salaires, il a été réalisé à fin mars 2017 par rapport à un objectif de 783,30 Mds, sur base engagement, un montant de 831,85 Mds (106,19%), sur base prise en charge comptable 771,17 Mds et sur base paiement 755,96 Mds (96,51%).

Le Service de Communication et des Relations Extérieures

 
Guinée : Hyperdynamics et Sapetro entament le forage du puits pétrolier Fatala

2017/8/9

Aujourd'hui en Guinée L’annonce a été faite ce mardi 08 Juillet 2017 par la Direction Générale de l’office national des pétroles (ONAP) qui fait suite selon cet organisme à l’arrivée de la plateforme de forage dénommée Pacific Scirocco dans les eaux territoriales guinéennes le 21 mai 2017.

C’est le moment de vérité pourrait-on dire, car après plusieurs années de recherches et d’exploration, les hypothèses des Géologues sur les indices de pétrole dans le sous-sol guinéen sont sur le point d’être confirmés ou informés. Les partenaires Hyperdynamics et Sapetro après avoir investi plusieurs millions de dollars retiennent leur souffle.

Pour le Directeur Général de l’Office National des Pétroles (ONAP), c’est un évènement économique majeur pour la Guinée. Diakaria Koulibaly, a dit espérer une découverte pétrolière au terme de cet exercice de forage d’une importance capitale pour l’industrie extractive de la Guinée dans sa politique de diversification des ressources d’exploitation.


(Financial Afrik 09/08/17)

 
 Ajouter un commentaire
Affaire du 28 septembre 2009 : La lettre de démission de Tibou Kamara adressée à Dadis

2017/8/8

Aujourd'hui en Guinée A 2 heures de son audition dans l'affaire du 28 septembre , voici la lettre de démission de Tibou Kamara, adressée au chef de la junte d’alors, le capitaine Moussa Dadis Camara :

Excellence Monsieur le Président du CNDD,

Chef de l’Etat

Monsieur le ministre à la Présidence chargé de la défense nationale,

Excellence Monsieur le Président,

Mon désir et mon dessein étaient d’aller jusqu’au bout et sans désemparer de mon engagement avec vous comme je l’ai toujours fait avec mes amis et mes compagnons, au prix parfois d’innombrables sacrifices personnels et de maintes incompréhensions.

Pour moi, un homme agit selon ses convictions bien comprises ou non et défend son identité et sa personnalité propres en tout lieu et chaque fois qu’il en a l’occasion. Pour moi, le pire c’est à la moindre occasion, pour tout prétexte, de se renier, se défausser, de trahir l’amitié et la confiance des autres. Je ne sais pas le faire, je ne veux pas le faire. C’est un choix personnel que j’assumerai toujours avec sérénité et fermeté tant que je le peux, en tout cas, et dans le respect des valeurs et croyances communes.

Mon vœu auprès de vous et de votre frère d’armes, le général Sékouba Konaté, a été de vous aider avec dévouement et loyauté absolus à réussir la mission historique voire messianique que vous avez énoncée, annoncée le 23 Décembre 2008 pour laquelle vous avez bénéficié d’une bienveillance totale et d’un soutien unanime au-delà des frontières guinéennes : donner l’occasion et la chance enfin aux guinéens à la faveur de consultations électorales ouvertes, transparentes et paisibles de choisir librement leurs dirigeants et de se doter d’institutions fortes et crédibles. Ce faisant, ils pourraient changer le cours de leur histoire tumultueuse et se réconcilier avec eux-mêmes et surprendre pour une fois et agréablement un monde dont ils sont devenus la risée, dont ils semblent bannis.

Mon espoir, jusqu’au moment où je me suis décidé- après réflexion et analyse- de quitter les fonctions à moi confiées, a été de voir s’opérer un sursaut salvateur même tardif après la tragédie du 28 septembre 2009 afin de permettre à la Guinée de se relever de ses déchirures et blessures profondes et indélébiles. J’ai espéré d’où mon hésitation et ma réserve jusqu’à ce jour au fond de moi-même et de toutes mes forces que l’épisode traumatisant du 28 septembre ouvrirait les yeux à tous, ramènerait tous sur terre pour aider la Guinée à oublier et si possible à pardonner ses rancoeurs, surmonter toutes ses pesanteurs et lenteurs habituelles et chroniques.

Mon regret est de constater aujourd’hui malgré le cri de cœur et de détresse qui s’élève en Guinée et à travers le monde, beaucoup dans votre entourage dans un instinct de suicide ou baignant dans l’insouciance totale, se refusent d’entendre raison et de faire amende honorable comme d’autres heureusement : ils n’ont pas tiré les leçons ‘’ d’erreurs tragiques et fatales’’, se montrent indifférents et sourds à toutes les condamnations nombreuses et fermes en se refugiant derrière un chauvinisme douteux et ombrageux, ils voudraient ignorer les plaintes et complaintes de nos compatriotes , tous solidaires dans le grand malheur qui vient de frapper et endeuiller notre pays et déterminés aussi comme jamais à se rendre maîtres de leurs destins. Cette unité et solidarité retrouvées dans le malheur et sans doute après un effort d’exorcisme personnel et collectif est un espoir certain pour demain car beaucoup des guinéens et trop longtemps ont dépensé de l’énergie, de l’argent et du temps à se détester, à s’opposer , à se détruire sur la base de préjugés faux et clivages artificiels qui constituent la véritable menace pour l’avenir et une hypothèque sérieuse pour la communauté de destin ravivée et portée plus haut depuis les derniers tragiques événements . Eh oui, la Guinée a changé, les guinéens ne sont plus mêmes ces dernières années ‘’ fatigués’’ de leur histoire balbutiante et portés par la force de convictions inébranlables et de lendemains meilleurs possibles.

Mon autre regret, monsieur le président, est pour une fois dans ma vie et j’espère la dernière pour toutes , je sois obligé de me démarquer d’une cause que j’ai défendue car comme beaucoup j’y ai cru vraiment avant le réveil brutal et le désenchantement d’aujourd’hui.

Ma consolation cependant même maigre est de n’avoir pas attendu des heures sombres et des circonstances difficiles qui dégagent l’impression dune cause perdue pour faire entendre ma différence, prendre ma distance de thèses et positions inutilement extrémistes et passionnées. Votre confiance, à mes yeux, était un appel à une collaboration loyale et franche.

Ma hantise à ce stade de l’accélération brusque et dramatique de notre histoire, c’est une nouvelle épreuve de force tant vos relations avec les partenaires nationaux et étrangers sont empreintes de tension et de défiance dans une logique de guerre ouverte : en effet si hier le débat portait sur votre candidature à l’élection présidentielle, aujourd’hui, l’obsession de tous c’est votre départ pure et simple du pouvoir alors que ,pour votre part, vous continuez à croire en votre légitimité et revendiquez avec plus de force et de détermination des droits qui ne vous ont jamais été reconnus dans la fièvre politique et des enjeux électoraux. A quel saint se vouer ?

Monsieur le Président, vous le savez, auprès de vous , dans un climat d’adversité ouverte et de suspicion permanente, je me suis employé du mieux que j’ai pu avec d’autres citoyens de tous les bords à promouvoir le dialogue, la concertation, le partenariat responsable avec tous les protagonistes de la transition. Sans cesse, j’ai attiré humblement votre attention sur les risques d’une confrontation, d’une rupture de confiance et du dialogue avec les forces vives. C’est dans cet esprit qu’il m’a été donné de m’associer aux efforts de médiation ultimes des autorités religieuses avant la date fatidique du 28 septembre 2009 pour éviter le pire que nous avons malheureusement connu par la suite. Ces vénérables sages , comme une prémonition, avaient tiré sur la sonnette d’alarme.

Il n’est pas nécessaire d’insister, outre mesure, sur les positions et les prises de position qui furent les miennes pour vous épargner de douloureuses expériences comme celle du 28 septembre, pour garder l’estime et la confiance de l’opinion publique nationale et internationale, car l’heure n’est pas au procès et aux accusations entre partenaires d’hier et amis, je voudrais seulement vous demander de bien vouloir comprendre qu’il me fût difficile de continuer la fuite en avant qui, pour moi, n’a pas été un acte de lâcheté mais la volonté de rester digne et noble dans l’épreuve. A ce propos, si j’avais eu encore le sentiment, la profonde conviction qu’il était encore possible d’infléchir votre position actuelle et de vous amener à des concessions salutaires pour vous-même, vos proches et surtout le pays, je n’aurais pas hésité un seul instant à continuer à faire équipe avec vous. Je sais maintenant que de part et d’autre le point de non retour est atteint, moi-même , ébranlé dans mes convictions et mes espoirs de faire œuvre utile en m’impliquant dans la transition qui avait été placée sous les meilleures auspices, je suis en proie aux doutes et aux interrogations. Ayant cessé toute activité au titre de mes fonctions, pour une question d’honnêteté et de dignité et pour honorer aussi l’estime et l’amitié témoignées par vous à ma modeste personne parmi tant d’autres sans doute plus méritants, il me semble nécessaire de m’assumer entièrement en renonçant à compter de cet instant officiellement et formellement à mes fonctions de ministre chargé de la communication auprès de monsieur le président de la République et du ministre à la Présidence chargé de la défense nationale.

Monsieur le Président,

Je suis convaincu que vous qui exigez de chacun et tous dans toutes vos déclarations ‘’ honnêteté et probité morale’’, vous comprendrez la difficulté à occuper une fonction de façon théorique, les conditions actuelles, ne pouvant me permettre de remplir dûment mon mandat. Je n’ai pas de doute non plus que cet acte de démission pour vous et moi ne signifie guère la fin de relations amicales et fraternelles que des jours durant et pendant de longues nuits nous avons établies entre nous. Si je cesse d’être un collaborateur pour vous, vous trouverez toujours en moi un frère à votre écoute qui n’a pas de prétention particulière ni ambition démesurée : la Guinée m’a déjà tout donné, j’espère pouvoir un jour ou l’autre proche ou lointain avec d’autres lui donner le meilleur de moi-même pour combler ses espérances. Mon rêve, en réalité, est de vivre dans un pays où quel que soit le statut du citoyen, il a droit à la sécurité, à la liberté, à la dignité, au bien-être matériel et moral car comme l’a dit Victor Hugo : ‘’ Améliorer la vie matérielle, c’est améliorer la vie morale, faire des hommes heureux c’est faire des hommes meilleurs’’.

Mon Général,

Ensemble, dans une union et communion parfaite, nous avons milité et plaidé pour une transition réussie et apaisée. Tout seul, vous avez été pour moi et d’autres un bouclier et un rempart sûr , surtout vous avez essayé ,dans un esprit de constance et consistance et avec une conscience aiguë du devoir, de faire bouger les lignes de force pour imposer le respect des engagements pris et réserver une place de choix dans l’histoire de notre pays à vos compagnons et vous. Cette attitude responsable explique en grande partie mon admiration et mon estime pour vous. Votre confiance aveugle et votre amitié envers moi me flattent à plus d’un titre. J’y ai puisé la force et la motivation à vous ouvrir mon cœur et à mettre à votre disposition ma modeste expérience. Pour toutes ces raisons d’ordre affectif, je suis profondément peiné de devoir vous mettre devant un fait accompli en quittant mes fonctions sans vous avoir consulté, à plus forte raison, attendre votre accord express. Je dois dire que je n’ai hésité et attendu jusqu’à maintenant en dépit de beaucoup d’infortunes et frustrations personnelles que par amitié pour vous. Seulement, il y a un moment où il faut se décider, un moment où un homme est appelé à faire un choix dans le secret de sa conscience et en usant de son libre arbitre. Ce fut le cas cette fois avec l’espoir intime que vous n’y verrez aucun motif de frustration et de déception encore moins de manquements à la confiance et à l’amitié que nous nous témoignons mutuellement.

Mon général, je vous prie de croire le moment de surprise et d’émoi passé après avoir appris ma décision que je garde pour vous pour le chemin que nous avons eu à faire ensemble dans la sincérité et la loyauté une profonde amitié. C’est pourquoi il m’est insupportable de vous embarrasser davantage en entretenant l’équivoque à propos de ma position vis-à-vis du CNDD au risque d’ailleurs de vous fragiliser pour le soutien constant que vous m’apportez : je ne peux continuer à me retrancher dans un silence confortable et une résignation facile encore moins à garder des fonctions que j’ai abandonnées, en réalité, depuis un moment.

A vous mon général et au capitaine Moussa Dadis Camara , je voudrais réitérer une nouvelle fois ma reconnaissance pour la confiance placée en ma modeste personne , réaffirmer ma disponibilité dans l’amitié et la fraternité , vous dire aussi combien de fois j’ai beaucoup appris de notre expérience commune et de notre brève collaboration.

Que Dieu éclaire et guide les pas de chacun d’entre nous et répande sa grâce et sa miséricorde sur notre pays par ces temps d’incertitudes et d’angoisse partagées.

Dieu est vérité et chacun d’entre nous est esclave de son destin.

Lundi 02 Novembre 2009

Tibou Kamara

Ancien ministre chargé de la communication auprès de monsieur le président de la République et du ministre à la Présidence chargé de la défense nationale

 
 Ajouter un commentaire
Présidentielle à Haut risque au Kenya : Message du Président en exercice de l'union africaine

2017/8/8

Aujourd'hui en Guinée Communiqué : Demain, Mardi 8 août 2017, se tiendront les élections générales au Kenya. Les citoyens Kényans sont appelés aux urnes pour élire leur président, ainsi que leurs députés, sénateurs, gouverneurs et représentants aux assemblées locales.

L’Union africaine suit avec un intérêt particulier le déroulement de ces élections et appelle le peuple kényan et les acteurs politiques, à la retenue et au sens de la responsabilité dans l’organisation du scrutin.

Le Président en exercice de l’Union africaine invite les Kenyans à se rendre demain aux urnes dans le calme et la sérénité, et appelle les acteurs politiques à user de toutes les voies de recours légales et pacifiques pour régler les éventuels différends.

L’Afrique a plus que jamais besoin de montrer à la face du monde sa capacité à prendre en charge ses propres affaires et à réussir l’organisation d’élections démocratiques et paisibles dans tous les Etats du Continent.

Professeur Alpha Condé

 
 Ajouter un commentaire
Guinée : Critiqué pour sa gestion des mines, le gouvernement monte au créneau

2017/8/7

Aujourd'hui en Guinée L'Indice annuelle de gouvernance des ressources naturelles, publié le 13 juillet par l'ONG américaine Natural Resource Governance Institute, classe la Guinée 63e sur 89 pays dans le monde. Ce que Conakry, estimant la notation lacunaire, a vivement contesté. Au point de ramener l'organisation new yorkaise à de meilleurs sentiments après un déplacement de deux de ses représentations dans la capitale guinéenne début août.

Rendu public le 13 juillet, la dernière mouture du rapport de l’ONG américaine NRGI n’est pas bien passée à Conakry. Le gouvernement de la Guinée n’a en effet pas bien digéré les notes qui lui ont été attribuées sur les points que l’organisation américaine évalue chaque année (gouvernance de l’attribution des droits d’extraction, gestion des revenus…). Résultat : 63e sur 89 pays classés en 2017, alors que la Guinée apparaissait au 33e rang de ce même classement en 2013, qui portait alors sur 58 pays.

Dans un communiqué du 13 juillet 2017, le ministère guinéen des Mines et de la Géologie « constate avec regret que la plupart des informations divulguées sont en net déphasage avec la réalité du secteur minier guinéen » et exige la correction « des erreurs relevées » et la révision du « score et [du] classement de la Guinée ».

L’ONG a ainsi dépêché à Conakry deux analystes économiques, Thomas Lassourd et Kaisa Toroskainen, pour épauler la coordinatrice de NRGI à Conakry, Marie-Joséphine Nsengiyumva. Et leurs trois jours de tête-à-tête (du 1er au 3 août) avec les autorités guinéennes ont été fructueux, assurent les autorités.

Les erreurs vont dans le sens d’une amélioration du score de la Guinée

« Nous avons critiqué la méthodologie du rapport, dit le secrétaire général du ministère guinéen des Mines et de la géologie, Saadou Nimaga. D’abord des éléments factuels qui peuvent constituer des erreurs immédiatement corrigibles, comme celles relatives au cadastre qui a connu beaucoup d’amélioration ces dernières années, surtout ces derniers mois, à travers sa mise en ligne. Aussi l’ONG n’avait pas toutes les informations sur la Société guinéenne du patrimoine minier (Soguipami). On leur a fourni des informations et des documents qui certainement vont changer fondamentalement certains éléments d’appréciation ».

« Les erreurs vont dans le sens d’une amélioration du score de la Guinée, confirme à Jeune Afrique Thomas Lassourd, l’un des émissaires de l’ONG dépêchés à Conakry. « Avec ce type d’indice, il y a toujours une marge d’erreur. C’est tout à fait naturel. On est ouvert pour corriger ce qui est corrigible. Dès que tous les documents auront été collectés, nous allons recalculer l’indice pour la Guinée et voir comment le score va changer ».

La Guinée est loin d’être le seul pays africain mal noté par ce rapport. La majorité des pays du continent ont reçu des notes comprises entre « faible » et « défaillant ».

JA

 
 Ajouter un commentaire
Arrêté conjoint ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique et celui des finances sur les primes de fonction et par grade académie

2017/8/4

Aujourd'hui en Guinée Conakry, le 4 Août 2017 – Article1 : il est accordé aux titulaires des emplois de l’enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique des primes de fonction mensuelle par grade académique ainsi qu’il suit :

MAITRES-AISSISTANTS/CHARGES DE RECHERCHE………………6 000 000FG

MAITRES DE CONFERENCESS/MAITRES DE RCHERCHE ………8 000 000FG

PROFESSEURS/DIRECTEURS DE RECHERCHE………………10 000 000FG

Article2 : Les montants des primes de rendements sur les publications reconnues aux titulaires des emplois de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique sont fixé à : Deux millions cinq cent mille francs guinéens (2 500 000 FG) par article publié dans une revue de la spécialité à diffusion internationale avec comité de lecture.

Un million cinq cent mille francs guinéens (1 500 000 FG) par article publié dans une revue scientifique guinéenne avec comité de lecture.

Article 3 : les indemnités des heures supplémentaires et des vacations qui ne seront payées qu’après avoir effectivement réalisée, sont règlementé pour les grades académiques ci-dessous et par heure comme suit :

ASSISTANTS/ATTACHE DE RECHERCHE/VACCATAIRES …….. 75 000 FG ;

Autres grades : ………………………………………………………….… 125 000 FG ;

Le volume hebdomadaire des heures supplémentaires dans les institutions d’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique ne peut excéder six (6) heures par enseignant-chercheur ou chercheur.

Article 4 : les horaires pour les missions d’enseignement sont fixés à trois millions de francs guinéens (3 000 000 FG) par mission pour une mission de vingt (20) jours.

Article 5 : les primes d’encadrement et soutenance sont payées par mémoire de master et thèse de doctorat effectivement soutenue. Elles sont fixées comme suit

Prime d’encadrement de master reconnu aux maitres-assistants/chargé de recherche, maitres de conférences/maitres de recherche et professeur/directeur de recherche : cinq millions de francs guinéens (5 000 000 FG) par mémoire de master soutenu.

Prime d’encadrement de doctorat reconnue aux maitres de conférence/maitre de recherche et professeurs/directeurs de recherche : quinze millions de francs guinéens (15 000 000 FG) par thèse de doctorat soutenue.

Prime de soutenance par membre de jury.

Deux millions de francs guinéens (2 000 000 FG) pour le doctorat ;

Un million de francs guinéens pour le master.

Article 6 : le ministre de l’enseignement supérieur et de recherche et le ministre de l’économie et des finances sont chargés, chacun en ceux qui lui concernent de l’application correcte du présent arrêté conjoint.

Article 7 : la dépense est imputable au budget du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, exercice 2018.

Article 8 : le présent arrêté conjoint qui prend effet à compter de s date de signature et qui abroge toute disposition antérieure contraire sera enregistré et publié au journal officiel de la république.

LE MINISTRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

Abdoulaye Yero BALDE

LE MINISTRE L’ECONOMIES ET DES FINANCES

Malado KABA

 
 Ajouter un commentaire
Mesure relative au paiement du droit d’enregistrement des marchés publics

2017/8/3

Aujourd'hui en Guinée
Dans le cadre de la sécurisation des recettes publiques, le Ministre demande qu'à compter du 1er Août 2017 que le paiement des droits d'enregistrement des contrats issus du processus de passation de marché des marchés publics se fasse sur le compte du receveur spécial rattaché au compte unique du trésor.

Conformément à l’article 534 du Code Général des Impôts (CGI) complété par l’article l5 de la Loi de Finances 2017 portant sur les dispositions relatives à l’enregistrement des contrats, marchés et autres documents, les droits d’enregistrement sont fixés à 2% du montant du marché. Ces droits sont payés, soit par chèque ou en espèces au bureau des droits d’enregistrement à la Direction Nationale des Impôts, avant tout enregistrement à la Direction Nationale des Marchés Publics.

L’article 525 du CGI ne dispose que la liquidation des droits d’enregistrement se fait sur la base du montant des marchés soumis à la formalité de l’enregistrement. Le contrôle de l’assiette est exercé exclusivement par le Chef de la Division Enregistrement, son receveur ou un agent ayant le grade d’inspecteur des impôts.

L’article 547 du CGI stipule que seul le receveur de l’enregistrement est habilité à percevoir les droits dûment liquidés. Il revient enfin aux agents de la Direction Nationale des Impôts de procéder à l’examen des documents soumis pour l’enregistrement, en cas de sous estimation, ils sont habilités, selon l’article 545 du CGI, à contester les valeurs portées sur les documents et éventuellement à procéder à leur redressement par référence à la valeur du marché.

Dans le cadre de la sécurisation des recettes publiques et du recours au mode de paiement qui évite davantage de maniement des espèces par les comptables publics, le Ministère du Budget a entrepris de recourir, le plus possible, aux services de la Banque centrale de la République de Guinée pour l’encaissement des droits dus à l’État, dans le respect des procédures évoquées ci-dessus en matière d’assiette (constatation et liquidation), de recouvrement et de délivrance de l’acquit libératoire.

C’est pour cette raison qu’à compter du 1er août 2017, le paiement des droits d’enregistrement des contrats issus du processus de passation des marchés publics se fera uniquement sur le compte du Receveur Spécial des Impôts rattaché au compte unique du Trésor n° 2011 000 140 ouvert dans les livres de la Banque centrale de la République de Guinée.

Le Ministère du Budget invite l’ensemble des Contractants des marchés publics au respect de cette nouvelle mesure conformément aux dispositions du Code Général des Impôts et de la Loi de Finances 2017 susmentionnées.

La Direction Nationale des Impôts et la Direction Nationale du Trésor et de la Comptabilité Publique est chargée l’application stricte de la présente lettre circulaire.

Mohamed L. DOUMBOUYA, PhD
Ministre du Budget

Le Service de Communication et des Relations Extérieures

 
 Ajouter un commentaire
Guinée : SNC Lavalin obtient un FEED dans la réalisation d’une raffinerie pétrolière à Kamsar

2017/7/27

Aujourd'hui en Guinée (Agence Ecofin) - En Guinée, l’ingénieur canadien SNC Lavalin s’est vu octroyer par Brahms Oil Refineries, un contrat d’études d’ingénierie et de conception (FEED) pour la construction d’une raffinerie de traitement de 10 000 barils par jour à Kamsar, au Nord-Ouest de la Guinée. Les travaux aboutiront à une estimation du coût de réalisation de l’infrastructure pour la prise de la décision finale d’investissements au troisième trimestre de 2017.

Outre, l’estimation du coût de la raffinerie, la portée de cette phase concernera entre autres, la coordination et la gestion du projet, l'ingénierie, l'approvisionnement préliminaire, et le plan d'exécution EPC.

« Nous sommes ravis de travailler avec Brahms Oil Refineries sur la première raffinerie pétrolière qui sera construite en Guinée, pour traiter le pétrole ouest africain.», a commenté Martin Adler, le patron de SNC Lavalin. Et de poursuivre : « ce projet nous permettra de développer notre expertise en conception modulaire et s’inscrit dans notre objectif de développer notre activité dans l’aval du secteur pétro-gazier en Afrique. Nous sommes impatients d'aider notre client à atteindre la décision finale d’investissements et à progresser dans la phase EPC du projet.», dixit M. Adler.

L’usine produira du diesel, de l’essence et du jet A qui seront commercialisés sur le marché local guinéen. Une initiative qui va considérablement réduire les importations de produits pétroliers et devrait amoindrir les prix d’achats pour les consommateurs.

Olivier de Souza

 
 Ajouter un commentaire
Le budget guinéen et les investissements

2017/7/25

Aujourd'hui en Guinée
La faible exécution des achats des biens et services par rapport à la prévision annuelle s’explique essentiellement par le gel des crédits sur certaines lignes budgétaires en attendant la mise en place de certaines procédures de rationalisation de la dépense publique, notamment la centrale d’achat.

Sur un objectif trimestriel de 390,00 Mds, il a été réalisé sur base engagement 850,64 Mds (218,11%), sur base prise en charge comptable 815,21 Mds et 660,86 Mds (169,45%) sur base paiement. Le niveau de paiement des dépenses de subventions s’est situé à 660,86 Mds contre une prise en charge comptable de l’ordre de 815,21 Mds.

Rapporté à la prévision annuelle de 2 508,44 Mds, le taux d’exécution est de 32,35%.
⁻ Subvention d’exploitation : 142,68 Mds engagés (15,64%) et 127,46 Mds payés (13,93%) contre une prévision de 911,83 Mds ;
⁻ Subvention d’équilibre non ventilée : 441,38 Mds engagés (63,53%) et 413,50 Mds payés (64,86%) contre une prévision de 647,53 Mds ;
⁻ Transferts courants aux ménages : 157,87 Mds engagés (22,97%) 46,38 Mds payés (6,75%) contre une prévision de 687,15 Mds ;
⁻ Contributions Internationales : 112,60 Mds engagés (42,99%) et 73,50 Mds payés (28,06%) contre une prévision de 261,92 Mds.

L’exécution à fin mars 2017 des investissements publics sur la base des paiements effectués se chiffrent à 419,40 Mds dont 118,10 Mds pour les ressources intérieures (28,16%) et 301,30 Mds sur financement extérieur (71,84%). La prise en charge comptable des dépenses en capital se chiffre à 445,57 Mds.

Sur l’objectif de 501,65 Mds au premier trimestre 2017, il a été réalisé sur base engagement un montant de 443,14 Mds (88,34%), sur base prise en charge comptable 182,04 Mds et 118,10 Mds (32,54%) sur base paiement.

Sur une prévision annuelle de 2 329,65 Mds, les dépenses d’investissement ont été payées à hauteur de 118,10 Mds (5,07%).

Au cours du premier trimestre 2017, les dépenses d’investissements sur FINEX ont été exécutées à hauteur de 263,53 Mds sur une prévision annuelle de 2541,56 Mds; soit un taux d’exécution de 10,36%.

L’exécution trimestrielle des dépenses se présente conformément à la ventilation suivante :
Développement rural……………………………………….. 3,65 Mds
- Programme national d’appui filière agric (PNAFA)….1, 78
- Projet d’approv. eau et assainisse Boké-Télimélé…….1,50
- Etudes fruit-légumes Mamou-Kindia phase 2………..0,37
Mines, Industrie, Energie, Eaux Urbaines, Tourisme…183, 00 Mds
- Projet d’appuis aux PME………………………………..59,83
- Renforcement système AEP de Conakry………..………0,05
- Réhabilitation extension réseau élect. Conakry……...25, 48
- Réhabilitation extension réseau élect. Conakry………..0,63
- Electrification Rurale……………………………..…...4,01
- Electrification Rurale CIv-SLeone-Liberia-Guinée…...0,35
- Projet réhab. centrale élect Kaloum(ex Tombo5)……81,57
- Projet redressement secteur énergie PRSE………… .11,08
Infrastructures………………..…………………………….0, 98 Mds
- Assainissement quartier Moussoudougou……….........0,08
- Etudes et supervision construction pont koussi Mil.....0,90
Social……………….……………………………………...66,01 Mds
- Réhabilitation, extension et équipem Hôp.Donka…..34,68
- Projet SS prime. (Labé-Mamou-Faranah)…….…….. 3,52
- Rel. Sociale post Ebola………………………….………0,38
- Programme appui secteur Enseig. Primaire……..…..6,57
- Construction et Equipement 50 collèges ruraux.....…0,40
- Projet de construction des ERAM…………………....19,44
- Booster employabilité des jeunes……………….…..…1,01
Administration générale et autres……….………..…..…47,66 Mds
- Troisième projet PACV…………………….………...47,66

Le Service de Communication et des Relations Extérieures

 
Escroquerie: Jean Marc Téliano entre les 90 Kg d'or des Italiens et les 400 000 dollars de l'Albé Nian Wontan !

2017/7/20

Aujourd'hui en Guinée
Jean Marc Télliano, président du RDIG (Rassemblement pour le Développement Intégré de la Guinée) et député à l'Assemblée Nationale, a été impliqué dans une affaire de vole de tablette au sein même de l'Assemblée Nationale. C'était le mardi 11 juillet 2017, dans le bureau de la trésorière du parlement guinéen, où les députés étaient venus récupérer leurs primes de carburant pour aller restituer les travaux de l'assemblée à leurs mandants. Après avoir perçu son argent estimé à plus de 30 millions de Fg, Jean Marc Téliano a quitté sur la pointe des pieds avec la tablette de Yaya Traoré, député RPG arc-en-ciel de Mandiana . Quelques minutes après, le député et président du Rassemblement pour le Développement Intégré de la Guinée, a été rappelé au téléphone par un des doyens et conseillers du président de l’Assemblée nationale pour lui demander de restituer la tablette de son collègue. Jean Marc Téliano a nié avoir volé la tablette du député Yaya Traoré. « Nous avons visionné la vidéo et c’est toi qu’on voit prendre la tablette », lui explique-t-on au téléphone. Mais, l’opposant persiste et signe : « je suis entré avec ma tablette et quand j’ai pris l’argent, j’ai également repris ma tablette pour sortir et non une autre tablette ».
Après avoir tenté de contester, Jean Marc Télialo a été confondu par les images des caméras de surveillance de l'Assemblée Nationale. Et finalement la tablette a été rendue à son propriétaire.

Jean Marc Téliano impliqué dans une escroquerie de 90 Kg d'or !

Au-delà de cette histoire qui lui restera à jamais coller à la peau, il faut savoir que Jean Marc Télliano est aussi un habitué des faits d’escroquerie. En effet, en séjour au Sénégal en 2004 Jean Marc Télliano a rencontré des hommes d'affaires italiens dans un hôtel à Dakar auxquels il a déclaré détenir 90 Kg d'or qu'il souhaitait vendre. Après la conclusion du marché, ceux-ci lui ont donné la valeur des 90 Kg d'or en dollar. A la grande surprise des hommes d'affaires italiens, après vérification, ils se sont rendus au constat que tout le dessous du précieux métal était du cuivre. Alors que Jean Marc Télliano s’apprêtait à quitter le Sénégal, il fut arrêté par la police. En prison, le sieur Téliano a simulé une maladie. Admis à l’hôpital, il a corrompt un médecin et s'en est fui.

Après un long séjour à Bruxelles, il est rentré en Guinée. Quelques jours après, un des Italiens du nom de Mario Marcandey a débarqué à Conakry pour tâter le terrain des affaires afin de dénicher Jean Marc Téliano. Et Téliano a pensé que cet homme était à ses trousses. Il a aussitôt mis la fameuse Manou Cissé à contribution et l'Italien n'a passé que juste une nuit dans la chambre 99 du Novotel de Conakry, avant d'être logé à l'hôtel 5 étoiles de la Maison Centrale. Jean Marc Télliano avait fait croire que c'est plutôt l'Italien qui l'a escroqué.

Le Consul de l'Italie en Guinée à l'époque a contacté la presse, notamment La Nouvelle Tribune pour mettre la puce à l'oreille. De fil à l'aiguille, un procès a eu lieu.
Jean Marc Télliano a perdu le procès malgré la distribution des véhicules au ministre de la justice, Abou Soumah, au procureur de la république et au juge principal d'alors.

Escroquerie dans une autre affaire de Diamant!

Jean Marc Téliano a été trimbalé devant la tribunal de première instance de Mafanco, le 09 mars 2011, par Albé Nian Wontan, Directeur Général d'ALPS Développement Guinea, parce qu'il « m'a retiré une somme de 400 000 dollars de manière frauduleuse. »
Albé Nian Wontan, Directeur Général d'ALPS Développement Guinea, accompagné de son avocat Me. Abass, a tenu une conférence à la maison de la presse à Coleyah, au cours de la quelle il a accusé le président du RDIG, Jean Marc Telliano, d'escroquerie.

D'entrée, le Directeur Général d'ALPS Développement Guinea, Albé Wontan a d'abord expliqué les faits du début jusqu'au niveau où l'affaire se situe actuellement. Selon lui, il a connu Jean Marc Télliano en décembre 2010 à travers une certaine Aicha Keita après avoir été introduit comme quelqu'un qui faisait l'affaire de Diamant et lui, cherchait des fournisseurs sûrs et responsables, avant de faire un accord de collaboration de 5% sur un budget mensuel voté par les deux parties.
Poursuivant son explication, Albe Wontan a affirmé que : « la seconde étape était d'aller en Sierra Leone rencontrer ses partenaires. Malheureusement, Jean Marc Télliano a plusieurs fois reporté notre voyage pour la Sierra Leone. C'est seulement, le 19 Décembre qu'il a délégué son assistant pour se rendre avec moi en Sierra Leone voir son partenaire de Diamant. Arrivé en Sierra Leone, Jean Marc m'a demandé au téléphone de donner 50. 000 dollars à son partenaire. Mais je n'avais pas 50 000 sur moi, j'ai donné 30 000 dollars. »

Une fois à Conakry, dira-t-il, il a encore donné 3000 dollars à M. Telliano pour l'investiture du président Alpha Condé et 100 dollars à son assistant, sur la demande de son partenaire. Avant d'ajouter qu'ils sont partis payer 328 000 dollars en Sierra Leone suite à la quelle lui et le chauffeur du partenaire de Jean Marc ont été attaqués par des personnes en uniforme qui l'ont pris 3000 dollars.

« Juste après cette attaque, Jean Marc a téléphoné au chauffeur et celui-ci n'a pas voulu décrocher et puis qu'il insistait, je lui ai dis de décrocher. Il a pris le téléphone, il me l'a passé et lorsque, j'ai dit allô, Telliano dit est ce que tout ce passe comme prévu, je lui ai dis non, lorsqu'il a reconnu ma voix, il a coupé le téléphone. », a-t-il indiqué.

Arrivée à Conakry, ajoute-il, avec les pierres, il a essayé de joindre Telliano mais sans succès. « C'est lors d'un rendez-vous organisé par Madame Keita qu'on s'est vu. M. Telliano a décliné toute responsabilité mais, enfin de compte, il m'a promis d'aller avec Madame Keita pour régler le problème. On a été au médiateur de la République , on s'est expliqué, il a promis là-bas aussi, qu'il devait aller en Sierra Leone pour régler cette affaire et il ne l'a pas fait. »

« C'est ainsi, que j'ai porté une plainte au Tribunal de Mafanco le 09 mars 2011 contre lui pour escroquerie, parce qu'il m'a retiré une somme de 400 000 dollars de manière frauduleuse. » a-t-il dit.

Pour son avocat, Maître Sidiki Bérété : « Jean Marc Telliano a été inculpé pour escroquerie. Ce n'est pas un citoyen libre présentement. Il a été placé sous le contrôle judiciaire et il ne répond jamais. M. Telliano est entrain de braver l'autorité de la loi mais par finir, il va se noyer dans un verre d'eau car celui qui ne respecte pas la mesure de contrôle judiciaire, la seule sanction c'est la révocation sous mandat de dépôt.»
Comme on peut le constater, l'histoire de vole de tablette n'est que la partie immergée du député Jean Marc Téliano, qui il faut l'avouer s'est juste réfugie en politique pour échapper à la prison.

Abdoulaye Sylla

 
Venezuela: Trump menace Maduro de sanctions économiques

2017/7/18

Aujourd'hui en Guinée CARACAS, Venezuela — Le président américain Donald Trump a menacé lundi le gouvernement du Venezuela d’actions économiques «robustes et rapides» si le parti au pouvoir va de l’avant avec son plan de réécrire la Constitution du pays.

Dans une déclaration très ferme, le président a noté que «les États-Unis ne resteront pas les bras croisés pendant que le Venezuela s’écroule».

Il a ajouté que «si le régime (du président Nicolas) Maduro impose son assemblée constituante le 30 juillet, les États-Unis prendront des actions économiques rapides et robustes».

M. Trump a qualifié le président Maduro de «mauvais chef d’État qui aspire à devenir un dictateur».

La tension continue aussi de monter du côté de l’opposition à Maduro au Venezuela.

Lundi, les opposants du président Maduro ont appelé à une grève générale de 24 heures pour augmenter la pression sur le gouvernement socialiste après que plus de sept millions d’électeurs eurent pris part la veille à un référendum symbolique sur le projet de réforme constitutionnelle du régime et la consolidation de la mainmise du parti au pouvoir.

Le pays a été miné par des pénuries et une inflation monstre et a été déchiré par plus de 100 jours d’affrontements entre des protestataires et la police, qui ont déjà fait 93 morts et 1500 blessés.

Si certains Vénézuéliens n’ont pas caché leur déception face à la mobilisation de dimanche — qu’ils espéraient plus imposante —, les dirigeants de l’opposition ont tenu à souligner que seuls 2000 bureaux de vote avaient pu être installés en raison de la nature symbolique du scrutin.

Lors des élections législatives de 2015, l’opposition avait récolté 7,7 millions de voix. Ce pays d’Amérique du Sud compte plus de 30 millions d’habitants, dont environ 19 millions d’électeurs.

David Smilde, un expert de l’Université de Tulane, aux États-Unis, estime néanmoins que cette consultation non officielle ralliera la communauté internationale contre le projet de réécriture de la Constitution de 1999.

L’opposition croit par ailleurs que le vote du 30 juillet pour élire une assemblée constituante sera truqué de sorte à élire des représentants loyaux envers le gouvernement et consolider la mainmise sur le pouvoir de M. Maduro par la création d’un système similaire à celui de Cuba.

Les partis d’opposition planifient ainsi signer une déclaration appelant à la formation d’un gouvernement parallèle, une étape vers le rejet total de l’autorité gouvernementale.

Les tensions demeurent vives dans le pays, et l’appel aux urnes de dimanche n’a pas fait exception.

Une dame de 61 ans a été tuée et quatre autres personnes ont été blessées par balle lorsque des partisans du régime ont fait irruption dans un bureau de vote de la capitale, Caracas.

Dimanche, la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a félicité le peuple vénézuélien «d’avoir exercé son droit démocratique».

«Le Canada exhorte le gouvernement du Venezuela à renoncer à l’assemblée nationale constituante et à amorcer des négociations avec l’opposition afin de rétablir l’ordre constitutionnel de manière à mettre l’accent sur les préoccupations légitimes du peuple vénézuélien», a-t-elle déclaré par communiqué.

In Métro

 
 Ajouter un commentaire
LE GOUVERNEMENT GUINÉEN OUVRE LE PREMIER ATELIER DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DES CAPITAUX CRIMINELS ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

2017/7/17

Aujourd'hui en Guinée Conakry le 17 juillet 2017- La lutte contre le blanchiment des capitaux criminels et le financement du terrorisme est au centre des grands défis du développement durable. Ainsi, la sensibilisation et la formation sont plus que nécessaire. C’est pourquoi, le Centre National du Traitement des Informations Financières (CENTIF)a ouvert ce lundi un atelier de quatre jours sur la sensibilisation et de formations sur la lutte contre le blanchiment des capitaux criminels et le financement du terrorisme , en collaboration avec l’Office National de Formation et de Perfectionnement Professionnel (ONFPP), les Ministères de l’Economie et des Finances, de la Justice et de l’Enseignement Technique de la Formation Professionnelle de l'Emploi et du Travail.

Présidé par le Ministre de l'Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l'Emploi et du Travail, Damantang Albert Camara, cet atelier est destiné à toutes les institutions bancaires de la Guinée, et va s’étendre sur quatre (4) jours.

L’objectif de cet atelier, est de trouver un moyen permettant d’harmoniser les efforts de toutes les parties concernées, pour mieux lutter contre ce phénomène de blanchiment des capitaux criminels et le financement du terrorisme.

D’entrée de jeux, le Directeur Général de l’Office National de Formation et de Perfectionnement Professionnel (L’ONFPP) Lucien Guilao a rappelé le potentiel de ressources naturelles que dispose la Guinée, sans oublier les contraintes qui, selon lui, constituent un grand handicap pour le développement de ce pays.

Pour lui, l’efficacité de cette lutte passe par la prise en compte de trois principes :

- L’identification ;
- La supervision ;
- L’action.

Le Directeur du Centre National du Traitement des Informations Financières(CENTIF), Kolié Mara, a quant à lui exhorté les participants, à mettre de côté leurs différends, car pour lui, la concurrence ne peut pas exister dans la lutte contre ce phénomène de blanchiment des capitaux criminels et le financement du terrorisme.

Pour terminer, le Ministre de l'Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l'Emploi et du Travail, Damantang Albert Camara a affirmé que le gouvernement est en train de tout mettre en œuvre, pour se conformer aux standards internationaux de lutte contre ce phénomène, ce programme de sensibilisation en est une illustration dira t-il.

Avant de déclarer la cérémonie ouverte, le ministre a sollicité une grande implication du secteur privé dans cet atelier pour apporter leur contribution à ce vaste programme de sensibilisation qui ne fait que commencer.

La Cellule de Communication du Gouvernement

 
 Ajouter un commentaire
Sommet du G20 à Hambourg ( en Allemagne ), J-1 : veillée d'armes

2017/7/7

Aujourd'hui en Guinée Les dirigeants des 20 pays les plus riches de la planète se retrouvent demain vendredi et après demain samedi ici à Hambourg en Allemagne. Un G20 sous tension à cause des manifestations altermondialistes et des conflits diplomatiques entre les États-Unis de Donald Trump et l’Union Européenne.

En attendant les joutes oratoires des chefs d'états , la ville d'Hambourg qui est l'un des 16 Länders composant l'Allemagne, est située au nord du pays, près de l'embouchure de l'Elbe et à proximité de la mer du Nord, Hambourg est la deuxième plus grande ville d'Allemagne et le premier port du pays restera placée sous haute surveillance durant les prochaines 72 heures . Les complexes hôteliers sont envahis par les forces de l'ordre qui scrutent les moindres faits et gestes des locataires.

Pour accéder au lieu de la conférence , il faut naturellement faire pâtes blanches . Et pourtant c'est là où les différentes personnalités venues des quatre coins du monde reçoivent leurs accréditerions . Pour avoir le sésame qui vous permettra de suivre le sommet en live, il faut avoir rempli au préalable le formulaire en ligne et détenir par dévers soit une pièce d'identité .

Les journalistes qui n'ont pu s'inscrire en ligne dans leurs pays respectifs avant d'arriver à Hambourg, doivent prouver qu'ils sont des professionnels du métier avant de bénéficier de ce qu'on appelle l'accréditation sur la place. A ce niveau également, il faut remplir un formulaire et attendre plus ou moins trente minutes le temps pour les services allemands de sécurités d'enquête sur vous .

Les Hôtels affichent complet . Le chef de l'état guinéen, Pr Alpha Condé par ailleurs Président en exercice de l'union africaine et sa suite sont attendus cette nuit à Hambourg en provenance de Berlin où il a pris part au forum économique Allemagne-Guinée.

Ainsi demain vendredi 7 juillet 2017 s'ouvrira à partir de 9 heures, heure locale, le sommet du G20 tant attendu à Hambourg

Nous y reviendrons

Depuis Hambourg, Aboubacar SAKHO
Conseiller Attaché de presse auprès du PDG du groupe Guicopres

 
 Ajouter un commentaire
Marché gré à gré : Mori Diané répond à Cellou Dalein Diallo…

2017/7/6

Aujourd'hui en Guinée Droit de réponse : Mori Diané, le Directeur Général de la « Guinéenne d’Energie » vient d’apporter un cinglant démenti aux récentes révélations faites par Cellou Dalein Diallo, le leader de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée.

M. Dalein, j’ai été assez surpris de lire un article d’Africaguinee dans lequel vous pointez un doigt accusateur sur moi, si injustement et avec tellement de mépris. J’ai été stupéfait aussi bien par le ton que par les propos. Vous liez mes occupations en Guinée à une amitié personnelle avec le Président Alpha Condé, ou plutôt à un copinage avec lui. Je suis d’autant affligé que vous vous référez à moi publiquement comme « quelqu’un qui s’appelle Mori Diané ».

Avec tout le respect que je vous dois, permettez-moi de vous rafraîchir la mémoire. Il y a plusieurs années, lorsque vous étiez un cadre de l’Administration des Grands Projets, vous avez effectué plusieurs voyages à Washington. J’ai eu le plaisir de vous y recevoir dans mes bureaux et même de vous emmenez dîner avec vos collègues. Vous avez alors constaté et reconnu que je n’ai jamais manqué aux devoirs que m’imposent ma foi musulmane et ma culture africaine, notamment à celle d’être accueillant et hospitalier envers les hôtes. Je suis donc ravi que vous m’appreniez aujourd’hui que le Président Alpha Condé, lui, a montré une vraie noblesse à me garder parmi ses amis.

Vous vous êtes aussi rendu compte par vous-même, en visitant mes bureaux à Washington, que j’occupe depuis une trentaine d’années, que je dois être un homme d’affaires consciencieux et irréprochable pour avoir pu prospérer dans un pays où la loi et la morale sont draconiennes. Si j’ai pu mériter l’estime et l’admiration d’Africains en visite ou résidant aux Etats-Unis et avoir une longévité commerciale, dans un secteur hautement compétitif, je ne peux le devoir qu’à une rigueur sans faille.

J’ai pris la décision, il y a quelques mois, de venir développer des activités caritatives et commerciales en Guinée. Quoi de plus normal, après avoir passé plus de quarante ans hors d’un pays dans lequel ma famille est bien connue et reconnue pour s’y être dévouée depuis plusieurs générations ! Quoi de surprenant si j’ai alors été approché par une compagnie américaine pour reprendre la gestion d’une centrale électrique dont les engins, fabriqués aux Etats-Unis, étaient sur le point de quitter la Guinée, privant ainsi le pays d’une grande capacité de fourniture d’électricité !

Avant d’acquiescer à cette demande légitime et salutaire pour notre pays qui me fournissait une occasion de le servir davantage, j’ai découvert qu’un litige opposait les parties impliquées dans la gestion précédente des turbines.

Dans les semaines qui ont suivi, je me suis appliqué scrupuleusement à m’assurer de la véracité de la propriété revendiquée par la partie guinéenne du différend. En plus du fait que le titre de propriété, établi par le fabriquant des turbines démontre sans ambiguïté aucune que le véritable propriétaire est mon interlocuteur, les actes juridiques m’ont aussi révélé que le prétendant guinéen avait été déboutée par trois juridictions : une guinéenne, une sénégalaise, une américaine. Je découvre maintenant qu’il s’agit du fils d’une élue de votre parti politique. Raison pour laquelle je suis devenu, semble-t-il, la cible de votre envolée médiatique.

Si je ne reprenais pas la gestion de la centrale, la Guinée perdait irrémédiablement les turbines et par conséquent quelques dizaines de mégawatts précieux pour les besoins en électricité de sa population. Je devrais être félicité et non dénigré par vous. Pour ma part, je suis quitte avec ma conscience et je n'ai pas l’intention de me laisser intimider par qui que ce soit. Sachez aussi, Monsieur, que ma société est celle qui facture le moins cher le kilowattheure en Guinée. Chez moi, le patriotisme prime la recherche du gain personnel.

Vous avez été pendant trop longtemps un acteur décisionnel de l’administration guinéenne pour ignorer le fait que tous les marchés publics ne se prêtent pas nécessairement à un appel d’offres. Les procédures de passation d’un marché public prévoient des appels d’offres ouverts, des appels d’offres restreints et des marchés de gré à gré.

Dans la reprise de la centrale de Coronthie par la GDE, que je dirige, il s’agissait de turbines privées et non pas publiques. Leurs propriétaires américains avaient le choix de les confier à qui ils voulaient. L’Etat guinéen n’avait rien à imposer dans cette décision. Il pouvait juste avaliser ou non un choix fait par des tiers propriétaires.

Pourquoi parlez-vous donc d’appel d’offres là où il n’en faut point ?

Pendant les périodes d’étiage, lorsque la capacité de nos rares barrages faiblit, ces turbines américaines peuvent, elles, produire jusqu'à 40 MWh. C’est une fourniture d’électricité trop importante pour que l’Etat guinéen et ses dirigeants s’en passent. Ancien ministre et Premier ministre, aujourd’hui homme politique, vous savez pertinemment que le manque d’électricité est un facteur de remous sociaux. Auriez-vous refusé, vous, de saisir l’aubaine qui s’était présentée à la Guinée ? Reproduire ces mêmes installations aurait requis au moins 18 mois de préparation et engendré un manque à gagner électrique, donc des émeutes chez les jeunes. C’est ce que vous vouliez ?

Par ailleurs, vous avez passé un long temps au ministère des transports. Il me semble que les Guinéens ne se souviennent pas de vous comme ayant strictement eu recours aux appels d’offres pour, par exemple, démanteler et vendre tous les rails de la seule infrastructure ferroviaire commerciale du pays.

Vous faites aujourd’hui de la transparence des contrats et des fortunes personnelles votre cheval de bataille politique. C’est bien beau. Mais comment un ancien ministre et Premier ministre comme vous qui n’a jamais servi de sa vie que dans la Fonction Publique et qui n’est pas connu comme héritier d’une grosse fortune pourrait-il justifier la sienne devant la Nation qu’il cherche à diriger ? On aimerait bien vous y voir.

M. Dalein, on ne peut pas vous en vouloir de venir en aide au fils d’un de vos adjudants politiques. Mais si cet homme a perdu tous les procès qu’il a intentés dans trois pays, pour essayer de ravir les turbines, vous devez avoir la sagesse de comprendre que la responsabilité que vous a confié une importante frange de notre Nation ne devrait pas être hypothéquée à des fins aussi vulgaires.

Votre rôle en tant que leader politique est de soutenir les efforts légitimes faits par des entrepreneurs guinéens, pas de les détruire. Le pays a besoin d’initiatives semblables a celles que j’ai eu la sagesse de prendre.

M. Dalein, il est regrettable que vous présentiez un différend commercial comme une affaire politique. Vous vous êtes servi de votre manteau politique pour aider le fils d'une associée politique qui est un mauvais perdant. Aux yeux des observateurs avertis et des patriotes, vous vous êtes encore tiré une balle dans le pied.

Mori Diané

Directeur Général de la Guinéenne d’Energie.

 
 Ajouter un commentaire
En Guinée: L’exécution des dépenses budgétaires 2017

2017/7/3

Aujourd'hui en Guinée -Au cours du premier trimestre 2017, les modifications
Sur une prévision annuelle de 2 317,06 Mds, il a été réalisé 215,37 Mds ; soit un taux d’exécution de 9,29%. Cette faible mobilisation est due aux contraintes liées à la réalisation de certaines conditionnalités de décaissements des dons.

En dépit de la non prévision trimestrielle des emprunts, il a été exécuté un montant de 114,80 Mds (10,16%) à fin mars 2017. Ce montant est destiné à la réalisation des travaux d’urgence avant la saison pluvieuse, et à la programmation maîtrisée et beaucoup plus tôt d’autres travaux d’infrastructures socio-économiques prioritaires.

- L’exécution des dépenses budgétaires à fin mars 2017 porte sur les aspects suivants :
- Situation des mouvements de crédits;
- Analyse globale des dépenses;
- Analyse des dépenses par titre;
- Situation des restes à payer;

L’analyse de l’exécution des dépenses est faite dans les différentes phases de l’exécution des dépenses publiques à savoir : l’engagement, la liquidation, l’ordonnancement et le paiement. Des références seront faites au TOFE (Tableau des opérations Financières de l’Etat) qui est établi sur la base de prise en charge comptable.

Au cours du premier trimestre 2017, les modifications de crédits constatées se chiffrent à 226,56 Mds au titre des annulations et 330, 90 Mds en ouvertures de crédits ; soit un écart de 104,34 Mds représentant une augmentation des crédits budgétaires par décret d’avance pour la réhabilitation partielle des voiries de Conakry. Ce décret d’avance sera soumis à ratification à l’Assemblée Nationale à la plus prochaine loi de finances.

A fin mars 2017, les recettes non fiscales ont été réalisées à hauteur de 179,70 Mds sur un objectif de 135,05 Mds ; soit un taux d’exécution de 133,05%. Cette performance résulte des plus-values enregistrées par les redevances et dividendes (165,16%) et les droits et frais administratifs (112,01%). Des moins-values ont été constatées au niveau des produits divers (68,76%) et des amendes et confiscations (3,12%). Par rapport à la prévision annuelle 2017 de 704,21 Mds, les recettes non fiscales mobilisées se chiffrent à 179,70 Mds ; soit un taux de réalisation de 25,52%.

En plus des recettes non fiscales, la DNTCP (Direction Nationale du Trésor et de la Comptabilité Publique) est chargée de la mobilisation de la taxe sur les produits miniers (TSPM).

A fin mars 2017, cette direction a réalisé 129,05 Mds sur une prévision annuelle de 707,30 Mds ; soit un taux d’exécution de 17,30%. Rapporté à l’objectif trimestriel de 168,14 Mds, le taux de réalisation est de 76,75%. Ce montant comprend essentiellement le versement effectué au Trésor public par la Compagnie des Bauxites de Guinée (CBG).

Au cours du premier trimestre 2017, les recettes extérieures (dons et emprunts) ont été réalisées à hauteur de 330,17 Mds sur une prévision annuelle de 3 446,66 Mds; soit un taux d’exécution de 9,58%. Ce qui dénote un faible rythme de mobilisation de cette catégorie de recettes au cours du premier trimestre.

Le Service de Communication et des Relations Extérieures


 
Le Ministère du Budget:La Taxe Unique sur les Véhicules (TUV)

2017/6/22

Aujourd'hui en Guinée
La Taxe Unique sur les Véhicules (TUV) est un impôt annuel sur le capital qui frappe les véhicules à moteur, conformément à un tarif fixé par voie légale.

Le Ministère du Budget a mené un vaste programme de réformes des Finances Publiques où le processus de collecte, de sécurisation des recettes publiques et l’acquittement des impôts et taxes via des canaux sécurisés est central. Le partenariat avec les institutions bancaires et opérateurs téléphoniques, en liaison avec le Ministère de l’Economie et des Finances est resté et reste incontournable pour la réussite de ces différentes missions.

C’est dans ce contexte que la Taxe Unique sur les Véhicules a connu un transfert de recouvrement, des services fiscaux déconcentrés à un opérateur téléphonique (ORANGE GUINEE SA) et à des établissements de crédit (UBA, BSIC, Orabank, la Poste…) en vue de sécuriser les recettes mobilisées au titre de cet impôt.

Analyse comparée Le schéma de recouvrement de la TUV était le suivant :
Les vignettes étaient commandées par la Direction Nationale du Trésor et de la Comptabilité Publique (DNTCP) à un fournisseur étranger et leur stock était géré par ce même service ;

La DNTCP mettait les vignettes (ou une partie d’elles) à la disposition de la Direction Nationale des Impôts (DNI) ;

La DNI mettait à la disposition de chaque service déconcentré des impôts un lot de vignettes à vendre…
Le schéma actuel est le suivant : Les vignettes sont commandées par la DNTCP (inchangé) ;

La DNTCP met les vignettes (ou une partie d’elles) à la disposition de la DNI (inchangé) ;
La DNI met à la disposition des opérateurs privés les vignettes à vendre ;

La commercialisation des vignettes est assurée par ces opérateurs privés qui perçoivent en contrepartie, 1000 FG au maximum, pour chaque vignette vendue ;

Le produit de la vente est réparti, à Conakry, entre l’Etat (50%), la Ville (25%) et les Communes (25%) ; et, à l’intérieur, entre l’Etat (50%), les Préfectures (25%) et les Communes (25%).

Les Opérateurs privés reversent les recettes des ventes au jour suivant (j+1) sur le compte du Receveur Spécial des impôts, en ce qui concerne la part de l’Etat. L’autre part est virée sur le compte de rétrocession des collectivités locales.

Et le compte destiné à recevoir les pénalités dévolues à la Direction Nationale des Impôts et à la Police après les 3 mois de vente libre. Cette disposition permet de respecter le principe de l’unicité du compte de l’État.

Pour la ville de Conakry, le produit alimentant le budget des Communes est reparti de façon équitable entre les 5 Communes.

Dynamique du nombre de vignettes et résultats attendus en 2017
De 2014 à 2016, il a été commandé entre 190 000 et 450 000 vignettes par an. Ces nombres ne connaissaient aucun caractère scientifique. Ils sont définis sans évaluation préalable des besoins.

Cette année, le ministère du Budget a estimé le nombre de véhicules à moteur sur la base des séries d’immatriculation. Pour les véhicules par exemples, de A à Z, Z1, Z2, Z3, puis AA à AK, en multipliant à chaque fois chaque série par 9 999.

Après estimation du nombre de véhicules sortis du circuit, il a été retenu 361 900. D’où en 2017, l’Etat prétend vendre 361 900 vignettes pour un montant total des recettes de 87 840 000 000 GNF.

Le graphique (en PJ2) montre la dynamique du nombre de vignettes achetées chaque année depuis 2014.

En 2014, seulement 70% du montant attendu ont été perçus, contre 63% en 2015 et 41% en 2016. Les réformes engagées par le Ministère du Budget visent à recouvrer les 100% des recettes issues des ventes.

Les statistiques à la date du 7 juin 2017 indiquent une vente totale de 62 091 vignettes pour un montant total de 15 167 985 381, soit 17% du montant escompté, pour la même proportion de vignettes liquidées.
Il est important de rappeler qu’une pénalité de 25% de la valeur faciale de chaque vignette sera appliquée après les 3 mois de vente libre, c’est-à-dire à partir du 29 juin 2017.

Le Service de Communication et des Relations Extérieures

 
Mamady Youlâ - "Lorsque nous avons pris fonction, le niveau des arriérés de nos dettes était supérieur à 1000 Milliards GNF. En fin 2016, nous avons ramené ce niveau à 400 Milliards GNF"

2017/6/7

Aujourd'hui en Guinée Conakry, le 6 Juin 2017 – Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement Mamady Youla était l'invité de la télévision nationale ce lundi. Au cours de cet exercice qu'il veut désormais régulier (le deuxième en moins d'un an), il a été question de gouvernance économique et financière et de progrès social notamment. C'était également l'occasion pour le Chef du Gouvernement d'aborder d'autres sujets d'actualité avec un zoom sur le bilan 2016 et les perspectives 2017 de l'équipe gouvernementale.

Ainsi, en guise d’introduction à cette première thématique, Mamady Youla a tout d’abord rappelé la présentation de la politique générale du Gouvernement à l’Assemblée Nationale en Mai 2016 dans laquelle il a décliné les grandes lignes des actions que son Gouvernement compte mener. Tout en mettant un point particulier sur la gouvernance actuelle, il dira en substance : « le gouvernement que nous dirigeons aujourd’hui est un Gouvernement qui est attelé à la tâche, et qui essaie de résoudre les problèmes des Guinéens », fin de citation.

Parlant de l’Efficacité de l’Etat sur le plan économique, Monsieur le Premier Ministre a tenu à souligner que le Chef de l’Etat Alpha Condé, en lui confiant cette mission, a réitéré sa volonté de mettre en place une équipe qui s’attaque aux problèmes et aux défis économiques de la Guinée. C’est justement dans cette optique, que Mamady Youla mettra en lumière les prouesses de son Gouvernement qui a réussi a inversé la tendance d’une croissance qui était à 0% en 2015. « Depuis les premiers résultats en 2016, nous avons réalisé un tôt de croissance de 6,6%, nous avons renoué avec nos partenaires techniques et financiers à travers le programme qui était en cours et nous avons achevé ce programme. Pour la première fois dans l’histoire de la Guinée, un programme soutenu par le FMI, et l’ensemble des bailleurs de fonds a été complété » dit-il. Ce mérite rappellera-t-il, n’est pas seulement à ce gouvernement, car c’est un programme qui datait de 2012. Il a été lancé à l’issue de l’atteinte du point d’achèvement du PPTE, suivi du programme de facilitée Elargie de Crédit. Une réalisation à saluer.

S’agissant de la dette intérieure, le Premier Ministre a déclaré : « lorsque nous avons pris fonction le niveau des arriérés était supérieur à 1000 Milliards de francs guinéens. En fin 2016, nous avons ramené ce niveau à 400 Milliards, et nous n’avons pas accumulé de dettes extérieures ».

En parlant de corruption Mamady Youla a annoncé que le gouvernement a effectivement travaillé d’arrache-pied au cours des dernières semaines pour pouvoir soumettre à l'assemblée un projet de loi anti-corruption. Ce projet a été examiné au dernier Conseil interministériel et a été présenté au Conseil des Ministres, dans l'espoir qu'il sera soumis et adopté très prochainement.

En ce qui concerne la manière dont est menée la politique du gouvernement, Mamady Youla a rappelé que l’ambition du Chef de l’Etat en mettant cette équipe en place, était de sortir des codes classiques de notre administration. « Ce gouvernement comporte un grand nombre de Ministres qui ont un parcours élogieux, avec une expérience internationale. Ils ont travaillé dans le secteur privé, et des entités internationales. Cette expérience-là, le Chef de l’Etat a souhaité la mettre au service de la Guinée » dit le Premier Ministre.

Abordant la question de desserte en électricité, le Premier Ministre a évoqué toute l’importance que le Président de la République accorde à cette question. Il expliquera par la suite, que la demande d’électricité entre 2015 et 2016, est passée de l’ordre de 170 à 350 Mégawatts. Tout en soutenant qu’un gros effort a été effectivement fait dans la production d’électricité. « Le Chef de l’Etat en arrivant aux affaires a fait de la question de l’électricité une de ses priorités. Il a engagé des initiatives aussi bien en Guinée qu’à l’international pour marquer clairement son intérêt et ses priorités dans le secteur de l’électricité » ajoute-t-il.

Rappelant plus loin que lorsque le Chef de l’Etat arrivait au pouvoir, la capacité installée dans l’hydroélectricité était à peine de l’ordre de 100MWA et dans la thermique également 100MWA. « Aujourd’hui nous avons une capacité installée dans l’hydroélectricité de 350MWA et dans la thermique de 180MWA ». Des réalisations faites en très peu de temps avec un investissement de plus d’un milliard de dollars. Ce qui n’a jamais été fait depuis des décennies pour améliorer la capacité d’Energie, renchérit-il.
Il rappellera par ailleurs la problématique de la pose des compteurs prépayés dans les quartiers et le non payement des factures d’électricité par les populations, toute chose qui freine le développement de ce secteur.
Toujours par rapport à la question de l’électricité poursuit le Premier Ministre, le Chef de l’état a mis en place un comité composé de cadres de haut niveau, pour gérer et établir un dialogue avec EDG et la banque mondiale qui appuie ce processus.

Parlant toujours des secteurs de croissance, le Premier Ministre a tenu à expliquer le décret du Chef de l’Etat qui fait de Boké la Zone économique spéciale. Selon Mamady Youla, le Gouvernement a estimé que lorsqu’un pays a des investissements de cette envergure en cours et qui se chiffrent à quelques milliards, il faut prendre des dispositions pour éviter la spéculation, les développements anarchiques et aussi mettre en place un ensemble de mesures qui permettront un développement harmonieux dans cette région.

« La guinée a une politique de coopération sur le plan économique en général et minier en particulier qui est ouverte à tous les partenaires. Selon le Premier Ministre, l'objectif du gouvernement aujourd’hui, est de travailler avec toutes les parties prenantes pour s’assurer que les meilleures pratiques sont mises en œuvre en ce qui concerne l’exploitation des ressources dans la région de Boké ».

C'est pourquoi dit-il, le Gouvernement veillera à ce que les compagnies qui interviennent dans la région respectent leurs engagements au titre des conventions signées mais aussi, que tout ce qui se fait concernant les politiques communautaires, l’un des points clés du nouveau code minier, soit respecté.

Reconnaissant qu’il y a encore des défis à relever malgré des avancées dans différents secteurs, Mamady Youla dira que son Gouvernement a besoin de faire en sorte que les politiques qui sont menées dans le secteur minier, arrivent progressivement à faire le lien entre le développement minier et les bénéfices pour les populations Guinéennes. Selon lui, les recettes en devises de notre pays proviennent à plus de 80 pour cent du secteur minier.

Parlant du projet Simandou, il dira que le Ministre des mines est en ce moment même en Chine pour poursuivre les négociations du projet. Le Chef de l’Etat a aussi pour sa part reçu une délégation de haut niveau de la chine. Et au cours de cette mission, Alpha Condé a rappelé les exigences de la guinée concernant le projet simandou.

Au titre des initiatives dans ce secteur, Mamady Youla, notera le bienfondé de la politique Nationale du contenu local qui a été adoptée récemment par le Gouvernement. Sa mise en œuvre, devrait permettre non seulement aux ressortissants de la région de bénéficier des investissements dans leur région, mais aussi les entreprises locales.

Sachant que le secteur minier n'est pas le seul atout pour l’émergence de la Guinée, Mamady Youla rappellera notamment que le Chef de l’Etat a lancé un certain nombre d’initiative présidentielle concernant l'agriculture. « L’année dernière en particulier, le Chef de l’Etat a lancé l'initiative sur l’anacarde visant à planter près de 200.000 hectares à travers des politiques d’incitation notamment sur les semences et l’encadrement au niveau des engrais et certains produits. Cette année aussi le Président a continué sur sa lancée, il a, en effet, mis en œuvre un programme accéléré de sécurité alimentaire, nutritionnelle et de développement agricole durable qui est un programme à long terme. Il s’inscrit dans le cadre du Programme National de Développement Economique et Social PNDES qui est un programme à moyen terme à l’horizon 2020 » dira le Premier Ministre. Au-delà de ce programme il y a des initiatives sur le café, le cacao, le palmier à huile visant à créer plusieurs milliers d’hectares.

Mamady Youla rassure plus loin que le travail est effectivement en cours sur le terrain. Donnant quelques chiffres précis de l’initiative présidentielle, il dira que cette année le gouvernement pour la première fois passe d’une moyenne de l’ordre de 20.000 tonnes d’engrais pour accompagner les producteurs à plus de 100.000 tonnes. Ceci à travers La coopération bilatérale avec le Royaume du Maroc.

En guise de perspective dans les secteurs de croissance, le Premier Ministre dira que pour 2017 les perspectives restent les mêmes. Maintenir le déficit budgétaire autour du même ordre, l’inflation en dessous de 10%. Pour celle, l’équipe Youla, compte inscrire l’ensemble de l’Action économique dans le cadre du Programme National de Développement Economique et Social (PNDES). Ce plan national préparé tout au long de l’année 2016 et finalisé en 2017, va mettre dans un cadre cohérent l’ensemble des initiatives et actions du Gouvernement dans le cadre de la politique Economique et Sociale. Le PNDES se fixe un objectif d’investissement en capital de l’ordre de 122.000 milliard de GNF.

La Cellule de Communication du Gouvernement








 
 Ajouter un commentaire
Alpha à Ouaga
Le Prési en exercice de l'UA sur les lieux de l'attaque
Au tour de Bathily de parler
« ma société ADS n’a jamais bénéficié d’un marché de gré à gré ni en Guinée, ni ailleurs »
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
Genève : KPC rend hommage à sa femme
Genève : KPC rend un hommage mérité à son épouse Safiatou
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Alpha à Ouaga  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients