DIRCAB Présidence de la République
Une compétence appréciée et félicitée par le Washington post

Partenaires

Africatime

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Mediaguinee

www.guineematin.com

31 visiteurs connectés

28 Juin 2017 - 8h12
 RECHERCHER 

Mon maître m'a quitté à jamais ...La rencontre d’outre Tombe ! Le KAA, Fory Coco et les autres…

2017/6/20

Aujourd'hui en Guinée Le KAA du Le Lynx a lui aussi tiré sa révérence au petit matin du 15 juin 2017. Laissant derrière lui une famille biologique meurtrie, une rédaction tétanisée, une profession orpheline. Après avoir répondu à l’appel du 15 juin du tout puissant Allah, Assan Abraham Keita, le Dirlo qui trônait sur Le Lynx retrouve ainsi les devanciers comme Alhassane Diomandé, Williams Sassine, Sékou Amadou Condé, Prosper Doré, Félix Faber, Ahmed Tidjani Cissé, Sambri Sacko de BöKoro…Pour les lynx journaleux, on a carrément fait le plein. Genre la seconde rédaction du Lynx version PARADIS. Wallahi !

On sait aussi que des politicards comme Sira de Novembre (Siradiou Diallo) , Fory Coco (Général Lansana Conté), Mamadou Banqueroute (Bâ Mamadou), Pr. Alfa Sow, Marcel Cross, Mohamed Ismael Ghussein, Mohamed Sacko, Dr Charles Diané, Lapin Doré (Jean Marie Doré) y vivent déjà. Wallahi ça va jaser.

A 00h une voix retentit. ‘’Bienvenue à Bord de cet AXYZ d’Air Paradis’’. Et une autre voix d’ajouter : Nous allons bientôt décoller.

Tout comme l’étape de Maastricht en ce ramadan 1995, le KAA tout de go installé en première classe, commence à réciter les ‘’RABANA’’. Histoire d’arriver en bon état chez papa Bon Dieu. Vous savez avec des crashs d’avion!

Pour l’accueillir, une bonne brochette de journaleux forme une haie d’honneur. Alhassane Diomandé, Williams Sassine, Sékou Amadou Condé, Prospère Doré, Felix Faber, Ahmed Tidjani Cissé, Sambri Sacko de BöKoro, Paolo de Grossi alias Mamadou Ciré Diallo et j’en oublie, mais nul ne voulait se faire conter l’événement.

Après les salamalecs et autres souhaits de bienvenue, le KAA tire Williams Sassine par la main. ‘’Djo, il est là Fory Coco?’’. Et d’enchainer ‘’J’ai hâte de voir sa maison qu’il disait avoir bâtie au Paradis’’.

Et le cortège s’ébranle vers le centre ville. Après quelques kilomètres, le KAA reconnait vite, lui aussi sa maison qu’il a construite. Sékou Amadou Condé, le SAC du Lynx de s’interroger : ‘’Donc, ce n’est pas Fory Coco seul qui a réalisé au paradis ?’’ Assan Abraham Keita de répondre. ‘’Qu’est ce que tu crois Djo, toutes mes prières dans la salle de rédaction du Lynx malgré les bruits, tu pensais quoi?’’A propos, où serait Paolo de Grossi (ndlr le réceptionniste du Lynx). Ne l’as-tu pas vu dans la haie d’honneur à l’aéroport ? Réponse du SAC du Lynx. Où est aussi Mme T ? Williams Sassine répond qu’elle est comme toujours devant ses fourneaux. Sûr que je vais bien me régaler aujourd’hui sans avoir besoin de mon ‘’vantilo-mobile’’.

C’est sur ces entrefaites que des visiteurs de marque non déposée surviennent chez le KAA du Lynx. Citons pêle-mêle : Sira de novembre, Fory Coco, Mamadou Banqueroute, Alfa Sow, Dr Charles Diané, Lapin Doré… Venus aussi souhaiter la bienvenue à Assan Abraham Keita.

Bien que conduite par Fory Coco, c’est à Sira de novembre que revient l’honneur de présenter la délégation. Impatient, Fory Coco commence à prendre les nouvelles de sa Guinée natale. ‘’Comment ça wa ?’’ ‘’Bien’’. Répond le KAA qui s’empresse d’ajouter ‘’Tu veux les news de Alpha Grimpeur? Tu as marché sur ma langue dit Fory Coco. Comment il se tire d’affaire avec un peuple indolent et apathique, subitement devenu exigeant depuis le 06 février 2006. Le KAA de questionner alors : Tu veux parler du vaste mouvement de revendication de 2006 et 2007 dirigé par Dame Rabiatou Sera Diallo et Dr. Ibrahima Fofana? Fory Coco esquisse une moue qu’il réprime par les volutes de la fumée d’une cigarette…. Se souvenant qu’en 1993 Ba Mamadou lui avait demandé de démissionner, il dit vertement à ce dernier : « C’est votre ami non ! Demandez-lui donc la même chose comme il n’arrive pas à gérer le pays. En tout cas, moi j’avais prévenu tout le monde.

Ba Mamadou étant interdit, c’est KAA qui répond à sa place en disant que « Conakry est inclinée. « Pas d’eau, ni électricité encore moins de sécurité… »

Conté réplique vivement : « En tout cas, moi, j’ai laissé Garafiri et tous les Tombo et puis le système Samou que Sékou Touré, le manitou de la Révolution nous a légué. Cela dit, et sous les yeux hagards de Williams Sassine, il prend ainsi Alhassane Diomandé à partie : Tu ignores que je sais bien que c’est toi qui m’as nommé Fory Coco ? J’avais dit à SKC, un 17 février 1997 lors de l’exposition « Vallée du Niger » au Musée de Sandervalia que cela ne me faisait ni chaud ni froid. Si vous voulez, gardez le….Et puis, Fory Coco d’aviser : vous les journaleux, vous commencez à être nombreux ici go. Je crois même qu’on pourrait jouer un match de football amical à guichet fermé à condition toutefois que je sois arbitre et joueur.
Esquivant une dernière question de KAA, Fory Coco se souvient brusquement de Yalla le Gros Lynx en se demandant si lui au moins parvient à maintenir son embonpoint en cette interminable période de vache maigre que traverse ma bien chère Guinée.

Et puis dit-il à l’adresse de KAA, il pose la question de savoir comment sont organisées les élections depuis son départ. Sans attendre de savoir comment ses petits se sont emparés du pouvoir, il change de centre d’intérêt et dit à KAA. « Ba Mamadou m’a appris que des jeunes Guinéens voulant fuir la misère pour l’Europe se noient en mer » Est-ce possible ? KAA confirme la regrettable réalité et laisse Fory Coco complètement flagada. Reprenant ses esprits, celui-ci s’exclame : Mon grand regret est de ne pas pouvoir partager avec le peuple de Guinée ce paradis où il n’y a ni moustique, ni coupure de courant ou d’eau et où les nécessités du quotidien sont assurées à tous et pour l’éternité.

Sanou Kerfalla CISSE
Ancien Lynxeur
Président de l’URTELGUI

 
 Ajouter un commentaire
Humeur : Trop d’escrocs en ce moment !

2017/6/19

Aujourd'hui en Guinée Je vais tremper ma plume dans le vitriol pour crier haro sur les travers de mes contemporains. Et ce n’est ni parce que je suis aigre, encore moins amer; c’est simplement parce qu’il faut se dire la vérité, les yeux rouges dans les yeux rouges.

En Guinée, tout le monde fait des affaires désormais. Guinée-Bissau aussi, mais là-bas c’est à cause de parce que les salaires, ça ne suit pas. Ici, c’est les gens eux-mêmes qui suivent plus. Si tout le monde fait son business, on a comme l’impression que l’homme le plus honnête est un mort-né. Débrouiller, c’est pas voler, disent les Ivoiriens; chacun veut donc voler de ses propres ailes. Seule la loi du marché régente cette horde de hors-la-loi, dans un monde de roublards à la petite semelle. Tout le monde doit gagner son pain ou son poulet grillé quand les deals sont cools, mais faut pas non plus prendre des vessies pour des lanternes.

Que chacun veuille ouvrir son télé-centre, pourquoi pas? Mais, quand tout le monde veut s’improviser entrepreneur privé, alors là, je dis stop car ça me pousse des furoncles! Un sac poussiéreux sous l’aisselle, quelques coupures de journaux pour le gonfler, un stylo qui a craché toute son encre dans la poche et voila notre escroc d’affaires à pied d’oeuvre. Amusez-vous à lui refiler un marché de construction et vous allez comprendre. A l’entendre, c’est lui et son cousin qui ont construit Fayçal. En réalité, ils ne savent même pas faire pousser une petite mosquée de quartier.

La moitié des escrocs du pays, c’est des pseudo-entrepreneurs. L’autre moitié, c’est des organisateurs de spectacles qui ne sauraient même pas animer un bal poussière ou un show de la rue. N’importe quel MC Tartampion de la FM, qui a usé ses fonds de jean au bord de la lagune Ébrié, revient frimer en Guinée et s’improvise organisateur de spectacles. Dans le lot, il n’y a pas un qui peut traiter avec Ibro Diabaté mais ils prétendent tous avoir refusé un contrat avec Youssou N’Dour, voire avec Papa et maman Wemba réunis.

Pour l’instant, ils vous annoncent les tueuses du Mapouka ou autres rendez-vous de la fesse facile. Si ça marche, tant mieux pour tout le monde; mais si ça capote, tant pis pour la poche du mélomane. On a vu des spectacles foirer en dernière minute et gâcher des soirées d’amoureux. Ces promoteurs bidons connaissent le showbiz comme moi je pourrais être entraîneur du Syli national. Et encore, avec le Syli, c’est facile : on les bat toujours, de toute façon. Certains de ces organisateurs façon-façon utilisent des sonos du genre qu’on a volé à la case Belle-Vue. Avec du matos comme ça, Bob Marley il chanterait devant vous, on croirait Abass

Ça, c’est quand l’artiste il vient. En général, il ne vient même pas; soit parce qu’il n’a jamais été contacté, soit parce qu’il a refusé d’être embarqué dans un avion cargo. On annonce le show à grands renforts de matraquage médiatique et puis, terminé.

Le spectacle n’a jamais lieu. On le programme, puis on le renvoie pour le reprogrammer et le renvoyer au cercle vicieux.

Organiser un show, c’est pas prendre un micro et « tchacher » comme un hâbleur. Ça demande de l’expérience. Moi, par exemple, même si j’ai bu un coup de trop, je ne vais jamais prétendre faire venir Rihanna au stade de Nongo.

Franchement, qui va croire que la mutante de la musique pop va venir à Nongo? C’est comme si on dit que les avions de la Base militaire vont participer au pilonnage aérien de Alep. Assad va mourir de rire.


Maco
Journaliste

 
 Ajouter un commentaire
Mamadi Diané, ce citoyen du monde que j’ai rencontré à Abidjan.

2017/6/11

Aujourd'hui en Guinée Qu’il est puissant cet homme ! C’est peu dire que d’affirmer que Mamadi Diané, l’ex-conseiller spécial du président Alassane Ouattara fait partie du club des hommes les plus puissants de ce monde. On a encore en mémoire la visite surprise du président américain d'alors Richard Nixon à Yamoussoukro sous l'ère de celui qui fut son père adoptif Houphouët Boigny en 1980.

Celui qui a été surnommé le Golden boy américain a siégé durant 11 ans dans le très restreint conseil d'administration des trois aéroports de la région de Washington.

Pendant l'organisation de la coupe du monde aux USA en 1994, l'homme a fait partie du Comité d'organisation de cette compétition présidée par l'ancien Secrétaire d'Etat le très respecté Henri Kissinger.

De 1987 à 1989, le président du conseil d'administration de Capital Holdings a été conseiller du Black Caucus pour les affaires Africaine notamment dans le commerce, les finances et le développement.

Comme l'a confié un diplomate en poste à Abidjan, "Mamadi Diané est l'un des africains le plus introduits aux Etats-Unis d’Amérique". Comme tel, l’homme a noué de solides relations avec les hautes personnalités du pays comme l’ancien président Bill Clinton et Al Gore, pour ne citer que ceux là.
Mamadi Diané est patron d'une puissante entreprise américaine d'import-export dont le siège est à Washington. À ce titre, il exporte des milliers de tonnes de riz dans plusieurs pays à travers le monde.

L’africain, ainsi qu’on l’appelle également, est chez lui partout en Guinée, au Sénégal, au Mali, au Congo, ou au Burkina Faso, etc.

Et on ne finira jamais d’évoquer l’africanité de Mamadi Diané qui a passé sa jeunesse dans la commune de Treichville, et eu la chance de côtoyer d’illustres hommes d'Etats de l'époque comme le Zaïrois Mobutu Séssé Séko, le Tanzanien Julius N'yereré, le Zambien Kenneth Kaunda, le Kenyan Daniel Arap Moï, le Gabonais Oumar Bongo, ou encore le sénégalais Abdoulaye Wade.

On sait surtout qu’il a un grand-père du nom de Mory Keita qui a été non seulement membre fondateur du PDCI-RDA mais qui fut le trésorier de ce parti jusqu'à sa mort en 1956.
Ami intime du président Ouattara, on le sait, Mamadi Diané contribue à sa manière à l’émergence économique et sociale de la Côte d’Ivoire d’aujourd’hui.

L’homme d’affaires est aussi un homme qui fait parler son cœur. Sur le plan social et humanitaire, le visiteur qui débarque à Cocody aux encablures de l'université d'Abidjan est tout de suite impressionné par la construction d'une gigantesque mosquée qui porte son nom.

Cette maison de Dieu est, à l'image de la mosquée qu’a construite le roi Hassan Il à Casablanca au Maroc, d’un embellissement adorable. Il a été soigneusement réalisé par des architectes venus de plusieurs pays du monde dont le Maroc. La mosquée fait déjà la fierté de tout le pays. Le Conseil supérieur des imams de Côte d’Ivoire (COSIM) l’en félicite pour cet acte aux bénédictions incommensurables.
C’est cela l’autre dimension de Mamadi Diané qui, même s’il a officiellement perdu son titre de conseiller du président Alassane Ouattara en septembre 2016 pour avoir apporté son soutien à son ami Jean Ping lors de la présidentielle gabonaise, reste un homme du sérail. Il a toujours les faveurs de la présidence ivoirienne où il est régulièrement sollicité.
Dans son bureau situé dans la commune chic de Plateau à Abidjan, Mamadi Diané continue à recevoir les gros investisseurs et leur fait ouvrir les portes de chez son ami Ouattara. Et quand je lui demande :

"M. Diané êtes-vous ivoirien, guinéen, ou américain"?, il me répond tout sourire : "Suis un citoyen du monde".

Ibrahima Diallo
DG Radio liberté Fm
Depuis Abidjan

 
 Ajouter un commentaire
Amadou DAMARO favorable a la polygamie

2017/6/7

Aujourd'hui en Guinée Le député du Rpg-arc-en-ciel, Amadou Damaro Camara s’est prononcé sur plusieurs sujets après son passage à l’émission les « Grandes Gueules » le 1er juin 2017. Parmi les sujets évoqués dans l’émission, il y a le mariage du chef de file de l’opposition. Pour le président de la majorité présidentielle au Parlement, la loi interdisant la polygamie est désuète dans la mesure où elle n’a pas été appliquée depuis 50 ans. En ce qui concerne le budget alloué au chef de file de l’opposition, il a accusé Cellou Dalein d’être à la base de la polémique que cela a suscitée. Lisez

Bonjour, nous aimerions que vous réagissiez sur ce qui s’est passé du côté du Lambayi. Un jeune s’est fait bruler vif par une foule en colère ?

Oui ! Il faut regretter qu’il y a une certaine culture de la violence qui s’installe en Guinée et à tous les niveaux. On ne peut plus régler ni par la justice, ni par des conseils des sages, tout est violent.

C’est l’échec de votre gouvernance sur le plan de la justice?

Non ! Je crois que c’est un problème social même. Ecoutez quand des jeunes se retrouvent pour s’amuser parce qu’ils sont nombreux, ils partent casser, le palais du peuple, est-ce que c’est un problème de gouvernance ça ? Non !

Non, il y a le grand banditisme. Des jeunes innocents qui travaillent pour gagner leur vie se font égorger pour leur faire retirer leurs matériels et qu’à la suite l’acte se reproduise. Il y a des raisons que les gens se révoltent, viennent bruler des gangs qui sont connus. Pour vous, pensez vous que c’est un problème social au-delà du problème de manque de justice, et l’insécurité qui existe ?

Il y a un phénomène de criminologie dont il faut attaquer à la base. Imaginez vous avec tous les moyens, la force de l’Etat rien que pour cette année, on a déjà plus de 1000 assassinats dans la ville de Chicago avec tous les moyens qu’ils ont. Je dis que c’est un facteur criminologue dont il faut attaquer. Ce n’est pas toujours la force de la police ou sa présence, c’est au-delà de cela. Il faut aller en amont du phénomène de la criminalité. Qu’est-ce qui nous amène à cela, les forces de l’ordre, je dis que ça ne suffit pas, ce phénomène de criminalité. Pour quoi ? Je vous donne l’exemple de la police, la plus équipée, la plus puissante au monde, l’Etat le plus puissant mais qui enregistre rien que les cinq premier mois de l’année plus de mille assassinats dans une ville. Et puis de surcroit, la ville de Obama, donc ce n’est pas propre seulement qu’à Lambanyi.

Vous dites qu’il faut repartir sur la base des faits. Qu’est-ce qu’on attend pour y aller, parce que ce dernier temps c’est récurent. C’est un peu partout en Guinée. C’est à Siguiri, c’est à Macenta, c’est à Nzérékoré, c’est à la cimenterie ici qu’est ce qu’on attend pour revenir à la base pour faire ces études dont vous parlez?

C’est ce que je disais tout à l’heure, le phénomène social ici aujourd’hui en Guinée. Il y a Albert Camus qui disait que pour chaque génération, chaque génération croit qu’il a la tâche de refaire le monde mais que sa génération, elle avait la tâche plus grande, plus sérieuse, c’était d’empêcher le monde de se défaire. Nous, à notre temps, je disais qu’il y avait trois responsabilités : d’abord les parents, les parents sont devenus irresponsables. Moi, musulman quelle que soit la connotation, je n’accepterai mon enfant en rasta parce qu’il ne peut pas prier comme ça, rentrer chez moi. Je n’accepterai pas qu’une fille sorte nue et rentre nue. Vous avez tous changé de tenue pendant ce mois de carême. Donc vous savez ce qui est correcte et ce qui est incorrecte.

Ça, c’est un premier problème, un deuxième problème. La communauté qui participait à l’éducation de l’enfant a renoncé. On n’attendait pas de savoir la filiation de l’enfant qui est en faute. On le corrigeait en disant, c’est un enfant de la communauté. Troisièmement, c’est l’école qui vient, qui ne faisait pas que l’instruction. C’est pour cela qu’on l’appelait ministère de l’éducation qui éduquait. Aujourd’hui, vous croyez que ça commençait il y a sept ans. On ne s’arrête plus quand il y a l’hymne national. Vous savez que ça commencé il y a sept ans, on ne se lève plus dans un bus quand il y a une femme en grossesse.

Tout est un problème d’éducation à la base. Nous devons repartir à la base. Tout ne peut pas être au compte de l’Etat, ou de la gouvernance. C’est ce que je veux dire. Il y a problème social qu’il faut revoir à la base.

Honorable on parle de l’impunité

Oui ! L’impunité, je suis parfaitement d’accord avec vous et je l’ai dénoncé moi même pas seulement dans votre studio. On ne peut pas gouverner avec les sentiments, il faut punir et ça il n’y a pas de discussion là-dessus.

Est-ce que vous êtes d’accord avec bon nombre d’observateurs que le Pr. Alpha Condé n’a pas fait suffisamment d’efforts pour mettre fin à l’impunité dans notre pays?

Il ne punit pas, mais la criminalité n’est pas un phénomène propre à la Guinée. Il y a la criminalité dans tous les pays de la sous-région. Chacun croit que c’est chez lui qu’il y a beaucoup de criminalité. Ça, c’est une réalité.

Nous voulons que vous réagissiez à ce qui a fait débat, il s’agit de ce remariage du chef de file de l’opposition. Vous n’avez pas assisté à ce mariage du côté de Labé ?

Vous faites comme si la polygamie a commencé après le mariage de Cellou Dalein DIALLO, s’il m’avait invité, je serai là-bas. Je suis polygame et je lui souhaite bonne arrivée dans le club.

Vous violez donc la loi ?

Je ne viole pas la loi. Cette lois a été votée il y a à peu près 50 ans. Je crois que c’était en 1968 et quand une loi se heurte à son applicabilité, il y a trois solutions. On l’amande, on l’abroge ou on fait de la jurisprudence. Pendant 50 ans, cette loi a « interdit la polygamie », mais la polygamie depuis 50 ans a continué sans sanction. Ça veut dire que cette loi est désuète. C’est un aspect. Deuxième aspect, cette loi n’interdit pas les autres formes de mariage en Guinée.

On a le mariage religieux, le mariage coutumier, le mariage civil. Le code civil ne s’intéresse qu’au mariage civil. Il n’interdit pas que des religieux musulmans puissent faire leur mariage de leur façon, et les chrétiens puissent faire leur mariage de leur façon. Ce code civil s’est heurté dès qu’on l’a établi à son applicabilité. Donc c’est une loi désuète .Si vous me demandez pourquoi on l’a pas amandée pendant 50 ans, ça été une erreur des gouvernants depuis 50 ans. Mais cette loi ne s’est pas appliquée. Elle n’est pas appliquée parce que s’opposant à une réalité sociale.

Comment vous expliquez que les officiers de l’état civil acceptent de recevoir les dossiers de mariage des polygames?

Parce que tout simplement, la loi n’a pas été applicable, elle est désuète c’est aussi simple que ça. Quand une loi ne peut pas du tout s’appliquer, elle cesse d’être loi même si dans les textes elle est là. La simple loi n’est que dans les textes, elle n’a jamais pu s’appliquer. Elle est désuète et ensuite on ne se marie pas qu’à la mairie en Guinée. Quand mon père et ma mère se sont mariés, ils n’ont pas été à l’état civil pourtant je suis leur fils légitime ça ne change à rien à ma légitimité. On n’est pas obligé de se marier civilement.

Quelle est la légitimité des enfants qui naissent du deuxième mariage ? Est-ce qu’ils ont droit à l’héritage ?

Ils sont des enfants légitimes. Non seulement, ils ont droit à l’héritage c’est ce que je vous dis même si l’Etat est laïc, dans un pays à 80% musulmans jusqu’à présent, l’héritage se partage en fonction des préceptes de l’islam. Aucune loi n’y compris ce code-là n’interdit pas de procéder à son mariage selon la religion.

Pourquoi la Guinée a signé la convention de Maputo alors qu’on n’est pas prêt à s’engager sur cette piste?

Retenez que juridiquement une loi qui n’a pas pu s’appliquer pendant 50 ans est une loi désuète qui n’existe que dans l’écrit.

On va aller avec ce projet de code civil. Notre collègue en a parlé tout à l’heure. Qu’est-ce qui s’est passé honorable ? Pourquoi il n’a pas été programmé à cette présente cession de lois?

Je crois qu’il y a un phénomène auquel il faut qu’on s’habitue en Guinée. La culture parlementaire. Il n’est pas dit que chaque projet de loi ou proposition de loi amené à l’assemblée doit être examiné et adopté pendant la cession qui a suivi même pendant l’année. Il y a des projets de lois qui peuvent durer des années qui peuvent mêmes enjamber deux législatures.

Le code civil nous a été envoyé par le gouvernement. A ce niveau, c’est un projet de loi, même encore à ce niveau, il y a débat, il y a un groupe des magistrats qui est d’accord, il y a un autre groupe de magistrats qui n’est pas d’accord. Ça c’était un premier problème et cette loi retournée au gouvernement pour promulgation. Il n’y a pas entente déjà parmi les auteurs de la loi, ça c’est un premier aspect, le deuxième aspect, nous avons un problème de timing à cause de la complexité de la décision.

Il y a le problème de la polygamie. Il y a des exemples à côté. En Côte d’Ivoire, on a dit bon ! Ecoutez, il y a une femme légitime, la deuxième n’est pas légitime mais les enfants ont le même droit. Je veux dire que tous les enfants ont le même droit et ont droit à l’héritage. Il s’agit de cela l’héritage. Quand je me mariais pour la première fois, mon beau-père a dit: moi j’ai fini mon mariage, j’ai donné ma fille à la mosquée si vous voulez aller au palais du peuple après, c’est votre problème.

Mais je sais que c’est par soucis de garantir l’héritage mais on ne sait pas si c’est ma fille toi qui va mourir la première ou c’est ton mari qui va mourir le premier. Ça été la leçon qu’il nous a donnée. Ça voudrait dire apte ou pas ce n’était pas à ce jeu, une garantie de mariage.

Donc le code civil actuellement à l’assemblée, il y a débat. Il a été programmé, après nous nous sommes inquiétés. Nous allons faire ce travail et l’envoyer au Sénégal. On dit vous choisissez le registre, monogamie ou polygamie ? En Côte d’Ivoire, je viens de vous donner l’exemple. Nous avons la possibilité de réfléchir et de connaître au moins une position claire de l’auteur de ce code civil qui est le gouvernement. Ce n’est pas encore clarifié et il y a un problème de timing aussi pour pouvoir le faire.

C’est à cause de la complexité du dossier et la décision qui doit être prise que vous l’avez retiré à cette première session ?

Ce n’est pas retiré, nous n’avons pas pu le programmer. Il a été renvoyé pour discuter

Renvoyez à quand ?

Peut-être à la prochaine session.

Session des lois où session budgétaire ?

Session budgétaire ça peut être discuté, ça peut ne pas être discuté pendant cette législature. Il faut qu’on accepte qu’il y ait des projets ou des propositions des lois.

Vous dites qu’il a deux groupes de magistrats. Leurs oppositions, c’est sur quel point essentiellement du code civil?

Sur beaucoup de points. Il y en a qui nous disent : on a été envoyé, le débat n’était pas terminé. Il y en a qui nous disent oui le débat est terminé. Sur le point, le choix sociétaire, interdit ici aujourd’hui la polygamie, ce serait ridicule; dire aujourd’hui plus de polygamie après la promulgation, son applicabilité sera pour des années après.

Donc c’est un faux débat. Il ne faut pas faire de procès à El hadj Cellou Dalein Diallo, il n’a pas violé ?

Franchement, c’est une affaire totalement privée. Ça n’a absolument aucune incidence sur la gestion de l’Etat.

Alors est-ce que vous entendez le cri de cœur de certains qui souhaiteraient que la loi se plie à cette tradition, à cette coutume pour que la polygamie soit légalisée ?

Ecoutez au Mali par exemple, il y a eu deux codes civils là-bas. Il y a deux ans. Il y avait des points tous les députés les avaient éliminés. Tout le monde était d’accord, parce que les religieux ont appelé, ont rempli le stade, ont dit ça ne correspond pas à notre Mali. Ce sont les blancs qui vous ont dit de mettre ça dans votre loi.

Vous êtes favorable ou pas à la polygamie?

Absolument, la pratique sociétaire est une source de norme de droits. On ne peut pas faire fi à nos réalités pour dire tout simplement parce que c’est beau, ça se passe en France, il faut l’imposer ici.

Donc vous êtes favorable à la légalisation de la polygamie?

Oui ! Moi je suis déjà dedans, donc c’est le meilleur choix, la meilleure voie.

La question de 500 millions GNF qui a fait débat dans la cité, quel est votre point de vue là-dessus en tant que parti au pouvoir? C’est un projet qui devait retourner afin que ça soit validé par les députés. Ce qui n’a pas été le cas. Est-ce que ça vous a choqué?

Non ce n’est pas vrai, il y a une résolution qui dit que les avantages du chef de file de l’opposition doivent être négociés avec le ministère en charge du Budget et le bureau de l’assemblée. Le bureau de l’assemblée a désigné le président qui a désigné Amadou DAMARO pour le négocier. Ça ne devait pas être voté. C’est Cellou Dalein lui-même qui a créé la polémique. D’abord il a eu peur, il a cru que c’est de l’argent d’Alpha Condé dont il ne devait pas toucher. Sa première réaction a été que : « on me l’a notifié mais je n’ai pas touché a un kopeck » comme s’il ne devrait pas toucher. C’est pourquoi j’ai réagi en disant : si tu ne veux pas retourne, on peut renoncer même à son salaire.

Il faut notifier quand l’assemblée nationale vote une loi qui dit que le chef de file en tant qu’institution doit bénéficier de certains avantages quel est l’esprit derrière ça ? Il faut qu’on sécurise, qu’on encadre l’activité politique. C’est pourquoi, il y a une loi pour les partis politiques pour ne pas que certains partis politiques soient pris en otage par des bailleurs de fonds avec de l’argent sale. C’est ainsi qu’on essaie de dire à la presse que la subvention, c’est pour assurer leur indépendance. Tout le monde connait que Cellou Dalein par exemple ce n’est pas un secret, on croyait que c’était des commerçants de certaines communautés qui finançaient son parti, qui lui dictaient ce qu’il devait faire. Mais avec cette indépendance financière qui ne suffit pas pour ces activités, le rend un peu plus indépendant de ces sources de financement.

Pourquoi vous avez tardé à la mise en place de ce droit?

On a fait ça en fin décembre 2014. En 2015-2016, je lui ai dit, tu es chef de file quand tu as un président de la République devant toi qui t’invite, qui te demandes à te voir pour pouvoir discuter des affaires de l’Etat, quand tu ne reconnais pas ce Chef d’Etat, tu n’es pas chef de file. On ne va pas te donner de l’argent pour ne pas que tu discutes avec quelqu’un qui est devant toi et que tu ne reconnais pas, c’est aussi simple que ça. Quand il l’a reconnu, il a commencé à le rencontrer. On n’est chef de file que quand il y a un président interlocuteur que tu reconnais mais quand tu le reconnais pas, tu n’es pas chef de file.

En 2015, il n’a pas reconnu le président de la République. Il n’a jamais salué, il n’a jamais félicité. Il a dit ça sur RFI alors que Soumaïla Cissé, (le chef de file de l’opposition malienne) au soir de l’élection a pris sa famille pour aller féliciter IBK. Ensuite, à chaque fois qu’il a son budget, il invite l’opposition, il l’informe, il forme son nouveau cabinet. Un chef de cabinet avec des conseillers. Est-ce que M. Diallo a fait ça ? C’est vrai que notre loi est muette là-dessus, elle-même incomplète en la matière parce que cette loi aurait dû donner aussi de l’argent au parti au pouvoir.

Qu’est- ce qu’on peut retenir sur les chiffres. Combien doit-il recevoir normalement par an?

Mais on a dit combien de fois? Il a 5 milliards qui lui sont donnés, comme toutes les institutions. Trimestriellement je crois que c’est un milliard 250 millions. Mais quand je l’ai entendu dire oui, on m’a notifié après il y a eu un arrêté, après il y a eu un compte bancaire, non, on n’ouvre pas un compte bancaire à son insu.

Pour vous, il n’a pas été responsable ? Il n’a pas reconnu?

Non ! Il n’a pas reconnu, l’a pas géré, il l’a pas assumé. C’est de cela qu’il s’agit, il devrait le faire.


In L’Indépendant

 
 Ajouter un commentaire
Chers confrères, l’heure est grave !

2017/5/30

Aujourd'hui en Guinée Ne sommes-nous pas aussi acteurs de la dérive morale dans laquelle sombre la Guinée ? Les journalistes guinéens ont, à l’occasion de chaque journée de la liberté de la presse, l’opportunité de faire le point sur le devenir du métier. La réflexion ne porte cependant que sur les conditions d’exercice du journalisme en Guinée, le rôle de l’Etat dans la promotion de la liberté de presse ou au contraire dans la répression des journalistes et l’entrave au libre exercice de leur métier.

Mais rarement sur le rôle du journaliste et le respect de son métier codifié. Nous ne nous remettons jamais en question. Notre manière d’exercer notre profession n’est-elle pas aussi liberticide que les actions menées par des tiers contre la liberté de la presse ?

En rédigeant cette tribune inspirée par un constat devenu de plus en plus insupportable, je suis conscient que je risque de m’attirer les foudres de beaucoup de camarades de la presse. J’entrevois déjà les dénigrements teintés de mauvaise foi ravageuse. Mais comme le souligne Loïc Hervouet, ancien médiateur à RFI, “la règle est simple: ne se sentir confrère que de ceux qui partagent et pratiquent les mêmes valeurs du métier, pas les flibustiers ou les voyous qui existent dans cette profession comme dans toute profession”. Ne se sentir donc confrère que de ceux qui respectent l’éthique et la déontologie du journalisme. Parce que cela est le fondement même, l’âme de ce beau métier.

Que ceux qui se sentiront “visés” ne trouvent entre ces lignes un quelconque règlement de comptes, puisque je n’en ai aucun à régler.

En écrivant cette tribune, je souhaite simplement interpeller chacun de nous, chers confrères, sur la nécessité de nous interroger sur notre responsabilité sociétale et notre rôle même dans la déliquescence des pratiques éthiques et déontologiques du journalisme. Ne sommes-nous pas aussi acteurs de la dérive morale dans laquelle sombre la Guinée ?

Au nom de la confraternité, nous nous couvrons les uns les autres au risque de mettre en péril l’institution de contre-pouvoir que nous devrions être. Nous sommes dans la totale hypocrisie quand il s’agit de dénoncer les pratiques des journalistes qui salissent notre métier. J’ai été sidéré de la langue de bois dans l’affaire des journalistes accusés de tentative d’escroquerie et de chantage par le directeur de la Sobragui. Hors micro, beaucoup d’entre nous ont reconnu les pratiques contraires à l’éthique et à la déontologie des mis en cause. Ces derniers sont connus pour leur fait d’armes, mais l’omerta est devenue la règle pour masquer nos tares. Et ces tares sont graves !

Je ne vais pas non plus dénoncer ce qui est un secret de polichinelle à savoir toutes ses histoires de per diem, de “nem nem” ou de “gombo” qui se distribuent à la fin des conférences de presse au vu et au su de tous, au détriment de l’intégrité de l’information. Finalement, nous qui devrions en être les garants, nous la sabordons en premier et nous participons à la désinformation du public. Nous contribuons à altérer les jugements de l’opinion publique alors que notre rôle est celui de lui permettre de faire un choix éclairé.

J’ai lu sur la page Facebook officielle du gouvernement guinéen que la Cellule de communication et les groupes médias privés Hadafo Médias et Evasion signaient un accord de partenariat pour “améliorer l’accès des populations guinéennes aux informations provenant des sources officielles et fiables” par “la diffusion d’interviews et reportages inédits” sur les deux chaînes de télévision.

Un débat s’en est suivi sur le fil des commentaires. Certains y ont vu une avancée, d’autres ont carrément critiqué ce partenariat. Je n’ai pas connaissance du contenu de cet accord de partenariat. S’il consiste à “diffuser des interviews et reportages inédits”, je m’interroge : comment une cellule de communication gouvernementale peut produire de l’information inédite en toute impartialité et de manière neutre? Est-elle à ce moment dans une logique informative ou communicationnelle ? Quel crédit accordé à l’information donnée ?

Je laisse à chacun le soin de répondre à ces questions et de comprendre pourquoi c’est une impérieuse nécessité de distinguer notre rôle d’informateur de celui de communicant. Pour les médias-parties de cet accord, j’estime qu’ils remettent en cause le fondement même de la loi sur l’accès aux sources d’informations publiques. Avaient-elles besoin d’un accord pour permettre à leur public d’avoir accès à ces informations provenant de “sources officielles” ?

Les patrons de médias ont tendance à se laisser distraire. Ou peut-être le font-ils sciemment. Certains, pourtant, sont des professionnels du métier reconnus et appréciés. Mais j’ai l’impression qu’ils se sont laissés rattraper par la vague mercantiliste et amorale qui noie toutes les institutions de cette République. Chers confrères, assurez-vous que ceux qui investissent dans vos médias, le fassent pour la bonne raison et n’ont pas pour unique objectif d’en prendre le contrôle et laminer ce qui nous reste de liberté. Prenez garde messieurs à ne pas tomber dans des offres d’investissement masquées qui conduiront à l’instauration d’un conformisme médiatique voulu et souhaité par des pouvoirs dictatoriaux.

Des sites en ligne aujourd’hui prolifèrent partout sur la toile. Malheureusement leurs initiateurs sont avant tout des entrepreneurs avant d’être des journalistes. Posséder un site d’informations en ligne est devenu une opportunité d’affaires. Lisez, parcourez-les. Vous sentirez le manque de professionnalisme de nos confrères de la presse en ligne qui pour certains ont vendu leur plume au service de la propagande du plus offrant.

Que dire de ces illuminés qui passent leur temps à relayer de fausses informations et entretenir des propos haineux. Que dire de ceux dont les sites sont au service de la communication des partis politiques et qui sont devenus de facto leur porte-plume et leur porte-voix. Que dire de ces sites qui ne manquent certes pas journalistes de talent mais qui, à la lecture de certains de leurs articles truffés de superlatifs et d’éloges à peine masqués ou d’invectives et d’accusations gratuites, dévoilent leurs positionnements partisans. Oui, les médias ont le droit d’avoir une ligne éditoriale dictée parfois par l’idéologie politique à laquelle ils souscrivent. Mais doivent-ils alors s’éloigner des considérations partisanes largement subjectives.

S’il y a une expérience particulière qui m’a marqué durant ma carrière de journaliste, c’est certainement celle de l’émission “Les Grandes Gueules » (GG) de radio Espace que j’ai quittée il y a deux ans. Ne nous comprenant pas au départ, les auditeurs ont finalement approuvé notre démarche et nous avons su imposer cette émission dans l’espace public. Je garde encore de solides amitiés avec les confrères qui forment la bande à Lamine Guirassy et qui tiennent encore le gouvernail des “GG”. Tout comme ceux qui ont quitté le navire comme moi.

Comme l’hebdomadaire satirique, Le Lynx, les “GG” est l’une de plus belles aventures médiatiques de la Guinée. Indéniablement, cette émission aura marqué l’histoire de la liberté de presse et d’expression du pays. Mais aujourd’hui, avec le recul, j’ai le sentiment que les Grandes Gueules se sont éloignées de l’objectif qu’on s’était fixé au départ: celui d’informer et de critiquer en toute impartialité. Et si je m’attarde dans cette tribune sur les GG, c’est parce que j’estime qu’au-delà de l’émission populaire qu’elle est devenue, c’est une institution démocratique qu’elle tente d’ériger. Et on ne saurait laisser les institutions démocratiques courir à leur perte.

J’ai l’impression que mes confrères se sont endormis sur leurs lauriers, s’éloignant dangereusement du cap de la déontologie et de l’éthique. L’émission est devenue plus un espace de communication entre copains et coquins qu’une tribune d’informations avec des analyses pertinentes et décontractées. On y joue plus à la protection d’intérêt et d’amitiés qu’à l’ambition de donner une information objective aux auditeurs. Edwy Plenel, fondateur du célèbre site d’investigation, Mediapart, affirme à juste titre que “des amitiés nous sont interdites”, parce qu’à mon sens, elles peuvent être incestueuses pour le métier que nous pratiquons. Et les Grandes Gueules ont désormais trop d’amis et d’intérêts à protéger au détriment du rôle de contrepoids démocratique qu’elles auraient dû continuer à jouer. Elles peuvent me démentir mais, personnellement, c’est la perception qu’elles me renvoient. Et je l’ai dit à mon ami Moussa Moise Sylla, l’une des voix de l’émission.

Les Grandes Gueules, c’est aussi désormais un tribunal populaire ou les coupables sont jugés et condamnés en public; tandis que l’irrévérence à l’égard des invités le dispute à la cacophonie quand les animateurs se livrent à leur péché mignon : l’empoignade en direct. Comme le clame haut et fort l’un de leurs nombreux jingles, les GG sont très souvent dans la démesure. Et ça, ce n’est pas du journalisme. Nous ne faisons pas de procès, nous exposons les faits. Notre rôle n’est pas de rendre des sentences comme c’est souvent le cas dans l’émission. Les GG se sont peut-être pas le Dadis Show mais certains jours, on n’en est pas bien loin.

Quand on arrive à une certaine forme de notoriété, on s’installe très vite dans l’autosatisfaction. Et de là viennent tous les dangers tant pour nous que pour ceux que nous pensons servir. Les Grandes Gueules doivent sortir de ce sentiment du tout accompli et se remettre perpétuellement en question. Les derniers sondages effectués par l’Association Guinéenne de Sciences Politiques devraient interpeler la direction de la radio et de l’émission. Même en restant premier, le taux de préférence de la radio a nettement chuté entre 2013 et 2015. De 51,2% en 2013, la radio est passée à 16,2% en 2015 en termes de taux de préférence. Soyez premiers mais bon premiers comme toujours en revoyant vos méthodes et en mettant au cœur de votre démarche l’éthique et la déontologie. Vous serez certainement ainsi immunisés contre le syndrome qui a frappé Familia et son émission phare “Société-débats”.

Chers confrères, nous sommes à un moment de l’histoire de ce pays où nous avons besoin d’hommes de valeurs. Des personnes dont on reconnaît l’intégrité et la probité morale. Notre société est déliquescente puisque toutes les valeurs morales sont reléguées aux oubliettes. La chienlit qui règne au sein de la Haute Autorité de la Communication (HAC), l’organe en charge de réguler la presse, est le reflet parfait du délitement de notre paysage médiatique.

Chers confrères, refusons de suivre la tendance, de nous adapter comme le disent les “bons Guinéens”. En moralisant notre travail, en assumant notre rôle avec conviction, nous pourrions peut-être sauver ce qui reste du lambeau Guinée.

Chers confrères soyons ces hommes de valeurs dont notre pays a besoin !

Par Abdourahamane DIALLO, Journaliste

 
 Ajouter un commentaire
Quand les propos de l'avocat de Toumba à l’endroit du gardes des sceaux fait réagir un compatriote

2017/5/30

Aujourd'hui en Guinée J’ai lu la réplique du porte-parole du pool des avocats du Commandant Aboubacar S. Diakité « Toumba », inculpé dans l’effroyable carnage du 28 septembre 2009 à Conakry au stade du même nom, réplique aux sorties médiatiques du Ministre de la Justice et Garde des Sceaux,
Je suis interpellé par cette sortie excessive de Me Paul Youmba Kourouma, dont la violence va à l’encontre même des intérêts de son client. Or «tout ce qui est excessif est insignifiant» disait Charles Maurice de Talleyrand.

Interpellé aussi par ce vieux débat de serpent de mer, relatif à la Diaspora guinéenne. Si M. le Ministre de la Justice Me Cheick SAKO était « cadre sédentaire » comme le dit Me Kourouma, au lieu d’être importé de la Diaspora guinéenne, il n’aurait pas connu de telles opprobres et insultes, allant jusqu’à mettre en doute son parcours académique. Oubliant que la nomination d’un ministre relève du seul pouvoir discrétionnaire du Président de la République Prof. A.Condé, dont Me Kourouma n’ignore pas le parcours.

Pour l’information du pool d’avocats de M. Diakité Toumba, je me permets, étant membre de l’Association des Cadres et Techniciens d’Origine Guinéenne en France (ACTOG) comme Maitre SAKO, de témoigner que ce dernier est diplômé de l’Université de Montpellier, docteur en Droit, avocat au Barreau de Montpellier depuis plus de vingt-cinq ans. Pour rappel, l’ACTOG a toujours été présente en Guinée chaque fois qu’elle a été sollicitée. C’est l’ACTOG qui a réhabilité le service de radiologie de Donka et Ignace-Deen en 1997 et 1999 ; j’étais le chef de la mission ; l’ACTOG, symbole d’une diaspora agissante, enseignait dans des Universités guinéennes dans le cadre du TOKTEN du PNUD (Transfert de connaissances par les nationaux). Des paroles aussi blessantes à l’adresse de cette Diaspora est désobligeante.

Si on peut ne pas aimer une personne, on ne peut pas lui dénier le sens de son existence. Elles sont nombreuses, des familles guinéennes qui vivent normalement grâce à leurs enfants de la Diaspora. Le mépris affiché pour cette Diaspora est peut-être le cancer dont notre pays doit se débarrasser d’abord, pour amorcer un nouveau défi de sa belle et glorieuse histoire. Une maxime chinoise nous enseigne que « si les enfants d’un pays travaillent ensemble, les montagnes se changent en or ». Mais on ne peut travailler ensemble sans l’observance d’un respect mutuel, d’une tolérance réciproque dans un climat de cohésion sociale et de fraternité.

Hier l’exclusion a fait trop de mal à notre nation ; aujourd’hui, nous devons dépasser ces barrières, clivages et malentendus, pour nous donner la main en vue d’un objectif commun : le bonheur du guinéen qu’il soit « sédentaire » ou de la Diaspora.

Docteur Ben KOUROUMA

 
 Ajouter un commentaire
New York : Mansa Moussa Sidibé reçoit le Prix "International Quality Summit" ( Lettre )

2017/5/30

Aujourd'hui en Guinée Monsieur, Nous avons l'honneur de vous informer que BCEIP, en tant que membre privilégié de BID, a été choisi par le Comité de Sélection pour recevoir en 2017 le Prix "International Quality Summit" - IQS dans la catégorie Platine pour son engagement à la Qualité et à l'Excellence. La Convention Internationale BID à la Qualité sera célébrée à New York, les 28 et 29 mai 2017, et la remise des prix aura lieu lors du moment phare de la Convention Internationale à la Qualité, le lundi 29 mai. Le Dîner de Gala commencera à 18h30, dans la spectaculaire Salle de Conférences du New York Marriott Marquis dans le centre de Manhattan.


Y seront présentes des entreprises et organisations du monde entier afin de recevoir leur trophée, ainsi que des hommes d'affaires de différents secteurs d'activité, des experts en qualité et des personnalités de la culture et du Corps Diplomatique. De même, des journalistes, caméras de télévision et reporters graphiques immortaliseront les moments importants de votre délégation pendant le Congrès. BID avec ses programmes corporatifs, offre un appui permanent aux entreprises et organisations de 179 pays, déjà lauréates du Prix à la Qualité. BCEIP, en tant que lauréat du Prix "IQS" dans la catégorie Platine, occupera une place privilégiée pendant l'évènement.

ImarPress couvrira votre participation dans quelques-uns de ses 26 magazines en français, anglais, espagnol, portugais ou russe. L'équipe éditoriale d'ImarPress sera présente pour vous interviewer durant votre séjour en Etats-Unis. Pour confirmer votre présence à la Cérémonie, nous vous prions de remplir et de nous renvoyer par courrier électronique le formulaire "Confirmation de Participation" ci-joint. Nous vous prions de recevoir, Monsieur, nos sincères salutations.

Département International IQS : convention@bid-qualitysummit.com Téléphone : +34 915 97 33 69


L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout et intérieur

 
 Ajouter un commentaire
Comment crédibiliser les examens nationaux 2017, une question largement débattue à l’atelier préparatoire de Kindia

2017/5/30

Aujourd'hui en Guinée Kindia, 29 mai (AGP)- L’atelier préparatoire des examens nationaux, session 2017 a pris fin, samedi, 27 mai, à Kindia, sur des recommandations, rapporte le correspondant de AGP dans la préfecture. Comment crédibiliser et améliorer les examens nationaux session 2017, une question largement débattue lors de cet atelier préparatoire de Kindia.

A la lumière des résultats obtenus et dans le cadre de la mise en œuvre des stratégies d’organisation pédagogiques, matérielles et financière afin de réussir des examens crédibles en 2017, les 96 participants à l’atelier ont fait des recommandations qui ont été consignées dans un rapport dénommé Rapport synthèse de l’atelier préparatoire des examens nationaux session 2017.

Ce rapport stipule que pour des examens réussis, il faut la vulgarisation des textes officiels sur la politique de décentralisation de l’examen de fin d’étude élémentaire, la mise à disposition des matérielles informatiques, l’installation de la base des données et le renforcement des capacités du personnel de saisie à temps pour une bonne gestion de l’examen de fin d’étude élémentaire, l’implication des autorités administratives et des élus locaux dans la sécurisation des sujets, le toilettage des règlements généraux et du code de conduite des examens nationaux avant la session 2018.

Il faut également le choix judicieux des membres de la Commission de surveillances et de corrections des épreuves des examens nationaux, la prise en charge des membres de surveillances et de correction des épreuves des examens nationaux conformément aux statistiques remontées par les structures déconcentrées.

Aussi, la prise en charge des frais de mission des délégués du BEPC et de l’examen de fin d’étude élémentaire à l’image de ceux du Bac pour les sessions à venir, la multiplication des épreuves au prorata des candidats au BEPC exceptée la Dictée question, ainsi que la sensibilisation de tous les acteurs et partenaires sur la sécurisation des centres d’examens, des centres de correction et de secrétariat de correction.

La conseillère du ministre de l’Enseignement Pré-universitaire et de l’Alphabétisation (EPU-A), Aminata Traoré se disant satisfaite de ces recommandations, a promis de remonter celles-ci à qui de droit.

Quant aux participants, ils se sont engagés à respecter les recommandations issues de l’atelier préparatoire des examens nationaux session 2017 à Kindia.

AGP

 
 Ajouter un commentaire
Kankan : Le parolier humoriste Lanfia Kouyaté Sara n’est plus !

2017/5/30

Aujourd'hui en Guinée Kankan, 29 mai (AGP)- Le parolier humoriste, Lanfia Kouyaté communément appelé Sara est décédé, dimanche, 28 mai 2017, aux environs de 23 heures TU, de mort naturelle à son domicile dans la Commune Urbaine (CU) de Kankan.

De source proche de la famille, les funérailles du défunt sont prévus pour mardi, 30 mais, à Kankan.

Lanfia Kouyaté Sara, mort à l’âge de 85 ans, a été un parolier comédien qui, avec son Bölön (instrument traditionnel africain à codes), a su accrocher son public pendant plusieurs décennies.

A travers ses paroles et historiettes dans les grandes manifestations de réjouissance (réceptions officielles, mariages, baptêmes et autres), inspirées des faits de la société, l’homme a été très vite repéré par ses compatriotes, dont le premier président de la République de Guinée, feu Ahmed Sékou Touré, qui souvent, le faisait venir Conakry, ainsi que celui de la deuxième République, feu Général Lansana Conté.

Lanfia Kouyaté Sara laisse derrière lui deux enfants (filles) et une veuve.

Paix à l’Ame du disparu Amen !


AGP

 
 Ajouter un commentaire
Dubreka : Une fillette de six ans a été violée par son beau-père

2017/5/29

Aujourd'hui en Guinée Une fillette de six ans a été violée par son beau-père ou père adoptif, vendredi, 26 mai 2017, à Maïmounaya dans le district de Tabounsou, commune rurale (CR) de Khörira, rapporte le correspondant de l’AGP dans la préfecture de Dubréka. La victime Diallo, orpheline de père, est la fille de sa propre femme.Le présumé violeur, Alsény Sylla alias Koïkoï, un désœuvré qui se fait passer pour un marabout dans la localité, est en cavale.

Pour commettre sa forfaiture, il a envoyé la maman de celle-ci qui est sa femme loin de la maison, pour aller faire charger la batterie de son téléphone dans une cabine téléphonique. C’est le moment qu’il a choisi pour se jeter sur la fillette de 6 ans pour la déflorer. Une orpheline de père, dont il a épousé la maman. Donc sa fille adoptive ou belle-fille.

AGP

 
Seconde épouse pour Cellou Dalein Diallo :Halimatou consentante

2017/5/29

Aujourd'hui en Guinée Selon notre confrère de Guineematin, Halimatou Dalein Diallo est sortie de son silence pour réagir au mariage hier de son époux Cellou Dalein Diallo avec Kadiatou Bah à Labé :

À l’attention de l’opinion.

Suite aux différents commentaires et sollicitations suscités par le nouveau mariage de mon cher époux, Elhadj Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG et chef de file de l’opposition guinéenne, en tant que femme musulmane, je vous informe que c’est de commun accord que ce mariage a eu lieu. Je profite d’ailleurs de l’occasion pour réaffirmer tout mon soutien à mon cher époux, notre leader bien aimé.

Et c’est pour cette raison que j’exhorte tout le monde à rester mobilisé pour le combat de l’alternance qui est notre défi à relever.

Hadja Halimatou Dalein Diallo

 
 Ajouter un commentaire
Bah Oury écrit aux sages du Foutah : << Le temps de se dire la vérité est arrivé >>

2017/5/26

Aujourd'hui en Guinée Seule la vérité est durablement constructive. Elle est la source du progrès humain par une quête permanente pour comprendre le monde qui nous entoure. Tous les livres sacrés lui consacre une attention des plus assidue car c’est par elle que nous nous approchons du Créateur Eternel et Omniscient. C’est ainsi que toute société humaine qui ne met pas la recherche de la vérité comme méthode et comme ultime objectif pour tracer sa marche est vouée à un lent et irrésistible dépérissement. Par contre les sociétés qui progressent qui maîtrisent les connaissances et les savoirs et qui s’épanouissent en vecteurs de civilisations sont celles qui chérissent la vérité.

Le temps de se dire la vérité est arrivé

Je suis BAH Amadou Oury Kigna de Ndouyhébé Sally à Pita. J’ai fondé en 1988 avec des compagnons de lutte, l’UFDG (Union des Forces Démocratiques de Guinée) au moment où le multipartisme n’était pas encore autorisé dans notre pays. Dans la foulée, nous créions avec feu Dr Thierno Madjou SOW l’Organisation Guinéenne pour la Défense des Droits de l’Homme (OGDH) pour assurer la protection des droits de tous les citoyens guinéens. En effet j’appartiens à cette génération de fils de la Guinée qui a été profondément choquée par les multiples répressions que notre pays a subi. C’est la source de notre motivation de tout mettre en œuvre pour que notre pays et les guinéens ne revivent plus ces moments tragiques et terriblement inhumains. Jusqu’à présent je reste fidèle à cet idéal de vie pour me battre pour la justice, l’égalité de tous et le respect des droits des plus faibles et des plus démunis.

Comme Ministre de la Réconciliation Nationale (juin –décembre 2008) nous avons prôné une politique de rapprochement entre toutes les communautés ethniques de la Guinée. Nous avions amorcé des démarches pour réparer les torts dont l’Etat s’était rendu responsable à l’égard de certains de nos compatriotes tout au long de notre histoire depuis l’indépendance en 1958. Ce fut le cas de la restitution des corps de jeunes forestiers accusés à tort d’être des « rebelles » et sauvagement tués à Cosa en 2000. Nous avions également lancé l’opération en vue d’indemniser et de recaser tous les déguerpis de la zone de Kaporo-Rails pour atténuer les souffrances endurées par 70.000 familles qui du jour au lendemain avaient assisté impuissantes à la destruction de leurs maisons et de leur raison de vivre. Ce traumatisme collectif de 1998 a donné naissance à la révolte légitime des jeunes de l’axe Hamdallaye- Wanindara, car la plus part d’entre eux sont les témoins et les victimes de cette injustice de masse perpétrée contre leurs parents. Nous avons également tenté de rénover la gouvernance politique à cette courte période, en développant des mécanismes de préventions des conflits et de médiations qui s’appuient sur la justice transitionnelle et l’implication des sages du pays pour utiliser les relations traditionnelles afin de trouver des solutions de sortie de crises. Dans cette approche les coordinations régionales ont été des partenaires actifs et assidus. L’implication des forces issues de la culture politique traditionnelle était motivée par le désir de voir la population toute entière s’approprier les institutions et les espaces politiques pour renforcer la crédibilité et la représentativité de la société civile. Car en définitive, la paix durable et la stabilité du pays reposent avant tout sur une société civile forte, responsable et ouverte à la modernité. Nous avons fait cela parce que nous aimons notre pays et nous aimons sans aucune distinction ou discrimination tous nos concitoyens.

Parlons de l’unité ou de Pootaal

Comme je vous l’ai déjà dit, nous avons créé l’UFDG en 1988. En octobre 2002 nous avons copté le Doyen BA Mamadou pour en faire le président de l’UFDG afin d’éviter la dispersion et l’émiettement des forces encore fragiles. Nous avons exploité intelligemment et sagement l’autorité politique de BA Mamadou. Ceci nous a permis de rassembler ses soutiens issus des milieux populaires et lui permettre de continuer d’exister et de pouvoir agir dans l’espace politique guinéen. Par la suite, ensemble nous avons proposé en 2005-2006 aux soutiens de Dr Saliou Bella Diallo d’intégrer les rangs de l’UFDG afin d’élargir ses bases sociales. C’est cette volonté d’unir, de fédérer qui nous a guidé pour aussi Cellou Dalein Diallo qui d’emblée s’est voulu être à la tête d’un parti pour être le candidat aux élections présidentielles. Nous avons accepté de le recevoir afin de raffermir l’unité dans les rangs de l’UFDG. Nous avons accepté cela de gaieté de cœur car cela allait dans le sens des intérêts bien compris de l’UFDG. Nous avons ainsi créé l’unité ou le pootaal au sein de l’UFDG. Je suis fier d’être l’un des principaux artisans de l’élargissement et de la consolidation des bases de cette institution politique. Si certains ont été les bénéficiaires directs du pootaaal , BAH Ouy a fait les sacrifices indispensables pour que cela soit.

Le retour d’exil

Après un exil de quatre années et demi en France, j’ai pu rentrer au pays suite à une grâce présidentielle octroyée par le Président de la République M.Alpha CONDE. Plusieurs personnalités guinéennes et étrangères ont œuvré dans ce sens. C’est l’occasion de les remercier du fond du cœur.

Toutefois, un léger retour en arrière est utile afin de bien comprendre comment les choses se sont passées. Au lendemain des élections présidentielles du 11 octobre 2015, Cellou Dalein Diallo déclara « qu’il ne reconnaitra pas les résultats de l’élection et il ajouta « que les jeunes descendent dans les rues et quiconque meurt c’est parce que Dieu aura voulu qu’il meurt ». Le mardi 13 octobre d’exil en France je lance l’appel pour demander à tout le monde de s’abstenir de manifester car « nous en avons assez de voir des jeunes se faire tuer inutilement ». Avec l’aide de DIEU et des bénédictions prodiguées par les sages de tout le pays, l’appel fut entendu au-delà de nos espérances. Ceci a permis à la Guinée et à nos populations d’éviter de sombrer dans une crise post-électorale sanglante. Mon implication en faveur de la paix et de la stabilité de notre pays a sans doute convaincu le Président Alpha CONDE de passage à Paris deux semaines plus tard de m’appeler et me demander de le rencontrer. Ce qui fut fait. Au cours de cet entretien le Président A. CONDE déclara : « les populations guinéennes sont fatiguées. La situation est difficile. La Guinée a besoin de stabilité et d’apaisement afin que les investisseurs puissent s’intéresser à notre pays. Car sans cela, il ne pourra pas y avoir de croissance économique et donc de travail pour lutter contre la pauvreté ».J’ai signifié au Président de la République la convergence de nos points de vue sur la question. C’est ainsi que le retour des exilés et la libération des détenus politiques ont été évoqués pour concrétiser la bonne volonté de la part du Chef de l’Exécutif guinéen de faire bouger les lignes. C’est ainsi que j’ai pu regagner le pays natal. Bien entendu mes détracteurs ont aussitôt diffusé les mensonges tels « BAH Oury a reçu 200.000 euros de M.A.Condé pour revenir détruire le Fouta et l’UFDG ». Beaucoup d’entre vous ont entendu ces mensonges qui n’avaient pour but que de salir mon nom et me discréditer avant même que je ne puisse fouler la terre guinéenne. Je suis rentré le dimanche 24 janvier 2016 à Conakry. Je fus accueilli avec enthousiasme et ferveur par les jeunes de l’axe.

L’assassinat du journaliste Mohamed Koula

Les premiers jours de mon retour furent harassants. Je fus assiégé et harcelé par des délégations qui en réalité sous le fallacieux prétexte de médiation voulurent tout simplement que je me « range derrière eux » afin d’être tué politiquement à petit feu. Comment avoir confiance à des personnes qui n’avaient jamais réellement exprimé une solidarité agissante vis-à-vis des personnes incarcérées dans l’affaire dite du 19 juillet 2011 ! Comment croire aux paroles des personnes qui trois années auparavant disaient « BAH Oury n’a qu’à prendre son passeport et rejoindre Nouhou Thiam en prison » !

Le mercredi 3 février 2016 je fus invité par le Doyen El hadj Saïkou Yaya Barry pour s’entretenir avec la Coordination Hal-pulaar à son siège. L’entretien fut houleux au début et finit par une entente en ces termes : « BAH Oury devra se rendre le vendredi 05 février au siège de l’UFDG afin de saluer les membres du Bureau Exécutif National pour les remercier du travail accompli ces dernières années. Il devra également exprimer sa totale disponibilité à se joindre à eux pour continuer le travail au sein de l’UFDG ». Il était également précisé : « BAH Oury devra s’y rendre sans être accompagné pour ne pas que sa venue soit interprétée comme un acte belliqueux ». Sachant cela, Cellou Dalein convoque son conseil politique le jeudi 04 février au soir pour déclarer l’exclusion de BAH Oury de l’UFDG. Ce soir là je me suis rendu chez le Doyen El hadj Saikou Yaya pour l’informer de cette nouvelle décision. Il me réitéra sa confiance et me dit « d’aller comme convenu le lendemain au siège. ». Le vendredi 05 février vers les coups de 16H30, je fus au rendez-vous. Le portail était fermé. Une bande de jeunes s’était regroupée à l’intérieur du siège pour empêcher l’ouverture du portail. C’est à cet endroit que je reçu un violent coup sur la tête. Par la suite, dans la mêlée, un coup de poignard allait être porté contre moi mais Abdoulaye Cosa s’interposa pour me protéger et le poignard se planta profondément dans son dos. Au moment où un groupe de jeunes amis m’évacuait, un garde de corps de Cellou Dalein Diallo sortit du siège arme à la main. Il me poursuivi et tira. La balle qui m’était destinée, abattit le journaliste Mohamed Koula Diallo qui rendit aussitôt l’âme. Trente minutes plus tard, Cellou Dalein Diallo fit écrire un communiqué par lequel je fus accusé d’être porteur d’une arme et d’avoir tiré sur le journaliste. Heureusement pour moi et malheureusement pour l’autre camp adverse les témoins existent. Des vidéos relatant les scènes sont disponibles et montrent clairement d’où provenait le coup de feu. Ce jour là, Dieu m’a sauvé de la mort mais a également scellé le sort des commanditaires de cette tentative d’assassinat contre ma personne. Le procès se tiendra sous peu afin que toute la lumière soit faite sur cette conspiration pour éliminer physiquement le 1er Vice-Président de l’UFDG moins de deux semaines après son retour d’exil de prés de cinq années.

Ce message aux érudits et sages du Foutah a pour ultime motivation de vous alerter sur les dérives de notre société où une poignée d’individus tentent de prendre toute la communauté en otages. Ils tentent de travestir le mensonge en vérité pour discréditer et ternir l’image et la réputation de leurs adversaires. Leur action ruine nos efforts de construire une société juste, démocratique, tolérante, unie et ouverte. En ce qui me concerne, j’ai contribué à construire notre unité. J’ai été exilé parce que je me suis battu pour la cause collective. Aussi bien ce qui ont été emprisonné que moi-même n’avons pas bénéficié d’un élan de solidarité efficace et sincère. J’ai failli être assassiné au vu et au su de tout le monde le 05 février 2016. Là aussi, j’attends toujours une réelle action de solidarité et de compassion pour cet acte odieux et criminel qui a coûté la vie au journaliste Mohamed Koula Diallo. Il faut que justice se fasse !

Je crois en vous, vous qui êtes pétri de spiritualité pour faire triompher la vérité et la justice. Ce sera votre contribution à aider vos enfants, vos petits-enfants d’espérer d’un avenir meilleur pour eux-mêmes et toute la Guinée.

Je vous remercie pour votre bienveillante attention, tout en priant ceux qui pourraient être vexés par mes propos d’accepter mes excuses car mon objectif n’est que d’affirmer la nécessité de voir le triomphe de la vérité et de la justice.

Conakry le 11 mai 2017

BAH Oury
Ancien Ministre
1er Vice-Président de l'UFDG

 
 Ajouter un commentaire
Côte d’Ivoire: Trois morts lors d’affrontements entre « démobilisés » et police

2017/5/23

Aujourd'hui en Guinée Trois personnes ont été tuées mardi lors d’affrontements à Bouaké (centre) entre policiers et ex-rebelles démobilisés qui bloquaient l’entrée de la ville, réclamant des primes similaires à celles des mutins qui ont ébranlé la Côte d’Ivoire la semaine dernière, a constaté un journaliste de l’AFP.

Trois corps ensanglantés ont été amenés au Centre hospitalier universitaire de Bouaké, peu après un assaut des forces de police qui ont dispersé vers 7h00 (locales et GMT) des manifestants qui bloquaient depuis la veille l’entrée sud de la ville, selon la même source.

« C’est grave ce qui est arrivé. Nous avons trois morts dans nos rangs », a affirmé à l’AFP Amadou Ouattara, porte-parole adjoint des démobilisés. « Je ne sais que dire. Je n’aurais jamais imaginé qu’on puisse tirer sur des personnes aux mains nues qui manifestaient ».

Les démobilisés, dont le nombre est estimé à environ 6.000 (pour ce mouvement qui réclament des primes) à travers le pays, sont d’anciens rebelles qui n’ont pas été intégrés à l’armée, contrairement aux mutins. Lors de la mutinerie mi-mai, un démobilisé avait été tué à Bouaké par des soldats révoltés qui estimaient que les revendications des démobilisés mettaient en péril le paiement de leurs primes.

Le défunt devait être enterré lundi et les démobilisés avaient appelé à une journée d’action pour ses funérailles. Ils ont bloqué l’entrée sud à Bouaké et l’entrée nord de la ville de Korhogo (nord) dans la journée alors qu’une cinquantaine d’entre eux ont vainement tenté de bloquer l’entrée nord d’Abidjan.

Les démobilisés réclament « 18 millions de FCFA de primes » (27.000 euros) alors que les mutins ont obtenu 12 millions (18.000 euros) après avoir mené deux mouvements de janvier et mai.

AFP

 
 Ajouter un commentaire
Paradoxe guinéen, parlons-en ! (Par Ibrahima Diallo, société civile)

2017/5/10

Aujourd'hui en Guinée En Guinée, tout ce qui arrive comme malheur à la population on parle de Destin, ainsi la responsabilité est attribuée au bon Dieu. Par contre notre bonheur est présenté comme un résultat de la gouvernance actuelle, quel paradoxe ?

Nos routes continuent de faire des victimes par ce que tout simplement elles sont dégradées et par la faute du Gouvernement les véhicules ne sont pas soumis à une visite technique, raison pour laquelle nous sommes tous exposés à cette insécurité routière mettant ainsi la vie des citoyens en danger. Et pourtant les usagers paient les taxes, où vont ces ressources donc ?

Dans ce pays aujourd’hui la corruption est devenue comme une valeur sinon une vertu par ce que ceux qui la pratique se complaisent, ceux qui voient cette corruption se taisent, ceux qui l’entendent se cachent tout simplement et rare sont ceux qui osent dénoncés par peur de prendre une balle dans la tête. Mais ce qui est très étonnant c’est l’attitudes de nos procureurs représentant de la société qui malheureusement ne se réveillent que lorsqu’il s’agit d’une affaire qui dérange le Gouvernement.

Le président professeur de Droit pour sa part continue de faire croire que depuis son accession à la magistrature suprême de notre pays que la Guinée est devenue un État de Droit. Je ne suis pas un professeur comme M. CONDE mais avec mon petit diplôme en Droit voici ma vision d’un État de droit :

L’État de droit est l’esprit de la loi, la loi comme l’expression de la volonté générale du peuple, la loi dont le respect s’impose à tous. Dans un État de Droit il n’y a pas d’excuse pour celui qui viole la loi, dans un État de Droit tout est fait à l’image de la loi, dans un État de Droit l’institution judiciaire est forte et indépendante au service des citoyens sans être sous ordre comme elle apparaît aujourd’hui.

Aux lecteurs de juger si notre pays obéit à ces concepts fondateurs d’un état de droit.

Autres paradoxes :

Affaire de troisième Mandat :

Pendant que le président Ivoirien et Nigérien font l’économie d’énergie à leur peuple pour débattre de cette question en se prononçant clairement sur le respect de leur constitution, notre professeur National en Droit continue d’entretenir le doute. Et pendant ce temps des groupes de démagogues se constitue un peu partout pour prôner la violation de la contribution en permettant à M. CONDE de briguer un troisième mandat.

Conakry Capitale mondiale du Livre :

Pour une fois notre capitale est devenue mondiale.

Quand on parle du Livre on pense à l’école mais sauf que les organisateurs de cet évènement ont préféré la rue pour parler du Livre que l’école qui est un milieu approprié. Faites justes un tour dans les écoles et universités pour évaluer l’impact de cet évènement.

Mes chers compatriotes, j’ai juste jugé utile de partager ce constat avec vous ; ensemble travaillons à l’éveil de conscience de la majorité des Guinéens prises en otage par les politiques.

Ibrahima DIALLO

Acteur de la société civile

622302930





 
 Ajouter un commentaire
Conakry le 8 mai 2017 : Remise provisoire des travaux de rénovation partielle et urgente du stade du 28 septembre

2017/5/10

Aujourd'hui en Guinée Nous sommes heureux de procéder ce 8 Mai 2017 à la remise provisoire des travaux de rénovation partielle et urgente du stade du 28 septembre dans le cadre du contrat N° 2017/115/1/1/1/2/063 que vous avez bien voulu confié à GUICOPRES et pour un délais de trois (3) mois.

L’Entreprise GUICOPRES est toujours fière d’apporter au stade du 28 Septembre les interventions requises pour sa mise aux normes FIFA et de la CAF.

Suite à la déclaration de la fin de la fièvre hémorragique à virus Ébola et pour permettre au stade du 28 Septembre de pouvoir abriter à domicile les rencontres internationales, les travaux ci après ont étés confiés à notre entreprise qui les a réalisés conformément aux clauses contractuelles :

✓ La correction de toutes les fissures (sur murs, les bancs en BA),

✓ Le renforcement des grilles de séparation des différents secteurs et les grilles de protection de la pelouse,

✓ Les travaux de plomberie,

✓ Les travaux d’électricité,

✓ La reprise de la Peinture,

✓ L’Etanchéité de la toiture,

✓ Les Equipements,

• Deux (2) tunnels

• Deux (2) bancs de touche

• Deux cent soixante (260) fauteuils de la loge officielle,

• Cinq cent cinquante (550) chaises du secteur 5

Les dits travaux qui ont démarrés sur préfinancement de l’entreprise ont étés réalisés durant la période du 05 Mars au 15 Mai 2016 .Quand aux équipements ; ils ont étés commandés et livrés ; leur installation s’est achevée le vendredi 04 Mai 2017.

Comme par le passé GUICOPRES estime avoir réalisé les travaux dans les règles de l’art et à le plaisir de les mettre à votre disposition.

L’Entreprise reste à votre disposition pour les réserves que vous estimerez utiles pour la bonne exploitation des installations du stade.

Nous vous renouvelons comme par le passé notre disponibilité à intervenir chaque fois que les nécessités se feront sentir , dans le cadre du partenariat que nous avons tenu depuis des moments et que nous souhaitons poursuivre avec vous au bénéfice de la jeunesse guinéenne.

Conakry , le 8 mai 2017

Mamadou Samba Diallo
Directeur Général Adjoint du Groupe Guicopres chargé du Bâtiment

 
 Ajouter un commentaire
Guinée : Au moins 21 morts dans un accident de la route

2017/5/9

Aujourd'hui en Guinée Au moins 21 personnes ont péri samedi en Guinée dans la collision entre un camion et un minibus près de Dubréka, au nord de Conakry, selon le dernier bilan communiqué dimanche par la police et un syndicat de transporteurs.

Le minibus, bondé, a été écrasé par le camion, dont la benne était remplie de sable au moment de l’accident, près de cette ville située à environ 50 kilomètres de Conakry, selon un journaliste de l’AFP et des témoins.

« Le bilan de l’accident mortel survenu samedi près de Dubréka est d’au moins 21 morts, dont douze femmes », a déclaré le directeur central de la police routière, le commissaire Babacar Sarr, faisant également état de 33 blessés.

Selon lui, le minibus était « bondé », avec des passagers jusque « sur le porte-bagages ». Ces voyageurs se rendaient à un mariage à Fria (environ 150 km au nord de Conakry).

Le chauffeur du minibus « a effectué un dépassement dangereux près de Dubréka », son véhicule « s’est retrouvé nez à nez avec un camion qui transportait du sable et le pire s’est produit », a-t-il précisé.

Le secrétaire général du Syndicat des transporteurs de la région, Balaké Diallo, joint au téléphone par l’AFP, a confirmé le bilan de l’accident.

« Au-delà de la dizaine de morts sur le lieu de l’accident, nous avons enregistré d’autres décès parmi les blessés, portant le nombre à 21 morts actuellement », a déclaré M. Diallo.

Il n’était pas en mesure d’indiquer le nombre de blessés, qui ont été évacués dans divers hôpitaux à Dubréka et Conakry.

Le directeur de l’hôpital de Dubréka, le Dr Sékouba Bakayoko, a indiqué à la radio nationale que son établissement avait accueilli plusieurs blessés graves, parmi lesquels « des cas de fractures graves ».

Dans un communiqué diffusé samedi soir, le gouvernement guinéen a fait part de sa « vive émotion » et de sa « profonde affliction ». Il a « rappelé à tous les usagers de la route l’impérieuse nécessité d’observer les règles élémentaires de sécurité routière ».

La principale formation de l’opposition, l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), a fait part de sa « consternation » dans un communiqué dimanche, et décidé « d’annuler toute les manifestations prévues ce dimanche à l’occasion du retour à Conakry de son président », l’ex-Premier ministre Cellou Dalein Diallo, qui était en tournée dans plusieurs provinces depuis mi-avril.

La Guinée déplore de nombreux accidents de la route, généralement dus au mauvais état des routes et des véhicules, et à l’imprudence des conducteurs.


AFP

 
 Ajouter un commentaire
La suspension est une mesure conservatoire et non une sanction disciplinaire (Par Mohamed Diawara)

2017/4/30

Aujourd'hui en Guinée De nos jours bon nombre de personnes ne cessent de croire que la suspension d’un fonctionnaire fait partie des sanctions disciplinaires hors, l’article 75 de la loi L/2001/028/AN du 31 décembre 2001 portant statut général des fonctionnaires, est très claire là-dessus, les sanctions disciplinaires sont par ordre croissant de gravité :

-Sanctions du premier degré (l’avertissement et le blâme);


-Sanctions du deuxième degré (l’abaissement d’un ou de plusieurs échelons, la rétrogradation et la radiation du tableau d’avancement);

-Sanctions du troisième degré (la révocation et le licenciement).

En l’espèce, tout manquement du fonctionnaire à ses devoirs, dans le cadre de l’exercice de ses fonctions, l’expose à une sanction disciplinaire, sans préjudice, le cas échéant, de l’application des peines prévues par la loi pénale (article 74 Loi 028).

Suspendre un fonctionnaire, c’est juste lui faire une défense d’exercer provisoirement ses fonctions, en raison d’une faute grave qu’il aurait commise en violation de ses obligations professionnelles ou en transgressant la loi pénale.

Donc vous retiendrez qu’en votre qualité de fonctionnaire, la suspension à votre encontre est une mesure administrative prise à titre conservatoire dans l’intérêt du service et/ou dans votre intérêt. Elle n’est pas une sanction disciplinaire plutôt une mesure provisoire.

Cette mesure trouvant son fondement dans la loi L/2001/028/AN du 31 décembre 2001 portant statut général des fonctionnaires, est loin d’être une sanction disciplinaire vu qu’elle a pour effet de vous écarter momentanément (juste un moment) du service en cas de commission de faute grave, qu’il s’agisse d’un manquement à vos obligations professionnelles ou d’une infraction de droit commun pouvant avoir été commis au cours du service ou en dehors du service, évidemment dans l’attente d’un jugement pénal ou du prononcé d’une sanction à votre encontre.

Vos droits et obligations liés à votre suspension sont régis par les dispositions des articles 78 et suivants de la loi L028 susmentionnée.

Si la suspension constitue incontestablement une étape importante de l’engagement de la procédure disciplinaire, elle présente également un grand intérêt pour la personne visée.

En effet, la loi attache des conséquences juridiques, parmi celles-ci, il y a, notamment :

-La suspension est obligatoirement suivie de l’engagement de la procédure disciplinaire.

-Elle est prononcée pour la durée des procédures disciplinaires engagées à votre encontre jusqu’à la décision définitive.

-Si la décision définitive n’intervient pas dans trois(3) mois, vous êtes automatiquement rétabli dans tous vos droits et fonctions, sans préjudice de l’action disciplinaire.

-La suspension à votre encontre est prononcée d’office lorsque vous faites l’objet de poursuites pénales ou en cas de détention provisoire.

-En cas de détention provisoire à votre encontre, la suspension est d’office prolongée de façon à englober la période de détention.

-En cas de condamnation, les conséquences administratives de la décision judiciaire sont déterminées par décret.

-Une fois suspendu, vous avez droit à la moitié de votre rémunération et la totalité des allocations familiales jusqu’à la conclusion de la procédure.

-Conformément à l’article 77 de la loi mentionnée ci-haut, dès qu’une procédure disciplinaire est engagée à votre encontre, vous avez droit à la communication de votre dossier et à la défense (vous pouvez présenter des observations écrites ou orales, citer des témoins, vous faire assister par un Avocat de votre choix ou même un parent voire un ami).

-Lorsqu’il est constaté que vous avez commis une faute, une sanction disciplinaire est du coup prise à votre encontre. Ce pouvoir disciplinaire appartient à l’autorité ayant le pouvoir de nomination.

-Lorsqu’une décision de justice met fin aux procédures engagées ou si aucune sanction disciplinaire n’est infligée, vous êtes rétabli rétroactivement dans tous vos droits.

-La période de suspension est sans effet sur vos droits à avancement car elle est prise en compte pour la constitution du droit à pension de retraite.

-En cas d’abus de l’autorité, n’hésitez pas de recourir au tribunal administratif.

Mohamed DIAWARA

Juge d’Instruction de Kérouané

Tel : 624094909



 
 Ajouter un commentaire
L’avocat de KPC prévient : << Quiconque s’attaquera désormais à Kerfalla Kpc, va répondre des faits qui lui seront reprochés de la même manière que Thierno Mamadou Bah . >>

2017/4/27

Aujourd'hui en Guinée Après le verdict condamnant ce jeudi 27 Avril 2017 , Thierno Mamadou Bah, ancien journaliste pour tentative de chantage en l’encontre de l’homme d’affaire, Karfalla Camara-KPC, Maitre Pépé Koulémou, l’avocat du plaignant a exprimé toute sa satisfaction. Lisez :

« C’est un sentiment de satisfaction. Nous estimons que le droit vient d’être dit même-si toutes nos prétentions n’ont pas été prises en considération. Nous avons plaidé l’existence de trois infractions et le tribunal n’a retenu qu’une seule. Bien évidemment ce qui nous importait, c’était que le comportement délictueux de Monsieur Thierno Mamadou Bah soit sanctionné. Et à présent, ce comportement est sanctionné

C’est un sentiment d’espoir. Parce que, nous estimons que les maitres chanteurs, ceux-là qui en ont fait leur sport préféré pourront désormais réfléchir mille fois avant de contacter leur victime. Monsieur KPC est depuis, l’objet de ces acharnements et un des maitres chanteurs vient d’être condamné pour tentative de chantage. Ça doit servir de leçons à ceux-là qui sont tentés de commettre une telle infraction.

Je pense que ça doit également interpeler tant le milieu politique que journalistique. La politique, je l’ai dit dans mes plaidoiries, ce n’est pas un refuge pour les délinquants. Ce n’est pas parce qu’on est leader politique qu’on peut se soustraire de toute poursuite pénale. Ce n’est pas parce qu’on est leader politique qu’on peut commettre toute infraction.

La politique n’est pas une immunité pénale. Il est temps aussi que les politiques revoient leur structure pour ne pas que les individus qui n’ont pas un passé glorieux, des gens qui sont moins honorables passent par la politique pour atteindre leur but. Le tribunal vient de donner le ton et ce n’est pas la fin. Quiconque s’attaquera aussi de telle façon à Kerfalla Kpc, va répondre les faits qui lui sont reprochés de la même manière que Thierno Mamadou Bah a répondu devant cette juridiction.

Le droit a été dit de façon objective, puisque Thierno Mamadou Bah a été retenu dans les liens de la culpabilité pour tentative de chantage conformément aux articles 18 et 398 du code pénale. "

Maitre Pépé Koulémou
Avocat de Kerfalla Camara KPC

 
 Ajouter un commentaire
L’avant-projet de Loi portant création de la commission vérité-justice-réconciliation adopté

2017/4/15

Aujourd'hui en Guinée Conakry– Les rideaux sont tombés ce vendredi sur les travaux de Mise en œuvre des recommandations de la commission provisoire de réflexion sur la réconciliation Nationale. Lancé il y a deux jours sous les auspices de Monsieur le Premier Ministre Chef du Gouvernement, l’Atelier National de revue de l’avant-projet de loi portant création, mandat, composition, organisation et fonctionnement de la commission vérité, justice et réconciliation a pris fin ce vendredi à Conakry. Regroupant l’ensemble des parties prenantes au processus de Réconciliation Nationale, ces trois journées ont été propices en échanges fructueux et enrichissants.

Ayant pour leitmotiv d’examiner, d’amender et de valider l’avant-projet de loi, les participants ont eu l’opportunité au cours de cet atelier de mener des réflexions approfondies sur la pertinence d’une Commission Vérité par rapport à l’histoire de la Guinée, et des expériences de d’autres pays ont également permis d’avoir une vue globale sur les enjeux et défis liés à un tel processus.

Le Représentant du Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme en Guinée (HCDH), a dans son allocution, exprimé ses remerciements au Gouvernement pour la confiance accordée aux Nations-Unies dans l’accompagnement technique de ce processus combien complexe et sensible. Monsieur Louis-Marie Bouaka a salué l’initiative de la primature qui a bien voulu associer le pouvoir public et la société civile à ces travaux importants. Avant de rappeler en outre, l’accompagnement sans faille du Système des Nations Unies et plus particulièrement le HCDH, afin de continuer à apporter à l’ensemble des participants de ce processus, une expertise de qualité afin de conformer le processus guinéen aux standards existant en matière de justice transitionnelle dira t-il.

Représentant le Premier Ministre Mamady Youla, le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique était porteur d’un message, celui de voir « la Guinée se réconcilier avec son passé ». Félicitant les participants pour le travail abattu dans un esprit de dialogue, le Ministre Abdoulaye Yéro Baldé a, au nom de Monsieur le Premier Ministre réitéré l’importance que revêt la réussite de ce processus pour le Gouvernement. « Les questions que nous posent les jeunes de notre pays sur notre histoire récente, questions restées souvent sans réponses nous interpellent tous pour un engagement toujours plus soutenu pour la vérité, la justice, les réparations et des garanties de non répétition » soulignera t-il au nom du Premier Ministre Mamady Youla.

Monsieur le Ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique a affirmé, au nom du Premier Ministre,avoir particulièrement pris note des sujets des discussions. Avant de rassurer que les réflexions continueront au sein de la Primature et du Conseil des Ministres, afin que le texte qui sera soumis à l’Assemblée nationale puisse être véritablement conforme aux conclusions des consultations Nationales.

Le Ministre Abdoulaye Yéro Baldé a réitéré ses remerciements à tous les partenaires techniques et financiers en l’occurrence le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme pour la qualité de leur accompagnement depuis le début de ce processus. Egalement à la fédération internationale des droits de l’homme qui a fait parvenir ses contributions pour l’amélioration du texte.

Pour clore, il a souhaité une bonne fête de pâques à nos frères chrétiens en les exhortant à prier pour une Guinée réconciliée.

Cellule de Communication du Gouvernement

 
 Ajouter un commentaire
Vol AF596 - Escale de Freetown : Réconciliation Amadou Djoulde - Otis Keira

2017/4/8

Aujourd'hui en Guinée A l'escale de Freetown sur le chemin de Conakry, alors que le Président du Horoya AC, Antonio Souare, Président de la Fédération Guinéenne de Football a l'esprit sur le match Horoya AC - Tanger en play off de la Coupe de la Confédération prévu ce dimanche 09 avril 2017 au Stade du 28 septembre, le diplomate - leader politique AI Keira et le journaliste - historicien A.... sont plongés dans un profond échange sur le glorieux passé socioculturel de la Guinée dont la la richesse et le souvenir ont scellé la réconciliation entre les deux Hommes qui ont connu des contradictions sinon des oppositions intellectuelles et politiques ces derniers temps notamment sur la sensible et épineuse question d'un troisième mandat ou non du Président Alpha Condé.


A.Condé

 
 Ajouter un commentaire
Kerfalla CAMARA Kpc
Pourquoi les ennemis de KPC vont-ils lamentablement échouer
Au tour de Bathily de parler
« ma société ADS n’a jamais bénéficié d’un marché de gré à gré ni en Guinée, ni ailleurs »
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
Genève : KPC rend hommage à sa femme
Genève : KPC rend un hommage mérité à son épouse Safiatou
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Kerfalla CAMARA Kpc  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients