Nomination à Guicopres
Aboubacar SAKHO nommé Conseiller, Attaché de presse

Partenaires

Africatime

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Mediaguinee

www.guineematin.com

40 visiteurs connectés

24 Avril 2017 - 18h04
 RECHERCHER 

La date d’introduction de l’impôt sur le revenu en Guinée.

2017/4/20

Aujourd'hui en Guinée
L’Impôt sur le revenu (L’IR) est apparue dans l’annal fiscal guinéen depuis les années 1955 où le système fiscal de la Guinée était sous dominance coloniale de la République française.

Le système fiscal français était appliqué à toutes les colonies de l’Afrique occidentale dont le siège était à Dakar, capitale de la République du Sénégal. Les faits fiscaux marquant l’histoire de l’AOF seront examinés dans la section II de la première partie de ce document.

En Guinée, la tendance de la réforme de l’imposition sur le revenu est tout autre. Tout d’abord, l’IR n’est pas fortement personnalisé comme en France, au Danemark, la Nouvelle Zélande, etc. Les textes fiscaux n’existent que de nom en matière d’IR in stricto sensu. Les contribuables pris en tant que personnes physiques ne souscrivent aucune déclaration de revenu d’ensemble ni de leur conjoint encore moins de leur foyer fiscal.

Ensuite, les techniques de prélèvement opéré par l’administration au moyen de la retenue à la source surtout dans la catégorie de revenu liée au salaire et au dividende pour ne citer que ceux-là, prouvent à suffisance que l’IR souffre quasiment des vertus de la portabilité que requiert l’impôt qui, jusqu’ici compromet dangereusement l’efficacité et la performance du système fiscal guinéen en général et l’imposition sur le revenu en particulier.

Dr Thierno Aliou BAHBALDE

 
Revue partielle de performance des Services douaniers : le taux de mobilisation…

2017/4/10

Aujourd'hui en Guinée Revue partielle de performance des Services douaniers : le taux de mobilisation…

Les Directeurs régionaux et Directeurs centraux des Douanes ont tenu leur réunion trimestrielle ce Mercredi à Conakry. Autour du Directeur Général des Douanes, ces soldats de l’économie ont débattu des rapports trimestriels axés sur les recettes et dépenses de chaque structure et les difficultés rencontrées dans l’atteinte des objectifs. Après donc cette revue à mi-parcours de l’exécution budgétaire, le Général Toumany et sa suite ont été reçus par le Ministre du Budget pour un briefing.

Après le discours du Directeur des Douanes, le Ministre du Budget s’est à son tour réjoui du respect des engagements du contrat de performance signé et qui prévoit entre autres la revue trimestrielle des performances des différents services douaniers. Il a ensuite apprécié les efforts déployés aux cordons douaniers guinéens pour la mobilisation des ressources nécessaires au programme de développement du pays. Justement au titre de ce premier trimestre de 2017, le taux de mobilisation des recettes publiques est de 103%.

Outre l’appel à redoubler d’efforts pour rehausser les performances, cette rencontre a été l’occasion pour le Ministre Doumbouya d’inviter les Directeurs régionaux et Directeurs centraux des Douanes à plus de vigilance le long des frontières et autres points d’entrée du pays. En rappelant que le rôle de la Douane est aussi de sécuriser les populations par la lutte contre l’importation frauduleuse des produits prohibés.

Le Service de Communication et des Relations Extérieures

 
Finances publiques : Les premiers résultats de la réforme se concrétisent

2017/4/10

Aujourd'hui en Guinée
Le processus de réforme de la gestion des finances publiques continue. Les mesures prévues dans le programme de réforme des finances publiques (PREFIP) ont été continuellement lancées depuis un an. L’objectif demeure la maitrise de la gestion financière et budgétaire qui constitue un levier important du développement économique et social du pays.
La conduite du changement est difficile naturellement puisqu’il est question à la fois de faire changer les habitudes, les comportements voire les organisations, mais elle est réelle. Elle requiert la persévérance et l’adhésion de tous. Les premiers résultats sont d’ailleurs là pour encourager acteurs et bénéficiaires.
Il en est ainsi par exemple, de la grande performance réalisée au niveau de l’apurement des arriérés de paiement de l’Etat. La situation est assainie grâce respectivement à (i) à la restauration de la discipline budgétaire et comptable, (ii) au début de mise en place d’un nouveau système de régulation budgétaire, et (iii) à la normalisation des procédures d’exécution des dépenses publiques.
En effet les délais d’exécution du budget annuel sont dorénavant respectés, notamment en ce qui concerne le délai d’engagement des crédits et la limite de la période complémentaire. De même la cadence budgétaire est mise en cohérence avec la capacité de financement. Enfin, le recours aux procédures dérogatoires est strictement limité, tandis que le contrôle de régularité au niveau des comptables publics est renforcé.
Aussi l’Etat a pu apurer au 31 Mars 2017, 97,9% de ses arriérés de paiement arrêtés au 31 Décembre 2016, soit 510,6 milliards de GNF sur 521,8 milliards de GNF. Cette réalisation marque une rupture avec les tendances enregistrées dans le passé. En effet, ces arriérés s’élevaient à 1059,6 milliards de GNF au 31 Décembre 2015 contre 603,9 milliards de GNF à la même date en 2014.
De même, en ce qui concerne l’exercice courant 2017, l’Etat a eu à payer en tout 2328,1 milliards de GNF jusqu’au 31 Mars et il n’enregistre à cette date que 112,7 milliards de GNF d’instances de paiement, soit 4,8% de ses engagements. La réforme a permis à l’Etat de ne plus avoir à exécuter et financer deux budgets de deux exercices qui se chevauchent, et de concentrer ses ressources de trésorerie courantes à la couverture du budget de l’exercice en cours.
Par ailleurs, les structures d’appui au suivi des équilibres budgétaire et de trésorerie (Comité de Trésorerie et sa cellule d’appui technique en attendant le Comité d’engagement) sont mises en place, tandis que les outils y afférents (plans de trésorerie et plans d’engagements) sont en cours de fiabilisation.
La réforme comptable est également en bonne voie et d’autres actions prévues dans le cadre des autres volets de la réforme emboiteront le pas. Il est à rappeler que le programme de réforme touche tous les domaines de la gestion des finances publiques, en l’occurrence (i) la gestion budgétaire, allant de la phase de préparation jusqu’à la reddition des comptes et du contrôle, (ii) la gestion de la trésorerie, (iii) la gestion comptable, (iv) la gestion du portefeuille de l’Etat, (v) la tutelle financière des établissements publics et des collectivités locales, et (vi) la sécurisation des ressources publiques. Bref, la route est longue mais le processus est maîtrisé.

Le Service de Communication
Ministère de l’Économie et des Finances, République de Guinée

 
Coopération : Le Maroc offre 20.000 tonnes d’engrais à la Guinée

2017/4/7

Aujourd'hui en Guinée Conakry, 04 avr (AGP)- Un navire battant pavillon marocain a accosté le week-end dernier au port de Conakry avec 27.500 tonnes d’engrais à son bord réceptionnées par les autorités en charge de l’Agriculture, destinées à la République de Guinée, rapporte l’AGP.

Ce don fait suite à la promesse du roi Mohamed VI, l’ors de sa dernière visite officielle à Conakry, d’assister la Guinée dans sa production agricole en lui offrant vingt mille (20.000) tonnes d’engrais sur les cent milles (100.000) de la prévision annuelle du pays.

Selon la ministre guinéenne de l’Agriculture, Jacqueline Marthe Sultan, «dans cette première cargaison, composée d’engrais anacarde et NPK, 20.000 tonnes constituent le don, et les 7.500 la première partie des 80.000 tonnes que la Guinée doit acheter au Maroc. Ce qui donnera un total de 100 milles tonnes du besoin annuel du pays».

Elle a informé, que le 2ème bateau sera à Conakry dans 15 jours avec 15 milles tonnes d’engrais urée et un autre en fin avril, avec 53 milles tonnes.

«Le dispatching va commencer automatique par la Région forestière avant les autres régions. Cela nous permettra d’être dans le délai normal de la campagne agricole 2017», a précisé la ministre de l’Agriculture.

De sources concordantes, «l’arrivée de cette cargaison d’engrais aurait suscité des réactions chez le coopérant malien TOGUINA. Cette entreprise qui a construit une usine d’engrais à Dubréka serait même au point de démanteler ses installations parce que l’Etat n’aurait pas respecté ses engagements envers elle».

D’après les dernières informations reçues mardi, 04 avril 2017, «un consensus aurait été trouvé.

 
 Ajouter un commentaire
Economie-politique guinéenne : A quel prix aviez-vous sacrifié la jeunesse guinéenne ?

2017/4/6

Aujourd'hui en Guinée Le prix du sang, c’est la peine qu’il faut subir pour avoir causé la mort d’une personne. Vous aviez sacrifié la jeunesse guinéenne à un prix sans merci ; des jeunes comme Adama Sow de KISSIGOUDOU activiste du RPG –Arc-ciel, Sékou Traoré, Sékou MATT, Saran KOMA, Zakariaou Diallo et les cinq (5) morts du village de Zoghota. La liste est longue pour les jeunes sacrifiés dans ce pays.

Les jeunes gens élevés pendant et après la révolution ont été privés de tout encadrement familial. Le respect des parents a été étouffé par les campagnes de désobéissance ordonnant aux enfants de dénoncer tous ceux qui, autour d’eux, ne sont pas des militants zélés de la révolution. Les programmes scolaires ont supprimé l’enseignement de l’éducation civique pendant cette période. C’est à ce prix et l’addition qui l’accompagne que la jeunesse guinéenne contenue de payer pendant et après le parti-Etat.

Le prix du sang, c’est la très mauvaise gestion économique et financière du gouvernement qui aggrave la misère alimentaire des populations. Privées de pouvoir d’achat, de soins médicaux (après la tempête d’Ebola) et de bâtiments scolaires, les familles ne peuvent payer la scolarité et la formation de leurs enfants et leur donner des emplois. Les cadres nommés au gouvernement et dans les instances de la république ont reconduit de façon subtile, d’abord et plus brutalement ensuite, les réseaux mis en place par le politique ancien et on détruit tout espoir pour les jeunes de la Guinée pour l’emploi public.

Le prix du sang, c’est aussi la cécité politique qui prépare le lit aux voleurs à travers le gouvernement. Nous sommes de ceux qui, inlassablement, mettent les leaders en garde contre leur dispersion dans une forêt de partis ethniques et la mauvaise utilisation des compétences professionnelles qui ne font pas allégeance. Ils (les jeunes de Guinée) ne céderont à aucun prix quelles que puissent être les compensations.

Le mépris de la Jeunesse Guinéenne se voit à la lecture laborieuse des discours démagogiques, préparés par des courtisans zélés, obséquieux et cyniques, à l’occasion des rares apparitions publiques du chef. Aujourd’hui, les jeunes de Guinée savent que les vrais messages à la nation sont délivrés en soussou. Voilà pourquoi le gouvernement actuel ne peut pas être crédible. « On ne peut pas faire passer un message auquel on ne croit pas ».

Le prix du sang, c’est la pauvreté qui touche plus de 60% de la population et constitue l’un des défis essentiels à relever, l’exécution budgétaire se traduit fréquemment par des dérapages au plan des recettes. La baisse constante des prix de nos principaux produits d’exportation, conjuguées à la hausse permanente du prix du baril de pétrole et de certains produits de grande consommation sur le marché international, contribuent à fragiliser d’avantage le tissu économique. Les conséquences de tous ces chocs, sont de nature à réduire la capacité de la production nationale et du potentiel de mobilisation des recettes fiscales.

Les recettes fiscales sont peu élevées, alors que depuis plusieurs années les recettes du secteur minier principal pourvoyeur de recettes publiques, dominé par la production de bauxite sont en constante diminution, suite à la baisse des prix sur le marché international. Le niveau des recettes hors dons représentait 10,2% du PIB en 2016 (MEF). De 2014 à 2016, le solde du compte courant est déficitaire et depuis 2013, la dette par habitant est supérieure au PIB. De 2010 à 2015 le service de la dette a représenté en moyenne environ 52% des dépenses courantes (FMI 2015).

Dans le contexte actuel, les prévisions de croissance de 2016 ont été revues à la hausse à 5,2% au lieu de 3,8% précédemment. L’inflation a augmenté à 8,4% à fin juillet 2016, du fait de la hausse des prix des biens importés. Au quotidien, l’économie est confrontée à toute une série de déséquilibres dont les impacts affectent négativement les résultats de toutes les politiques mises en œuvre en vue d’une relance effective et maîtrisée de la croissance.

Dès lors que le gouvernement du pays ne respecte pas sa propre parole, sa propre loi de finance, quel crédit peut-on accorder à sa politique ? Quel regard portent les investisseurs potentiels à notre pays ? Quelle confiance peut-on placer en ces dirigeants et fonctionnaires corrompus ?

C’est à ce prix, et seulement à ce prix, que la jeunesse guinéenne ne vous demandera pas des comptes. A ce prix, vous aurez même droit à notre reconnaissance pour la prospérité que vous aurez donné, plutôt que d’être, comme aujourd’hui, tenu pour principal, à défaut d’unique, responsable de notre misère et de nos malheurs.

Dr Thierno Aliou BAHABALDE

 
Conclave des pays africains producteurs de diamant à Conakry

2017/4/6

Aujourd'hui en Guinée APA - Conakry (Guinée) - Les pays africains producteurs de diamant sont réunis, depuis hier, mardi à Conakry, pour peaufiner une stratégie efficace devant permettre au continent d’accroitre sa production sur le marché mondial.Créée en 2006 à l’initiative de l’Angola, l’association des pays africains producteurs de diamant regroupe 19 pays membres, dont la Guinée.

Selon les autorités guinéennes, cette réunion de Conakry, initialement programmée en 2013 mais reportée à cause de l’épidémie Ebola, qui sévissait en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone, consiste à faire en sorte que le diamant qui a longtemps servi à financer des troubles sur le continent, serve désormais au développement économique de l’Afrique.

S’exprimant en marge de la réunion préparatoire des experts, le représentant du gouvernement guinéen, Sadou Nimaga, reconnaît que ce conclave se tient à un moment où la production diamantifère connait une chute en Guinée.

« Le défi qu’on a aujourd’hui au niveau du ministère des mines, c’est de faire en sorte que la recherche soit relancée », a –t-il expliqué.

L’autre enjeu, poursuit-il encore, est de faire en sorte que le diamant produit puisse développer les pays et créer de la prospérité pour les populations.

« Le diamant a servi à un moment donné à financer des guerres », a –t-il poursuivi.

Désigné par ses pairs africains comme nouveau président du Conseil des Ministres pour un mandat d’un an, le ministre Guinéen des Mines, Abdoulaye Magassouba, a promis de continuer les réformes de son prédécesseur.

« L’idéal est de transformer les diamants de conflit en diamants de développement. Nous devons poursuivre dans ce sens pour que le diamant puisse être utilisé comme facteur de développement », a-t-il souligné.

 
 Ajouter un commentaire
« La Sotelgui sera relancée cette année », dit le ministre Mamy Diaby

2017/4/5

Aujourd'hui en Guinée Le ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Economie Numérique (PTEN), Moustapha Mamy Diaby a annoncé, lundi, 03 avril 2017, la relance de la Société des Télécommunications de Guinée (SOTELGUI), un patrimoine national, rapporte l’AGP. «La Sotelgui, comme je l’ai dit en début d’année, est une préoccupation, un objectif du gouvernement de la relancer cette année», a-t-il dit. Le patron des télécommunications guinéennes a fait un aveu. Je le dis aux autres opérateurs de téléphonie mobile qui ne veulent pas la relève de la Sotelgui. «Je le dis devant les opérateurs qui ne souhaitent pas qu’il y est un 5ème opérateur, c’est clair ils ont peut-être raison.

Mais nous, en tant que propriétaires de l’entreprise, nous avons décidé de relancer cette entreprise cette année. Sous quelle forme ? On aura l’occasion de vous donner ces informations.

Mais le plus important pour la communication aujourd’hui c’est que la Sotelgui sera effectivement relancée au courant 2017», a insisté le ministre devant les patrons des sociétés de téléphonie mobile.

AGP

 
 Ajouter un commentaire
MOUSTAPHA MAMY DIABY INVITE LES PAYS AFRICAINS A SUPPRIMER LE ROAMING

2017/4/5

Aujourd'hui en Guinée Le Gouvernement Guinéen a décidé de supprimer les frais de roaming entre la Guinée et 6 autres pays ouest-africains pour faciliter la communication entre les pays de la Sous-région. Cette mesure est entrée en vigueur le vendredi 31 mars 2017.
Pour éclairer la lanterne de la population sur cette innovation, le Ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Economie Numérique, en compagnie du Directeur Général de l’ARPT et des opérateurs de téléphonie mobile, a échangé ce lundi 03 avril 2017 avec les hommes de médias. Face aux journalistes Moustapha Mamy Diaby a donné de larges informations sur cette initiative notamment, sur ses avantages qui viennent ainsi alléger les surcouts liés à la communication des consommateurs ouest Africains.

A rappeler que c’est dans sa quête pour une meilleure intégration et du rapprochement des peuples africains, que le sommet des chefs d’Etats et de gouvernements Africains a pris une résolution demandant aux Ministres des Postes, des Télécommunications et de l’Economie Numérique, de veiller à la suppression de toutes les barrières qui limiteraient l’intégration des peuples, y compris l’usage des technologies de l’information et de la télécommunication. C’est pour le suivi et la mise en œuvre de cette résolution que le Ministre Moustapha Mamy Diaby a invité les consommateurs à la vigilance, et les a exhortés à signaler toutes les anomalies liées à l’opération afin de les rétablir dans leur droit.

Outre la Guinée, le Sénégal, le Mali, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Sierra Léone et le Togo signataires de ce protocole, le souhait du Ministre Moustapha Mamy Diaby est d’élargir cette volonté des Chefs d’Etat membres de l’Union Africaine dans les 54 pays Africains. La démarche vise à parvenir à l’établissement d’un marché commun. Pour y arriver Moustapha Mamy Diaby mise sur l’établissement de l’interconnexion terrestre des pays africains sous régionaux. Cette interconnexion terrestre des pays africains permettra aux consommateurs de pouvoir communiquer avec des tarifs locaux quel que soit le positionnement de celui-ci.

Avant de passer à la phase de question-réponse, le Chef de département des Postes et Télécommunications a aussi invité les pays Africains qui n’ont pas encore adhéré à cette résolution, de rejoindre cette dynamique pour le bonheur de l’Economie Africaine et des Consommateurs.

CCG

 
 Ajouter un commentaire
Le ministre des réformes audacieuses (Par Oumar BARRY)

2017/4/1

Aujourd'hui en Guinée Nommé à la tête du Ministère du Budget, le 4 janvier 2016, pour porter dans l’âme et dans l’esprit le changement souhaité par le chef de l’Etat, Professeur Alpha Condé, depuis son accession à la magistrature suprême en décembre 2010.

Cette nomination, qui témoigne la confiance du Président de la République, s’inscrit dans la mise en œuvre de l’engagement de ce dernier à promouvoir les jeunes cadres compétents et intègres et à rajeunir et féminiser l’administration guinéenne qui brillait de mille feux par la sédentarisation de nombre de cadres.

Pour accompagner le Président de la République à faire de son projet de société, une réalité, le jeune Ministre du Budget, sage, ambitieux et perspicace a lancé plusieurs chantiers de réformes appuyés par ses jeunes assistants et d’autres cadres expérimentés et réformistes du département. Le défi étant de donner une nouvelle impulsion à un département sevré de bonne gouvernance. Aujourd’hui, la seule ambition du jeune Ministre est de promouvoir la transparence et la bonne gouvernance en œuvrant sans relâche pour vaincre la corruption, la fraude et l’évasion fiscales, la vente illicite des vignettes, la délinquance douanière, la mauvaise gestion du budget de l’Etat, les rétro-commissions, etc.

Depuis son arrivée à la tête du Ministère en charge du Budget, on peut l’avouer sans risque de se tromper, il est en train de changer les mauvaises habitudes enracinées au sein du département pour laisser la place au professionnalisme et à la responsabilisation en faveur du progrès. En effet, il a touché là où çà fait mal, en mettant au rebut les dessous de table et les retro-commissions revendiquées de manière éhontée et sans vergogne par certains cadres qui rampent à contrecourant du changement toujours voulu par le Président de la République.

Au titre de ces réformes, on peut citer entre autres :

•l’installation des guichets de banque pour la mobilisation/sécurisation des droits de timbre des véhicules usagés à l’importation à la Direction Nationale des Impôts (pour une prévision en 2016 de 15 milliards FG, les impôts ont mobilisé plus de 34 milliards FG soit 126% d’augmentation)

•l’arrêt des affectations fantaisistes sans cesse à la douane et le recensement de l’ensemble des agents douaniers assortis d’une catégorisation selon niveau d’études et de compétences ;

•la restructuration et la rénovation de la Direction Nationale des Impôts pour lui permettre de s’aligner sur les standards régionaux ;

•la restructuration du cadre organique de la Direction Nationale du Budget qui datait des années 80 ;

•l’organisation de plusieurs activités pour faire un diagnostic pointu et évaluer les besoins en termes de réformes à engager ou poursuivre. Il s’agit des ateliers sur le secteur informel et sur la fiscalité mobilière, des états généraux des impôts, du forum économique international sur la mobilisation et l’utilisation efficace des ressources intérieures du pays ;

•la mise à disposition des ressources publiques qui reviennent de droit aux services décentralisés et déconcentrés et leur publication dans la presse ;

•la promotion de la transparence budgétaire par la diffusion et la publication de l’ensemble des informations relatives au budget de l’Etat ;

•la promotion de plusieurs jeunes cadres compétents, intègres et professionnels dans les différents services du département ;

Toutes ces réformes initiées ont permis d’aller au delà des prévisions de recettes au titre de l’année 2016. Elles sont poursuivies et intensifiées pour 2017 avec un accent sur l’amélioration de la qualité des dépenses, du circuit d’exécution du budget de l’Etat dans la transparence.

Vous vous rendez donc compte que la liste des réformes est longue, avec beaucoup de succès en peu de temps. En effet, ces succès sont le résultat d’un travail d’équipe, un Ministre qui écoute, partage, accepte les autres tels qu’ils sont. Comme le disait quelqu’un « un grand homme montre sa grandeur dans la manière dont il traite les petits gens ». Dans sa démarche, l’esprit est tourné vers les réformes, les idées et non vers les gens. Comme disait E. Roosevelt, je cite « les grands esprits discutent des idées, les esprits moyens discutent des évènements et les petits esprits discutent des gens ».

L’homme est résolument engagé, à faire du changement prôné pour tous, par le Président de la République, une réalité et non une utopie lointaine. Ceci pour honorer la confiance placée en sa modeste personne. Que le Président de la République trouve ici l’expression de ma profonde gratitude pour son courage et sa grandeur d’esprit ! A travers cette nomination, il a bien voulu donner la chance à ce jeune Ministre de faire valoir ses compétences au service de sa patrie. En tant que jeune, je sollicite et espère, dans un futur proche, l’arrivée massive d’autres jeunes dévoués pour vous accompagner dans ce combat de faire de la Guinée, un pays à économie émergente.

En dépit de ce patriotisme avéré et inébranlable et de l’engagement au service des couleurs nationales du jeune Ministre, certains personnes, habituées à lancer des boules puantes et à entretenir le mensonge à tout de champ, cherchent à l’éclabousser. Ces personnes qui prennent pour escalier la colonne vertébrale des autres pour voir le bout du tunnel et arriver à leurs fins ignobles n’ont aucune chance de prospérer dans un environnement où la bonne gestion dans la transparence fait maintenant légion.

Chers compatriotes, compagnons de misère dans les moments difficiles de notre histoire particulière, avons-nous compris l’audace dans les réformes engagées par le jeune Ministre du Budget ? Soyons conséquents vis-à-vis de nous mêmes et de nos attentes. Ce Ministre incarne le vrai changement voulu par le Président de la République, pour une autre Guinée, unie et prospère. Pour y arriver, nous devons nous rassembler pour faire « un » et couper la langue à ceux qui confondent les faits et les jugements de valeur, prônent la subjectivité au détriment de l’objectivité. Ils ont l’amertume, la frustration et la rage au cœur d’avoir été tout simplement sanctionnés par les reformes en cours (transparence budgétaire, gestion des vignettes, etc.). Comme disait le Président P. Kagamé, je cite « les faits sont ce qu’ils sont, les faits sont têtus ».

Pour finir, Dr. Mohamed L. Doumbouya n’est pas ce jeune Ministre qui fait la promotion d’une bureaucratie tâtonnante et qui ignore la notion de service public. Il n’est pas de ceux qui ont fondé leur richesse sur les retro-commissions et la délinquance financière.

Monsieur le Ministre, la plus belle chose du monde est un travail bien fait, par votre pro-activité, vous inscrivez à jamais votre nom sur la page d’or des jeunes cadres ayant mérité la confiance du Président de la République, mais aussi qui font la fierté des autres jeunes d’ici et d’ailleurs. Il est donc temps de poursuivre tout en intensifiant le rythme des réformes pour un lendemain meilleur pour les guinéens, longtemps hypothéqué par la mauvaise gouvernance de ceux qui se réclament aujourd’hui saints et blancs comme neige, qu’ils se regardent dans le miroir.

Monsieur le Ministre surtout ne vous arrêtez pas, continuez votre chemin qui est plein d’embuches, de pièges, seuls la persévérance et le patriotisme pourront vous aider et guider vos pas.

Nous sommes avec vous quelque soit la circonstance.

Bonne chance et du courage Monsieur le Ministre !

Oumar BARRY

 
 Ajouter un commentaire

COMMUNIQUE DU MINISTERE DES POSTES, TELECOMMUNICATIONS, ET DE L’ECONOMIE NUMERIQUE

2017/3/31

Aujourd'hui en Guinée Le Gouvernement décide de la suppression des frais de roaming entre la Guinée et 6 autres pays ouest-africains à compter de ce vendredi 31 mars 2017

Conakry, le 31 Mars 2017 – A compter de ce vendredi 31 mars 2017, la Guinée et six autres pays de la sous-région dont le Sénégal, le Mali, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, la Sierra Léone et le Togo vont supprimer les frais de « roaming » pour les appels téléphoniques passés entre ces différents territoires.

Concrètement, l'entrée en vigueur de cette suppression devrait permettre aux populations de ces Etats de pouvoir communiquer entre elles sans surcoûts liés à l'itinérance.

Pour notre pays, cette avancée majeure, conduite par le Ministère des Postes, Télécommunications et de l'Economie Numérique, est la résultante d'un processus engagé l'année dernière et qui devrait, dans un deuxième temps, être étendu à la zone CEDEAO puis sur tout le continent conformément à la volonté des Chefs d’Etat membres de l’Union Africaine.

La Cellule de Communication du Gouvernement

 
 Ajouter un commentaire
MINISTERE DU COMMERCE : « DES FERRAILLEURS DOIVENT ACCEPTER LE CHANGEMENT » dixit Marc Yombouno ministre du commerce.

2017/3/28

Aujourd'hui en Guinée Un groupe de ferrailleurs a manifesté lundi 27 février dernier devant le gouvernorat de la ville de Conakry. Ce groupe a porté plusieurs accusations contre le ministre du commerce, comme octroi du monopole de la commercialisation de la ferraille à un seul individu. Face à ces accusations le chef de département du commerce a animé un point de presse le lendemain au siège de son département pour apporter des précisions sur cette affaire.
Au cours de cette rencontre, Marc Yombouno a réitéré sa ferme détermination de faire respecter le règlement de la filière ferraille pour le bonheur de tous.

« je défis quiconque de ces soit disant manifestants de me montrer un document où j’ai signé pour donner un monopôle à un guinéen à plus forte raison à un malien. Ce nommé Moustapha qui refuse d’obtempérer à la réglementation, qui sabote l’Etat, qui insulte les ministres au su et vu de tout le monde, qui sort les pancartes pour mentir sur les ministres, il dit qu’il ne cessera pas ces manifestations tant qu’on ne m’enlève pas ici. Il ne me connait pas. Je resterai ferme sur cette réglementation que je considère comme l’égale qu’il en trouve un autre document de corruption comme il le dit » explique t-il.

Poursuivant, le ministre du commerce s’est appuyé sur l’article 1er de l’arrêté portant fixation des conditions d’organisation de la campagne de commercialisation des métaux usés, ferreux et non ferreux pour démontrer les causes de cette protestation. « Dans l’article premier de cette réglementation, il est dit que la collecte, l’achat et la vente des métaux usés, ferreux et non ferreux sont libres sur toutes l’étendue du territoire national et peuvent effectuer par toute personne exerçant légalement une activité économique en République de Guinée. Qu’est-ce qui est plus clair que ça » s’interroge-t-il.

Il continue « ce qu’ils ne veulent pas que les gens sachent, sait qu’on a imposé dans cet arrêté qu’aucun conteneur de ferraille ne peut sortir de la Guinée sans qu’il ne passe dans un centre de tri. C’est ça le nœud du problème. Nous avons le devoir en tant que ministre de la République de protéger notre économie. Moi je suis ministre pour ça, je ne suis pas ministre pour une mafia. Ils n’ont qu’a faire le bruit qu’ils veulent, moi je ferai mon travail ».

Pour terminer, le ministre a invité ces manifestants a accepté le changement pour la bonne marche du secteur.

CCG

 
 Ajouter un commentaire
Impôt:La Campagne des Vignettes en Guinée commence avec une nouveauté !

2017/3/28

Aujourd'hui en Guinée
« Le Ministre du Budget a l’honneur de porter à la connaissance de tous les détenteurs de véhicules à moteur (les voitures automobiles, les camions, les camionnettes, les tracteurs ainsi que les motocyclettes) de la disponibilité des vignettes de la Taxe Unique sur les Véhicules (TUV) pour l’année 2017.
A cet effet, il informe tous les usagers concernés que :
1. Le lancement de la vente de ces vignettes débutera sur l’ensemble du territoire national mercredi 29 mars 2017 et se poursuivra jusqu’au jeudi 29 juin 2017, délai réglementaire ;
2. Passé ce délai, tout achat de la vignette sera majoré d’une pénalité de 25% de sa valeur.
3. L’achat des vignettes se fera désormais uniquement via Orange Money ou au sein des agences UBA pour les paiements en espèces.
Le Ministre du Budget sait compter sur le civisme de chacun et de tous.
Mohamed L. Doumbouya, Ministre du Budget ».

Dr Thierno Aliou BAHBALDE

 
Une délégation tunisienne à Sékhoutouréya: Pour le lancement de la compagnie ‘’Tunis Airlines…’’

2017/3/28

Aujourd'hui en Guinée Sékhoutouréya, 27 mars 2017 - Le Président de la République, le Pr Alpha Condé, a reçu en audience ce lundi 27 mars 2017 au Palais Sékhoutouréya, le ministre tunisien de l’Industrie et du Commerce ainsi que celui des Transports.

Les entretiens entre le Chef de l’Etat et la délégation tunisienne ont porté sur le lancement de la compagnie ‘’Tunis Airlines’’ ainsi que l’ouverture d’un forum économique entre les deux pays, tous prévus ce mardi 28 mars à Conakry. Des actes majeurs qui vont largement contribuer au renforcement des relations de coopération entre les deux pays.

A l’issue des échanges avec le Président de la République, le ministre tunisien de l’Industrie et du Commerce, Zied Ladhari, a apprécié le nouveau vent qui souffle dans les relations de coopération entre les deux pays : « Nous sommes très honorés d’avoir rencontré cet après-midi son Excellence le Président Alpha Condé. Nous sommes très ravis de cette opportunité. Nous avons discuté de l’importance des relations tunisio-guinéennes. Aujourd’hui, nous nous réjouissons de l’ouverture d’une nouvelle ligne aérienne directe entre Tunis et Conakry. Une excellente nouvelle dans les relations entre les deux pays. Nous espérons qu’elle contribuera à développer les relations économiques entre les deux pays. Nous étions avec M. le ministre des Transports, accompagnés d’une importante délégation d’hommes d’affaires et d’acteurs économiques tunisiens, et M. l’ambassadeur. Et nous pensons que ce vol inaugural va permettre d’aller plus loin dans nos relations économiques. Mais également, offrir des opportunités aux Guinéens de visiter la Tunisie et faire du tourisme. Sans oublier leurs besoins de santé, l’opportunité pour les étudiants qui veulent faire leurs études en Tunisie ainsi que les Tunisiens qui désirent visiter la Guinée ».

De son côté, le ministre d’Etat guinéen en charge des Transports, Oyé Guilavogui, qui a introduit cette délégation auprès du Chef de l’Etat a mis l’accent sur l’importance de l’ouverture de cette ligne aérienne : « Nous pensons que le transport reste un des moyens les plus sûrs de développement des relations diplomatiques, économiques et sociales entre les Etats. Donc, ‘’Tunis Airlines’’ était attendu à Conakry et désormais la ligne sera ouverte entre notre capitale et Tunis. Cette délégation, au-delà du vol inaugural, va participer à un forum qui sera organisé entre les opérateurs économiques des deux pays et qui va être dirigé par le Premier ministre.
Il faut préciser que ‘’Tunis Airlines’’ est une grande compagnie qui était beaucoup attendue à Conakry. Parce que, pour aller à Tunis, il faut passer par le Maroc obligatoirement. Ce qui rend très cher le billet et désormais c’est Conakry direct Tunis…».

Le Bureau de Presse de la Présidence

 
 Ajouter un commentaire
L’affaire des 85 milliards : Guicopres apporte un démenti aux allégations de Actuconakry.com

2017/3/21

Aujourd'hui en Guinée Nos confrères du site Actuconakry.com ont publié la semaine dernière, un article faisant cas du délit d’une fuite de 85 milliards de francs guinéens, décaissés par l’Etat pour la construction des infrastructures universitaires de Gamal Abdel Nasser de Conakry et de Labé.
Pour ce site, « rien n’est encore fait sur le terrain ni à Labé encore moins à Conakry ».

Cette information a aussitôt fait réagir, l’entreprise bénéficiaire de ces deux contrats. Prenant donc la balle au rebond, le Groupe Guicopres a été pragmatique dans ses argumentations, illustrées par des images des deux chantiers. Histoire de montrer à l’opinion, que l’information relayée par le site Actuconakry.com n’est qu’une contre-vérité pure et simple.

Rencontré ce lundi 20 Mars par notre Rédaction, la direction générale de Guicopres a fait savoir, que le niveau d’avancement de ces deux chantiers de Conakry et Labé sont aujourd’hui, entre 45 et 50% d’exécution.

Pour vérifier cette information, ScoopGuinée s’est rendu sur le chantier de l’université de Gamal.

Concernant les travaux de Labé, les images récentes nous ont été fournies par le Directeur général adjoint chargé du Bâtiment, Diallo Mamadou Samba.

Par ailleurs, le Groupe Guicopres affirmant être dans le temps, promet de rendre les clés de ces deux chantiers au délai indiqué dans le contrat.

Débuté en Septembre 2015, ce contrat est conclu pour une durée maximum de 36 mois entre le Groupe Guicopres et l’Etat guinéen à travers le ministère de l’Enseignement Supérieur.

Par ailleurs, Guicopres déplore aujourd’hui, le fait que certains médias guinéens refusent d’aller à la source pour donner des informations fiables et crédibles à la population.

Sita Camara pour ScoopGuinée

 
 Ajouter un commentaire
AFRICA CEO FORUM : LE GROUPE GUICOPRES AU RENDEZ-VOUS INCONTOURNABLE DU SECTEUR PRIVE AFRICAIN A GENÈVE

2017/3/21

Aujourd'hui en Guinée Les 20 et 21 mars 2017 a lieu le forum des leaders du capitalisme africain. Comme à son accoutumé, le Groupe Guicopres s'est valablement fait représenter par une forte délégation conduite par son PDG Kerfalla Camara KPC.

Le Doing Business permettra aux plus hautes autorités de Guinée, ainsi que le patronat guinéen, de présenter la stratégie de développement économique du pays et dialoguer avec les participants à propos des plus importants projets d'investissements public privé.

Le PDG du groupe Guicopres prendra la parole pour mettre l'accent sur les avancées notables observées au cours de ces dernières années dans le monde des affaires en guinée. Il soulignera également l'opportunités qu'offre la République de Guinée aux investisseurs étrangers qui souhaitent s'y rendre.

"La Guinée met à la disposition des investisseurs étrangers tout un dispositif en vu de la prise en charge effective de leurs projets. Et nos partenaires étrangers peuvent compter sur le patronat guinéen", dira Kerfalla Camara.

 
 Ajouter un commentaire
Ministère des Mines : Réunion hebdomadaire

2017/3/21

Aujourd'hui en Guinée La réunion hebdomadaire du Ministère des Mines et de la Géologie a eu lieu ce lundi 20 mars 2017, sous la conduite du chef de département. M. Abdoulaye Magassouba a fait l’état des lieux de la mise en œuvre des activités du Ministère programmées au titre du plan d’actions prioritaires 2017. Des actions spécifiques visant l’atteinte des cinq objectifs prioritaires de la lettre de mission du Ministère ont été abordées.

En effet, l’amélioration du cadre d’investissement a été évoquée en premier lieu. A ce sujet, le Directeur Général Adjoint du Centre de Promotion et de Développement Miniers a informé l’assemblée de la mise en ligne prochaine du cadastre minier. Cela devrait permettre aux investisseurs d’avoir des informations fiables sur le cadastre à travers ce portail informatique à tout moment et de partout à travers le monde.

Concernant l’amélioration du suivi des activités minières, le ministre a demandé au Bureau de Stratégie et de Développement la finalisation des exercices de programmation indicatif au compte de l’année 2017. Ceci aura pour effet une meilleure orientation et un meilleur suivi des actions à conduire au cours de l’année.

Pour améliorer la base de connaissances géologiques, M. Abdoulaye Magassouba a demandé une synergie d’action entre les trois entités de recherche à savoir la Direction Nationale de la Géologie, le Centre de Géophysique et de Sismologie et l’Office Nationale de Géo-Service. Cette synergie devra permettre une connaissance plus précise et plus complète du territoire national

Dans le cadre de l’action prioritaire portant sur le renforcement des capacités de l’administration minière, le ministre a instruit la mise à jour du plan de formation des cadres du ministère, quitte à mobiliser une expertise extérieure à cette fin.

Concernant enfin l’accroissement de l’impact économique du secteur minier sur l’économie nationale, le Directeur National des Mines a expliqué que les activités de recherches des périmètres à parcelliser dans le cadre de la réorganisation de l’orpaillage se poursuivent sur le terrain. Ces actions devraient permettre de prévenir l’occupation anarchique des périmètres attribués aux exploitants industriels et d’accroitre la productivité des orpailleurs.

La réunion a pris fin à 11H 05.

Cellule de communication du Ministère des Mines et de la Géologie

 
 Ajouter un commentaire
Africa Ceo Forum 2017 : Que cherche le PDG du groupe guicopres KPC â Genève du 20 et 21 mars 2017

2017/3/18

Aujourd'hui en Guinée « Les dirigeants des plus grandes entreprises africaines et internationales, les décideurs politiques de plus de 40 pays africains et les financiers les plus actifs sur le continent ont rendez-vous les 20 et 21 mars 2017 à Genève, en Suisse, pour la 5e édition du AFRICA CEO FORUM.

Plateforme exceptionnelle de débats et de réflexion sur les défis économiques et industriels de l’Afrique, le AFRICA CEO FORUM, organisé par le Groupe Jeune Afrique et rainbow unlimited, est aujourd’hui la plus grande conférence internationale du secteur privé africain

POURQUOI PARTICIPER AU AFRICA CEO FORUM

Le AFRICA CEO FORUM est une opportunité unique pour vous de développer votre activité
et de multiplier vos contacts d’affaires en rencontrant les chefs d’entreprise les plus importants du continent. »

 
 Ajouter un commentaire
Guinée : Le PAM compte acheter 1.166 tonnes de riz pour les cantines scolaires

2017/3/13

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY, (Xinhua) -- Dans le souci de maintenir les enfants des familles pauvres dans les écoles guinéennes, le Programme alimentaire mondiale (PAM, agence onusienne) compte acheter cette année 1.166 tonnes de riz local en faveurs des cantines scolaires.

Selon une note d'information du ministère de l'agriculture publié vendredi, ce riz local sera acheté aux groupements des femmes étuveuses de Guinée, afin d'aider en amont cette junte féminine à prospérer dans les activités agricoles à travers le pays.

Le montant total pour l'achat de cette importante quantité de riz local est estimé à 5,6 milliards de francs guinéens, soit plus de 800.000 dollars.

Il est certain que cette dynamique d'achat de produits alimentaires locaux par le PAM, tel que conseillé par le gouvernement sera renforcée. Dans ce cadre, le PAM continuera à accompagner les efforts du gouvernement pour accélérer l'atteinte de l'objectif Faim Zéro et le développement inclusif durable.

Les premiers groupements de femmes qui bénéficieront de cette action sont l'union des groupements d'étuveuses de Guéckédou composée de 156 membres dont 18 hommes et l'union des groupements d'étuveuses de Koulé, composée de 15 groupements avec 355 membres dont 288 femmes.

Plus de 1.605 écoles bénéficient des programmes de cantines scolaires à travers tout le pays.

 
 Ajouter un commentaire
LA TVA EN RÉPUBLIQUE DE GUINÉE : Un dessein inachevé

2017/3/7

Aujourd'hui en Guinée
Le chef de Division des Gestions du Service des Grandes Entreprises, Diallo Mamadou Dian vient de soutenir sa thèse de Doctorat sur la T.V.A en République de Guinée : un dessein inachevé. C’était le Mercredi 03 Mars à l’Université Aix-Provence à Marseille en France.

En effet, au cours de cette cérémonie solennelle ; le candidat Mr Diallo avait en face de lui les cinq(5) professeurs membres du Jury pour un exercice délicat à savoir l’exposé final de sa thèse. Madame ou Monsieur Le Président du jury,
Monsieur les Membres du jury,
Très chers Professeurs,
Très Invités,

Cette thèse de doctorat s’intitule : la T.V.A en République de Guinée : Un dessein inachevé. A l’heure où la restructuration du secteur public en Guinée se réalise par la privatisation dont elle tente de donner un rôle important dans l’économie. La T.V.A en Guinée était la bienvenue en ce moment.

En effet, c’est sous la direction du Professeur Mr Thierry LAMBERT, qu’il a été proposé parce que le sujet est d’actualité .Mais aussi, il systématise les deux (2) pays en évitant trop d’impositions et d’établir des règles pour l’égalité devant l’impôt. Qu’est-ce que la T.V.A ? L’appellation de « taxe sur la valeur ajoutée », appliquée à l’impôt ad valorem, n’est pas inexacte.

La T.V.A est perçue sur la valeur ajoutée de la Nation tout entière, car aucun contribuable n’est désigné. Les consommateurs ne sont pas assujettis à déclarer leurs dépenses pour asseoir la taxe.

Les entreprises, qui déposent les déclarations, elles, ne sont en la matière que les percepteurs de la T.V.A, car elles se bornent à verser ce qu’il faut pour transmuter les taxes ayant frappé les produits qu’elles ont achetés en taxes frappant les produits qu’elles vendent : elles ne désignent pas le produit, ne déclare rien et ne récupère rien. C’est la Nation tout entière, prise en la personne des consommateurs qui la peuplent, qui est taxée.

C’est ainsi comme, à cette époque, également, les techniques de la comptabilité naissante étaient parées d’une aura de modernisme, l’intitulé de « Taxe sur la Valeur Ajoutée » fut choisi.

En revanche, pour la Guinée c’est dans le cadre des réformes entreprises pour optimiser le rendement des impôts et des taxes, en raison de l’insuffisance des ressources minières, des rentrées douanières, de l’instabilité des investissements étrangers et de l’aide au développement pour couvrir les dépenses publiques, la Guinée, avec le concours des institutions financières et de la France, s’est engagée dans la réforme de son système fiscal.

L’enjeu majeur était de sortir le pays de la crise économique qui le frappait depuis les années 1960, en développant la production et les revenus par l’augmentation du montant des fonds intérieurs et étrangers disponibles pour l’investissement. Une solution à l’accroissement des recettes intérieures était la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA).

Recommandée par les institutions financières internationales, les avantages et qualités de la TVA (« la bonne productivité financière », la neutralité économique, les difficultés à frauder, les possibilités de modernisation d’un système fiscal, etc.) ont motivé la quasi-totalité des Etats, notamment les pays en développement dont la République de Guinée en 1996, a opté pour ce mode de taxation du chiffre d’affaires suivant des modalités inspirées du système français , et de celles mises en œuvre au sein de L’UE.

Le principal objectif de la Guinée, en proie à une importante dette financière, était surtout de pouvoir disposer d’un système administratif autonome afin de mieux gérer sa politique budgétaire/fiscale interne. Or, la transposition en Guinée de la TVA, modèle occidental achevé des impôts sur la consommation des biens et des services, n’est pas allée sans causer de problèmes, voire un véritable bouleversement pour le trésor public guinéen. La réforme des structures de l’administration fiscale devait passer par la modernisation et l’adaptation de la législation fiscale. Dans ce contexte, imposer une taxe sur les dépenses n’a pas été chose aisée pour le législateur guinéen.

En effet, les mesures successives qui n’ont pas toujours abouti, la localisation des contribuables et, surtout, les textes du nouveau Code des Impôts pour mettre en œuvre la TVA, n’en sont que quelques preuves.

Les premiers textes adoptés afin d’implanter la TVA en Guinée préconisée par les institutions financières ont été largement inspirés du modèle français, ancienne métropole coloniale. Dans un contexte économique inquiétant face à la grave crise financière qui perdurait dans le pays depuis les années 1980, une profonde modification de l’appareil fiscal guinéen s’avérait cependant nécessaire.

L’administration de la TVA, en Guinée, est assurée par la Direction Nationale des Impôts, qui dépend actuellement du Ministère du Budget.
C’est à la fin de cette épreuve que les membres du jury se sont retirés pour délibérer. Le président du jury annonce au public le résultat

Dr Thierno Aliou BAHBALDE

 
Guinée : Sommet panafricain à Conakry sur les énergies renouvelables

2017/3/7

Aujourd'hui en Guinée Le président guinéen et la ministre française de l’Environnement ont présidé à Conakry le 2e conseil d’administration de l’Initiative africaine pour les énergies renouvelables (AREI), essentiellement consacré à la levée des fonds nécessaires aux projets.

« Nous allons demander à chaque partenaire de dire exactement le montant qu’il mettra et d’ici un à deux mois, on signera la procédure pour que ce soit définitif avant le conseil d’administration de juin », a affirmé samedi le président guinéen Alpha Condé lors de la cérémonie de clôture du conseil.

19 projets sélectionnés

« L’AREI est une affaire de l’Afrique », a souligné le président guinéen en rappelant qu’au moins 19 projets avaient été sélectionnés au sommet de Conakry.

Parmi ces projets, figurent notamment la réhabilitation du réseau électrique dans la division sud de la Zambie, le financement de 10 MW d’énergies renouvelables en Afrique australe, un projet de géothermie de 12 MW en Ethiopie ou encore des interconnexions entre le Ghana et la Côte d’Ivoire.

« C’est nous qui allons décider des projets que nous souhaiterions que nos partenaires, dont la BAD (Banque africaine de développement), financent », a souligné le président Condé en rappelant que l’AREI était une initiative lancée par le sommet de la COP21 à Paris fin 2015.

« Nous passons de l’engagement à l’action »

Pour la ministre française de l’Environnement Ségolène Royal, « cette réunion de Conakry est très importante ». « Je suis là pour vérifier que les bailleurs de fond tiennent bien leurs engagements et pour aider au démarrage des projets. Je crois que les choses vont dans les bonnes directions », a-t-elle affirmé.

« Un certain nombre de projets pourront commencer dès la semaine prochaine avec des appels d’offre, nous passons de l’engagement à l’action », s’est-elle félicité.

L’initiative africaine pour les énergies renouvelables vise à permettre l’installation d’une capacité énergétique renouvelable à grande échelle sur le continent africain d’ici 2020, avec un impact sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre du continent.


AFP

 
 Ajouter un commentaire
Kerfalla CAMARA Kpc
Pourquoi les ennemis de KPC vont-ils lamentablement échouer
Au tour de Bathily de parler
« ma société ADS n’a jamais bénéficié d’un marché de gré à gré ni en Guinée, ni ailleurs »
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
Genève : KPC rend hommage à sa femme
Genève : KPC rend un hommage mérité à son épouse Safiatou
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Kerfalla CAMARA Kpc  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients