Préfecture de Kissidougou
Paul Moussa Diawara inaugure le stade

Partenaires

Africatime

Africvisionguinée

Akhadan

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Les amazones

Mediaguinee

www.Guineematin.com

21 visiteurs connectés

30 Mars 2017 - 11h41
 RECHERCHER 

MINISTERE DU COMMERCE : « DES FERRAILLEURS DOIVENT ACCEPTER LE CHANGEMENT » dixit Marc Yombouno ministre du commerce.

2017/3/28

Aujourd'hui en Guinée Un groupe de ferrailleurs a manifesté lundi 27 février dernier devant le gouvernorat de la ville de Conakry. Ce groupe a porté plusieurs accusations contre le ministre du commerce, comme octroi du monopole de la commercialisation de la ferraille à un seul individu. Face à ces accusations le chef de département du commerce a animé un point de presse le lendemain au siège de son département pour apporter des précisions sur cette affaire.
Au cours de cette rencontre, Marc Yombouno a réitéré sa ferme détermination de faire respecter le règlement de la filière ferraille pour le bonheur de tous.

« je défis quiconque de ces soit disant manifestants de me montrer un document où j’ai signé pour donner un monopôle à un guinéen à plus forte raison à un malien. Ce nommé Moustapha qui refuse d’obtempérer à la réglementation, qui sabote l’Etat, qui insulte les ministres au su et vu de tout le monde, qui sort les pancartes pour mentir sur les ministres, il dit qu’il ne cessera pas ces manifestations tant qu’on ne m’enlève pas ici. Il ne me connait pas. Je resterai ferme sur cette réglementation que je considère comme l’égale qu’il en trouve un autre document de corruption comme il le dit » explique t-il.

Poursuivant, le ministre du commerce s’est appuyé sur l’article 1er de l’arrêté portant fixation des conditions d’organisation de la campagne de commercialisation des métaux usés, ferreux et non ferreux pour démontrer les causes de cette protestation. « Dans l’article premier de cette réglementation, il est dit que la collecte, l’achat et la vente des métaux usés, ferreux et non ferreux sont libres sur toutes l’étendue du territoire national et peuvent effectuer par toute personne exerçant légalement une activité économique en République de Guinée. Qu’est-ce qui est plus clair que ça » s’interroge-t-il.

Il continue « ce qu’ils ne veulent pas que les gens sachent, sait qu’on a imposé dans cet arrêté qu’aucun conteneur de ferraille ne peut sortir de la Guinée sans qu’il ne passe dans un centre de tri. C’est ça le nœud du problème. Nous avons le devoir en tant que ministre de la République de protéger notre économie. Moi je suis ministre pour ça, je ne suis pas ministre pour une mafia. Ils n’ont qu’a faire le bruit qu’ils veulent, moi je ferai mon travail ».

Pour terminer, le ministre a invité ces manifestants a accepté le changement pour la bonne marche du secteur.

CCG

 
 Ajouter un commentaire
Impôt:La Campagne des Vignettes en Guinée commence avec une nouveauté !

2017/3/28

Aujourd'hui en Guinée
« Le Ministre du Budget a l’honneur de porter à la connaissance de tous les détenteurs de véhicules à moteur (les voitures automobiles, les camions, les camionnettes, les tracteurs ainsi que les motocyclettes) de la disponibilité des vignettes de la Taxe Unique sur les Véhicules (TUV) pour l’année 2017.
A cet effet, il informe tous les usagers concernés que :
1. Le lancement de la vente de ces vignettes débutera sur l’ensemble du territoire national mercredi 29 mars 2017 et se poursuivra jusqu’au jeudi 29 juin 2017, délai réglementaire ;
2. Passé ce délai, tout achat de la vignette sera majoré d’une pénalité de 25% de sa valeur.
3. L’achat des vignettes se fera désormais uniquement via Orange Money ou au sein des agences UBA pour les paiements en espèces.
Le Ministre du Budget sait compter sur le civisme de chacun et de tous.
Mohamed L. Doumbouya, Ministre du Budget ».

Dr Thierno Aliou BAHBALDE

 
Une délégation tunisienne à Sékhoutouréya: Pour le lancement de la compagnie ‘’Tunis Airlines…’’

2017/3/28

Aujourd'hui en Guinée Sékhoutouréya, 27 mars 2017 - Le Président de la République, le Pr Alpha Condé, a reçu en audience ce lundi 27 mars 2017 au Palais Sékhoutouréya, le ministre tunisien de l’Industrie et du Commerce ainsi que celui des Transports.

Les entretiens entre le Chef de l’Etat et la délégation tunisienne ont porté sur le lancement de la compagnie ‘’Tunis Airlines’’ ainsi que l’ouverture d’un forum économique entre les deux pays, tous prévus ce mardi 28 mars à Conakry. Des actes majeurs qui vont largement contribuer au renforcement des relations de coopération entre les deux pays.

A l’issue des échanges avec le Président de la République, le ministre tunisien de l’Industrie et du Commerce, Zied Ladhari, a apprécié le nouveau vent qui souffle dans les relations de coopération entre les deux pays : « Nous sommes très honorés d’avoir rencontré cet après-midi son Excellence le Président Alpha Condé. Nous sommes très ravis de cette opportunité. Nous avons discuté de l’importance des relations tunisio-guinéennes. Aujourd’hui, nous nous réjouissons de l’ouverture d’une nouvelle ligne aérienne directe entre Tunis et Conakry. Une excellente nouvelle dans les relations entre les deux pays. Nous espérons qu’elle contribuera à développer les relations économiques entre les deux pays. Nous étions avec M. le ministre des Transports, accompagnés d’une importante délégation d’hommes d’affaires et d’acteurs économiques tunisiens, et M. l’ambassadeur. Et nous pensons que ce vol inaugural va permettre d’aller plus loin dans nos relations économiques. Mais également, offrir des opportunités aux Guinéens de visiter la Tunisie et faire du tourisme. Sans oublier leurs besoins de santé, l’opportunité pour les étudiants qui veulent faire leurs études en Tunisie ainsi que les Tunisiens qui désirent visiter la Guinée ».

De son côté, le ministre d’Etat guinéen en charge des Transports, Oyé Guilavogui, qui a introduit cette délégation auprès du Chef de l’Etat a mis l’accent sur l’importance de l’ouverture de cette ligne aérienne : « Nous pensons que le transport reste un des moyens les plus sûrs de développement des relations diplomatiques, économiques et sociales entre les Etats. Donc, ‘’Tunis Airlines’’ était attendu à Conakry et désormais la ligne sera ouverte entre notre capitale et Tunis. Cette délégation, au-delà du vol inaugural, va participer à un forum qui sera organisé entre les opérateurs économiques des deux pays et qui va être dirigé par le Premier ministre.
Il faut préciser que ‘’Tunis Airlines’’ est une grande compagnie qui était beaucoup attendue à Conakry. Parce que, pour aller à Tunis, il faut passer par le Maroc obligatoirement. Ce qui rend très cher le billet et désormais c’est Conakry direct Tunis…».

Le Bureau de Presse de la Présidence

 
 Ajouter un commentaire
L’affaire des 85 milliards : Guicopres apporte un démenti aux allégations de Actuconakry.com

2017/3/21

Aujourd'hui en Guinée Nos confrères du site Actuconakry.com ont publié la semaine dernière, un article faisant cas du délit d’une fuite de 85 milliards de francs guinéens, décaissés par l’Etat pour la construction des infrastructures universitaires de Gamal Abdel Nasser de Conakry et de Labé.
Pour ce site, « rien n’est encore fait sur le terrain ni à Labé encore moins à Conakry ».

Cette information a aussitôt fait réagir, l’entreprise bénéficiaire de ces deux contrats. Prenant donc la balle au rebond, le Groupe Guicopres a été pragmatique dans ses argumentations, illustrées par des images des deux chantiers. Histoire de montrer à l’opinion, que l’information relayée par le site Actuconakry.com n’est qu’une contre-vérité pure et simple.

Rencontré ce lundi 20 Mars par notre Rédaction, la direction générale de Guicopres a fait savoir, que le niveau d’avancement de ces deux chantiers de Conakry et Labé sont aujourd’hui, entre 45 et 50% d’exécution.

Pour vérifier cette information, ScoopGuinée s’est rendu sur le chantier de l’université de Gamal.

Concernant les travaux de Labé, les images récentes nous ont été fournies par le Directeur général adjoint chargé du Bâtiment, Diallo Mamadou Samba.

Par ailleurs, le Groupe Guicopres affirmant être dans le temps, promet de rendre les clés de ces deux chantiers au délai indiqué dans le contrat.

Débuté en Septembre 2015, ce contrat est conclu pour une durée maximum de 36 mois entre le Groupe Guicopres et l’Etat guinéen à travers le ministère de l’Enseignement Supérieur.

Par ailleurs, Guicopres déplore aujourd’hui, le fait que certains médias guinéens refusent d’aller à la source pour donner des informations fiables et crédibles à la population.

Sita Camara pour ScoopGuinée

 
 Ajouter un commentaire
AFRICA CEO FORUM : LE GROUPE GUICOPRES AU RENDEZ-VOUS INCONTOURNABLE DU SECTEUR PRIVE AFRICAIN A GENÈVE

2017/3/21

Aujourd'hui en Guinée Les 20 et 21 mars 2017 a lieu le forum des leaders du capitalisme africain. Comme à son accoutumé, le Groupe Guicopres s'est valablement fait représenter par une forte délégation conduite par son PDG Kerfalla Camara KPC.

Le Doing Business permettra aux plus hautes autorités de Guinée, ainsi que le patronat guinéen, de présenter la stratégie de développement économique du pays et dialoguer avec les participants à propos des plus importants projets d'investissements public privé.

Le PDG du groupe Guicopres prendra la parole pour mettre l'accent sur les avancées notables observées au cours de ces dernières années dans le monde des affaires en guinée. Il soulignera également l'opportunités qu'offre la République de Guinée aux investisseurs étrangers qui souhaitent s'y rendre.

"La Guinée met à la disposition des investisseurs étrangers tout un dispositif en vu de la prise en charge effective de leurs projets. Et nos partenaires étrangers peuvent compter sur le patronat guinéen", dira Kerfalla Camara.

 
 Ajouter un commentaire
Ministère des Mines : Réunion hebdomadaire

2017/3/21

Aujourd'hui en Guinée La réunion hebdomadaire du Ministère des Mines et de la Géologie a eu lieu ce lundi 20 mars 2017, sous la conduite du chef de département. M. Abdoulaye Magassouba a fait l’état des lieux de la mise en œuvre des activités du Ministère programmées au titre du plan d’actions prioritaires 2017. Des actions spécifiques visant l’atteinte des cinq objectifs prioritaires de la lettre de mission du Ministère ont été abordées.

En effet, l’amélioration du cadre d’investissement a été évoquée en premier lieu. A ce sujet, le Directeur Général Adjoint du Centre de Promotion et de Développement Miniers a informé l’assemblée de la mise en ligne prochaine du cadastre minier. Cela devrait permettre aux investisseurs d’avoir des informations fiables sur le cadastre à travers ce portail informatique à tout moment et de partout à travers le monde.

Concernant l’amélioration du suivi des activités minières, le ministre a demandé au Bureau de Stratégie et de Développement la finalisation des exercices de programmation indicatif au compte de l’année 2017. Ceci aura pour effet une meilleure orientation et un meilleur suivi des actions à conduire au cours de l’année.

Pour améliorer la base de connaissances géologiques, M. Abdoulaye Magassouba a demandé une synergie d’action entre les trois entités de recherche à savoir la Direction Nationale de la Géologie, le Centre de Géophysique et de Sismologie et l’Office Nationale de Géo-Service. Cette synergie devra permettre une connaissance plus précise et plus complète du territoire national

Dans le cadre de l’action prioritaire portant sur le renforcement des capacités de l’administration minière, le ministre a instruit la mise à jour du plan de formation des cadres du ministère, quitte à mobiliser une expertise extérieure à cette fin.

Concernant enfin l’accroissement de l’impact économique du secteur minier sur l’économie nationale, le Directeur National des Mines a expliqué que les activités de recherches des périmètres à parcelliser dans le cadre de la réorganisation de l’orpaillage se poursuivent sur le terrain. Ces actions devraient permettre de prévenir l’occupation anarchique des périmètres attribués aux exploitants industriels et d’accroitre la productivité des orpailleurs.

La réunion a pris fin à 11H 05.

Cellule de communication du Ministère des Mines et de la Géologie

 
 Ajouter un commentaire
Africa Ceo Forum 2017 : Que cherche le PDG du groupe guicopres KPC â Genève du 20 et 21 mars 2017

2017/3/18

Aujourd'hui en Guinée « Les dirigeants des plus grandes entreprises africaines et internationales, les décideurs politiques de plus de 40 pays africains et les financiers les plus actifs sur le continent ont rendez-vous les 20 et 21 mars 2017 à Genève, en Suisse, pour la 5e édition du AFRICA CEO FORUM.

Plateforme exceptionnelle de débats et de réflexion sur les défis économiques et industriels de l’Afrique, le AFRICA CEO FORUM, organisé par le Groupe Jeune Afrique et rainbow unlimited, est aujourd’hui la plus grande conférence internationale du secteur privé africain

POURQUOI PARTICIPER AU AFRICA CEO FORUM

Le AFRICA CEO FORUM est une opportunité unique pour vous de développer votre activité
et de multiplier vos contacts d’affaires en rencontrant les chefs d’entreprise les plus importants du continent. »

 
 Ajouter un commentaire
Guinée : Le PAM compte acheter 1.166 tonnes de riz pour les cantines scolaires

2017/3/13

Aujourd'hui en Guinée CONAKRY, (Xinhua) -- Dans le souci de maintenir les enfants des familles pauvres dans les écoles guinéennes, le Programme alimentaire mondiale (PAM, agence onusienne) compte acheter cette année 1.166 tonnes de riz local en faveurs des cantines scolaires.

Selon une note d'information du ministère de l'agriculture publié vendredi, ce riz local sera acheté aux groupements des femmes étuveuses de Guinée, afin d'aider en amont cette junte féminine à prospérer dans les activités agricoles à travers le pays.

Le montant total pour l'achat de cette importante quantité de riz local est estimé à 5,6 milliards de francs guinéens, soit plus de 800.000 dollars.

Il est certain que cette dynamique d'achat de produits alimentaires locaux par le PAM, tel que conseillé par le gouvernement sera renforcée. Dans ce cadre, le PAM continuera à accompagner les efforts du gouvernement pour accélérer l'atteinte de l'objectif Faim Zéro et le développement inclusif durable.

Les premiers groupements de femmes qui bénéficieront de cette action sont l'union des groupements d'étuveuses de Guéckédou composée de 156 membres dont 18 hommes et l'union des groupements d'étuveuses de Koulé, composée de 15 groupements avec 355 membres dont 288 femmes.

Plus de 1.605 écoles bénéficient des programmes de cantines scolaires à travers tout le pays.

 
 Ajouter un commentaire
LA TVA EN RÉPUBLIQUE DE GUINÉE : Un dessein inachevé

2017/3/7

Aujourd'hui en Guinée
Le chef de Division des Gestions du Service des Grandes Entreprises, Diallo Mamadou Dian vient de soutenir sa thèse de Doctorat sur la T.V.A en République de Guinée : un dessein inachevé. C’était le Mercredi 03 Mars à l’Université Aix-Provence à Marseille en France.

En effet, au cours de cette cérémonie solennelle ; le candidat Mr Diallo avait en face de lui les cinq(5) professeurs membres du Jury pour un exercice délicat à savoir l’exposé final de sa thèse. Madame ou Monsieur Le Président du jury,
Monsieur les Membres du jury,
Très chers Professeurs,
Très Invités,

Cette thèse de doctorat s’intitule : la T.V.A en République de Guinée : Un dessein inachevé. A l’heure où la restructuration du secteur public en Guinée se réalise par la privatisation dont elle tente de donner un rôle important dans l’économie. La T.V.A en Guinée était la bienvenue en ce moment.

En effet, c’est sous la direction du Professeur Mr Thierry LAMBERT, qu’il a été proposé parce que le sujet est d’actualité .Mais aussi, il systématise les deux (2) pays en évitant trop d’impositions et d’établir des règles pour l’égalité devant l’impôt. Qu’est-ce que la T.V.A ? L’appellation de « taxe sur la valeur ajoutée », appliquée à l’impôt ad valorem, n’est pas inexacte.

La T.V.A est perçue sur la valeur ajoutée de la Nation tout entière, car aucun contribuable n’est désigné. Les consommateurs ne sont pas assujettis à déclarer leurs dépenses pour asseoir la taxe.

Les entreprises, qui déposent les déclarations, elles, ne sont en la matière que les percepteurs de la T.V.A, car elles se bornent à verser ce qu’il faut pour transmuter les taxes ayant frappé les produits qu’elles ont achetés en taxes frappant les produits qu’elles vendent : elles ne désignent pas le produit, ne déclare rien et ne récupère rien. C’est la Nation tout entière, prise en la personne des consommateurs qui la peuplent, qui est taxée.

C’est ainsi comme, à cette époque, également, les techniques de la comptabilité naissante étaient parées d’une aura de modernisme, l’intitulé de « Taxe sur la Valeur Ajoutée » fut choisi.

En revanche, pour la Guinée c’est dans le cadre des réformes entreprises pour optimiser le rendement des impôts et des taxes, en raison de l’insuffisance des ressources minières, des rentrées douanières, de l’instabilité des investissements étrangers et de l’aide au développement pour couvrir les dépenses publiques, la Guinée, avec le concours des institutions financières et de la France, s’est engagée dans la réforme de son système fiscal.

L’enjeu majeur était de sortir le pays de la crise économique qui le frappait depuis les années 1960, en développant la production et les revenus par l’augmentation du montant des fonds intérieurs et étrangers disponibles pour l’investissement. Une solution à l’accroissement des recettes intérieures était la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA).

Recommandée par les institutions financières internationales, les avantages et qualités de la TVA (« la bonne productivité financière », la neutralité économique, les difficultés à frauder, les possibilités de modernisation d’un système fiscal, etc.) ont motivé la quasi-totalité des Etats, notamment les pays en développement dont la République de Guinée en 1996, a opté pour ce mode de taxation du chiffre d’affaires suivant des modalités inspirées du système français , et de celles mises en œuvre au sein de L’UE.

Le principal objectif de la Guinée, en proie à une importante dette financière, était surtout de pouvoir disposer d’un système administratif autonome afin de mieux gérer sa politique budgétaire/fiscale interne. Or, la transposition en Guinée de la TVA, modèle occidental achevé des impôts sur la consommation des biens et des services, n’est pas allée sans causer de problèmes, voire un véritable bouleversement pour le trésor public guinéen. La réforme des structures de l’administration fiscale devait passer par la modernisation et l’adaptation de la législation fiscale. Dans ce contexte, imposer une taxe sur les dépenses n’a pas été chose aisée pour le législateur guinéen.

En effet, les mesures successives qui n’ont pas toujours abouti, la localisation des contribuables et, surtout, les textes du nouveau Code des Impôts pour mettre en œuvre la TVA, n’en sont que quelques preuves.

Les premiers textes adoptés afin d’implanter la TVA en Guinée préconisée par les institutions financières ont été largement inspirés du modèle français, ancienne métropole coloniale. Dans un contexte économique inquiétant face à la grave crise financière qui perdurait dans le pays depuis les années 1980, une profonde modification de l’appareil fiscal guinéen s’avérait cependant nécessaire.

L’administration de la TVA, en Guinée, est assurée par la Direction Nationale des Impôts, qui dépend actuellement du Ministère du Budget.
C’est à la fin de cette épreuve que les membres du jury se sont retirés pour délibérer. Le président du jury annonce au public le résultat

Dr Thierno Aliou BAHBALDE

 
Guinée : Sommet panafricain à Conakry sur les énergies renouvelables

2017/3/7

Aujourd'hui en Guinée Le président guinéen et la ministre française de l’Environnement ont présidé à Conakry le 2e conseil d’administration de l’Initiative africaine pour les énergies renouvelables (AREI), essentiellement consacré à la levée des fonds nécessaires aux projets.

« Nous allons demander à chaque partenaire de dire exactement le montant qu’il mettra et d’ici un à deux mois, on signera la procédure pour que ce soit définitif avant le conseil d’administration de juin », a affirmé samedi le président guinéen Alpha Condé lors de la cérémonie de clôture du conseil.

19 projets sélectionnés

« L’AREI est une affaire de l’Afrique », a souligné le président guinéen en rappelant qu’au moins 19 projets avaient été sélectionnés au sommet de Conakry.

Parmi ces projets, figurent notamment la réhabilitation du réseau électrique dans la division sud de la Zambie, le financement de 10 MW d’énergies renouvelables en Afrique australe, un projet de géothermie de 12 MW en Ethiopie ou encore des interconnexions entre le Ghana et la Côte d’Ivoire.

« C’est nous qui allons décider des projets que nous souhaiterions que nos partenaires, dont la BAD (Banque africaine de développement), financent », a souligné le président Condé en rappelant que l’AREI était une initiative lancée par le sommet de la COP21 à Paris fin 2015.

« Nous passons de l’engagement à l’action »

Pour la ministre française de l’Environnement Ségolène Royal, « cette réunion de Conakry est très importante ». « Je suis là pour vérifier que les bailleurs de fond tiennent bien leurs engagements et pour aider au démarrage des projets. Je crois que les choses vont dans les bonnes directions », a-t-elle affirmé.

« Un certain nombre de projets pourront commencer dès la semaine prochaine avec des appels d’offre, nous passons de l’engagement à l’action », s’est-elle félicité.

L’initiative africaine pour les énergies renouvelables vise à permettre l’installation d’une capacité énergétique renouvelable à grande échelle sur le continent africain d’ici 2020, avec un impact sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre du continent.


AFP

 
 Ajouter un commentaire
Energies renouvelables en Afrique: L’union européenne déclare, à Conakry, tenir ses promesses

2017/3/7

Aujourd'hui en Guinée Bruxelles, le 4 mars 2017. La Commission européenne poursuit son rôle moteur au sein de l’Initiative de l’Afrique pour les énergies renouvelables, dans le cadre de ses efforts pour la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et de l’Accord de Paris sur le changement climatique.

Le 4 mars 2017, M. Neven Mimica, commissaire pour la coopération internationale et le développement, a annoncé à Conakry, en Guinée, lors de la deuxième réunion du conseil d’administration de l’initiative africaine pour les énergies renouvelables, la préparation de 19 nouveaux projets, susceptibles de générer 4.8 milliards d’euros d’investissements au total et 1.8 gigawatts des énergies renouvelables en Afrique.

L’Union européenne contribuera à ces projets à titre indicatif, à hauteur de 300 millions d’euros qui devraient mobiliser des investissements à hauteur de 4.8 milliards d’euros au total. L’Union européenne est un partenaire clé de l’Afrique en ce qui concerne la coopération en matière d’énergie durable.

M. Mimica a déclaré à ce sujet: «En lançant ces 19 nouveaux projets, pour un montant de 4.8 milliards d’euros d’investissements, l’Union européenne tient ses promesses. Nous transformons nos promesses en projets concrets produisant des effets réels sur le terrain. Ce faisant, l’UE se positionne une fois de plus en première ligne pour soutenir le continent africain en matière de promotion des énergies renouvelables en vue de l’amélioration de l’accès des citoyens africains à l’énergie».

Cette nouvelle aide contribuera à la réalisation des objectifs de l’UE à l’horizon 2020: faire en sorte que 30 millions de personnes supplémentaires aient accès aux énergies durables, économiser 11 millions de tonnes de dioxyde de carbone par an et aider à la production de 5 gigawatts à partir de sources d’énergies renouvelables en Afrique. Ces objectifs représentent à eux seuls la moitié de l’objectif général de l’initiative africaine pour les énergies renouvelables, étant donné que la finalité première de l’IAER est d’atteindre 10 gigawatts de capacité nouvelle de production d’énergie à partir de sources d’énergies renouvelables en Afrique d’ici 2020 et de mobiliser le potentiel africain pour produire au moins 300 gigawatts à partir de sources d’énergies renouvelables d’ici 2030. Le fonds de développement de l’UE pour l’énergie renouvelable en Afrique sub-saharienne pour la période 2014-2020 s’élève approximativement à 27 millions d’euros.

La Commission européenne, les États membres de l’UE et les établissements financiers de l’Union se sont engagés à appuyer l’IAER au moyen d’instruments et de mécanismes financiers déjà en place. En font partie la facilité d’investissement pour l’Afrique, l’initiative de financement de l’électrification (ElectriFi), ainsi que les nouvelles possibilités qui seront mises à disposition dans le cadre du futur plan d’investissement extérieur afin de mobiliser les investissements dans le domaine des énergies renouvelables qui libéreront le potentiel de l’Afrique et amélioreront les conditions de vie de millions de personnes.

Contexte

L’initiative africaine pour les énergies renouvelables (IAER) est une initiative de l’Union africaine, lancée et dirigée par l’Afrique. Elle a pour objectif d’exploiter les abondantes ressources en énergie renouvelable que possède le continent afin d’aider les pays africains à étayer leurs stratégies en matière de développement et d’effectuer une transition rapide vers un développement économique à faible taux d’émission de carbone. Ce faisant, l’initiative améliorera l’accès à une énergie durable et abordable tout en traitant la question du changement climatique.

L’IAER, lancée lors de la COP21 à Paris en décembre 2015, bénéficie d’un large soutien de la part des partenaires de développement au niveau international.

 
 Ajouter un commentaire
La BID accorde à la Guinée un prêt de 210 millions de dollars

2017/3/5

Aujourd'hui en Guinée

Djeddah– En mission au Royaume d’Arabie Saoudite, Mama Kanny Diallo, Ministre du Plan et de la Coopération internationale, vient de procéder conjointement avec le Président de la Banque Islamique de Développement (BID), Dr Bandar Bin Mohamed Hamza hajjar, à la signature de l’accord de prêt de 210 millions de dollars US ce jeudi 02 mars 2017, à Djeddah. Ce montant servira au financement des routes d’intégration régionales Dabola-Kouroussa et Kissidougou- Gueckedou-Kondebadou.

La réalisation de ce Projet de construction comprend:

• La construction d’une autoroute revêtue à 2X2 voies longue de 151 km et ouvrages annexes entre Dabola–Kouroussa sur la RN 1; et

• La construction d’une autoroute revêtue à 2X2 voies longue de 53 km et ouvrages annexes entre Kissidougou–Gueckédougou-Kondébadou sur la RN 2.

Il faut rappeler que le Conseil d’Administration de la Banque Islamique de Développement a approuvé le 24 Décembre 2016, sa participation financière qui porte sur un montant global de cent quatre vingt dix neuf millions d’euros (EURO 199 000 00 000) soit environ 210 millions de Dollars américains qui représente 81% du financement. Le reliquat sera apporté par le Fonds Koweitien de Développement Arabe (FKDEA) pour un montant de 18 000 000 d’Euros et la Banque Arabe pour le Développement en Afrique (BADEA) 28 000 000 d’Euros.

L’objectif de Ces différents financements est de faciliter la réalisation de ces infrastructures et de permettre la garantie des meilleures conditions de déplacement pour les usagers, tout en réduisant la pollution et autres dégradations, ce qui permettra d’assurer un échange fluide des biens et services des deux régions traversées que sont la Haute Guinée et la Région Forestière. La réalisation de plusieurs infrastructures connexes (centres de santé, écoles primaires, forages, éclairage solaires…) est prévue, ce qui stimulera les activités de production dans ces zones, contribuant ainsi de manière significative à la réduction de la pauvreté dans ces deux régions.

Le Ministère du Plan et de la coopération internationale

 
 Ajouter un commentaire
Le premier guide budgétaire du citoyen à votre portée - Loi de Finances 2017

2017/3/3

Aujourd'hui en Guinée Chers concitoyens,

J’ai l’honneur et le plaisir de vous présenter le premier guide budgétaire du citoyen, appliquée à la loi de finances 2017. Chaque année, le budget de l’Etat est autorisé dans une loi de finances votée par notre Assemblée Nationale et rendu exécutoire par un Décret du Président de la République.

Quel est le montant total du budget de l’Etat? Comment s'élabore ce budget ? Comment est-ce qu'il est exécuté ? Qui en assure le contrôle ? Voilà autant de questions que vous vous posez et dont les réponses peuvent parfois être complexes à saisir, particulièrement pour les non-initiés à cette science.

C'est pour faciliter la compréhension du budget de l'État par tous les citoyens que nous avons initié ce guide. Nous l'avons voulu simple, interactif et compréhensible par tous. Il vous renseigne sur la façon dont l'État utilise son budget (dépenses, recettes et soldes) pour influer sur l'organisation et le fonctionnement de notre économie, et sur le développement de notre pays.

Les affectations budgétaires donnent des indications sur les priorités du Gouvernement. Par exemple, les dépenses publiques d'infrastructure, de financement des systèmes éducatif et de santé, qui normalement devraient affectées l'activité économique et l'emploi à court terme, favorisent plutôt l'essor économique à moyen et long terme. C'est vous dire que les politiques publiques ont une incidence à la fois conjoncturelle et structurelle.

Ce guide entre aussi dans notre mission de vous tenir informer sur l'utilisation de votre budget. Il est en effet l'expression de la volonté de traduire dans les faits les dispositions novatrices de Loi Organique Relative aux Lois de Finances et de ses textes d'application. Le Ministère du Budget reste déterminé à pérenniser cette initiative en publiant dorénavant annuellement le guide citoyen sur la loi de finances. C'est par ce biais que nous entendons rendre le budget de l'État aux citoyens dont il est censé améliorer les conditions de vie.

C'est de cette façon que nous développons la transparence budgétaire, si chère au Président de la République. Notre souhait est que cet outil apporte des réponses satisfaisantes à vos questionnements. Les principaux chiffres contenus dans la Loi de Finances 2017 y sont présentés.

Ils vous permettent de prendre connaissance du total des ressources de l'État (impôts, taxes et assistances extérieures) et leurs allocations aux services publics (santé, éducation, infrastructures, sécurité, développement rural et environnement…).

J'espère qu'il vous donnera envie de vous intéresser davantage au processus budgétaire et aux politiques publiques. C'est à ce prix que nous accroitrons les bénéfices sociaux et économiques de politiques publiques. C'est aussi la meilleure façon de traduire vos préoccuperions dans les différences lois de finances, conformément à la volonté du Président de la République, Professeur Alpha Condé.
Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter bonne lecture.

Je vous remercie
Mohamed L. DOUMBOUYA, PhD
Ministre du Budget

 
Mise en place des guichets de perception dans les communs de Conakry

2017/3/2

Aujourd'hui en Guinée
Le Ministère du Budget s’active dans la traçabilité́ dans la chaine de perception des recettes. Sur instruction du Chef de l’Etat, des cadres du département sont à pied d’œuvre afin de trouver des mécanismes de sécurisation des recettes publiques. Et à jour, cet exercice a abouti à la mise en place de guichets de perception des taxes et redevances à Conakry. Ces caisses de collecte installées dans les communes de la capitale ont été́ visitées en début de semaine par le Ministre du Budget.

Ces guichets de collecte des taxes et impôts qui devront être opérationnels d’ici fin Mars visent à améliorer la qualité́ des prestations en dissociant la tâche de perception de celle administrative.

Et la réussite de ce projet nécessite une collaboration avec les Banques de la place. Le Ministre du Budget l’a compris, c’est pourquoi au terme de sa tournée dans les services des impôts de Kaloum et de Matam, Dr Mohamed Lamine Doumbouya a réitéré́ son engagement à sceller un partenariat avec des institutions bancaires désireuses d’adhérer à ce projet. Elles seront chargées d’encaisser les taxes collectées et de la reverser au compte unique du Trésor Public domicilié à la Banque Centrale.

La visite de terrain dans les services délocalisés des Impôts a été́ une occasion pour le Ministre du Budget de rappeler toute l’importance de ce projet et l’obligation d’une transparence sans faille dans la coopération Contribuable- Agents fiscaux. La transparence dans la collecte et l’utilisation des ressources est garante de la confiance des contribuables donc favorable à la mobilisation des recettes.

Le personnel des impôts en général et celui des guichets de perception en particulier sont donc appelés à s’assurer que les recettes de l’Etat soient dirigées vers les structures publiques habilitées à les recevoir. Ainsi le Ministre Doumbouya sait compter sur ses cadres pour aider et accompagner l’Etat à faire face aux besoins les plus cruciaux de la population (Infrastructures, santé, éducation...) en se séparant de toute forme de mauvaises pratiques professionnels afin de restaurer l’image de l’Etat.

Les guichets de perceptions visitées dans les communes de Kaloum et Matam sont tous à un niveau avancé dans l’exécution des travaux. Après la capitale Conakry, le Ministère du Budget à travers la Direction Nationale des Impôts étendra ses nouvelles mesures de collectes à l’intérieur du pays.

Le Service de Communication et des Relations Extérieures

Ministère du Budget

 
LE MINISTERE DE L'AGRICULTURE OFFRE DES MOTOPOMPES POUR ACCOMPAGNER LES PRODUCTEURS D’ANANAS

2017/2/28

Aujourd'hui en Guinée Conakry, le 27 Février 2017 – Dans le cadre de l’implémentation de l’initiative « Agriculture » du Bureau d’Exécution Stratégique (BES), le Gouvernement vient de procéder à l’octroi de 4 motopompes aux planteurs des zones de Forécariah, Kindia, Maferinya, Friguiagbé et Salguidia. Objectif: renforcer l’effort en cours pour la relance de la filière ananas en Guinée.

Cette remise entre dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’actions du BES afin de produire des résultats dès le premier trimestre 2017. Ce plan d’actions se décline comme suit :

• Mise à disposition de motopompes à des coopératives de producteurs ;

• Lancement d'une émission de radio spécialisée sur les techniques culturales ;

• Elaboration de manuels de formation à destination des agents de formation et des producteurs ;

• Appui aux organismes de formation des producteurs.

Pour le Premier Ministre Mamady Youla qui pilote cette initiative, la relance de la filière ananas devrait passer essentiellement par l’appui à l’extension et à l’irrigation des terres, l’amélioration de l’accès et l’utilisation des engrais, l’appui à la commercialisation à l’international à travers le renforcement des capacités des producteurs et exportateurs.

Par exemple, ces motopompes mises à disposition par le Gouvernement, à travers le Ministère de l’Agriculture, devraient permettre l’irrigation de 10 à 20 hectares de terres à Kindia et Forécariah notamment. A l’horizon 2018, il est prévu d’arriver à des superficies cultivées de 600 ha pour un rendement de 40t/ha et des exportations qui pourraient atteindre 450t.

Pour les planteurs bénéficiaires, il s’agit là d’une bonne initiative ; ces motopompes constituent un apport considérable pour améliorer leur productivité. Wagnabou Bangoura, Président de la Coopérative des Planteurs et Exportateurs de Fruits de Friguiagbe, dira que l’irrigation de leurs terres devrait leur permettre d’avoir environ 2 millions de rejets à compter du mois de Juin. « Ce don de motopompes est, pour nous, une bonne initiative, et nous devons la saluer. Nous remercions le Premier Ministre, son Gouvernement, la Ministre de l’Agriculture, la Chambre Nationale d’Agriculture, la Direction Nationale de l’Agriculture et tous ceux qui nous aident pour le bon fonctionnement de nos plantations ».

La Cellule de Communication du Gouvernement

 
 Ajouter un commentaire
CNP Guinée, Kaba Guiter, Sékou Cissé, Damtang, Justice: Habib Hann met le point sur le i

2017/2/27

Aujourd'hui en Guinée Ces dernières semaines ont été intensément marquées par des guéguerres par voie de presse interposée des deux camps qui s’affrontent pour le contrôle du leadership à la tête du conseil national du patronat guinéen. Cette bataille qui s’apparente désormais à la lutte de la raison contre l’obstination a atteint un autre niveau.

Alors qu’à l’issue de la convocation du congrès par les fédérations patronales à la base et la tenue dudit congrès le 10 décembre 2016, qui a élu Habib Hann à la tête du CNP- Guinée, le camp de kaba Guiter reste inflexible. Cette situation a atteint son paroxysme à l’occasion de la tenue de l’atelier du BIT sur l’emploi, organisé à Conakry ces 22 et 23 février où des membres du patronat favorables au président ont été expulsés de la salle de conférence. Nous avons rencontré Elhadj Habib Hann, le président du CNP-Guinée qui nous a livré ses appréciations.

Le congrès du 10 est celui qui prévaut

Habib Hann nous a expliqué au cours de ce long entretien que la FOPAO n’était pas au courant de toute la situation que prévalait au sein du patronat guinéen CNP- Guinée.

« C’est dans ce contexte que le camp de Kaba Guiter a envoyé des courriers indiquant que la crise est terminée, que kaba Guiter et Sékou Cissé ont signé un accord alors qu’entretemps, il y a eu l’élection du 10 décembre qui m’a porté à la tête du patronat » explique-t-il.

Lors de ce congrès qui m’a porté à la tête du CNP, Sékou Cissé était candidat. Il a perdu les élections et c’est un mois après, voyant la nouvelle donne, qu’il décide de signer un protocole d’accord avec kaba Guiter. Alors que le même Sékou Cissé criait sur tous les toits l’illégitimité du congrès tenu par le camp de kaba Guiter, qui a été annulé par la justice. Je l’ai dit et redis, cette signature de ce protocole n’engage que les deux personnes qui ont signé ; cela n’engage aucunement le patronat, parce qu’ils sont allés signer un protocole au mépris des textes, pour ensuite se partager des sois-disants postes alors qu’ils ont été invités en bonne et due forme à participer au congrès électif du 10 décembre.

Ce congrès, tout le monde était informé de sa tenue, y compris Sékou Cissé et kaba Guiter. L’information a été passée un mois avant, donc ce n’est pas après la tenue du congrès que les deux vont décider de signer un protocole d’accord, en s’appuyant sur des relations avec le pouvoir et les pouvoirs publics pour faire un passage en force.

Le courrier de Damantang

« Dans le courrier que Damantang a écrit à la Fopao pour trancher ce litige, il a carrément occulté la tenue du congrès du 10 décembre, vous voyez la situation et même l’OIE n’était pas au courant de la nouvelle donne au sein du CNP Guinée, c’est à dire l’élection du 10 décembre qui m’a élu. C’est à mon retour que nous avons envoyé les courriers à tous ces organismes et je précise que la FOPAO n’est pas le pouvoir de trancher sur, qui a raison ou tort.

Par rapport au courrier de l’OIE soi-disant qui légitimerait le camp de kaba Guiter, ce courrier, nous avons vérifié, il n’a jamais été envoyé par cet organisme en question. Nous avons pris attache avec eux pour nous renseigner, mais ils ne nous ont pas confirmé ou reconnu avoir envoyé un courrier de ce genre en Guinée et les termes dans lesquels ce courrier est rédigé en disent long sur sa provenance. Même l’OIE n’a pas vocation à trancher le litige nous opposant, mais ne peut que donner son avis sur la question.

L’atelier du BIT

Par rapport à l’atelier, il est organisé par le BIT chaque année et est destiné à la formation. Normalement, toutes les fédérations devraient y prendre part, c’est-à-dire les 42 fédérations, les 25 anciennes plus les 17 nouvelles fédérations. Mais ils ont voulu être seuls à cet atelier, alors que tout le monde pouvait prendre part. Lorsque j’ai senti les risques de confrontation, je n’ai pas voulu venir très top, j’attendais de voir la tendance pour éviter le scandale. Nous sommes dans une dynamique de sotie de crise, je ne voulais pas que les gens aient le sentiment que mes hommes viennent semer la pagaille. Alors que des membres de plusieurs fédérations patronales sont déjà dans la salle en l’occurrence Elhadj Daye de la fédération du tourisme, Docteur Manizé de la fédération des pharmaciens entre autres, c’est alors que Sékou Cissé vient ordonner de les sortir de la salle sous motif qu’ils vont semer la pagaille. Alors Cissé prend son téléphone pour dire après que c’est le premier ministre qui a donné l’ordre de les sortir ; c’est alors qu’ils m’ont appelé pour m’informer, ils ont envoyé des policiers pour dire à Madame Baldé de sortir. Ils ont vu que ça ne marchait pas et cette cacophonie à pousser les éléments du BIT à retourner dans leurs chambres d’hôtel. Moi j’ai cherché à éviter le scandale. Dans la salle, il n’y avait que 6 fédérations sur 42, Comment pouvez-vous imaginer un atelier qui se tienne sans les structures patronales, par exemple l’ordre des médecins, l’ordre des avocats, des artisans, etc… n’aient pas accès à la salle.

Le Président Diagou avait un discours écrit et voyant la tension palpable, il a tenu un discours rassembleur malgré tout. Invitant les uns et les autres à s’unir pour faire marcher le patronat guinéen car ce dernier est en train de perdre des opportunités avec ces clivages.

Rencontre avec le président du FOPAO

Le Président Diagou m’a dit qu’il ne comprend pas la Guinée, chaque fois, il y a des problèmes et pourquoi il y a trois patronats ? Il m’a dit qu’en Côte d’Ivoire, le chef de l’État ivoirien ne peut prendre de décision sans l’y associer parce que là-bas le patronat est organisé. C’est à cette occasion qu’il m’a dit qu’il a été invité par le bureau de Dakar pour venir assister au lancement de l’atelier et il m’a demandé, avec cette cacophonie comment ça va se passer ? Je l’ai rassuré que tout ira bien. Je lui ai promis que de mon côté, je ferai en sorte que tout le monde garde la sérénité et qu’il ait le calme.

Le litige

Ni la Fopao, ni l’OIE, ni le BIT ne peuvent trancher car ce n’est pas leur rôle, ils ont déclaré qu’ils ne sont pas des tribunaux. Ils ne tranchent pas pour l’un ou pour l’autre, c’est purement interne au patronat, ce sont les fédérations patronales qui m’ont donné ma légitimité, rien d’autres. Ce que nous avons à faire, c’est de les informer de l’élection du nouveau bureau et sa composition.

Nous avons eu un congrès électif qui est normal, qui est correct, rien ne peut l’annuler, ni la Fopao, ni l’OIE. Actuellement ce qu’ils peuvent faire, au pire c’est de suspendre la Guinée jusqu’à la résolution du problème, c’est ce qu’on veut éviter. Mais ils ne peuvent pas dire qu’ils ont choisi un camp par rapport à un autre. si par exemple demain matin on fait une élection, on choisit quelqu’un ils sont obligé de le prendre, c’est une règle, la seule chose qu’il y a ce qu’ils savent que le gouvernement n’a pas à se mêler des affaires patronat.

La justice

Par rapport aux déclarations du ministre de la justice sur l’élection de kaba Guiter qu’il a qualifié de nulle et de non avenue, Habib Hann s’interroge.

Je ne vois pas comment le gouvernement pourrait cracher et ravaler en même temps. Le congrès qui a élu Guiter s’est tenu dans des conditions illégales donc à partir du moment où le gouvernement, le ministre de la justice, Damantang ont tous déclaré que ce congrès-là est nul, c’est suite à cela que les fédérations se sont réunis pour dire qu’il faut qu’on sorte de cette crise. Ils ont tenu une assemblée générale, ils ont convoqué un congrès, celui-ci a eu lieu et l’élection a été faite légalement au vu et au su de tout le monde. Un mois après, les gens viennent signer un protocole d’accord pour aller au tribunal dire qu’on a homologué. Ils prennent la police pour aller sortir des fédérations à un atelier organisé par le BIT, c’est quoi cette pagaille ? En disant à l’OIT et au BIT que c’est fini, nous avons résolu la crise ? En ignorant un bureau qui a été élu.

C’est eux qui cherche à être légitimer, le tigre ne proclame pas sa tigritude, ils savent qu’il y a un congrès qui m’a élu avec un nouveau bureau, ils sont en train de se battre pour être légitime, mais les gens de l’OIE et autres ont compris qu’il y a des problèmes, ils ne peuvent être observateurs, ils ne peuvent pas trancher.

Ils ne peuvent pas avoir seulement six fédérations avec eu sur 42 fédérations pour prétende diriger toutes les fédérations et chercher à copter les autre ça ne se passe pas comme ça.

Nous avons attaqué à la cour, le protocole d’accord qui a été homologué. Cela s’appelle en terme juridique, une tiers opposition. L’audience a eu lieu, le jugement été renvoyé. Ils ne peuvent pas homologuer un protocole et l’imposer aux autres. Ce protocole n’engage aucunement le CNP-Guinée.

C’est-à-dire que même la méthode qui devrait permettre à kaba Guiter de rentrer dans la procédure n’a pas été respectée. Le conflit oppose à la base Mamadou Sylla et Sékou Cissé donc kaba Guiter n’était pas dans la procédure car le conflit opposait les deux premiers. Kaba Guiter est venu signer ce protocole et dire qu’il rentre dans la procédure pour que ce dernier soit homologué. Or en matière de droit la loi est claire pour rentrer dans une procédure, la loi a défini des règles. Ils n’ont respecté aucune règle, ils se sont précipités pour faire des écrits et déposer au tribunal, donc il y a illégalité et vice de procédure en même temps. Notre bureau qui a été élu, le tribunal ne peut pas l’invalider sous aucun prétexte.

Par MAB

 
 Ajouter un commentaire
Guinea Airlines lancée : Des précisions avant le début des vols

2017/2/26

Aujourd'hui en Guinée La compagnie aérienne Guinéenne " Guinea Airlines " est une initiative privée. Elle est le fruit du partenariat entre le Groupe Business Marketing de Monsieur Mamadou Antonio Souare et le Groupe Regourd Aviation de Monsieur Alain Regourd, professionnel confirmé de l'aviation dont le siège se trouve 21 Avenue Georges V dans le 8ème arrondissement de Paris.

L'accord entre les deux Groupes a donné lieu à plusieurs mois de discussions et négociations à Paris et plusieurs missions techniques en Afrique et en Europe des responsables du Groupe Business Marketing et Regourd Aviation sous l'encadrement de l'aviation civile Guinéenne.

Ce qui veut dire que Guinea Airlines n'est ni un hasard encore moins une précipitation.

La cérémonie de lancement du samedi 25 février 2017 à l'aéroport de Conakry que le Président de la République de Guinée consistait, non seulement, à informer l'opinion de la création effective de la Compagnie mais aussi à montrer que les deux partenaires associés dans cette entreprise aérienne sont prêts à doter la Guinée d'une nouvelle compagnie capable de désenclaver le pays. Les moyens techniques, financiers, matériels existent, des appareils de toute catégorie même de " DERNIÈRE GENERATION" , comme l'a affirmé Alain Regourd sont disponibles dans les Ateliers de Saint Brieux en France.

Mais, pour répondre efficacement aux attentes des Guinéens et des passagers, l'Etat Guinéen ( comme l'a clairement souligné le Président du Conseil de surveillance, Antonio Souare), devrait d'abord réhabiliter les pistes des aérodromes des villes de l'intérieur du pays et les doter d'équipements et matériels de sécurité et de sûreté incontournables aujourd'hui dans l'obtention de l' AOC, le Certificat de Navigabilité. MM Antonio Souare et Alain Regourd sont, plus que n'importe qui, impatients que ce préalable soit satisfait afin qu'il puisse définitivement et durablement lancé Guinea Airlines dans le ciel Guinéen.

A.C

 
 Ajouter un commentaire
Guinea Airlines déploie ses ailes 15 ans après la disparition de Air Guinée.

2017/2/25

Aujourd'hui en Guinée
C'est ce samedi 25 Février 2017 que la compagnie Guinea Airlines a présenté sa logistique aérienne au President de la république qui était entouré pour la circonstance des membres du gouvernement. Apparu très émerveillé par cette nouvelle perspective qui permettra à la Guinée d'avoir sa propre flotte le chef de l'état s'est engagé à réhabiliter les pistes d'atterrissage de nos régions.

Dans les transports aériens Antonio Souaré bénéficie de la confiance d'industriels français Alain regourd.Les deux hommes d'affaires ont vite fait de travailler sur un projet de désenclavement de la Guinée.

Un partenariat réussi entre le PDG du groupe GBM et le PDG de Regourd Aviation qui a quarante d'expérience dans ce domaine en France,Congo,RD Congo,Gabon,Côte d'Ivoire Slovénie et la Guinée pour ne citer que ces pays.

Projet stratégique porteur,ils ont bénéficié de toutes les facilités de l'état Guinéen pour le démarrage concret de Guinea Airlines.

Les principaux chefs lieux du pays seront desservi par cette nouvelle battant pavillon Guinéen.Nzerekoré,Labé et Kankan et la sous- région pour un départ et progressivement les autres localités de la Guinée et le reste du monde.
On avait tant besoin après le bradage de la défunte Air Guinée.

Un homme d'affaires de l'époque avait été propriétaire de toute la logistique et tout le patrimoine de ce fleuron de la république sans que la réalité ne soit jamais connu.
Avec Guinea Airline qui reprend du service vu l'état désastreux de nos routes,le désenclavement de quelques villes de l'intérieur fera poussé un ouf de soulagement aux populations.

Dans cette première phase deux aéronefs seront exploités sur les différentes lignes du pays et de la sous-région à des prix raisonnable malgré la concurrence sévère dans le secteur,
les spécialistes s'accordent à croire que l'opération réussira sa part de marché et pourra faire des économies sur le déplacement des décideurs.

Il faut rappeler que depuis plusieurs années le ciel Guinéen s'étant obscurci du fait de l'absence de tout patrimoine aérien étatique cela a compliqué les mouvements des transports des Guinéens qui étaient tous obligés de se rabattre visiblement sur des compagnies plus chères et plus coûteux.

C'est donc une réelle satisfaction que les Guinéens vont ressentir avec cette nouvelle compagnie dont l'administrateur sera Alain Regourd et Antonio Souaré sera chargé de la présidence du comité de surveillance de Guinée Air Line.
Bonne chance à Guinée Air Line qui va de nouveau relancer notre pays dans le contexte aérien Africain et international.

Ibrahima Diallo
DG Radio liberté Fm

 
 Ajouter un commentaire
La Guinée lance sa compagnie aérienne : Guinée Airlines

2017/2/25

Aujourd'hui en Guinée C'est parti un nouvel envol de "GUINEA AIRLINES " fruit d'un partenariat "Privé-Privé" entre le Groupe Bisiness Marketing de Antonio Souaré et Regourd Aviation de Alain Regourd. 15 ans après la disparition de notre symbole national Air Guinée, S.E.M le Président de la République, Chef de l'Etat,

Professeur Alpha Condé a présidé la cérémonie officielle de lancement de la Compagnie " GUINEA AIRLINES ".
Regourd Aviation fort de plus de 40 ans d'expérience dans le domaine de l'aviation, est un acteur responsable du secteur aérien qui opère en France, en Slovénie, au Cameroun, en RDC, au Congo et depuis ce samedi 25 Fevrier 2017 en Guinée.

<< Un avion symbolise la liberté, la joie, la possibilité de comprendre Ces symboles sont éternels >> . Richard Bach.
Je tire le chapeau bien bas au Capitaine d'industries Antonio Souaré qui vient d'ajouter une autre corde à son arc grâce à la vision du Chef de l'État qui vise à développer et à promouvoir le partenariat privé-privé.


Jean Baptiste Williams. Jeannot Williams. Direction Nationale Culture.

 
 Ajouter un commentaire
Une bonne gestion des ressources minières permettrait d’avoir un levier

2017/2/22

Aujourd'hui en Guinée
Le Ministre du Budget panéliste à la Table Ronde Nationale sur l'initiative pour un Développement Minier Responsable.

Les travaux de cette Table Ronde de Haut Niveau sur l’Initiative pour un Développement Minier Responsable ont été lancés ce Mardi 21 Février par le Chef de l’Etat Professeur Alpha Condé. Deux panels étaient au programme de cette première journée l’un sur les enjeux de la transparence et de la Gouvernance dans le secteur minier et l’autre pour un développement minier responsable en Guinée.

Les Ministres du Budget et son homologue de l’Economie et des Finances tous deux entourés de quelques Partenaires Techniques et Financiers (NRGI ; BM ; AMDC ; PNUD) ont été panélistes du premier thème sur les « enjeux enjeux de la transparence et de la Gouvernance dans le secteur minier » . Les échanges ont porté sur les revenus miniers, le niveau global et stratégique, le cadre législatif et réglementaire. Le thème fait recours à la nécessité de la bonne gestion des ressources naturelles afin de contribuer au développement économique et social du pays. Une occasion pour le Ministre du Budget de revenir sur le contenu du Plan National de Développement Economique et Social dont une partie sera soutenu par l’Etat soit 30% du budget national.
Ainsi, la nécessité de disposer d’une capacité de mobilisation des ressources qui passe à la fois par les ressources fiscales mais aussi les ressources administratives, s’avère indispensable d’où la volonté de Dr Mohamed L. Doumbouya de promouvoir un régime fiscal, douanier propre au secteur minier en dotant l’administration publique guinéenne d’un pool d’agents spécialisés dans la fiscalité minière.

Autre sujet développé par le Ministre Doumbouya c’est la transparence dans la gestion des taxes versées aux collectivités afin de permettre l’amélioration du bien-être économique, social et culturel des populations locales affectées par les projets miniers. La garantie et la lisibilité dans toutes les taxes à percevoir par les communautés et aussi l’utilisation effective de ces fonds restent un élément important dans le maintien de la confiance entre la population et l’Etat. Donc un facteur de bonne gouvernance.

Cet investissement des Ministères économiques à œuvrer pour une transparence dans les finances publiques a également été évoqué par Malado Kaba. La Ministre de l’Economie et des Finances s’attèle depuis sa prise de fonction à promouvoir un cadre macroéconomique stable et prévisible. Cet effort devrait être couronné par l’instauration d’un environnement d’affaire maitrisé et d’un cadre général pour l’investissement privé transparent propice au développement des infrastructures minières, au développement industriel et à la croissance économique du pays.

Enfin, pour permettre au secteur minier de participer pleinement à l’essor économique, le gouvernement guinéen à travers le Ministère des Mines est appelé à s’intéresser à l’artisanat minier et aux coopératives minières en les encadrant et en les accompagnants. Cette assistance technique et financière permettra au pays d’être compétitif, de migrer vers la petite mine et surtout de mobiliser davantage de ressources. Pour le Ministre du Budget, ce n’est qu’en cela que l’Etat sera à mesure d’éviter des crises socio-économiques dans les zones minières comme celle qu’a connu la ville de Fria suite à l’arrêt des activités de l’usine d’Alumine Friguia.

La Rédaction du journal

 
Ambassade de Guinée au Maroc
Les raisons du différend entre l’Ambassadeur et ses collaborateurs
Au tour de Bathily de parler
« ma société ADS n’a jamais bénéficié d’un marché de gré à gré ni en Guinée, ni ailleurs »
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

Voir les autres articles >>>
D. nationale des Impôts
Prétendu détournement de 27 milliards GNF, la vérité a triomphé sur le mensonge
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Ambassade de Guinée au Maroc  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients