Préfecture de Kissidougou
Paul Moussa Diawara inaugure le stade

Partenaires

Africatime

Africvisionguinée

Akhadan

Conakrylive

Ecoutez Sabari FM 97.3 en direct

Guinée7

L'Express Guinée

Le Diplomate

Les amazones

Mediaguinee

www.Guineematin.com

40 visiteurs connectés

01 Mars 2017 - 17h46
 RECHERCHER 
 Précédent
Suivant 

« 85 pour cent du réseau routier national en mauvais état» dixit Saa Yalondé Camara

2016/8/1

Aujourd'hui en Guinée Quatre-vingt-cinq (85) pour cent du réseau routier national guinéen est en « mauvais état ». C’est un constat du nouveau directeur national de l’Entretien routier, Saa Yalondé Camara. Le financement pour faire face aux travaux d’entretien est coulé par un gap très important.Sur les 44 mille kilomètres de routes que compte le pays, les 85 pour cent sont aujourd’hui en « mauvais état ». Le nouveau directeur national de l’Entretien routier, qui a accordé un entretien à Sabari Fm, aura certainement plus de cheveux blancs.

De Conakry à Yomou, la dégradation de certains axes routiers est un secret de polichinelle. Le défi est tellement énorme que les projets d’entretien lancés ressemblent à de gouttes d’eau dans l’océan.

Dans un entretien accordé à l’émission « Terrain Politique » de la radio Sabari fm, le DN de l’entretien Routier révèle que le besoin de financement était estimé entre 2015 et 2016 à 800 milliards gnf. Ce montant a été revu à 300 milliards et le principal financier, le Fonds d’Entretien routier, ne pouvait débourser que 80 milliards GNF.

De ce montant, du moins modeste face au grand défi, 63 milliards étaient alloués à certains projets de 2015. Donc pour l’année 2016, c’est seulement 17 milliards GNF qui seront consacrés à l’entretien des routes du pays !

En Guinée, sur chaque litre de carburant vendu à la pompe, 250 fg sont prélevés et l’ensemble du montant sert le FER (Fonds d’entretien routier).

Pour M. Camara, il faut aller au délà de ce montant et mieux, trouver d’autres sources de financement pour l’entretien des routes. La nouvelles ministre des Travaux Publics a lancé une « profonde réflexion » à propos et les résultats sont attendus, dit l’interviewé.

« Il faut nécessairement mobiliser des fonds » lance M. Camara. Lequel est inquiet de certaines « conditions » des bailleurs de fonds à propos du financement de construction de nouvelles routes. Sans entretien de routes existantes, pas d’argent pour la construction de nouvelles, pourrait-on ainsi résumer.

Les « facteurs dégradants » des routes en Guinée se nomment d’abord surcharge. Les routes guinéennes, construites depuis les années 60 sont « vieillissantes ». Au début, elles ont été réalisées pour supporter 9 tonnes à l’essieu, rappelle le DN de l’Entretien routier. Aujourd’hui, les camions se chargent entre 20 à 30 tonnes à l’essieu !

Aussi « l’exploitation non judicieuse » des routes, est un autre problème. Des ralentisseurs de fortune ou des « dos d’âne » érigés sur des routes dans les quartiers, agressent le réseau. Tout comme le fait de déverser des déchets dans les caniveaux.



Le Diplomate

 

 Ajouter un commentaire
 Lire les commentaires
 Imprimer la page

Ajouter un commentaire


Nom ou pseudo:

Commentaire:


Lutte anti-spam. Recopier le nombre ci-dessous avant d'envoyer votre formulaire.
image CaptCha  


Ambassade de Guinée au Maroc
Les raisons du différend entre l’Ambassadeur et ses collaborateurs
Au tour de Bathily de parler
« ma société ADS n’a jamais bénéficié d’un marché de gré à gré ni en Guinée, ni ailleurs »
Dépêches
L'UA/Nord-Mali
TV Aujourd'hui-en-guinée

cliquez sur la photo pour ouvrir la video

Voir les autres articles >>>
D. nationale des Impôts
Prétendu détournement de 27 milliards GNF, la vérité a triomphé sur le mensonge
TV Aujourd'hui-en-guinée  ::  Ambassade de Guinée au Maroc  ::  Audios  ::  L'UA/Nord-Mali  ::  Libres Propos  ::  Soutenez Aujourd'hui en Guinée  ::  Albums Photos  ::  Contact  ::  Abonnez-vous  ::  Email  ::  Partenaires  ::  


Privé - Espace Clients  Hotline  

© Rosawebpro   |    Privé - Espace Clients